Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Saint-Paul-d'Uzore

Dossier IA42001394 réalisé en 2007

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Montbrison
Adresse Commune : Saint-Paul-d'Uzore

Le territoire de la commune de Saint-Paul-d'Uzore, en particulier le bas des pentes du mont d'Uzore, est riche en vestiges archéologiques de l'époque gallo-romaine (voir Lavendhomme). Des fouilles menées à la fin du 19e siècle autour de la chapelle par Alphonse de Saint-Pulgent (voir IA42001395 et Bull. Diana, 1892), puis les terrassements liés au creusement du canal du Forez ont mis à jours de nombreux vestiges (éléments architectoniques et mobilier) d'époque gallo-romaine, laissant supposer l'existence d'une villa. Lors d'une "promenade archéologique" effectuée peu après la découverte du trésor Charles à Chalain-d'Uzore (1889), Alphonse de Saint-Pulgent, B. Thévenet et T. Rochigneux repèrent plusieurs sites et vestiges sur le mont d'Uzore, en particulier sur sa ligne de crête, dont l'emplacement est consigné sur un plan récapitulatif (fonds Brassart) : ils signalent ainsi des sarcophages en pierre découverts vers 1872 au col de Bourg Chanin (passage du chemin qui traverse le mont et relie Jailleux, Marcilly-le-Châtel, à la Cave ou la Brûlée, Saint-Paul-d'Uzore) et une borne de justice fleurdelysée un peu plus au nord (les chapelles de la Vierge et de Sainte-Geneviève et le "séminaire" ou ermitage, dont aucun vestige n'a été repéré - le site a servi de carrière et actuellement de centre de tir - se trouvent dans la commune de Montverdun ; voir IA42001396, Présentation de la commune de Chalain-d'Uzore, pour le plan de la promenade archéologique, et IA42001160, Présentation de la commune de Montverdun, pour les statuettes conservées au Musée de la Diana dont la provenance exacte est incertaine). Une nécropole occupe dès le haut Moyen Âge le site de l'église paroissiale, fondée au 11e siècle (étudiée). Les recherches de Dufour n'ont permis de relever de trace documentaire ancienne que pour les lieux-dits de Saint-Paul d'Uzore (11e siècle), la Goutte (dès 1251), la Pierre (début du 14e siècle) et les Peynots, les Ronzières, Vizelles (fin du 14e siècle). Ces mêmes sites sont figurés (symbole "vacherie") sur la carte de Cassini, avec la Loge [des Bichets], de même que le lieu détruit des Poiets, au nord de la Pierre (cité en 1307 d'après Dufour). La paroisse dépendait de la châtellenie comtale de Marcilly, puis de celle de Montbrison. A la fin de l'Ancien Régime, Saint-Paul-d'Uzore était : village et paroisse dans le Forez, archiprêtré, élection et baillage de Montbrison, justice de Montbrison et de Chalain-d'Uzore. La paroisse ayant disparu après la Révolution, et eu égard au faible peuplement de la commune, l'idée d'un rattachement à la commune de Chalain-d'Uzore s'est exprimé dans le premier tiers du 19e siècle (voir AC), mais Saint-Paul a gardé son indépendance, symbolisée par la construction d'une école (et mairie) en 1887.

