Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1 040 - triés par pertinence
  • Hôpital Edouard-Herriot
    Hôpital Edouard-Herriot Lyon 3e - place d' Arsonval - en ville - Cadastre : 1999 BR 4
    annexe :
    ´Edouard Herriot (1905-1957) et la politique des grands travaux En 1905, Lyon est victime de sa croissance La municipalité d´Edouard Herriot (1905-1957) et la politique des grands travaux La municipalité d s´entoure d´une équipe composée de Jules Courmont, professeur de médecine hygiéniste, Joseph Serlin municipalité lance une politique de grands travaux, marquée par la révision du plan général de la ville en 1906 . La politique urbaine comprend l´amélioration de la voirie des 3e et 8e arrondissements (aménagement du quartier de la gare des Brotteaux, 1907), de grands équipements (terrain d´aviation de Bron, 1907  ; abattoirs de la Mouche, 1909-1914 ; hôpital Grange-Blanche, 1913-1930), des cités d´habitat ouvrier (Ravat (industries chimiques à St Fons, Pierre-Bénite, prémices du couloir de la chimie ; industries électriques à Villeurbanne ; Pellicules photos à Décines, 1907, etc.). En 1908, c´est la fondation de la Société d´étude et d ´encouragement pour favoriser la prospérité et l´embellissement de la ville. Tous les ans, elle organise un
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    appellations :
    Edouard-Herriot
    illustration :
    Projet pour l'entrée de l'hôpital. In : Hôpital Edouard-Herriot. Plan directeur/ E. Gachon, 1978 Plan masse, d'après le plan cadastral, SUR Ville de Lyon, 1999 IVR82_20066900913NUDA Plan d'ensemble, d'après le plan général de la ville de Lyon. 1 : 2000 IVR82_20066900914NUD Plan d'ensemble. Relevé Société rhodanienne de Topographie, novembre 2005 IVR82_20066900959NUDA Pavillon F. Plan du rez-de-chaussée. Relevé Société rhodanienne de Topographie IVR82_20066900960NUD Pavillon F. Elévation de la façade nord. Relevé Société rhodanienne de Topographie Pavillon I. Plan du rez-de-chaussée. Relevé Société rhodanienne de Topographie IVR82_20066900962NUD Pavillon I. Elévation sud. Relevé Société rhodanienne de Topographie IVR82_20066900964NUD Pavillon I. Elévation est. Relevé Société rhodanienne de Topographie IVR82_20066900965NUD Pavillon E. Plan du rez-de-chaussée. Relevé Société rhodanienne de Topographie IVR82_20066900966NUD
    profession :
    [commanditaire] Herriot Edouard
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    titreCourant :
    Hôpital Edouard-Herriot
    etages :
    étage de soubassement
    description :
    chapelle, le plateau médian, coeur de l'hôpital, où se trouvent les services de médecine et de chirurgie bordées de trottoirs, avec orientation vers le sud. Les pavillons en U, simple ou double, comptaient à
    observation :
    Un grand nombre de reproductions de documents sont des documents de travail de médiocre qualité
    contenu :
    décision le 7 mai 1905 et prescrit la modernisation de l´hôpital. En 1909, Edouard Herriot, maire de Lyon prononce pour la démolition de l´Hôtel-Dieu, Edouard Herriot pour conserver la façade de J.-G. Soufflot, la hôpitaux modernes de l´Allemagne et du Danemark/ Edouard Herriot. Plans / T. Garnier. [Lyon : s.n. : 1910 1934 ; le conseil d´administration des HCL décide alors de donner le nom d´Edouard-Herriot à l´hôpital décembre 1937, la Ville remet l´hôpital Edouard-Herriot aux HCL en pleine propriété, en échange de l hospitalière a entamé la phase de modernisation de l´hôpital Edouard-Herriot, premier pôle d´hospitalisation ´hôpital Edouard-Herriot). Les mesures de protection MH doivent être précisées et étendues. DESCRIPTION I - Situation L´hôpital Edouard-Herriot est construit à l´est de la ville, à l´extrémité de l´ancien faubourg de accueille les bustes en ronde-bosse d´Edouard Herriot et de Tony Garnier (cf. sous-dossiers) ; le buste du HISTORIQUE I - Le contexte de la construction du nouvel hôpital Les préoccupations d´hygiène
    historique :
    L'hôpital Edouard Herriot est construit par Tony Garnier, à la demande du maire de Lyon Edouard Herriot. L'avant-projet date de 1910 ; les travaux durent jusqu'en 1933. En 1924, Tony Garnier charge l'architecte Louis Thomas de construire la chapelle (qui n'était pas prévue dans l'avant-projet) et les pavillons du plateau haut. L'évolution de l'hôpital conduit à des modifications sur un certain nombre de bâtiments, par surélévation, épaississement ou adjonction dans les cours anglaises. En dépit des mesures de protection, les cheminées de la chaufferie sont arasées en 1997 par mesure de sécurité. Le projet de modernisation actuelle doit conduire à la démolition de 6 pavillons.
    referenceDocumentaire :
    A. Hospices civils. Lyon. Modernisation de l'hôpital Edouard Herriot : une nouvelle étape A . Hospices civils. Lyon. Modernisation de l'hôpital Edouard Herriot : une nouvelle étape s'annonce. 2006 Diagnostic de remise à niveau des productions de fluides de l'hôpital Edouard-Herriot. 2005 A . Hospices civils. Lyon. Diagnostic de remise à niveau des productions de fluides de l'hôpital Edouard hôpitaux modernes de l´Allemagne et du Danemark / Edouard Herriot, maire de Lyon. Plans de Tony Garnier MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA FAMILLE. HOSPICES CIVILS DE LYON. Hôpital Edouard-Herriot. Plan MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA FAMILLE. HOSPICES CIVILS DE LYON. Hôpital Edouard-Herriot. Plan directeur/ E HOSPICES CIVILS DE LYON. Hôpital Edouard-Herriot. Projet d´actualisation du plan directeur / E . HOSPICES CIVILS DE LYON. Hôpital Edouard-Herriot. Projet d´actualisation du plan directeur / E. Gachon Ville de Lyon. Hôpital Edouard-Herriot. Plan d´ensemble / Tony Garnier, 15 avril 1935 (Arch. mun
  • Monument Edouard Thiers
    Monument Edouard Thiers Lyon 7e - Guillotière-Marseille-Saint-André - place Raspail - en ville - Cadastre : 1999 AB non cadastré domaine public
    titreCourant :
    Monument Edouard Thiers
    description :
    Edouard Thiers était figuré en buste. Le socle était en pierre de Villebois, le fût en Comblanchien
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    appellations :
    Edouard Thiers
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    historique :
    Le monument patriotique dédié au capitaine Edouard Thiers (1843-1890), capitaine du génie , commandant du fort de Bellevue à Belfort en 1870, conseiller général puis député du Rhône, a été inauguré le fondue durant l'Occupation, en 1942. La place Raspail ne garde plus de trace de la présence du monument
    referenceDocumentaire :
    p. 7 Le Monument Edouard Thiers. Lyon-Exposition, 17 septembre 1893 Le Monument Edouard Thiers Inauguration du Monument élevé à Edouard Thiers à Lyon. 29 octobre 1893. Lyon : impr. A. Waltener Inauguration du Monument élevé à Edouard Thiers à Lyon. 29 octobre 1893. Lyon : impr. A. Waltener et Cie, 1894 public français : l'exemple de Lyon. GARDES, Gilbert. Le monument public français : l'exemple de Lyon . Thèse d'Etat, sous la direction de TERNOIS, Daniel. Paris, Université Paris I, 1986, 6 tomes en 7 GUILLOT, Catherine. « Heurs et malheurs de quelques monuments lyonnais de la Guillotière », Les carnets de l’Inventaire GUILLOT, Catherine. « Heurs et malheurs de quelques monuments lyonnais de la Guillotière », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 1er mai grands hommes. Une étude dans huit départements du sud-est de la France. 1814-1914. LUIS, Emmanuel. La sculpture des grands hommes. Une étude dans huit départements du sud-est de la France. 1814-1914. Mémoire de
  • Buste : Edouard Herriot
    Buste : Edouard Herriot Lyon 3e - place d' Arsonval - en ville
    titreCourant :
    Buste : Edouard Herriot
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    illustration :
    Vue d'ensemble de 3/4 IVR82_20066900919NUCA Vue de face. Détail IVR82_20066900920NUCA
    inscriptions :
    Signature G. SALENDRE sur la gauche de la gaine en bas ; inscription EDOUARD/HERRIOT/1872-1957 sur la partie antérieure de la gaine, en haut
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    emplacements :
    à l'est de la cour d'entrée
    historique :
    Buste commandé au sculpteur Georges Salendre pour le centenaire de la naissance d'Edouard Herriot
    referenceDocumentaire :
    Base de données Statues / Gérard Corneloup (AM Lyon) Base de données Statues / Gérard Corneloup (AM
  • Cité Edouard-Herriot
    Cité Edouard-Herriot Lyon 9e - 24-26 rue des Docteurs-Cordier 2-12 rue Sylvain-Simondan - en ville - Cadastre : 1999 AC 20
    titreCourant :
    Cité Edouard-Herriot
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    observation :
    Un permis de démolir concernant les barres 7, 8, 9 de la cité Edouard-Herriot est déposé en janvier 2005 à la Direction de l'Aménagement urbain de la Ville de Lyon.
