Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

temple

Dossier IA26000179 réalisé en 2000

Fiche

Œuvres contenues

Dénominations temple
Aire d'étude et canton Grignan
Adresse Commune : Taulignan
Adresse : rue des Côtes du Rhône
Cadastre : 1997 AM 38-39

Au tout début du 17e siècle, un temple fut élevé à Taulignan sur un terrain sis le long de la Rialhe, acheté en 1601 au nom des protestants par MM. Chastaing et Faure ; cet édifice était détruit en 1684. En 1846, il fut à nouveau décidé de construire un temple, dont le plan fut confié à M. François Tourre, géomètre à Taulignan. Mais ce projet, bien qu'accepté le 12 novembre par le consistoire de Dieulefit, ne fut pas réalisé. On relança le projet d'édification d'un temple à Taulignan en 1857. En février 1860, la municipalité acheta un jardin pour son emplacement. Un nouveau plan fut dressé le 18 décembre 1861 par Nicolas Fontanille, architecte à Montélimar, le devis s'élevant à 7615 F. Il fallut plusieurs années pour réunir les fonds nécessaires, et les travaux de construction furent adjugés en mars 1867 à François Michel, maçon à Grignan, sous la direction de François Tourre. Le bâtiment était achevé en mai 1868, édifié selon un plan en rotonde, dont il n'existe que peu d'exemples en France (Les Vans en Ardèche, Lézinier en Lozère, Orléans dans le Loiret). Il a été restauré de 1902 à 1905, en 1929, puis en 1981.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1868, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Fontanille Nicolas, architecte, attribution par travaux historiques

Cet édifice, bâti en moellons de calcaire avec chaînes en pierre de taille, présente un plan en rotonde circulaire précédé d'un court avant-corps rectangulaire, accessible par un parvis et un degré de 3 marches. La rotonde, surmontée d'un tambour central au toit conique assez plat, est couverte d'un appentis tournant, l'avant-corps d'un toit à deux versants ; la couverture de tuiles creuses est soulignée d'une génoise à 3 rangs, de même que le toit à deux versants formant fronton-pignon au-dessus de la porte d'entrée. 4 contreforts symétriques sont adossés au tambour. L'avant-corps, voûté en plein cintre, ouvre sur un vaisseau annulaire couvert d'une voûte en berceau rampant tournant, qui se développe tout autour d'un vaisseau circulaire surmonté d'un tambour ; celui-ci, percé de 4 fenêtres en plein cintre à ébrasement intérieur, est couvert d'une coupole sur pendentifs, portée par 4 arcs en anse de panier sur 4 piliers en grand appareil, à impostes moulurées. 3 fenêtres en plein cintre, dont une dans l'axe de la porte et les 2 autres en vis-à-vis, éclairent le vaisseau tournant. Le sol est carrelé de carreaux noirs et blancs, avec une allée centrale à carreaux octogonaux bordés d'une frise à volutes ; ce carrelage est signé à l'entrée sur un carreau rectangulaire : CARRELAGES / LARMANDE / VIVIERS/ ARDECHE. Les murs sont revêtus d'un enduit blanc cassé ; les 4 pendentifs de la coupole portent des inscriptions peintes extraites du nouveau Testament (voir annexe).

Murs calcaire
moellon
Toit tuile creuse
Plans rotonde
Couvrements voûte en demi-berceau
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit conique
appentis
toit à deux pans
États conservations restauré

Temple original par son plan en rotonde, dont il n'existe que peu d'exemples en France.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Jourdan Geneviève