La commune de Saint-Paul-d'Uzore (951 ha) est située au coeur de la plaine du Forez : son altitude varie entre 350 et 520 m pour la partie située sur le mont d'Uzore, dyke basaltique de cinq à six km de long (sur quelques centaines de mètres de large) qui culmine à 540 m (dans la commune voisine de Montverdun). Le territoire communal est traversé par le ruisseau de Félines (ou de Rangon) et par celui de Pralong (dit aussi d'Angérieux) ; elle est bordée au sud par le Ruillat. Le bourg de Saint-Paul se trouve au pied du flanc oriental du mont d'Uzore, autour du carrefour entre l´actuel chemin départemental 5 qui relie Montbrison à Nervieux (avec un embranchement vers Montverdun) et les chemin qui traversent le mont d´Uzore pour rejoindre le bourg de Chalain-d´Uzore ; ce village ne s´est pas développé (d´autant moins que l´église, un peu excentrée au sud, n´est plus paroissiale depuis la Révolution). La population de la commune se limite à une centaine d'habitants au début du 19e siècle (même chiffre au début du 21e siècle), avec un pic autour de 230 au début du 20e (232 en 1906 ; source INSEE). Il y avait un lavoir à la Sablière, sur le ruisseau de Félines, qui a disparu (renseignement oral). L'habitat se présente sous forme dispersée, avec des châteaux ou demeures à la tête de domaines constitués d´étangs et de fermes isolées : au nord, la demeure des Bichets, à côté des étangs du Roi ; près du bourg, le château de la Pierre ; au sud, le château des Peynots, avec les étangs de Grangeneuve, Perrin et de Vizelles, et les fermes des Ronzières, Vizelles, la Grange Neuve ainsi que les Bornes (dommune de Chalain-d´Uzore). Il faut ajouter les possessions de l´Hospice de Montbrison (fermes des Belles Dents d´en bas et de la Goutte haute), et des Saint-Pulgent (la Brûlée, la Cave). Le terroir est pour l´essentiel à vocation agricole, et 5 à 6 fermes sont encore en activité (en 2006). On y pratiquait la polyculture et l'élevage, ainsi qu'un peu de viticulture, en particulier sur les pentes du mont d´Uzore (voir cuvages de la Goutte d´Or et de la Cave). La part des étangs dans le paysage communal a considérablement diminué (voir annexe 3) : une quarantaine est dessinée sur le plan de 1809, ils sont encore au nombre de 26 en 1854, puis il n´est reste que huit en 1882 (plus quatre destinés à être supprimés). Il ne subsiste aujourd'hui que les étangs du Roi, les deux étangs de Grange Neuve, l´étang Perrin et l´étang de Vizelles. Le paysage a été assez peu modifié depuis la fin du 19e siècles, après la construction du canal du Forez, mise à part l'ouverture de carrières sur le mont d'Uzore, utilisées pour l'empierrement des routes, en particulier à des fins militaires pendant la Première Guerre mondiale (voir dossier dans le fonds Brassart : protestation contre la destruction des sites archéologiques et pittoresques du mont d´Uzore). La plus importante carrière située sur le versant ouest, était encore exploitée au milieu du 20e siècle.

Annexes

  • Edifices non repérés

    Le Bourg de Saint-Paul-d´Uzore

    Edifices commerciaux non repérés :

    - 1986 A2 201. Ferme, puis café et restaurant. Un édifice est dessiné sur cet emplacement sur le cadastre de 1809 (1809 A 198), mais il est totalement remanié par la suite, sans doute lors de la construction du chemin départemental n°5, qui adopte un tracé différent de l´ancien chemin dans la traversée du bourg. Ce nouveau bâtiment est agrandi en 1887 par Nicolas Commarmond, cabaretier au Bourg (AC Saint-Paul-d´Uzore. Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties. Augmentations et diminutions).

    Bâtiment parallèle à la route (CD n°5). Logis de trois travées, à un étage (remanié), avec ancienne grange-étable dans le prolongement. Deux logements accolés, dont un avec grange-étable, encadrant une petite cour ; parties détruites. Puits le long de la route. Murs en pisé enduit, encadrements en granite ou en bois, toit à longs pans en tuile creuse. 2e moitié 19e siècle, remanié au 20e siècle.

    Fermes non repérées :

    - 1986 A2 182. Ferme, type B. Pisé, toit à longs pans en tuile creuse. Limite 19e siècle 20e siècle.

    - 1986 A2 197 (1809 A 192). Ferme, type B. Pisé. Limite 19e siècle 20e siècle.

    - 1986 A2 413 (1809 A 293). Ferme, type A. Maison construite en 1861 pour Pierre Chazal, à l´emplacement d´un jardin (AC, Matrice cadastrale... Augmentations et diminutions).

    Fermes non repérées (hors bourg)

    - la Brûlée. 1986 A3 297 (1809 A 206). Ferme. Pisé. Hors repérage.

    En 1882 : appartient à Sylvain de Saint-Pulgent, à Montbrison ; en 1896 ( ?), à Tézenas, commandant du Génie à Fontainebleau, et Alphonse de Saint-Pulgent, indivis ; en 1911, à Alphonse de Saint-Pulgent (AC, Matrice cadastrale... Augmentations et diminutions. 1882-1914).

  • AC Saint-Paul-d´Uzore. Registre des délibérations du conseil municipal, 11 février 1866-8 septembre 1907. Délibérations portant sur des éléments architecturaux non recensés.

    Les Ponts

    - Délibération du 11 février 1866 : dans le courant de l´année 1866 a eu lieu la construction de deux ponts sur le chemin de Saint-Paul à Mornand pour traverser le ruisseau de Félines vers le nouveau lit et vers l´ancien lit qui sert de prise d´eau aux propriétés de la Chomette. L´un de ces ponts, celui de l´ancien lit, a été emporté par une crue survenue dans le courant de l´année dernière. Payé par moitié par les communes de Saint-paul et Mornand. A la demande de plusieurs propriétaires pour la construction d´un pont sur la pièce d´eau des étangs du Roi au lieu-dit du Puits de la Brûlée pour livrer un passage au Mont d´Uzore. Acceptation de la commune

    - Délibération du 9 février 1867 : le maire expose que sur le chemin vicinal de Saint-paul à Grézieux il avait été construit en 1864 un pont pour passer le ruisseau d´Angérieux au lieu-dit la Goutte

    - Délibération du 14 mai 1875 : vote pour la construction d´un pont sur le chemin vicinal n°9 de Saint-Paul à Grézieux, sur le ruisseau de Pralong. Devis et plan de M. Legrang, agent-voyer de l´arrondissement.

    Le cimetière. Malgré une période d´hésitation au moment de la construction du nouveau cimetière de Chalain d´Uzore, dont Saint-Paul dépend pour le culte, les deux communes ont finalement continué à partager le même cimetière.

    - Délibération du 13 janvier 1898 : la population de Chalain-d´Uzore désire changer le cimetière de place, Saint-Paul est d´accord pour construire un nouveau cimetière communal.

    - Délibération du 19 mai 1899 : la commune de Saint-Paul accepte le terrain proposé par Chalain pour le nouveau cimetière et contribuera pour un tiers à la dépense.

    - Délibération du 18 novembre 1899 : le conseil municipal de Chalain a voté les promesses de vente des terrains pour le cimetière et l´église. Une commission doit étudier le partage le partage du produit des concessions.

    - Délibération du 29 août 1900 : conflit pour la répartition des produits des concessions du futur cimetière : Saint-Paul veut bénéficier d´un tiers des concessions, Chalain estime que Saint-paul doit seulement bénéficier des concessions de ses défunts. La jurisprudence est pour Saint-Paul. Chalain propose que Saint-Paul ait un cimetière à part.

    - Délibération du 27 septembre 1900 : proposition d´accord sur le produit des concessions, sans diviser le cimetière en trois zones avec trois allées (ce qui manquerait de symétrie...).

    - Délibération du 14 juillet 1901 : conflit entre Chalain et Saint-Paul sur les modalités de remboursement des investissements de Saint-Paul en cas de scission. Le projet établi Thévenet pour le cimetière de Chalain fait monter la part due par Saint-Paul à 2600 F : le conseil municipal de Saint-Paul pense qu´il vaut mieux employer cette somme à construire un cimetière à Saint-Paul.

    - Délibération du 22 septembre 1901 (annulée) concernant la séparation des cimetières et l´éventuelle construction d´une église et d´un presbytère. Un cimetière construit à Saint-Paul serait trop loin de l´église de Chalain (avec en plus la traversée du mont d´Uzore).

    - