Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église du collège de la Trinité, dite Chapelle de la Trinité

Tableau, cadre, bas-relief : La Sainte Trinité apparaissant à saint Ignace ou le Mystère de la Sainte Trinité

Dossier IM69001723 réalisé en 2013

Fiche

Voir

Gilles Chomer (1987, p. 23-24) a rappelé que le thème de l'Adoration de la Trinité par une cour céleste était courant dans l'iconographie ignacienne. La composition du tableau en trois registres, liés les uns aux autres par une ligne sinueuse qu'accompagne le mouvement des figures ainsi que leur gestuelle, est typiquement baroque, de même que le motif de nuées et d'angelots séparant le registre supérieur des deux autres. L'utilisation de la lumière comme les dégradés de coloris renforcent l'effet ascendant de la composition.

Dénominationstableau, cadre, bas-relief
Aire d'étude et cantonLyon Urgences
AdresseCommune : Lyon 2e
Adresse : 29-31 rue de la
Bourse
Cadastre : 2013 AC 62

Peint pour le premier maître-autel de la chapelle de la Trinité, mis en place en 1627 (Marquis, 1970, p. 33-34) le tableau est installé sur le mur d'abside, au-dessus de la porte menant à la sacristie, lors du réaménagement du chœur réalisé par Ferdinand Delamonce entre 1731 et 1734. Il est alors rogné sur ses bords latéraux (et peut-être supérieur et inférieur) pour l'adapter à son nouveau cadre (CHOMER, 1987, p.23 et FOUCART, 1987, p. 18-19). Restauré en 1985, déposé au Musée des beaux-arts de Lyon en 1986, il a été remis en place dans la chapelle à la fin des années 1990.

Période(s)Principale : 1er quart 17e siècle
Dates1627, daté par travaux historiques

Lieu de destinationCommune : Lyon 2e
Adresse : rue de la Bourse
Édifice ou site : Lyon : Chapelle de la Trinité
Auteur(s)Auteur : Le Blanc Horace
Horace Le Blanc (v. 1580 - 1637

Sa date de naissance est incertaine. Séjourne à Rome à partir de 1600 au moins (il est à cette date témoin à l'un des procès engagés contre Michelangelo Merisi, dit Le Caravage), membre de l'Accademia di San Luca en 1607, de retour à Lyon au plus tard en 1620.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre

Peinture à l'huile sur toile montée sur châssis, cadre en bois doré, l'ensemble étant fixé dans un encadrement de marbre veiné gris, surmonté d'une gloire en bois doré et stuc.

Catégoriespeinture, sculpture, marbrerie
Structuressupport, rectangulaire vertical
Matériauxtoile, support peinture à l'huile
bois, décor en relief, doré
stuc, décor en bas relief
marbre veiné, vert
Mesuresh : 335.0 cm
l : 207.0 cm
IconographiesTrinité
saint
Moïse
David
Vierge
angelot
Précision représentations

Dans la partie supérieure du tableau, la Trinité (Le Christ à gauche, Dieu le Père à droite, nimbé d'un triangle et tenant un sceptre dans sa main gauche, la colombe du Saint-Esprit au centre) reposent sur des nuées peuplées d'angelots. Dans la partie médiane, la Vierge à gauche, la main droite pointant vers l'extérieur, saint jean-Baptiste à droite, derrière eux, de gauche à droite, David, la tête couronnée, Moïse portant les tables de la Loi, saint Paul et saint Pierre ; sous la Vierge : saint Laurent, assis sur un grill, et saint Étienne, tenant une pierre dans la main gauche. Dans la partie inférieure, au premier plan : saint Charles Borommée et saint François d'Assise, à gauche, les trois Marie, à droite (dont Madeleine tenant un vase à parfum) ; à l'arrière plan à gauche : saint Ignace et un autre saint jésuite (?).

Le tableau est surmonté d'une gloire portant le monogramme IHS, le H étant lui-même surmonté d'une croix. Le monogramme est entouré d'une couronne de nuées en stuc d'où émergent quatre têtes d'angelots.

États conservationsbon état
bonnes conditions de conservation
oeuvre restaurée
oeuvre mutilée
Précision état de conservation

Le tableau a été coupé sur ses bords lors de la réfection du chœur en 1734. Restauré en 1985 par l'atelier ARCOA (Paris). La couleur, traitée en larges aplats, a peut-être souffert de la restauration (perte de glacis?).

Statut de la propriétépropriété publique, propriété de la communauté urbaine du Grand Lyon
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsclassé MH, 1978/07/11

Références documentaires

Bibliographie
  • CHOMER, Gilles. Horace Le Blanc : essai de catalogue raisonné. Bulletin des musées et monuments lyonnais, 1987, p.20-52

    p. 23-24
  • CLAPASSON, André. Description de la ville de Lyon avec des recherches sur les hommes célèbres qu'elle a produits. Lyon : impr. A. Delaroche, 1741. XVI-283 p. ; 17 cm. [Réimpr. Lyon, 1761 ; rééd. annotée et ill. par G. Chomer et M.-F. Perez. Seyssel : Champ Vallon, 1982]

    p. 82
  • FOUCART, Jacques. La Transverbération de sainte Thérèse, un nouvel Horace Le Blanc (1621) pour le musée de Lyon. Bulletin des musées et monuments lyonnais, 1987, p. 4-19

    p.18-19
  • TERNOIS, Daniel. Les tableaux des églises et couvents de Lyon. In Actes du colloque L'Art baroque à Lyon (Lyon, Université Lyon-II, Institut d'histoire de l'art, 27-29 octobre 1972). Lyon : 1975, p. 201-288

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Guégan Catherine