Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Tannerie Neyret

Dossier IA74001045 inclus dans Paysage du bassin-versant du Fier réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiées tannerie
Dénominations tannerie
Aire d'étude et canton Pays de Savoie - Faverges
Hydrographies Fontaine la), Lac d'Annecy
Adresse Commune : Faverges
Lieu-dit : Faverges
Adresse : 15 rue de La Boucherie
Cadastre : 0D 2 98

La commune de Faverges développe une activité industrielle particulière. Située en amont du lac d´Annecy, au sud de ce vaste bassin-versant, cette localité s´inscrit dans une vallée tiraillée entre deux zones d´influences. Le couloir de Faverges prolonge le lac dans sa partie sud. Deux torrents parcourent cette plaine en sens inverse, le ruisseau de l´Eau Morte canalise de nombreux affluents avant d´inonder le lac alors que le torrent la Chaise suit un axe nord-sud en direction de l´Arly. Ville frontière, établie sur une ligne de partage des eaux, Faverges constitue une interface entre les bassins-versants du lac d´Annecy et du Val d´Arly. Bien que situé dans la partie la plus élevée de la vallée, le centre historique est soumis aux fluctuations des deux torrents qui poussent les autorités à construire une digue de défense au milieu du XVIIIème siècle. Ainsi repoussées, les eaux du Saint-Ruph ou Eau Morte ou la Glière servent, avec la source Fontaine, à l´alimentation d´un bief de dérivation qui se jette dans le torrent la Chaise. Ce particularisme géographique contraint depuis toujours, les usiniers de la ville à penser à une gestion partagée de cette ressource. Par tradition orale, on fait remonter l´origine de cette dérivation au XIII ème siècle, époque du développement du château de Faverges. Plusieurs inondations menacent les bourgs longeant le torrent Saint-Ruph, dont deux importantes en 1733 et 1768. Lors d´un débordement conséquent les eaux du torrent rejoignent celles de la Chaise, dévastant une bonne partie de la ville. Les autorités locales décident de construire une digue longue de plusieurs kilomètres pour protéger la ville de Faverges. Grâce au mur de défense, l´activité artisanale prospère le long du bief qui fait le lien entre les deux rivières. Le ruisseau de la Fontaine de Faverges passe dans la ville au dessous des maisons suivant le tracé de la rue centrale et de la rue du Coq. Les usiniers possèdent plusieurs prises d´eau à l´origine du débordement du canal et à l´endommagement des maisons de la ville. C´est ce qui pousse les autorités à dresser un règlement commun pour toutes les usines utilisant les eaux de la Fontaine en 1863. Indépendamment de ces usines, il existe dans la rue du Coq, sur la gauche de la Fontaine, deux tanneries appartenant à MM. Neyret et Ailloud. Ces industriels font détremper leurs peaux dans le canal qu´elles obturent et occasionnent des remous. Déjà mentionnées sur la mappe sarde de 1730, les deux tanneries ne sont pas munies d´artifices mis en mouvement par le ruisseau. Elles n´en dérivent pas l´eau mais elles usent de cette eau d´une manière permanente pour le détrempage des peaux. Cet artisanat a une influence sur le régime du ruisseau de la Fontaine, cela relève son niveau et change les conditions d´écoulement. Il est apparu indispensable aux services instructeurs de réglementer ces deux artisans. Au lieu de les soumettre seulement à la surveillance de l´autorité municipale, ces deux sites sont donc compris dans le projet de règlement pour l´usage des eaux du ruisseau de la Fontaine de 1863. Les deux tanneries disparaissent en 1900 et sont reconvertis en maison d´habitation.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Secondaire : 2e quart 18e siècle
Dates 1730, daté par source

Il s´agit d´un immeuble de rapport tout à fait banal à première vue. Aménagé en devant de parcelle, cet édifice comporte cinq travées situées sur les trois premiers étages. A l´origine, l´accès au bâtiment, se fait sur la quatrième travée où une porte a été aménagée. Adossé au bâtiment voisin au sud, un escalier avec garde corps métallique permet d´accéder au étages. Un pilier s´appuyant sur les massifs de cet escalier soutient un balcon. Cet édifice comporte une particularité : l´avancement du toit protège la façade antérieure sur toute sa longueur.

Murs pierre
enduit
Toit tuile plate mécanique
Plans plan régulier
Étages 3 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à deux pans
Énergies énergie hydraulique
États conservations remanié

Au regard du PLU de Faverges, ce site se trouve en zone Uaar qui a une forte densité urbaine aux franges du centre historique dans l'ancien quartier des Fabriques qui connait une forte croissance urbaine depuis le début des années 2000.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine à Faverges, plan général des usines. 1865.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine à Faverges, l´usine dite de la Rue Centrale de M. Ailloud. 1865.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Réparation du bief des usines de Faverges pour protéger les caves à la Curiale de M. Chevrier Fernand, distillateur. 1924

Documents figurés
  • Cadastre 2011, Conseil général de la Haute-Savoie/ Direction des Affaires Culturelles/ SIG/ BDORTHO® - BDCARTO® - © IGN - copie et reproduction interditesPlan

    CAH Haute-Savoie
Bibliographie
  • ABRY Christian, DEVOS Roger, RAULIN Henri, CUISENIER Jean, Les sources régionales de la Savoie : une approche ethnologique : alimentation, habitat, élevage. Paris : Edition Fayard, 1979, 661 p.

  • BROJEAN Joseph, La Savoie agricole, industrielle et manufacturière. Chambéry: Imprimerie A. Pouchet et Cie, 1863, 172 p.

  • CHAIZE, Les maîtres de forge en Bauges. dans L'Histoire en Savoie, n°129. Chambéry : SSHA, 1998.

  • Garioud N, Histoire et archéologie des mines de fer et des installations métallurgiques du massif des Bauges, Antiquité - milieu XIXe siècle. Grenoble : Université Pierre Mendès-France, 1997.

  • QUELLET Marie-Jeanne, Les formes du terrain et l´hydrographie dans le couloir de Faverges. Lyon : Mémoire de maîtrise, Université Lyon 3, 1975, 126 f.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir