Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 6 037 - triés par pertinence
  • Usine de quincaillerie P. Naude actuellement immeuble
    Usine de quincaillerie P. Naude actuellement immeuble Lyon 7e - 53, 62bis, 76 rue de Marseille - en ville - Cadastre : 1999 AR 8, 49
    titreCourant :
    Usine de quincaillerie P. Naude actuellement immeuble
    description :
    rectangulaire. Les verrières aux fenêtres et à l'intérieur du logement patronal sont de style arts Nouveaux Le bâtiment est composé d'un étage carré et d'un étage de combe orné d'une lucarne centrale . Une enseigne P. Naude orne la façade principale de l'immeuble. Le décor en façade se compose, d'une frise scupltée sous la corniche ainsi qu'une console scupltée de part et d'autre de la lucarne centrale
    couvertures :
    toit à longs pans
    appellations :
    usine de quincaillerie P. Naude
    historique :
    Les premières mentions de la société de quincaillerie et ustensiles de ménages P. Naude , apparaissent en 1908. Un permis de construire administratif nous apprend la construction d'un portail et d'un . Une extension de la société a lieu en 1911 avec la construction d'un nouvel atelier localisé au 62 bis rue de Marseille (cet atelier n'existe plus). Le logement patronal est construit entre 1908 et 1911 au 76 rue de Marseille dans un style Arts Nouveaux. A partir des années 1960, le garage automobiles Lyon de l'hotel du Helder et par le local d'une voyante, le reste est occupé par un logement.
    referenceDocumentaire :
    portail et d'un hangar, 1908 p. 612, 1610, 2327 Indicateur Henry. 1908. AM Lyon (accès libre) Indicateur Henry. 1908. AM Lyon p. 1624, 621, 622 Indicateur Henry. 1911. AM Lyon (accès libre) Indicateur Henry. 1911. AM Lyon p. 432, 1125, 2069 Indicateur Henry. 1935. AM Lyon (accès libre) Indicateur Henry. 1935. AM Lyon p. 448, 945, 1425 Indicateur Henry. 1945. AM Lyon (accès libre) Indicateur Henry. 1945. AM Lyon p. 298, 871 Indicateur Henry. 1947. AM Lyon (accès libre) Indicateur Henry. 1947. AM Lyon (accès p. 629, 1339 Indicateur Henry. 1960. AM Lyon (accès libre) Indicateur Henry. 1960. AM Lyon (accès p. 534 Indicateur Henry. 1964. AM Lyon (accès libre) Indicateur Henry. 1964. AM Lyon (accès libre)
  • Usine de construction mécanique Bardalou (P) mécanicien constructeur et ancienne forge Gagne
    Usine de construction mécanique Bardalou (P) mécanicien constructeur et ancienne forge Gagne Lyon 7e - Gerland - 8, 10 boulevard de Artillerie - en ville - Cadastre : 1999 BT 17, 42, 43
    titreCourant :
    Usine de construction mécanique Bardalou (P) mécanicien constructeur et ancienne forge Gagne
    observation :
    Zone UI : il s'agit d'une zone destinée à accueillir les activités industrielles ou artisanales , ainsi que les constructions de bureaux qui sont liés exclusivement à ces activités.
    historique :
    roulant à voie étroite, locomotives, wagonnets, essieux, roues. Réparations et entretien de machines pour blanchisseries, installation d´usines, travaux à façon, tour et faisage. Bardalou (P.) mécan. Constructeur est localisé au10 bd de l´Artillerie, son logement est situé également à Gerland au 3, rue du Lt-Colonnel-Girard. Cette société est spécialisée dans la fabrication des pièces de rechange pour matériel de dragage, concasseurs, maillons, chaînes, etc. Réparations et entretien de matériel d´entreprises de TP, bétonnières, treuils, etc. Réparations et entretien de matériel
  • Grenier à sel et halle à blé et farine
    Grenier à sel et halle à blé et farine Lyon 2e - actuels numéros 13, 14, 15, 16 quai Tilsitt - en ville
    titreCourant :
    Grenier à sel et halle à blé et farine
    description :
    disposées de manière à laisser apparaître alternativement carreaux et boutisses. Le fer n'est pas utilisé de L´établissement des sels de Lyon est construit sur un emplacement bordé à l´ouest par la rue de l ´Arsenal, au sud par la nouvelle rue de l´Arsenal ou prolongement de la rue Sala, à l´ouest par le quai de la Saône, au nord par la douane royale. Le bâtiment est long de 78 mètres et large de 52 mètres granite dont les deux façades orientale et occidentale sont identiques et dotées chacune d´un immense portique en plein cintre. L´intérieur est fait d´un passage central couvert et voûté, avec de part et d , dont 20 grands et 8 petits. Il peut contenir 15 millions de kilogrammes. Les magasins de sels sont au rez-de-chaussée et de vastes combles sont aménagés au-dessus afin de permettre la circulation des de la chaux de pierre de Saint-Germain et du sable du Rhône. Quant aux élévations, elles sont également faites avec du sable du Rhône et de la chaux de pierre de Choin. Les pierres de parement sont
    annexe :
    . Deux portes à plein cintre et repos sphérique forment le dessus de ce passage, dans trois de ces gros sable. Des galeries à plusieurs étages (ont été pratiquées) de chaque côté du passage central et boutant en pierre de taille, établis pour que les murs puissent résister à la poussée des sels et pour avec deux clefs plus une charnière scellée d´un côté dans la pierre de taille et ayant à son autre extrémité une entaille dans laquelle entre un piton fixé avec écrous sur la porte et destiné à recevoir un cadenas. En outre, des portes ci-dessus décrites, et dans chaque baye au rez-de-chaussée, et à hauteur des voûtes supportant les secondes rampes des escaliers et les autres à la hauteur des paliers de repos des ces grilles ferment avec une espagnolette, une serrure à eux tours ; et sa gâche : la partie au-dessus targettes ; il existe en outre à chacune d´elle un barreaudage dont les traverses et la partie cintrée sont ´imposte. Au niveau inférieur des planchers du magasin à blés et farines, établis sur les caves de sels
    appellations :
    grenier à sel
    denominations :
    grenier à sel
    contenu :
    commerce de Lyon a été instruit que par une faveur particulière accordée aux entrepôts de Paris, Orléans et détails de construction et moyens d´exécution qu´il a employé avec succès à la composition de l´édifice combinaisons exprimées par les dessins de M. Baltard soient suivis et appliqués à la construction de l´entrepôt réservaient à l´agrandissement de ses magasins des denrées coloniales et qui en formait jusqu´à présent la prolongement du quai d´occident et l´autre, qui part du pont de l´Archevêché, est parallèle à la masse des ´édifice à construire pour le dépôt des sels à Lyon aussi bien du point de vue de l´utilité et de la , chargées de la surveillance et du prélèvement de l´impôt, refuse de recevoir les clés du grenier à sel tant étage destiné à recevoir farines et blé que les boulangers déposent à titre de caution, la place variante à ce projet de réduire de moitié la volée des voûtes en doublant leur nombre et de substituer au au nord, et donner ainsi plus d´espace au stockage et à la circulation. Cet aménagement donne la
    historique :
    réalisation et désigne un de ses membres, Louis-Pierre Baltard, pour élaborer un grenier à sel sur le modèle 1831. Sa construction donne lieu à l´alignement à angle droit de la parcelle sur le quai et la rue sécurisées, un logement de gardien est bâti. En 1837, un étage destiné à recevoir le dépôt de farine et de modifications à la toiture. Le délai de construction prend fin le 31 décembre 1830 et les travaux sont achevés du magasin et forme une communication directe avec le premier étage. Comme suite à l´inondation de entreposer le sel sur l´emplacement de l´ancien arsenal. En 1821, le projet est confié à l´architecte de la Ville, Louis Cécile Flacheron, mais le Conseil des Bâtiments civils rend un avis défavorable à sa de celui qu´il a construit pour Paris. En janvier 1823, le projet de Baltard est plébiscité par le Conseil des Bâtiments civils et les travaux commencent en 1824 pour s´achever au tout début de l´année Sala. Les entrepreneurs Couvert et Cotton sont chargés de la démolition des masses préexistantes et de
    referenceDocumentaire :
    Plan de la parcelle de l'ancienne douane et du grenier à sel . Lyon. (Arch. mun. Lyon : 1541 WP Plan de la parcelle de l'ancienne douane et du grenier à sel . Lyon. (Arch. mun. Lyon : 1541 WP 138) Dessin à la plume et lavis, élévations de deux façades du grenier à sel et plan, 1821 par CH . Dessin à la plume et lavis, élévations de deux façades du grenier à sel et plan, 1821 par CH. Gourlier Plan des terrains de la douane et du grenier à sel par l'ingénieur en chef, Lyon, 1859, échelle de Plan des terrains de la douane et du grenier à sel par l'ingénieur en chef, Lyon, 1859, échelle de p. 293 HOURS, Henri, VANARIO, Maurice. Les rues de Lyon à travers les siècles (XIVe au Xxe) . Lyon lyonnaises d'art et d'histoire, 1990, 283 p. ; 24 cm p. 41 PINON, Pierre. Louis-Pierre et Victor Baltard. Monum, édition du patrimoine. Paris, 2005. 216 p. PINON, Pierre. Louis-Pierre et Victor Baltard. Monum, édition du patrimoine. Paris, 2005. 216 p.
  • Usine de bâches et vêtements imperméables dite Etablissements P. Marche-Roche actuellement restaurant Quick
    Usine de bâches et vêtements imperméables dite Etablissements P. Marche-Roche actuellement restaurant Quick Lyon 3e - 163, 165 avenue de Saxe - en ville - Cadastre : 1984 AM 59
    titreCourant :
    Usine de bâches et vêtements imperméables dite Etablissements P. Marche-Roche actuellement
    description :
    Le bâtiment est construit tout en béton, de trois étages carrés et d'un étage de comble, la façade est rythmée par une série de trois travées. Bâtiment très bien intégré à l'urbain.
    couvertures :
    toit à longs pans
    appellations :
    usine textile Marche-Roche (Ets P.)
    historique :
    Les établissements P. Marche-Roche sont spécialisés dans les toiles imperméables, bâches (gabardines, trench-coat, manteaux imperméables et pélerines pour le sport, la chasse et le tourisme. C'est le seul fabricant des tissus aporétiques et des bâches quadrillées. Le site occupe tout l'angle du cours Gambetta et de l'avenue de Saxe et se compose d'un grand atelier au 165, et d'un immeuble d'angle de trois restauration rapide, la chaîne Quick, au n° 165, et par un grand café au n° 163.
    referenceDocumentaire :
    p. 6 Bâches Roche. Technica, n° 32, octobre 1935 Bâches Roche. Technica, n° 32, octobre 1935 p. 2277 indicateur Fournier. 1935. Indicateur Fournier. 1935. AM Lyon (accès libre sans cote) p
  • Moulin à farine et moulin à huile Poncet actuellement logement et garage
    Moulin à farine et moulin à huile Poncet actuellement logement et garage Tournon - Taru - - en village - Cadastre : 2014 A 879, 880
    titreCourant :
    Moulin à farine et moulin à huile Poncet actuellement logement et garage
    description :
    Le moulin est situé en rive gauche du ruisseau de Frontenex. Il abritait un moulin à farine et un étage. Elle est construite en pierre et couverte d'un toit en ardoise. La porte d'entrée a été élargie moulin à huile. Actuellement, le bâtiment est toujours en place. La partie moulin à huile a été remaniée pour être utilisée comme garage. Elle est de plan en L sur deux niveaux : un rez-de-chaussée et un et rehaussée pour faire passer un véhicule.
    illustration :
    Cadastre napoléonien, Tournon, section A, feuille unique, 1809 (FR.AD073, L1007 Premier cadastre français, Tournon, 1870, Section A, feuille 4 (FR.AD073, 3P 7541 Cadastre rénové, Tournon, 1870, Section A, feuille 4 (FR.AD073, 3P 7541). IVR82_20147303885NUCA Vue de la partie occupée par le moulin à huile actuellement remaniée pour devenir un garage
    denominations :
    moulin à farine moulin à huile
    historique :
    ). A cette date, il est exploité par Jean Poncet. La partie nord du bâtiment sert de moulin à huile et Un site apparaît sur le cadastre napoléonien de 1809 (section A, feuille unique, parcelle 470). Le moulin est toujours visible sur le premier cadastre français de 1870 (section A, feuille 3, parcelle 684 la partie sud comporte un moulin à farine. Celui-ci est toujours en activité en 1917 d’après le recensement des moulins mené par la préfecture. A cette date, il appartient à la veuve Poncet. Le moulin n'est plus visible sur les recensements de 1923 et 1924. Actuellement, le bâtiment du moulin est toujours visible. La partie moulin à farine est occupé par un logement. La partie moulin à huile est utilisé comme
    localisation :
    Tournon - Taru - - en village - Cadastre : 2014 A 879, 880
    referenceDocumentaire :
    FR.AD073, L1007, 1809. FR.AD073, L1007, Cadastre napoléonien, Tournon, section A, feuille unique FR.AD073, 3P 7541, 1870. FR.AD073, 3P 7541, Premier cadastre français, Tournon, Section A, feuille FR.AD073, 49SPC15, 1873-1899. FR.AD073 sous-série 49SPC15, Ponts et chaussées, service hydraulique , Tournon : roue hydraulique Péronnier (ruisseau de Frontenex, 1873-1899) ; usines Combaz-Poncet-Nant et FR.AD073, 3P 7542, 1934. FR.AD073, 3P 7542, Cadastre rénové, Tournon, Section A, feuille 4, 1934. p.72-74 H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie, 2014. H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie et bas Val d'Arly, Cahier du Vieux Conflans, n°175, Société des Amis du Vieux Conflans
  • Usine de fabrication de matériaux de construction, Entreprise de travaux publics Vve P. Triquet et fils
    Usine de fabrication de matériaux de construction, Entreprise de travaux publics Vve P. Triquet et fils Aix-les-Bains - Quartier de la gare - 8-12 rue de la Paix - en ville - Cadastre : 1879 E 38 p. 2004 CE 180-181, 378
    titreCourant :
    Usine de fabrication de matériaux de construction, Entreprise de travaux publics Vve P. Triquet et
    couvertures :
    toit à longs pans
    appellations :
    Entreprise de travaux publics Vve P. Triquet et fils
    profession :
    [entrepreneur] Triquet P. veuve et fils
    historique :
    implanter l'entreprise de travaux publics Vve P. Triquet et Fils. Les premiers bâtiments sont construits en La veuve de Pierre Triquet et ses fils achètent, en 1920, un terrain non bâti jusque là, pour y familiale. Le site abrite le siège de l'entreprise de maçonnerie Triquet Frères jusqu'en 2011, date à laquelle un permis de démolir est accordé à la SCI Rue de la Paix pour les bâtiments artisanaux.
    localisation :
    Aix-les-Bains - Quartier de la gare - 8-12 rue de la Paix - en ville - Cadastre : 1879 E 38 p
    referenceDocumentaire :
    Plan de situation. Agrandissement ateliers et garage. Entreprise Vve P. Triquet et ses fils, rue de Plan de situation. Agrandissement ateliers et garage. Entreprise Vve P. Triquet et ses fils, rue de la Paix / [Entreprise Vve P. Triquet et fils]. Aix-les-Bains, 25 août 1931. Ech. 1 : 200 et 1 : 50. 1
  • Ostensoir et boîte à lunule
    Ostensoir et boîte à lunule Saint-Thomas-la-Garde - le bourg
    titreCourant :
    Ostensoir et boîte à lunule
    description :
    l'emplacement de la lunule et rayons (droits et groupés en faisceaux) en argent doré. Boîte à lunule en argent Ostensoir à pied de plan rectangulaire, base à décor en bas-relief, tige constituée d'un personnage en ronde-bosse, gloire en forme de nuée parsemée de têtes d'angelots, en argent ciselé et ciselé au
    observation :
    à protéger MH ?
    denominations :
    boîte à lunule
    inscriptions :
    Poinçons apposés sur le corps et le couvercle de la boîte à lunule : Minerve 1er titre, différent de Lyon, et maître : Favier.
    representations :
    à l'encolure), debout sur une nuée, la main droite sur le coeur et la main gauche désignant extrémités en forme de feuilles d'acanthe et de perles, décor végétal. Boîte à lunule : croix à décor végétal Décor de la base : pieds à trois lobes avec feuilles enroulées, raisin ; moulure en doucine ornée de coquilles et feuilles d'acanthe (centre et arêtes des faces). Décor figuré sur les faces, entre deux frises de perles et olives : sur les petites faces, grappes de raisin ; sur la face arrière sceaux). Décor de la tige : un ange vêtu d'une robe et d'une tunique ceinturée (bordure de laurier, croix faisceaux, frise de feuilles de l'eau sur l'entourage de l'emplacement de la lunule. Croix sommitale à
    historique :
    pas poinçonné ; la présence dans l'église d'une boîte à lunule au poinçon des Favier et réalisée après ) ou à l'atelier Favier Frères (Jean-Baptiste et Claude Favier, 1850-1860). l'orfèvre Jean-Antoine Pasquer (poinçon insculpé entre 1818 et 1836), et dont la tige est constituée par Sainte-Foy, d'exécution très soignée et autrefois orné de pierres précieuses (elles ont été enlevées en 1969), a pu constituer un modèle pour les orfèvres lyonnais. L'ostensoir de Saint-Thomas-la-Garde n'est 1838 peut laisser penser que cet ostensoir peut être attribué à André Michel Favier (actif 1832-1850
    referenceDocumentaire :
    p. 312, 313 CHALABI, Maryannick. JAZE-CHARVOLIN, Marie-Reine. BERTHOD, Bernard. Et alii . L'orfèvrerie de Lyon CHALABI, Maryannick. JAZE-CHARVOLIN, Marie-Reine. BERTHOD, Bernard. Et alii. L'orfèvrerie de Lyon et de Trévoux du XVe au XXe siècle [Exposition. Lyon, Musée des Arts décoratifs, 12 mai-30
  • Four à pain et colombier
    Four à pain et colombier Barret-de-Lioure - le Moulin - en écart - Cadastre : 1987 G 486 2016 G 486
    titreCourant :
    Four à pain et colombier
    description :
    comble. Le premier étage de soubassement est occupé par le fournil et le four à pain. L'accès se fait par , et une niche en berceau segmentaire est aménagée à droite du four, au pied du mur, pour servir de Ce bâtiment est situé au hameau du Moulin, à approximativement 720 mètres d'altitude. Il est adossé au rocher, possède deux murs mitoyens et il comporte deux étages de soubassement et un étage de une porte piétonne ouverte dans le mur sud. Le four à pain occupe la partie nord. Sa bouche est en pierre de taille de grès, et elle est aménagée en renfoncement dans le mur, avec un avaloir engagé dans la maçonnerie. La porte du four, brisée, est également en pierre de taille, avec un cerclage et une potence métallique. La coupole du four est en brique. Une lauze saillante est placée à gauche de la bouche cendrier. Les murs du fournil ne portent pas d'enduit, et un placard-niche est aménagé dans le mur ouest . Le plafond, soutenu par des solives, et les murs sont enduits. L'étage de comble ne concerne que la
    couvertures :
    toit à longs pans
    illustration :
    Premier étage de soubassement, four à pain. Vue de volume. IVR84_20162600326NUCA
    denominations :
    four à pain
    historique :
    comme « maison » à l'état des sections cadastrales de 1824, et appartenant à « Conil Joseph du Moulin
    airesEtudes :
    Espace patrimonial et paysager du Bassin de Montbrun-les-Bains
    referenceDocumentaire :
    Section G. AD Drôme. série 3 P : 3276. Plan cadastral de la commune de Barret-de-Lioure, 1813. AD Drôme. série 3 P : 3276. Plan cadastral de la commune de Barret-de-Lioure, 1813. Section G. AD Drôme. série 3 P : 3276. Etat des sections du cadastre de Barret-de-Lioure, 1824 . AD Drôme. série 3 P : 3276. Etat des sections du cadastre de Barret-de-Lioure, 1824.
  • Bac, et bac à traille d'Andance (disparus)
    Bac, et bac à traille d'Andance (disparus) Andance - 07 Andance 26 Andancette Port - ancien chemin d' Andance à Saint-Rambert - en village
    titreCourant :
    Bac, et bac à traille d'Andance (disparus)
    description :
    débouchent sur le pont suspendu. Elle figure à quelques mètres en amont de ce chemin, et donc du pont , en rive droite, et le Port d'Andancette, en rive gauche. De ce côté, on y accédait par le chemin d'Andance à Saint-Rambert, correspondant sans doute aujourd'hui aux rues de la Gare puis André Chaudier qui suspendu, à peu près à hauteur de l'actuelle rue des Bateliers d'Andancette. Selon Breysse, l'ancien bac à traille partait de la place du Ravellin. Une rue des Ravellins existe encore à Andance, à moins de 100 m
    typologies :
    bac à traille
    illustration :
    Section B1 d´Andance et Bancel / 1:5000. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/2 Section B2 d´Andance et Bancel / 1:2500. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/3 [Extrait du plan de la] section B1 d´Andance et Bancel / 1:5000. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme , 3 P 3259/2) IVR82_20100700015NUCA [Extrait du plan de la] section B2 d´Andance et Bancel / 1:2500. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme , 3 P 3259/3) IVR82_20100700013NUCA plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/1) IVR82_20100700016NUCA , p. 61) IVR82_20100700346NUCA
    historique :
    assuré par un bac. Selon Cogoluènhe, son établissement date de la seconde moitié du 12e siècle. A cette époque, on transporte par ce bac et celui de Serrières en amont les vins du Piémont. Au 16e siècle , c'est un bac à traille qui est mentionné. Ainsi, en février 1575, pendant les guerres de religion, les ) figure le bac d'Andance-Andancette, parmi quinze autres bacs qualifiés de "barques de passage à traille ", entre Vivarais et Dauphiné ; ce que confirme un "Estat des droits de péage", dressé en 1716. Supplanté à l´exhaussement du pont. A cet effet, un arrêté du 14 juillet 1845 autorise l´ingénieur Dumon à placer une tour à traille sur l´ancienne pile du bac, alors située dans la propriété d'un certain
    localisation :
    Andance - 07 Andance 26 Andancette Port - ancien chemin d' Andance à Saint-Rambert - en village
    precisionsDenomination :
    bac à traille
    referenceDocumentaire :
    Section B1 d´Andance et Bancel / 1:5000. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/2) Section B1 d´Andance et Bancel / 1:5000. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/2) Section B1 d´Andance et Bancel / 1:5000. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/2) Section B1 d´Andance et Bancel / 1:5000. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/2) Section B2 d´Andance et Bancel / 1:2500. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/3) Section B2 d´Andance et Bancel / 1:2500. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/3) Section B2 d´Andance et Bancel / 1:2500. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/3) Section B2 d´Andance et Bancel / 1:2500. 1826. 1 plan : en coul. (AD Drôme, 3 P 3259/3) p. 45 BREYSSE, Hubert et Serge. Si Andance-sur-Rhône m´était conté. Davézieux, 1985 BREYSSE, Hubert livre 1, p. 46 ; livre 2, p. 16, p. 61 (plan de situation) et p. 81 COGOLUENHE, Henri. Histoire des
  • Usine de bâches et vêtements imperméables dite Etablissements P. Marche-Roche actuellement de couvois de fonds Loomis
    Usine de bâches et vêtements imperméables dite Etablissements P. Marche-Roche actuellement de couvois de fonds Loomis Lyon 7e - Gerland - 18 rue Paul-Massimi - en ville - Cadastre : 1999 BM 38
    titreCourant :
    Usine de bâches et vêtements imperméables dite Etablissements P. Marche-Roche actuellement de
    observation :
    Zone UI : il s'agit d'une zone destinée à accueillir les activités industrielles ou artisanales , ainsi que les constructions de bureaux qui sont liés exclusivement à ces activités.
  • Forge (à cuivre) puis Moulin à Tabac et Battoir à Tan Ailloud
    Forge (à cuivre) puis Moulin à Tabac et Battoir à Tan Ailloud Faverges - Faverges - 409 route de La Fontaine - en ville - Cadastre : 0D 3 13, 4894, 2428, 2426, 4895, 2425, 2424, 2423, 2422
    titreCourant :
    Forge (à cuivre) puis Moulin à Tabac et Battoir à Tan Ailloud
    description :
    fortifications), la rue Nicolas Blanc (suivant la courbe de la butte du château) et traversé par un canal qui suit le tracé de la grande route intérieure : la route Simon Tissot. En partie à ciel ouvert ou enterré -centrales de la Curiale et par la chute de l´usine Staübli situé avant les portes sud de la ville avant d ´arriver devant l´ancienne maison du battoir à tan. Essentiellement composé de parcelle en lanière qui s ´orientent perpendiculairement à la chaussée, le tissu urbain de Faverges se caractérise par une succession d ´édifice accolés les uns aux autres comportant de petites façades antérieurs côté route et s´étirant sur côtés route, les anciennes tanneries disposent d´un sous-sol, un rez-de-chaussée et d´un ou deux étage selon le bâtiment. Les deux façades contiguë à la route principale comportent plusieurs travées qui s dispose d´un corps avancée à l´emplacement de l´ancienne chute, le tout surmonté par une baie avec des encadrements à meneaux.
    interetOeuvre :
    à signaler
    observation :
    Au regard du PLU de Faverges, ce site se trouve en zone Uaar à forte densité urbaine aux franges du
    couvertures :
    toit à deux pans
    illustration :
    Mappe sardes, 12 ème feuille, copie. 1827. Plan. Conservatoire d'Art et d'Histoire d´Annecy de la Haute-Savoie © Archives départementales de la Haute-Savoie. 3 P 3/4676 IVR82_20117401156NUCA Plan à l'appui de la demande formulée par M. Aillourd, 1882 IVR82_20117401032NUCA Plan à l'appui de la demande formulée par M. Aillourd, 15 février 1882. Plan. Archives Détail du plan à l'appui de la demande formulée par M. Aillourd, 1882 IVR82_20117401033NUCA
    elevations :
    élévation à travées
    historique :
    ruisseau est contourné et se dirige vers le nord. Cette disposition permet à de nombreux artisans de installe un battoir à piler les écorses pour fabriquer le tan et fouler les cuirs et les peaux dans un la conduite souterraine qui aliment les fontaines de la ville et qui a été établie en vertu d´un Fontaine. Le site comporte un battoir à écorces appartenant à MM. Ailloud Claude et François. Cette usine bâtiments et entièrement à découvert et peut occasionner des accidents. A partir de 1872, François assure développant plusieurs digues. C´est à partir de 1732 après la destruction d´une grande partie de la ville par prospérer. Ainsi, au nord de la rue Centrale de Faverges, un "rebattoir" à cuivre avec sa forge est mentionné depuis 1661. Cette forge se trouvant près de l´église appartient aux frères Maurice et Jean Emin . Maurice rachète la part de son frère en 1689 qui sera revendue par ses deux fils en 1712 à Gaspard fils de les chenaux dans le ruisseau Fontaine pour la remise en service d´une roue et du rebattoir. Il loue l
    referenceDocumentaire :
    AD Haute-Savoie : 6 S 77. Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine à AD Haute Savoie : 6 S77, Reglement d'eau des usines et prises d'eau sur le ruisseau de la Fontaine à AD Haute-Savoie : 6 S 77. Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine à AD Haute-Savoie : 6 S 77, Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine à AD Haute-Savoie : 6 S 77. Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine AD Haute Savoie : 6 S77, Reglement d'eau des usines et prises d'eau sur le ruisseau de la Fontaine Faverges, réglement des tanneries de MM. Neyret et Ailloud. 1865 AD Haute-Savoie : 6 S 77. Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine AD Haute-Savoie : 6 S 77. Maintien d´une prise d´eau dans le ruisseau de la Fontaine pour servir à AD Haute-Savoie : 6 S 77. Maintien d´une prise d´eau dans le ruisseau de la Fontaine pour servir à l
  • Moulin à farine et à huile de Barret-de-Lioure
    Moulin à farine et à huile de Barret-de-Lioure Barret-de-Lioure - le Moulin - R.D. 542 - isolé - Cadastre : 1813 A2 305 1987 A2 367 2016 A2 367
    titreCourant :
    Moulin à farine et à huile de Barret-de-Lioure
    description :
    salle des meules, auquel est accolée au sud-est une dépendance qui accueillait un four à pain, et à Ce moulin est constitué d'un bâtiment principal, abritant la chambre de la roue horizontale et la l'est un hangar. Une autre dépendance, abritant cellier, cuvage et petit logis, est disjointe au sud occupé par un second moulin. Les bâtiments sont construits en maçonnerie de moellons calcaires, et les segmentaire, avec appui mouluré et parfois décoré. Le canal de dérivation possède un grand réservoir, creusé
    couvertures :
    toit à longs pans
    illustration :
    Bâtiment principal et extension sud-est. Vue d'ensemble prise du sud. IVR84_20162600878NUCA Bâtiment principal. Deuxième étage de soubassement, meunerie. Angle sud-est, moulin à huile Bâtiment principal. Deuxième étage de soubassement, meunerie. Angle sud-est, moulin à huile Bâtiment principal. Deuxième étage de soubassement, meunerie. Angle sud-est, moulin à huile Bâtiment principal. Deuxième étage de soubassement, meunerie. Angle sud-est, moulin à huile. Détail Meule volante du moulin à huile, déposée à l'extérieur. IVR84_20162600894NUCA Dépendance sud-ouest. Pignon sud, troisième niveau. Jours et larmier en tuile
    denominations :
    moulin à farine moulin à huile
    contenu :
    sections du cadastre de 1788, il est décrit comme un « moulin à deux engins à moudre le blé », et il est « maison cour et moulin » à l'état des sections cadastrales de 1824, et appartient à « Armand Jean » partielle de la maison et d'un moulin (celui d'aval). A cette époque, le propriétaire est toujours Armand moulin. A cette époque, le propriétaire a changé et il s'agit de Espieux Hypolithe, adjoint au maire. Les ensuite été ajoutée à l'angle sud-est du moulin amont initial. Cet ajout correspond à l'ancien fournil, et . Dans la dépendance sud-est, le four à pain et son soubassement voûté ont probablement été également création de la chambre et du pigeonnier. Dans la dépendance sud-est, le four à pain a sans doute été de Barret-de-Lioure et à une altitude d'environ 725 mètres. Il est composé d'un bâtiment principal mouluré et, pour certaines, décoré d'un filet et de gouttes. Les toits sont à longs pans, et couverts en . La roue horizontale est à l'état de vestige, sa structure est en bois, avec des ailettes et un
    historique :
    possession seigneuriale des Dupuy Montbrun au début du 18e siècle, il a été largement repris et reconstruit L'origine de ce moulin paraît remonter au moins à la première moitié du 17e siècle. Mentionné comme de démolitions, construction et agrandissement au cours du 19e siècle (date portée 1828 gravée sur la porte du logis, mur est du vestibule du 3e étage de soubassement du bâtiment principal) et jusqu'au
    airesEtudes :
    Espace patrimonial et paysager du Bassin de Montbrun-les-Bains
    referenceDocumentaire :
    Section A. AD Drôme. série 3 P : 3276. Etat des sections du cadastre de Barret-de-Lioure, 1824 Section A2. AD Drôme. série 3 P : 3276. Plan cadastral de la commune de Barret-de-Lioure, 1813 . AD Drôme. série 3 P : 3276. Plan cadastral de la commune de Barret-de-Lioure, 1813. . AD Drôme. série 3 P : 3276. Etat des sections du cadastre de Barret-de-Lioure, 1824. LACROIX, A. Histoire de l'arrondissement de Nyons, 1901, réédition de 1973. LACROIX, A. Histoire PICRON, Gilbert. Barret-de-Lioure, histoire et habitants, 2006. PICRON, Gilbert. Barret-de-Lioure , histoire et habitants. Comité des fêtes de Barret-de-Lioure, 2006. PICRON, Gilbert. Habitat et chemin, Barret-de-Lioure, 2007. PICRON, Gilbert. Habitat et chemin
  • Moulins à farine, moulin à huile et scierie Fraix actuellement logement
    Moulins à farine, moulin à huile et scierie Fraix actuellement logement Verrens-Arvey - Le moulin - - en village - Cadastre : 2014 D 347, 373, 903
    titreCourant :
    Moulins à farine, moulin à huile et scierie Fraix actuellement logement
    description :
    est toujours visible. Il est de plan carré sur trois niveaux : un rez-de-chaussé et deux étages. Il est construit en pierre et couvert d'un toit en tôle bac. Il est occupé par un logement.
    observation :
    l'ouvrage : H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie, 2014, p.70.
    denominations :
    moulin à farine moulin à huile
    historique :
    moulins à roues verticales et un bâtiment abritant une scierie, un pressoir à huile, un pilon et un foulon 531) et le bâtiment abritant la scierie et le pressoir (parcelle 555) appartient à Pierre Fraix (fils Deux moulins appartenant à Philibert Fraix (feu Georges) apparaissent sur le cadastre napoléonien de 1809 (section D, feuille 1 parcelles 448 et 452). Le 24 janvier 1861, Jean Joseph Fraix (ou Frais ) demande le maintien en activité des sites hydrauliques qu'il possède. A cette date le site comporte deux amont appartient à Jean Fraix (parcelle 528), le moulin du milieu appartient à Philibert Fraix (parcelle de Jean Joseph). Les moulins sont mentionnés dans les recensements de 1917, 1923 et 1924 menés par la
    referenceDocumentaire :
    FR.AD073, 49SPC16, Verrens-Arvey, 1865-1870. FR.AD073, 49SPC16, Ponts et chaussées, service p.70. H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie, 2014. H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie et bas Val d'Arly, Cahier du Vieux Conflans, n°175, Société des Amis du Vieux Conflans
  • Moulins du Thex actuellement logement et sans affectation
    Moulins du Thex actuellement logement et sans affectation Mercury - Le Thex - - en village - Cadastre : 2014 F 594 (canal) ; 597, 1738 (bâtiments)
    titreCourant :
    Moulins du Thex actuellement logement et sans affectation
    description :
    est sans affectation. Il est de plan rectangulaire sur deux niveaux : un rez-de-chaussée et un étage . Il est construit en pierre et couvert d'un toit en tuile mécanique. Le moulin aval est toujours en place. Il est de plan rectangulaire. Il est construit en pierre et béton et couvert d'un essentage de planche à partir du premier niveau. La toiture est en tuile mécanique. Le premier niveau du bâtiment est que le moulin aval a été modernisé au cours du XXe siècle.
    observation :
    moulins en Combe de Savoie, 2014, p.38.
    denominations :
    moulin à farine moulin à huile
    historique :
    premier cadastre français de 1873 (section F, feuille 3, parcelles 938 et 946). A cette date, ils appartiennent à Pierre Gachet (fils de Guillaume). Le moulin amont produisait de la farine et le moulin aval (FR.AD073, 284 R 1). Sur les recensements de 1923 et 1924, le moulin appartient à la veuve Gachet. Au cours Chevron de Villette par le duc Charles de Savoie et par un inventaire du 3 juin 1523. Le moulin est visible sur la mappe sarde de 1732 (parcelle 496). En 1806, le site appartient à J.L. Pépin-Mugnard qui le vend à François Giguet. Deux moulins appartenant à François Giguet sont visibles sur le cadastre napoléonien de 1809 (Section E, feuille unique) : un moulin de petite taille en amont (parcelle 595) et un "moulin blanc" (parcelle 587) en aval, dont l'emplacement correspond à celui présent sur la mappe sarde . En 1813, le site est vendu à Guillaume Gachet. Les deux moulins sont toujours représentés sur le disposait d'une partie minoterie et une partie huilerie. Le site est mentionné sur le recensement des
    referenceDocumentaire :
    p.26, 57-65 H.Barthélémy, Moulins et martinets de Mercury, 2003. H.Barthélémy, Moulins et martinets féodaux et la péréquation, Registre des déclaratoires de la Délégation générale en Savoie sur les biens FR.AD073, 51SPC7, 1863-1877. FR.AD073 sous-série 51SPC7, Ponts et chaussées, service hydraulique p.61-66 H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie, 2014. H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie et bas Val d'Arly, Cahier du Vieux Conflans, n°175, Société des Amis du Vieux Conflans
  • Moulin et fruitière Bal
    Moulin et fruitière Bal Faverges - Noyeray (le) - route de Thônes - en écart - Cadastre : 1905 C3 468, 470, 472, 473 2008 C3 2562, 2563, 2564, 2596, 2597
    titreCourant :
    Moulin et fruitière Bal
    description :
    fruitière sont unis sous un même toit formant un passage couvert vers la cour. Ce toit à longs pans et demi de son équipement origine en dehors de la roue hydraulique. Le toit, également à longs pans et demi , comprenant un logis et lié au moulin. Le toit, encore à longs pans et demi-croupe, est quant à lui couvert en Les moulins, huilerie et fruitière Bal se composent de quatre bâtiments dont deux réunis sous un même toit. L'ensemble des élévations est en moellon de calcaire enduit au ciment ou à la chaux. La de son matériel (chaudron, baratte, moules etc). le logis situé face à la fruitière est établi sur linteau en accolade qui proviendrait du presbytère de Marlens (renseignement oral). Le logis et la croupe est couvert en tuiles plates. A l'est de la fruitière, l'ancien moulin à grain ne conserve rien
    destinations :
    moulin à huile
    couvertures :
    toit à longs pans demi-croupe
    illustration :
    Vue d'ensemble des bâtiments des moulins et fruitières. IVR82_20137400960NUCA Vue de l'ancienne fruitière et de l'ancien logis. IVR82_20137400961NUCA Façade de la fruitière sous un toit commun à l'habitation IVR82_20137400965NUCA Ensemble de moules à fromage en forme de cloches dans l'ancienne fruitière. IVR82_20137400967NUCA Vue du logis avec la toiture commune à la fruitière formant un passage couvert Porte en accolade à l'entrée du logis. IVR82_20137400969NUCA Vue de l'ancien moulin à grain IVR82_20137400962NUCA
    denominations :
    moulin à blé
    historique :
    par les frères Antoine et Pierre Prud'homme puis à partir de 1661 par les frères Patuel. Au milieu du 1708, Philiberte Falcaz (fille de Gasparde Truchet) vends à Maurice Patuel le moulin blanc et le moulin XVIIe siècle. En effet, "un moulin gros , un moulin blanc et une huilerie" (un moulin gros produit des XVIIe siècle, les moulins appartiennent toutefois à Gasparde Truchet, fille du châtelain de Faverges. En gros. Ce dernier, qui possède déjà le moulin haut du Noyeray de Saint-Ferréol, les loue à Antoine Moret , de La Giettaz. Les moulins sont finalement acquis en 1743 par Joseph Bal originaire de Giez et
    airesEtudes :
    Pays de Faverges et du Laudon
    referenceDocumentaire :
    p. 17-18 TISSOT, R. La Houille Blanche à Faverges TISSOT, Robert. La Houille Blanche à Faverges . Bulletin d'histoire et d'archéologie des amis de Viuz-Faverges, 1975, n° 14, p. 1-36.
  • Moulin à farine, foulon et battoir Bellon (détruits)
    Moulin à farine, foulon et battoir Bellon (détruits) Mercury - Le Colombier - - isolé - Cadastre : 2014 A 1301
    titreCourant :
    Moulin à farine, foulon et battoir Bellon (détruits)
    illustration :
    Cadastre napoléonien, Mercury-Gemilly, section A, feuille 2, 1809 (FR.AD073, L1006 Premier cadastre français, Mercury, 1873, Section A, feuille 5 (FR.AD073, 3P 7453
    denominations :
    moulin à farine moulin à foulon
    historique :
    comporte un moulin à deux tournants (parcelle 1236), un battoir à chanvre (parcelle 1231) et un foulon est toujours visible sur le cadastre napoléonien de 1809 (Section A, feuille 2). A cette date il
    localisation :
    Mercury - Le Colombier - - isolé - Cadastre : 2014 A 1301
    referenceDocumentaire :
    FR.AD073, L1006, 1809. FR.AD073, L1006, Cadastre napoléonien, Mercury, section A, feuille 2, 1809. FR.AD073, 3P 7453, 1873. FR.AD073, 3P 7453, Premier cadastre français, Mercury, Section A, feuille H.Barthélémy, Moulins et martinets de Mercury, 2003. H.Barthélémy, Moulins et martinets de Mercury p.61-66 H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie, 2014. H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie et bas Val d'Arly, Cahier du Vieux Conflans, n°175, Société des Amis du Vieux Conflans
  • Moulin à farine et pressoir à huile Poncet puis Tardy (détruit)
    Moulin à farine et pressoir à huile Poncet puis Tardy (détruit) Arbin - - chemin des moulins - en village - Cadastre : 2014 AA 241
    titreCourant :
    Moulin à farine et pressoir à huile Poncet puis Tardy (détruit)
    description :
    grâce à un aqueduc en charpente pour rejoindre le moulin Poncet. Dans les années 1860, le moulin à
    annexe :
    ,comprenant deux moulins à moudre le grain, une presse hydraulique pour la fabrication des huiles et une belle Le courrier des Alpes, 5 février 1870. A VENDRE Des Usines situées à Arbin, près Montmélian grande cour servant à la desservitude, le tout clos de murs. Toutes facilités seront données pour les payements. S'adresser à M. Poncet Josepb, propriétaire à Arbin.
    observation :
    entièrement dallé. Il franchit ensuite le ruisseau de la Crouza grâce à un pont aqueduc en pierre d'eau ce qui donne lieu à un procès avec les usiniers.
    illustration :
    Cadastre de 1728, Montmélian et Arbin, 1729 241, Vue 3 (FR.AD073, C3381). IVR82_20157301562NUCA Cadastre rénové, Arbin, 1934/1988, Section A, feuille 3 (FR.AD073, 3P 7016). IVR82_20157301564NUCA
    denominations :
    moulin à farine pressoir à huile
    historique :
    archives des Ponts et chaussées, en 1860, le site appartient à Jean Pierre Poncet (FR.AD073, 49SPC1). A Maria Poncet, veuve. Il dispose d'une force de 4 à 6 chevaux et travaille à façon pour les agriculteurs un pressoir à huile (FR.AD073, 81S9). Des annonces dans Le Courrier des Alpes nous apprennent qu'en 1870 le site est en vente. Le moulin et le pressoir apparaissent sur le premier cadastre français de 1876 (section unique, feuille 3, parcelles 548 et 550). Ils sont exploités par le meunier Joseph Poncet (fils de Jean Pierre). Le moulin est mentionné dans le tableau des Ponts et chaussées sur l'utilisation agricole et artisanale des cours d'eau de 1889 (FR.AD073, 35SPC7). Le recensement des moulins de 1917 (FR.AD073, 284 R 1) nous informe que le site est toujours en activité à cette date. Il est exploité par
    referenceDocumentaire :
    p.13-22 JC.Bouchet, "La guerre de l'eau à Arbin", 2010. JC.Bouchet, "La guerre de l'eau à Arbin FR.AD073, C3381, 1729. FR.AD073, C3381, Cadastre de 1728, Montmélian et Arbin, 241, Vue 3, 1729. FR.AD073, 49SPC1, Arbin, 1863-1867. FR.AD073, 49SPC1, Ponts et chaussées, service hydraulique , Arbin : moulins Cellières et Jalabert (sources d'Arbin), 1863-1867. FR.AD073, 81S9, Arbin, 1864-1930. FR.AD073, 81S9, Service hydraulique. Arbin : Curages, moulins et FR.AD073, 35SPC7, 1876-1909. FR.AD073, 35SPC7, Ponts et chaussées, service hydraulique , Comptabilité, statistiques et affaires diverses (classement par année), 1876-1909. FR.AD073, 3P 7016, 1934/1988. FR.AD073, 3P 7016, Mise à jour en 1988 du cadastre rénové, Arbin , Section A, feuille 3, 1934/1988. ", Bulletin de l'association des Amis de Montmélian et de ses environs, n°85, décembre 2010.
  • Bac à traille et bac à rames de Châteaubourg (disparus)
    Bac à traille et bac à rames de Châteaubourg (disparus) Châteaubourg - 07 Châteaubourg la) Roche-de-Glun Saint-Jean - en écart
    titreCourant :
    Bac à traille et bac à rames de Châteaubourg (disparus)
    description :
    et relie Saint-Jean (aujourd'hui hameau dépendant de la Roche-de-Glun) en rive gauche. Les bacs de Châteaubourg n'ont pas été précisément localisés sur le site ; aucun vestige n'en a été repéré. Il subsiste
    typologies :
    bac à traille
    observation :
    Repérage carte de Cassini. D'après la thèse de Cogoluènhe. Bac disparu reliant Châteaubourg à St
    historique :
    ce dernier qui est mentionné dans des baux d'affermage entre 1871 et 1912, date à laquelle le bac à siècle, signalée par Ladet, figure cette traille entre Châteaubourg et Saint-Jean parmi quinze autres bacs entre Vivarais et Dauphiné, de même qu'elle figure sur la carte de Cassini. Par ailleurs, ce fonctionne-t-elle encore lorsqu'à la fin de l'année 1816, un aubergiste nommé Rozeron installe à Châteaubourg un bac à rames pour relier son établissement aux agglomérations de la rive gauche. C'est sans doute
    precisionsDenomination :
    bac à traille bac à rames
    referenceDocumentaire :
    livre 1, p. 47 et p. 120 COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches et Temps Présent, 15 mai 2002, n° 74, p. 47-58 . La carte de Cassini ou carte de l'Académie est la première carte générale et particulière du royaume famille Cassini, principalement César-François Cassini (Cassini III) et son fils Jean-Dominique Cassini et 1789 et les 181 feuilles composant la carte ont été publiées entre 1756 et 1815. historiques et COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie p. 50-51 LADET, Pierre. La vallée du Rhône : haut lieu des échanges au XVIIIe siècle. Mémoire d'Ardèche et LADET, Pierre. La vallée du Rhône : haut lieu des échanges au XVIIIe siècle. Mémoire d'Ardèche
  • Usine de parapluies et cannes Goyet puis Guiard puis fabrique de matière plastique Crébier et Charon plexiglas
    Usine de parapluies et cannes Goyet puis Guiard puis fabrique de matière plastique Crébier et Charon plexiglas Lyon 1er - 154 boulevard de la Croix-Rousse 2 rue des Pierres-Plantées - en ville - Cadastre : 1999 AL 79, 80
    titreCourant :
    Usine de parapluies et cannes Goyet puis Guiard puis fabrique de matière plastique Crébier et
    description :
    , rythmé par 7 travées et un rez-de-chaussée surélevé. Une cheminée en brique est localisée dans la cour
    couvertures :
    toit à longs pans toit à un pan
    illustration :
    Détail toit à un pans couverture verre IVR82_20096901892NUCA
    denominations :
    usine de parapluies et cannes
    historique :
    L'usine de parapluies et cannes Goyet apparaît sur les annuaires commerciaux de Lyon à partir de Croix Rousse Teinturerie Dourlot, teint.dégr. Crébier et Charon, mat Plastiq. p 185 Crébier et Charon -rousse 154, cours lafayette 17, us. r. des tanneurs 8 p 1025 Mots clef : Matière plastiques, Crébier et Charon plexiglas et rhodoïd usine et bureau 154 bd croix rousse. P 2472. (Encart publicitaire Teinturerie Dourlot, teint.dégr. Bertucat (J.) (anc. Etab. Crébier et Charon) mat ; plastiq. p 204 Dourlot (J .) teint.-dégr. mag. gr. R. de Vaise, 36, b. croix-rousse 154, cours lafayette 17, et Bechevelin 11 p 1117 1878, un changement de propriétaire est mentionné en 1915, l'enseigne change et prend le nom de Aubert parapluie. En 1926, nouveau changement de propriétaire pour cette fabrique et marchand de parapluie : Raddaz parapluie. En 1956 Indicateur Fournier 1956 154 bd de la Croix Rousse Teinturerie Daloz teint. Dégr. p , gr. R. de Vaise, 36. p 993 Mots clef : Teinturerie- dégraisseurs. Daloz-Dourlot-Thuilier, teint
    referenceDocumentaire :
    p. 97, 457, 542, 876, 984 Indicateur de Lyon. 1878. AM Lyon (accès libre) Indicateur de Lyon. 1878 p. 331, 979, 1103, 1672, 1778 Indicateur Henry. 1885. AM Lyon (accès libre) Indicateur Henry. 1885 p. 381, 1109, 1308, 2570 Indicateur Henry. 1915. AM Lyon (accès libre) Indicateur Henry. 1915. AM
  • Moulin à farine, foulon, pressoir à cidre et à huile de la Léchère actuellement vestiges
    Moulin à farine, foulon, pressoir à cidre et à huile de la Léchère actuellement vestiges Bonvillard - Le Boccard La Léchère - - bâti lâche - Cadastre : 2014 B 787 (foulon), 793 (moulin), 1165 (battoir)
    titreCourant :
    Moulin à farine, foulon, pressoir à cidre et à huile de la Léchère actuellement vestiges
    description :
    Le moulin et le foulon étaient implantés en rive droite du ruisseau de la Bialla. Le pressoir était verticale. Il bénéficiait d'une chute de 3,50 mètres. Il pouvait servir de pressoir à huile ou de pressoir à cidre. Actuellement il n'existe plus. Les vestiges du moulin et du foulon sont toujours visibles. Le
    observation :
    récente. Les vestiges du moulin et du foulon se situent un peu en dehors du hameau dans une zone boisée.
    illustration :
    Plan faisant apparaître le moulin et le pressoir, 1866 (FR.AD073, 42SPC2). IVR82_20147303735NUCA
    denominations :
    moulin à farine moulin à foulon pressoir à cidre pressoir à huile
    historique :
    cadastre français de 1869 (section B, feuille 3, parcelles 919, 965 et 972). Ils appartiennent toujours à appartient à la veuve Chaffard et que le meunier est décédé. Le recensement de 1924 mentionne que le moulin Un moulin appartenant à Jean François de Somont, seigneur de Bonvillard est visible sur la mappe cadastre napoléonien de 1809 (section D, feuille 2, parcelle 771). A cette date, le site comporte également un foulon (parcelle 763). Ils appartiennent à Pierre David. Le 19 avril 1821, par acte passé chez Maître Perret, le site qui appartient à Jacques François Portier est vendu à Vincent Chaffard (cultivateur, feu François). Le 1er février 1841, Vincent Chaffard le cède à son fils Eusèbe. L'acte passé chez Maître Emery (FR.AD073, 6E6037) précise que le site comporte un moulin et une forge (cadastre napoléonien, section D, feuille 2, parcelles 770 et 771) et qu'il est connu sous le nom de "moulin du David ". Un pressoir servant pour faire l'huile et le cidre est construit en aval du site en 1864. Le 26 avril
    referenceDocumentaire :
    p.145-159 J.Prieur, Bonvillard : Pays de la combe de Savoie, 2004. H.Barthélémy et F.Berthier, "Les féodaux et la péréquation, Registre des déclaratoires de la Délégation générale en Savoie sur les biens ), notaire à Aiguebelle, sans date, Archives notariales de maître EMERY Joseph, notaire à Aiguebelle, acte du FR.AD073, 42SPC2, Bonvillard, 1864-1866. FR.AD073, 42SPC2, Ponts et chaussées, service hydraulique p.99-100 H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie, 2014. H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie et bas Val d'Arly, Cahier du Vieux Conflans, n°175, Société des Amis du Vieux Conflans