    appellations :
    Edouard-Herriot
    illustration :
    Elévation sud du bâtiment 9 donnant sur le début de la rue Simondan IVR82_20056902559NUCA
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    historique :
    Ensemble de huit barres construites entre 1959 et 1962 et probablement réhabilitées à la fin du XXe siècle. Un panneau visible depuis le début de la rue Simondan porte l'inscription suivante : CITE E anonyme de construction de la Ville de Lyon]. Des étendoirs extérieurs collectifs sont aménagés au pied
  • Place du Président Edouard Herriot
    Place du Président Edouard Herriot Aix-les-Bains - Les Bords du lac - bâti lâche
    titreCourant :
    Place du Président Edouard Herriot
    description :
    La place du président Édouard Herriot se situe au bord du lac, au nord du Grand-Port et à l’extrémité de l’avenue du Grand-Port. Elle a été refaite au début des années 2000.
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville d'Aix-les-Bains
    historique :
    Cette place est baptisée place du président Édouard Herriot, qui fréquentait régulièrement la
  • Boulodrome dit stade bouliste Edouard-Herriot
    Boulodrome dit stade bouliste Edouard-Herriot Lyon 2e - Confluent - quai Perrache - en ville - Cadastre : 1999 BO 2
    titreCourant :
    Boulodrome dit stade bouliste Edouard-Herriot
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    appellations :
    stade bouliste Edouard-Herriot
    illustration :
    Vue générale depuis l'ouest, de l'autre côté de l'autoroute IVR82_20016902134NUCA L'extrémité de la presqu'île depuis le sud, le pont de la Mulatière et le pont auto-routier
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    historique :
    Un stade boulliste s'installe au confluent en 1929 ; de nouvelles installations, plus importantes , sont implantées en 1976, après la destruction du cours de Verdun, lors de la construction du centre
    referenceDocumentaire :
    AC Lyon. 0429 WP 084 à 088. Edifices communaux ; stade bouliste Edouard Herriot, 1976-1983 AC Lyon . 0429 WP 084 à 088. Edifices communaux ; stade bouliste Edouard Herriot, 1976-1983 Lyon - Le nouveau stade bouliste de la Mulatière et le pont Pasteur. [Lyon] : Ed. J. Cellard, [2e Lyon - Le nouveau stade bouliste de la Mulatière et le pont Pasteur. [Lyon] : Ed. J. Cellard, [2e quart
  • Port de Lyon dit port industriel Edouard Herriot
    Port de Lyon dit port industriel Edouard Herriot Lyon 7e - Gerland - 1 rue de Chalon-sur-Saône rue Bouin-Jean - en ville - Cadastre : 1999 CH 2, 4, 5, 9 à 18, 28, 29, 31, 32, 33, 36, 39, 40 à 45, 50, 51, 57, 59, 62, 63, 65, 68 à 74, 79, 82, 83, 84, 89 à 91, 100 CM 1 5, 7, 12 à 17, 20 à 26
    titreCourant :
    Port de Lyon dit port industriel Edouard Herriot
    description :
    Le port se compose de trois grandes darses (ou bassins de port) mises en communication avec le . Parallèlement, il permet de mettre en oeuvre l´amélioration et le développement de la navigation du Rhône rive gauche du Rhône, entre le quartier de la Mouche - Gerland et la banlieue industrielle de Saint -Fons et Vénissieux. Il est ainsi relié aux grands ports maritimes du nord, aux ports fluviaux de l´est multiples aménagements réalisés sur les routes pour les rendre praticables par les convois exceptionnels de type D et E. Ces types correspondent à un poids limite autorisé, qui est de 280 tonnes pour le type D et de 400 tonnes pour le E. Le Port E. Herriot compte 184 hectares, pouvant être loués, dont 90 granulats et matériaux de construction, les hydrocarbures et le traitement des conteneurs. Il se compose de trois grandes darses de 100m de largeur, deux orientées nord / sud (darse n°1 et darse n°2) et la troisième, celle dédiée aux hydrocarbures, d´axe nord-ouest / sud-est. Cette dernière, d´une capacité de
    annexe :
    Edouard Herriot est décrété d´utilité publique En 1938, de nouvelles dispositions sont prévues pour le Genèse d´un port industriel sur le Rhône (suite annexe 5) Les premières volontés de créer un port industriel à Lyon composé du port avec ses darses mais aussi d´un canal de ceinture le reliant au canal de installations portuaires de Lyon qui comptent la gare d´eau de Vaise, le quai Saint-Antoine et les deux quais Maréchal-Joffre et Rambaud et le port Rambaud dont le trafic se restreint à la Saône. Le choix définitif de son emplacement s´est fait en fonction de plusieurs critères : le port doit se situer en dehors du lit normal du fleuve, en raison de l´intensité de ses crues et des quantités importants d´alluvions transportées. Il ne doit pas empêcher le développement de la ville accès vers l´ouest. Il doit disposer de vastes terrains pour ses magasins, entrepôts, voies d´accès ou de circulation mais aussi pour attirer et enfin, il doit être accessible le plus aisément possible par de grands axes de communication routiers ou
    observation :
    photo vue de la Mulatière )
    illustration :
    Bureau et habitat chef de dépôt IVR82_20086901874NUCB Peinture murale : CNR le port Edouart Herriot à Gerland au sud de Lyon. Dessin de R.M. Flachat Lyon Vue d'ensemble des bâtiments administratifs de la CNR, localisés dans le port IVR82_20086902407NUCA Vue d'ensemble ouest des bâtiments adminstratifs de la CNR datant des années 1930 Vue de la Steff IVR82_20086900432NUCA Vue de la Steff IVR82_20086900433NUCA Vue d'ensemble sud de l'entrepôt Norauto IVR82_20086900434NUCA Vue des espaces de circulation et entrepôt PUM IVR82_20086900438NUCA Entrée de la Steff IVR82_20086900439NUCA Vue nord de la darsette (petite darse) IVR82_20086900440NUCA
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    historique :
    Actuellement Gerland reste encore un quartier industriel, le plus important de la commune de Lyon , où se mélange technique traditionnelle et technique de pointe. Les câbles de cuivre électrique , maintenant traditionnels côtoient les fibres optiques avec la société des câbles de Lyon aujourd'hui nord, et une au sud, vers le port Edouard Herriot, plus récente, qui est à la fois un port fluvial d'hydrocarbures, mais également un conglomérat de petites entreprises divers et très dynamiques (Descours et ... ), entourées par le périphérique de Lyon ou s'appuyant sur le trafic fluvial, encore présent. Le port couvre 184 ha et offre 109 ha de terrain privatifs et publics à vocation industriel et logistique. L´idée d le choix de son emplacement dans la plaine d´anciens brotteaux entre le quartier de la Mouche-Gerland et la banlieue industrielle du sud-est. Ce port se compose de trois grandes darses mises en Rambaud. Parallèlement, il permet de mettre en oeuvre l´amélioration et le développement de la navigation
    localisation :
    Lyon 7e - Gerland - 1 rue de Chalon-sur-Saône rue Bouin-Jean - en ville - Cadastre : 1999 CH 2
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    bassin de port
    referenceDocumentaire :
    AM Lyon : 0347 WP 002. Port Edouard Herriot (Gerland), dossier de dommages de guerre, AM Lyon  : 0347 WP 002. Port Edouard Herriot (Gerland), dossier de dommages de guerre, reconstruction d'une cuve AM Lyon : 0370 WP 075. Port Edouard Herriot (Gerland), Avant Projet de construction de l'entrepôt AM Lyon : 0370 WP 075. Port Edouard Herriot (Gerland), Avant Projet de construction de l'entrepôt de AM Lyon : 0371 WP 098 2. Port Edouard Herriot (Gerland), Avant Projet de construction déposé par AM Lyon : 0371 WP 098 2. Port Edouard Herriot (Gerland), Avant Projet de construction déposé par les demande l'autorisation de construire un dépôt d'hydrocarbures à l'intérieur du port Edouart Herriot. 1938 AM Lyon : 0937 WP 1142. Port Edouard Herriot (Gerland), plan du parcellaire projeté pour AM Lyon  : 0937 WP 1142. Port Edouard Herriot (Gerland), plan du parcellaire projeté pour l'implantation du port industriel de Lyon, Compagnie Nationale du Rhône. 1934
  • Présentation du mobilier de la chapelle de l'hôpital Edouard-Herriot
    Présentation du mobilier de la chapelle de l'hôpital Edouard-Herriot Lyon 3e - place d' Arsonval - en ville
    titreCourant :
    Présentation du mobilier de la chapelle de l'hôpital Edouard-Herriot
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    illustration :
    Vue d'ensemble du choeur de l'église IVR82_20066902100NUCA Vue d'ensemble de l'aménagement du choeur, stalles hautes et basses IVR82_20066902104NUCA Station du chemin de croix IVR82_20066902072NUC
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    contenu :
    PRESENTATION DU MOBILIER Bancs d´église en chêne. Ensemble composé de 2, 3, 4 ou 6 chaises associées par le haut de leur dossier chantourné, par une barre clouée sous les assises et par une tablette également fixé l´agenouilloir recouvert d´un cuir blanc rembourré. Les assises sont formées d´une plaque de chêne striée. Chaque ensemble de chaises peut s´associer à un autre par assemblage par tenons et panneau plein au-dessus de l´agenouilloir. Orgue Buffet réalisé par les facteurs d´orgues lyonnais Ruche blanc ; de forme octogonale avec alternance de petits et de grands côtés. Electrifiés. H = 29 ; la = 17,5 Grilles de chauffage et cache-radiateurs 3 cache-radiateurs de chaque côté de l´entrée, formant un quadrillage composé par l´alternance de tiges métal disposées verticalement et horizontalement  ; grilles de chauffage intégrées sous la tribune du maître-autel et sous les stalles hautes, composées également d´un quadrillage de tiges métal enserrant des plaques de métal blanc. Chemin de croix Cuivre
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    chemin de croix
  • Plaque commémorative, demi-relief (médaillon) : Portrait d'Edouard Herriot
    Plaque commémorative, demi-relief (médaillon) : Portrait d'Edouard Herriot Lyon 2e - 29 rue de la Bourse - en ville - Cadastre : 1999 AC 63
    titreCourant :
    Plaque commémorative, demi-relief (médaillon) : Portrait d'Edouard Herriot
    description :
    Médaillon de bronze sur plaque de marbre blanc fixée sur le mur par quatre rivets.
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    inscriptions :
    Inscription sur la plaque en dessous du médaillon, gravée et dorée : EDOUARD HERRIOT/1872-1957 /MAIRE DE LYON/MEMBRE DE L'ACADEMIE FRANCAISE. Inscription sur la plaque, en bas à gauche : CERCLE EDOUARD HERRIOT. LYON Signé en bas à gauche : P. PENIN
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    representations :
    Portrait d'Edouard Herriot présenté de trois-quart droit, en costume de ville, portant une cravate ministre portrait de trois-quarts
    localisation :
    Lyon 2e - 29 rue de la Bourse - en ville - Cadastre : 1999 AC 63
  • Rue de l'Impératrice, puis rue de l'Hôtel-de-Ville, actuellement rue du Président-Edouard-Herriot
    Rue de l'Impératrice, puis rue de l'Hôtel-de-Ville, actuellement rue du Président-Edouard-Herriot Lyon 2e - rue du Président-Edouard-Herriot - en ville
    titreCourant :
    Rue de l'Impératrice, puis rue de l'Hôtel-de-Ville, actuellement rue du Président-Edouard-Herriot
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    destinations :
    rue du Président-Edouard-Herriot
    appellations :
    de l'Impératrice, puis rue de l'Hôtel-de-Ville
    illustration :
    Vue depuis le nord, au niveau de la rue Ferrandière IVR82_20086903052NUCA
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    localisation :
    Lyon 2e - rue du Président-Edouard-Herriot - en ville
  • Rue de l'Impératrice, puis rue de l'Hôtel-de-Ville, actuellement rue du Président-Edouard-Herriot
    Rue de l'Impératrice, puis rue de l'Hôtel-de-Ville, actuellement rue du Président-Edouard-Herriot Lyon 2e - Saint-Nizier - rue Président-Edouard-Herriot - en ville - Cadastre : 1999 AB non cadastré 1999 AV non cadastré doma ne public
    titreCourant :
    Rue de l'Impératrice, puis rue de l'Hôtel-de-Ville, actuellement rue du Président-Edouard-Herriot
    description :
    Des Terreaux à la rue Grenette, la nouvelle voie est établie à l'emplacement des rues de Clermont , de Sirène, du passage couvert dit Allée des images (occupé par des boutiques vendant dessins et estampes), des rues de Vandran et de l'Aumône.
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    destinations :
    puis rue de l'Hôtel-de-Ville, actuellement rue du Président-Edouard-Herriot
    appellations :
    rue de l'Impératrice
    illustration :
    Lyon. Rue de l'Hôtel-de-Ville, carte postale, cachet de 1906 IVR82_20056902024NUCA Lyon. La rue de l'Hôtel-de-Ville, carte postale, 1910 IVR82_20056902023NUCAB Chapellerie de luxe Nodin, 37 rue de l'Hôtel-de-Ville : chapeau claque plié et sa boîte Chapellerie de luxe Nodin, 37 rue de l'Hôtel-de-Ville : chapeau claque déplié et sa boîte Vue de la rive impaire en direction du sud à partir de la rue Ferrandière IVR82_20086903052NUCA Vue de la rive impaire vers le nord depuis la place des Jacobins IVR82_20086903051NUCA Rive impaire au niveau du passage de l'Argue (n°s 65 à 73) IVR82_20096900658NUCA Vue générale en direction de la place Bellecour prise depuis le chevet de l'église Saint-Nizier
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    historique :
    Monmartin. Après l´ouverture de la rue Impériale, les rues Sirène et Clermont, très animées jusque-là , déclinent rapidement : en 1855 un groupement de propriétaires va jusqu´à proposer un itinéraire de nouvelle rue. Le préfet Vaïsse décide en 1858 de lancer le projet et confie l´élaboration du tracé à Gustave Bonnet, ingénieur en chef du service de la voirie. Le but est de créer un centre d'affaire où seront concentrés bureaux, banques et commerces. La rue aura 15 m de large et les façades 20,5 m de haut . L'opération doit s'accompagner du prolongement de la rue Childebert et du lotissement du site de l'ancienne préfecture, auxquels s'ajoute en janvier 1859, à la demande de Napoléon III, la rectification de la place de l'opération ; la banque suisse de crédit international accepte (traité passé le 30 juillet 1858) puis se retire le 15 juillet de l'année suivante. Le projet est alors suspendu : seuls deux immeubles de la rue chantier commence au début de 1860. A l'été, la nouvelle voie est ouverte en plusieurs points, des
    localisation :
    Lyon 2e - Saint-Nizier - rue Président-Edouard-Herriot - en ville - Cadastre : 1999 AB non
    referenceDocumentaire :
    Lyon. Rue de l'Hôtel-de-Ville, carte postale Lyon. Rue de l'Hôtel-de-Ville. [Lyon] : ND phot ., cachet de 1906. 1 impr. photoméc. : carte postale. N° 235 (AM Lyon : CP 1479) Lyon. La rue de l'Hôtel-de-Ville, carte postale Lyon. La rue de l'Hôtel-de-Ville. [s.n.] : L.V. et p. 222 BARD, J. XIXe bulletin monumental de la ville de Lyon. Revue du Lyonnais, 1859 BARD, Joseph . XIXe bulletin monumental de la ville de Lyon. Revue du Lyonnais, 1859, t. 19 nouvelle série p. 132-133, 155-156, 243-247 BERTIN, Dominique. Les transformations de Lyon sous le préfet Vaïsse ... 1987 BERTIN, D. Les transformations de Lyon sous le préfet Vaïsse : étude de la régénération du centre de la presqu'île. Lyon : s.n., 1987. 3 vol. multigr. : 502 p.-56 pl.-201 ill.Th. doct. : Lyon 2  : Editions lyonnaises d'Art et d'Histoire, 1999. 132 p. : ill.-plans ; 22 cm (Vues de quartiers)
  • Château de Cibeins ; école d'agriculture, puis lycée agricole d'Etat Edouard-Herriot, dit lycée de Cibeins
    Château de Cibeins ; école d'agriculture, puis lycée agricole d'Etat Edouard-Herriot, dit lycée de Cibeins Misérieux - Cibeins - Domaine de Cibeins - en écart - Cadastre : 1823 A 186 à 203, 244 à 254, 114 à 124 1984 A 204, 611 2015 A 611, 704 à 709 Emprise du château et du parc 2015 A 159 à 162, 164, 167 à 173, 181 à 200, 205, 207, 220-221, 224, 226 à 238, 240 à 246, 335, 569-570 573-574, 577, 579-580, 582-583, 586, 591-592, 595-596, 599 à 601, 604
    annexe :
    premier connu de la dynastie 1386 : les Cholier possèdent la terre de Cibeins et font construire une maison forte 1695 : Daniel Cholier fait renouveler par le notaire Divat le terrier des rentes nobles de Cibeins 1705 : Pierre Cholier, chevalier, conseiller en la sénéchaussée et présidial de Lyon, est Président de la Cour des monnaies créée à Lyon par Louis XIV 1707, 3 mai : le château de Cibeins et ses dépendances sont érigés en fief en faveur de Pierre de Cholier, promu comte de Cibeins par Louis-Auguste 1er , prince de Dombes.Le château a certainement été construit à cette époque, à la limite des 17e et 18e siècles. 1721 : lettres patentes donnant droit de haute, moyenne et basse justice à Pierre de Cholier (ce modification des corps de passage de la 1ère cour et construction d'un escalier en vis dans l'angle , remaniement ou agrandissement des communs, à l'origine en rez-de-chaussée. 2° L'école d'agriculture 1918 : Acquisistion du château et du domaine de Cibeins par la Ville de Lyon, puis de la ferme de Grange Basse, de la
    appellations :
    Edouard-Herriot
    illustration :
    Souveraineté de Dombes, carte, par Ch. de Neuvéglise, 1695, détail : Cibeins (AC Trévoux Carte des possessions de François de Neuville, 1716, détail : Cibins (AP Lyon) IVR82_19946900053XA Le château de Cibeins, d'après la carte de Cassini [2e moitié du 18e siècle] IVR82_20150100104NUCA Plan de situation, extrait du plan cadastral de 1823, section A1 de Cibeins IVR82_19870100037P Lycée de Cibeins, emprise foncière (état 2015) IVR82_20150100121NUDA Relevé de la façade A, par Ch. Meysson, 1918 (AC Lyon 111 WP 028) IVR84_20170100010NUCA Relevé de la façade C, par Ch. Meysson, 1918 (AC Lyon 111 WP 028) IVR84_20170100007NUCA Relevé de la façade J, par Ch. Meysson, 1918 (AC Lyon 111 WP 028) IVR84_20170100019NUCA Avant-projet, plan du rez-de-chaussée du château et des dépendances par Ch. Meysson, janvier 1919 Projet d'aménagement du château par Ch. Meysson, ca 1920 : plan du rez-de-chaussée (AC Lyon, 111 WP
    profession :
    [commanditaire] Cibeins Pierre Cholier, comte de [personnage célèbre] Herriot Edouard
    representations :
    Statue d'ange dans une niche au-dessus du corps de passage gauche
    escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    localisation :
    Misérieux - Cibeins - Domaine de Cibeins - en écart - Cadastre : 1823 A 186 à 203, 244 à 254, 114
    titreCourant :
    Château de Cibeins ; école d'agriculture, puis lycée agricole d'Etat Edouard-Herriot, dit lycée de
    etages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    , et une ferme modèle de plan symétrique. Château rectangulaire construit autour de 2 cours, corps de logis en pisé, de plan en U cantonné de 4 tours carrées partiellement en pierre, corps de passage et communs en calcaire, tour à revêtement de brique avec escalier en vis dans l'angle de la 1ère cour . Bâtiments scolaires en pisé et mâchefer autour de la 2e cour et à l'est de celle-ci, bâtiment indépendant colombier. Ferme modèle composée de corps séparés en moellons ou en pisé, ânerie circulaire à toit conique
    statut :
    propriété de la région
    observation :
    Transfert de propriété de la Ville de Lyon à la Région acté le 12.10.2005
    historique :
    communs au milieu du 19e siècle. En 1918, à l'initiative du maire Édouard Herriot, la Ville de Lyon 1ère mention de la terre de Cibeins en 1097. En 1386, la famille Cholier en prend possession et édifie une maison forte. En 1707, le château de Cibeins et ses dépendances sont érigés en fief en faveur de Pierre Cholier, promu comte, qui reconstruit sans doute le château. Il reçoit en 1721 le privilège de toute justice, symbolisé par 2 bornes-piliers à l'entrée. Remaniements intérieurs et adjonction de des communs en bâtiments scolaires, et construit de 1919 à 1927 une ferme-école, le tout sur les plans de Charles Meysson, architecte de la ville. Une école d'artisanat rural y est annexée en 1927, dont Marcaire, directeur technique puis directeur de l’École (1935-1945). A partir de 1963, l'école devient lycée agricole d'Etat Édouard Herriot. Internat bâti en 1969, anciens communs démolis après inventaire . En 2005, la Région devient propriétaire de l'ensemble des bâtiments et terres agricoles, y compris
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    théâtre de verdure
    couvrements :
    voûte en arc-de-cloître
    referenceDocumentaire :
    p. 26-27 Le lycée agricole Edouard-Herriot à Cibeins : il attend le feu vert régional pour de nouveaux travaux en 1985. La Voix de l’Ain, n° 2049, 24 mai 1984 Le lycée agricole Edouard-Herriot à p. 115 PHILIPPON, Edouard. Dictionnaire topographique du département de l'Ain. Paris : Impr. nat ., 1911 PHILIPPON, Edouard. Dictionnaire topographique du département de l'Ain. Paris : Impr. nat., 1911 AC Lyon : 22 WP 319. Ecole de Cibeins. Suivi financier 1918-1922, travaux 1930. AC Lyon : 22 WP 319. Ecole de Cibeins. Suivi financier 1918-1922, travaux 1930. Carte de la Souveraineté de Dombes, de Charles de Neuvéglise, 1695. Souveraineté de Dombes. Carte , par Charles de Neuvéglise, 1695. A.C. Trévoux. Carte des possessions de François de Neuville, gouverneur de Lyon et des provinces du Lyonnais , Forez et Beaujolais. 1716 (AP Lyon) Carte des possessions de François de Neuville, gouverneur de Lyon
  • Église du collège des jésuites d'Aubenas (détruite)
    Église du collège des jésuites d'Aubenas (détruite) Aubenas - - en ville - Cadastre : 1834 F 444
    dossier :
    Plan du collège après 1742 ; à gauche : l'église (Dess. Ed. de Gigord, 1910) Église du collège des Plan du collège après 1742. Dess. Ed. de Gigord, 1910 Collège de jésuites d'Aubenas (partiellement détruit ; vestiges), puis école secondaire, puis centre de tri postal, puis commissariat de police
    referenceDocumentaire :
    GIGORD, Edouard de. Les jésuites d'Aubenas (1601-1762). Paris : [1910]. 504 p. GIGORD, Edourd de
    auteur :
    AuteurDocumentReproduit Gigord de Edouard
  • Collège de jésuites d'Aubenas (partiellement détruit ; vestiges), puis école secondaire, puis centre de tri postal, puis commissariat de police, actuellement immeuble à logements
    Collège de jésuites d'Aubenas (partiellement détruit ; vestiges), puis école secondaire, puis centre de tri postal, puis commissariat de police, actuellement immeuble à logements Aubenas - 16-20 boulevard Gambetta - en ville - Cadastre : 1834 F 443 2018 F 431
    dossier :
    Plan schématique des terrains du collège. Dess. Ed. de Gigord, 1910 Collège de jésuites d'Aubenas (partiellement détruit ; vestiges), puis école secondaire, puis centre de tri postal, puis commissariat de police
    referenceDocumentaire :
    GIGORD, Edouard de. Les jésuites d'Aubenas (1601-1762). Paris : [1910]. 504 p. GIGORD, Edourd de
    auteur :
    AuteurDocumentReproduit Gigord de Edouard
  • Usine de fabrication de matériaux de construction dite Etablissements Guignardat
    Usine de fabrication de matériaux de construction dite Etablissements Guignardat Lyon 7e - Gerland - 58 rue Clément-Marot 205, 209, 209 bis avenue Jean-Jaurès 103, 106, 111, 113, 122 rue André-Bollier - en ville - Cadastre : 1999 BS 63, 51, 52, 8 BW 6 14
    titreCourant :
    Usine de fabrication de matériaux de construction dite Etablissements Guignardat
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    Il s'agit d'un ensemble de bâtiments comprenant sept constructions. Ces constructions comprennent Clément Marot, un atelier de fabrication au 106 rue André Bollier et une maison d'habitation au 111 rue André Bollier. Le hangar assez rudimentaire, est composé de quatre piliers métalliques, la couverture
    annexe :
    La famille Guignardat est présente depuis la fin de la Révolution Française dans le quartier de Gerland. Le quartier de Gerland est d'une superficie d'environ 770 herctares : la famille Guignardat en possèdait environ le tiers au 19e siècle. Les deux autres tiers de ce quartier étaient détenus par la famille Roux et la famille Hivernaud. A cette époque, l'économie de ce qurtier reposait sur l'agriculture et le maraîchage. Cependant, la famille Guignardat exerçait également des activités de transport de leur élevage porcin qui se situait sur le parcelle où se trouve la Communauté Urbaine de Lyon de nos jours. Ils transportaient aussi des graviers qui ont servi à l'aménagement du port Edouard Herriot . Cette activité de transport était assuré avec des charrettes tractées par des chevaux. C'est ainsi que l'on retrouve encore aujourd'hui des écuries jouxtant la maison familiale des guignardat au 111 de la rue André Bollier. Les Guignardat ont étoffé cette activité de transport dans le courant du 20e siècle
    observation :
    immédiate de la zone centrale et donc le tissu est peu ordonné et caractérisé par l'hétérogénéité des fonctions, des volumes et des architectures. Le PLU doit permettre la restructuration progressive de ces quartiers péri-centraux dans le respect des traits dominant de cette urbanisation (mixité logements-emplois
    illustration :
    Propriété de B. Guignardat ; 33 rue Colombière (1847) IVR82_20076900716NUCA Vente de terrain aux Ets Crotte par B. Guignardat ; 33 rue Colombière (1847) IVR82_20076900717NUCA Guignardat ; surélévation de bureau ; façade sur cour (1958) IVR82_20076900632NUCA Guignardat ; surélévation de bureau ; façade sur un passage privé (1958) IVR82_20076900631NUCA Guignardat ; surélévation de bureau ; plan de situation (1958) IVR82_20076900641NUCA Guignardat ; surélévation de bureau ; façade sur rue Marot (1958) IVR82_20076900646NUCA Guignardat ; construction d'un immeuble d'habitation ; plan de situation (1956 Guignardat ; conciergerie ; plan de situation (1957) IVR82_20076900651NUCA vignette de publicité, indicateur Henry 1948, p, 2273. La société appartient à M. Guignardat vignette de publicité, indicateur Henry 1948, p. 1875. M. Guignardat était le propriétaire du 106
    denominations :
    usine de fabrication de matériaux de construction
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    historique :
    L'implantation de la famille Guignardat est attestée dans le quartier de Gerland par des croquis de parcelles datant de 1847. Son implatation dans le quartier de Gerland est assez forte puisqu'elle possède de nombreuses parcelles de terrains dont les plus emblèmatiques se situent entre les rues André Bollier, Clément localisé dans cet immeuble). Les activités professionnelles de cette famille ont elles aussi été localisées dans le quartier de Gerland. A ces débuts, leur société se spécialise dans le transport par terre et le camionnage, attesté à partir de 1920 (en atteste les nombreux hangars qu'ils ont fait des activités de Terrassement et de Travaux Publics, attestées à partir de 1926. Les nombreuses parcelles de terrain ont également servi à la construction d'immeubles afin de les vendre ou de les louer (1935, 1958). La famille Guignardat a possédé et possède toujours de nombreux terrains dans le quartier de Gerland. Après être passé du maraîchage à des activités de travaux publics, Etienne Guignardat a
    referenceDocumentaire :
    AM Lyon : 0344 WP 199, PCA, construction d'une clôture à l'angle de l'avenue Jean Jaurès et de la AM Lyon : 0344 WP 199, PCA, construction d'une clôture à l'angle de l'avenue Jean Jaurès et de la rue AM Lyon : 1097 WP 543 fichier sanitaire rue Clément Marot, 54-58, Ets Guignardat. Surélévation de AM Lyon : 1097 WP 543 fichier sanitaire rue Clément Marot, 54-58, Ets Guignardat. Surélévation de immeuble d'habitation de 7 étages, avec 10 plans, 1958. Entretien oral avec M et Me Guignardat lors d'une séance de photographies sur le terrain du Entretien oral avec M et Me Guignardat lors d'une séance de photographies sur le terrain du quartier de
  • Hôtel de voyageurs, dit Grand hôtel des Beaux-Arts
    Hôtel de voyageurs, dit Grand hôtel des Beaux-Arts Lyon 2e - 73 rue du Président-Edouard-Herriot - en ville - Cadastre : 1831 F 442, 443 1999 AH 11
    titreCourant :
    Hôtel de voyageurs, dit Grand hôtel des Beaux-Arts
    etages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    description :
    La façade de l'immeuble se divise en cinq travées et comporte cinq niveaux d'élévation, dont le dernier est délimité par une corniche en pierre. L'hôtel occupe deux immeubles (73 et 75 rue Edouard  ; signature sur le parement, au-dessus de la marquise : J. PELLISSON / 1862
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    observation :
    Intérieur de l'hôtel non visité. Actuellement propriété de M. Chague. Déclaration de travaux déposée à la Direction de l'Aménagement urbain de la Ville de Lyon en mai 2009 en vue de la modification de la distribution de certains espaces intérieurs, et de la mise aux normes de sécurité des
    illustration :
    Vue de l'élévation antérieure depuis le nord-ouest IVR82_20086903077NUCA Elévation antérieure, détail de deux travées IVR82_20086903079NUCA Vue de l'entrée de l'hôtel IVR82_20086903078NUCA Détail de l'inscription : signature de l'architecte et date de la construction
    denominations :
    hôtel de voyageurs
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    historique :
    Immeuble construit en 1862, lors de la percée de la rue de l'Impératrice. En 1894, l'Hôtel des
    localisation :
    Lyon 2e - 73 rue du Président-Edouard-Herriot - en ville - Cadastre : 1831 F 442, 443 1999 AH 11
  • Collège de jésuites d'Aubenas (partiellement détruit ; vestiges), puis école secondaire, puis centre de tri postal, puis commissariat de police, actuellement immeuble à logements
    Collège de jésuites d'Aubenas (partiellement détruit ; vestiges), puis école secondaire, puis centre de tri postal, puis commissariat de police, actuellement immeuble à logements Aubenas - 16-20 boulevard Gambetta - en ville - Cadastre : 1834 F 443 2018 F 431
    genresDestinataire :
    de clercs réguliers de la compagnie de Jésus
    annexe :
    prédécesseurs se contentaient de solliciter. Voyant l'extrême incommodité du logement et le deffaut si grand qu'on étoit souvent obligé de mettre deux lits en un méchant (bouge ?) de chambre. La nécessité étant de l'église en 1658 et pour cela il me déchargea du soin de la mission. Quoique je susse bien la et avec aucun fonds d'argent et avec de fort petites ressources, mais confiant pourtant en la grandeur de Dieu qui nous a été si favorable et si visible dans la batisse de l'église et en l'assistance l'expérience du bastiment de l'église et mon âge plus avancé de 69 ans me faisaient appréhender, pour seconder
    illustration :
    Plan schématique des terrains du collège. Dess. Ed. de Gigord, 1910 IVR84_20180700008NUCA Plan du collège après 1742. Dess. Ed. de Gigord, 1910 IVR84_20180700009NUCA Vue du dôme et de la tour de l'horloge, photogr. ancienne (in Gigord, Ed. de, 1910, p. 289 Plan de situation (extrait du cadastre napoléonien), 1838 (AD Ardèche, P 2533-1 Plan masse et de situation en 1834, cadastre napoléonien, section F (AD Ardèche, 3 P 2533-11 Projet pour le collège : plans du rez-de-chaussée et du 1er étage, par le P. de Rochecolombe (B.n.F Plan du rez-de-chaussée du collège en 1872, par Chabert architecte (AC Aubenas, 4 M 5 Plan du rez-de-chaussée, par Galtier frères, 1928 (AC Aubenas, sans cote) IVR84_20180700037NUCA L’ancien collège des Jésuites et son église, vus depuis le clocher de l'église Saint-Laurent (coll Vue du collège depuis la rue de Bernardy, ca 1900 (carte postale ancienne, coll. Mémoire d'Ardèche
    profession :
    [dessinateur] Vogüé de Antoine-Hercule
    precisionsDenomination :
    centre de tri postal
    titreCourant :
    Collège de jésuites d'Aubenas (partiellement détruit ; vestiges), puis école secondaire, puis centre de tri postal, puis commissariat de police, actuellement immeuble à logements
    description :
    Etat actuel : un corps de bâtiment de 9 travées (ancien corps de bâtiment sud-est du collège ) comprenant pour l’élévation antérieure un rez-de-chaussée avec boutiques voûtées d'arêtes et baies en plein cintre, et passage charretier voûté en anse de panier, résultant de l'élargissement de la baie à l'angle ouest ; deux étages carrés et un demi-étage (autrefois comble percé d’œils-de-bœuf), chaque niveau étant séparé du suivant par un bandeau en pierre, mouluré entre le rez-de-chaussée et le 1er étage. Le 1er . Élévation postérieure : au rez-de-chaussée, les deux arcades à l’extrémité est (aujourd'hui fermées ) correspondent aux travées de l'ancienne galerie sur cour ; porte piétonne à côté du passage charretier. Avant plans), salles de classes réparties entre le rez-de-chaussée et les 1ers et 2e étage, 3e étage sans
    murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit partiel
    denominations :
    commissariat de police
    contenu :
    Père Edouard de Gigord en 1910, qui est une restitution de l'état du 18e siècle à partir de . 1, col. 366) donnée par le cardinal de Joyeuse (AD Ardèche, D 1 ; GIGORD, 1910, p. 30). Elle est ) ; l'acte stipule l'obligation pour les jésuites de bâtir à leurs dépens le collège et l'église (GIGORD des Pères et pour l'utilité du collège » (GIGORD, 1910, p. 197). Cependant les livres de comptes alloués par les États du Vivarais, le chantier est arrêté faute de revenus suffisants (GIGORD, 1910, p 1574 ; l'enseignement y est assuré par des laïcs protestants jusqu'en 1620. Parallèlement, à partir de 1603, un enseignement catholique (deux classes de grammaire) est dispensé à une centaine d'élèves par les jésuites dans leur résidence, fondée en 1601 par Louis de Modène, seigneur d'Aubenas et marquis de première, propriété du sieur Pastel, a été mise à leur disposition en 1601 par le marquis de Maubec et plus tard acquise à leur profit par les habitants d'Aubenas et Marie de Montlaur, seigneur d'Aubenas ; les
    historique :
    Installés à Aubenas en 1601, les jésuites ouvrent deux classes de grammaire dans leur résidence en 1603. En 1621, la résidence est transformée en collège, lequel est doté à partir de 1625 d'une rente annuelle de 600 livres par les Etats du Vivarais, puis reçoit en 1638 de Marie de Montlaur, maréchale d'Ornano et seigneur d'Aubenas, un capital de 30000 livres dont la rente annuelle permet de rétribuer les Antoine-Hercule de Vogüé, dit Père Hercule de Rochecolombe. Les travaux débutent en 1659 (église) et ne par quatre prêtres séculiers chargés d'enseigner de la classe de sixième à celle de rhétorique.
    couvrements :
    voûte en berceau en anse-de-panier
    referenceDocumentaire :
    GIGORD, Edouard de. Les jésuites d'Aubenas (1601-1762). Paris : [1910]. 504 p. GIGORD, Edourd de AC Aubenas : I 1/9. Livre concernant le bâtiment de l'église et collège des jésuites, 1659-1664 AC Aubenas : I 1/9. Livre concernant le bâtiment de l'église et collège des jésuites, 1659-1664. Ancienne le bâtiment de l'église et collège (AC Aubenas, I 1/9) AC Aubenas : 1 M 7. Projet de construction d'un hôtel des postes, 1911 AC Aubenas : 1 M 7. Projet de construction d'un hôtel des postes, 1911 [Collège d'Aubenas : plans du rez-de-chaussée et du premier étage] / [Vogüé, Antoine Hercule de , dit Père Hercule de Rochecolombe], 1658 (B.n.F., Est., FT 4-HD-4 (16)) [Collège d'Aubenas : plans du rez-de-chaussée et du premier étage sur la même feuille] / [Vogüé, Antoine Hercule de, dit Père Hercule de Rochecolombe], 1658. 1 dess. : plume, encre brune et aquarelle ; 42,3 x 53,5 cm. Éch. [1:120
  • Hôtels de voyageurs, dits Hôtel Derouge et Hôtel Folliet, puis Hôtel Folliet et de France et Hôtel du Globe, puis Hôtel Folliet, de France et du Globe, actuellement immeuble, Résidence Juturna
    Hôtels de voyageurs, dits Hôtel Derouge et Hôtel Folliet, puis Hôtel Folliet et de France et Hôtel du Globe, puis Hôtel Folliet, de France et du Globe, actuellement immeuble, Résidence Juturna Aix-les-Bains - Les Coteaux - rue Lamartine - en ville - Cadastre : 1879 D 812-814 1974 CD 640-641 2004 CD 850
    titreCourant :
    Hôtels de voyageurs, dits Hôtel Derouge et Hôtel Folliet, puis Hôtel Folliet et de France et Hôtel du Globe, puis Hôtel Folliet, de France et du Globe, actuellement immeuble, Résidence Juturna
    etages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    description :
    fermée d’une barrière en ciment le long de la rue Lamartine. Deux bâtiments indépendants, reliés par un parking souterrain dont la toiture est aussi utilisée comme aire de stationnement, composent cet ensemble . L’un des deux bâtiments s’élève à l’arrière et le long de l’impasse du Pré Prieuré. Bâti en moellons de pierre enduits, il présente un plan en trapèze et compte un sous-sol, un rez-de-chaussée, deux étages carrés et un étage de comble. Sur les élévations est et ouest, deux larges avant-toits prolongent le toit à deux pans et protègent les baies de l'étage de comble recouvert d’un essentage de bois. Deux travées de baies rectangulaires encadrées de molasses divisent les façades sud et est. Une porte d’entrée , située sur l’élévation orientale, donne accès à l’escalier de distribution intérieur en bois . L’inscription peinte « Annexe de l’hôtel du Globe / Tout confort / Ascenseur » et la plaque portant la mention « Le Juturna Annexe » sont visibles sur la façade sud. Le second bâtiment, de plan rectangulaire
    annexe :
    (parcelle D 813) et les héritiers de Folliet Laurent (parcelle D 814) 1885 : Guilland Jean (parcelle D 812 ), Mouchet Pierre (parcelle D 813) et les héritiers de Folliet Laurent (parcelle D 814) 1890 : Derouge Joseph (parcelle D 812), Mouchet Pierre (parcelle D 813) et les héritiers de Folliet Laurent (parcelle D 814) 1894 veuve de Bonna Paul (parcelles D 812 et D 813) et Mermey Jean-Baptiste (parcelle D 814) 1925 : Exertier Hyacinthe (parcelles D 812 et D 813) et Mermey Jean-Baptiste (parcelle D 814) 1929 : Montaldo Edouard (parcelles D 812 et D 813) et Mermey Jean-Baptiste (parcelle D 814) 1943 : Montaldo Edouard (parcelles D 812 et D 813) et Mermey Sophie (parcelle D 814) 1965 : Montaldo Edouard (parcelles D 812 et D 813) et
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville d'Aix-les-Bains
    observation :
    PLU 2007 : étoile creuse (bâti intéressant : démolition soumise à permis de démolir)
    appellations :
    Hôtel Folliet et de France Hôtel Folliet, de France et du Globe
    illustration :
    Plans de masse et situation, 1980 IVR82_20147301140NUCB La pergola et l'hôtel Folliet et de France à l'arrière, vers 1935 IVR82_20137301196NUCB Détail de la barrière en ciment IVR82_20147301154NUCA Verrière colorée, repos de l'escalier intérieur IVR82_20147301138NUCAQ
    denominations :
    hôtel de voyageurs
    dc_82c92aa9-0531-478f-8f6a-296387cbd66e_36 :
    en revers de façade et latéral
    historique :
    guerre mondiale. En 1929, Edouard Montaldo devient gérant de l’hôtel Folliet et de France. Dès 1934, il L’immeuble Résidence Juturna est issu de la transformation de l’Hôtel Folliet et de France. Depuis 1867 et 1873, est investie et à son tour agrandie en 1895. C’est certainement à l’occasion de ces . 1 O 208, n°79). Cet hôtel, implanté le long de l’impasse du Pré Prieuré, occupe un bâtiment semble que cet hôtel n’ait pas survécu à la Première guerre mondiale. Le plan Mottet, datant de 1885 , indique l’existence de l’hôtel Folliet géré par Jean-Baptiste Mermey. L’établissement est installé dans un ). A cette date, l’ensemble est également complété par la construction d’une annexe, servant de du XXe siècle, l’hôtel Folliet et de France, dit « entièrement reconstruit » dans une publicité datant de 1910 (AC Aix-les-Bains LDG 24) absorbe l’hôtel Derouge, désormais absent des guides. Il est Alexandre Maire (AC Aix-les-Bains. 1 O 250, n°1141). De nouveaux projets d’agrandissement sont envisagés au
    referenceDocumentaire :
    AC Aix-les-Bains. 1 O 180, n°178. 1884. Autorisation de voirie, Derouge Joseph, hôtel Derouge. AC Aix-les-Bains. 1 O 180, n°178. Autorisation de voirie accordée à Derouge Joseph pour placer sur la façade de la maison Mouchet l’enseigne « Chambres garnies à louer avec cuisine ou sans cuisine », 14 juin AC Aix-les-Bains. 1 O 189, n°58. 1891. Autorisation de bâtir, Dunoyer et Cie pour M. Mermey, hôtel Folliet. AC Aix-les-Bains. 1 O 189, n°58. Autorisation de bâtir accordée à MM. Dunoyer et Cie pour M AC Aix-les-Bains. 1 O 192, n°90. 1893. Autorisation de bâtir, Cochet pour Mermey Jean-Baptiste , hôtel Folliet. AC Aix-les-Bains. 1 O 192, n°90. Autorisation de bâtir accordée à MM. Cochet père et fils pour le compte de M. Mermey J.-B. pour construire une maison d’habitation servant de dépendances à l’hôtel Folliet, impasse de la rue Lamartine aboutissant au jardin des Frères, 10 avril 1893. AC Aix-les-Bains. 1 O 201, n°50. 1902. Autorisation de voirie, hôtel Derouge. AC Aix-les-Bains. 1
  • Établissement de bienfaisance : asile de la Samaritaine puis maison de l'Enfance
    Établissement de bienfaisance : asile de la Samaritaine puis maison de l'Enfance Lyon 8e - 3 rue du Premier-Film rue Villon - en ville - Cadastre : 1999 AD 2
    titreCourant :
    Établissement de bienfaisance : asile de la Samaritaine puis maison de l'Enfance
    annexe :
    Asile de la Samaritaine 3 rue du Premier-Film Lyon 8e Maison conçue pour accueillir des mères célibataires construite entre 1900 et 1903. Le sol des couloirs est revêtu de carreaux de différentes couleurs (ocre jaune, ocre rouge) portant au revers la marque suivante : V. DECKER MOURAUX & CIE FABRIQUE DE Pascal Thiébaut, chercheur Patrimoine industriel (service régional de l'Inventaire, DRAC Lorraine ), septembre 2004. LA FABRIQUE DE CARREAUX EN GRES DE FOUG (10 KMS à l'ouest de Toul, 54) a commencé à produire en 1900 (date de construction de l'usine : 1899), et a fermé ses portes entre 1935 et 1939 base de poudre de laitier finement broyée, colorée dans la masse en jaune, brun) incluant certainement un peu de terre à grès (Rambervillers, 88, et Pouilly, 71). Ce que j'ai pu identifier des productions de Foug est tout à fait conforme à des produits équivalents d'autre usines céramiques (defrance à Pont-Sainte-Maxence, 60 : l de smet à Canteleu-lès-Lille, 59). Les marques : Celle que vous indiquez
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    observation :
    Dossier d'urgence réalisé suite à la demande de Catherine Chambon, guide-conférencière, et de la mairie du 8e arrondissement, des peintures monumentales ayant été découvertes dans la chapelle lors de la préparation de travaux de rénovation.
    appellations :
    asile de la Samaritaine puis maison de l'Enfance
    illustration :
    Mur de clôture et feuillage des arbres du jardin IVR82_20046901151NUCA Elévation est : le corps de bâtiment abritant au premier étage la chapelle IVR82_20046901157NUCA Rez-de-chaussée : couloir et escalier principal. A l'arrière-plan, l'escalier de service L'escalier de service : vue en contre-plongée IVR82_20046901160NUCA Rez-de-chaussée : départ de l'escalier de service IVR82_20046901161NUCA Rez-de-chaussée : vue des meubles de la cuisine IVR82_20046901162NUCA Rez-de-chaussée : la hotte de la cuisine IVR82_20046901163NUCA Premier étage : la chapelle, détail de peinture monumentale partiellement mise au jour Premier étage : l'une des deux dernières baignoires encore en place témoignant de la fonction première de l'édifice, soit l'accueil des mères célibataires IVR82_20046901167NUCA
    denominations :
    établissement de bienfaisance
    copyrights :
    © Ville de Lyon
    historique :
    sortie de l'hospice de la Charité (puis de l'hôpital Edouard-Herriot). Le corps de bâtiment sud-est est Etablissement de bienfaisance construit entre 1900 (datation du revêtement de sol en carreaux de céramique) et 1903 (permis de construire de la buanderie) afin d'accueillir des jeunes filles célibataires et enceintes avant leur entrée à la maternité et de les recueillir après leur accouchement à la ajouté en 1942. Les peintures, vitraux et lambris de l'ancienne chapelle sont dignes d'être mis en valeur lors des travaux de l'édifice prévus en 2004-2006. Le revêtement de sol en carreaux de Foug-près-Toul (cf annexe) ainsi que les combles pourvus de grands placards méritent d'être conservés dans la mesure  : elles témoignaient de la fonction première de l'édifice (transformé par la suite en centre aéré et
    referenceDocumentaire :
    Arch. mun. Lyon : 744 WP 076, n° 1. L'Oeuvre de la Samaritaine, [1892 ?] Arch. mun. Lyon : 744 WP 076, n° 1. L'Oeuvre de la Samaritaine, [1892 ?]
  • Hôtel de voyageurs Beau-Rivage, café-brasserie Skiff Pub et restaurant La Crêperie du Port
    Hôtel de voyageurs Beau-Rivage, café-brasserie Skiff Pub et restaurant La Crêperie du Port Aix-les-Bains - Baie de Mémard - place du Président Edouard Herriot - en écart - Cadastre : 1879 A 895 2004 BK 1-2
    annexe :
    Louis, rentier à Grenoble 1890 : La veuve de Prévot Louis, rentière à Grenoble 1897 : Dalmas Daniel : La veuve de Monnot Abel 1916 : Onofri A. 1921 : Caramello 1939 : Quaglia Jean
    dc_82c92aa9-0531-478f-8f6a-296387cbd66e_70 :
    modification de la façade
    cadresEtude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville d'Aix-les-Bains
    illustration :
    Extension brasserie, 1995 : plan du rez-de-chaussée IVR82_20157300250NUCB Porte d'entrée de l'hôtel sur la façade sud IVR82_20147300875NUCA
    localisation :
    Aix-les-Bains - Baie de Mémard - place du Président Edouard Herriot - en écart - Cadastre : 1879 A
    titreCourant :
    Hôtel de voyageurs Beau-Rivage, café-brasserie Skiff Pub et restaurant La Crêperie du Port
    etages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    description :
    en bordure de la place du Président Edouard Herriot. Il compte un corps de bâtiment principal, de Cet édifice est implanté à quelques mètres des bords du lac, au bout de l’avenue du Grand-Port et plan rectangulaire, flanqué au nord de plusieurs petits corps de bâtiment en rez-de-chaussée , construits en béton et couverts d'appentis. Le corps principal, édifié en moellons de pierre enduits, est coiffé d’un toit à deux versants et croupe couvert de tuiles mécaniques. Il comprend un rez-de-chaussée , un étage carré et un étage de comble prenant le jour par une lucarne sur le versant ouest et par deux soigné. Les élévations sont en effet scandées par des travées rythmées de baies, séparées par des pilastres. Au rez-de-chaussée de la façade ouest, une véranda, de facture récente, couverte d’un auvent et faite de métal et de verre, permet d’agrandir l’espace intérieur et s’ouvre sur une terrasse. Au premier étage, cinq travées de fenêtres, dont trois anciennes portes-fenêtres centrales, divisent l’élévation
    observation :
    PLU 2007 : étoile creuse (bâti intéressant : démolition soumise à permis de démolir)
    denominations :
    hôtel de voyageurs
    dc_82c92aa9-0531-478f-8f6a-296387cbd66e_36 :
    en milieu de bâtiment
    historique :
    plan cadastral de 1879. Incendiée en 1888, elle est remplacée par la construction d’un hôtel en 1890 . L’établissement change plusieurs fois de noms jusqu'en 1921 : mentionné comme « Hôtel de la Plage Restaurant » en également essayé de développer des activités annexes, un casino en 1902 (AC Aix-les-Bains. 1 O 201, n°93) et étage, a disparu, de même que la balustrade qui permettait de clore la terrasse. Des corps de bâtiments , en rez-de-chaussée et couverts d’appentis, ont été construits contre la façade nord. A l’ouest, des lucarnes sur le versant se sont substituées aux chiens-assis. En 1996, un projet d’extension de la brasserie a entraîné le réaménagement du rez-de-chaussée ainsi que la modification complète des ouvertures des façades ouest et sud désormais masquées par la réalisation de nouvelles vitrines (AC Aix-les-Bains
    airesEtudes :
    Baie de Mémard
    referenceDocumentaire :
    AC Aix-les-Bains. 1 O 188, n°208. 1890. Autorisation de voirie, Abel Monnot, Hôtel de la Plage Restaurant, Ancien hôtel Beau-Rivage. AC Aix-les-Bains. 1 O 188, n°208. Autorisation de voirie accordée à M . Abel Monnot pour placer sur la façade de l’établissement qu’il vient d’acquérir au Grand Port de Puer « Hôtel de la Plage Restaurant, Maison Monnot / Ancien Hôtel Beau Rivage », 18 novembre 1890. AC Aix-les-Bains. 1 O 189, n°23. 1891. Autorisation de voirie, Abel Monnot, enseigne, restaurant Beau-Rivage. AC Aix-les-Bains. 1 O 189, n°23. Autorisation de voirie accordée à M. Abel Monnot pour AC Aix-les-Bains. 1 O 201, n°93. 1902. Autorisation de voirie, veuve Monnot, Casino du Lac Beau -Rivage. AC Aix-les-Bains. 1 O 201, n°93. Autorisation de voirie accordée à Mme veuve Monnot, restaurant Beau Rivage pour placer au dessus du portail de sa propriété située au Grand-Port une enseigne portant AC Aix-les-Bains. 1 O 218, n°53. 1921. Autorisation de bâtir, M. Caramello, enseignes Beau Rivage
1 2 3 4 52 Suivant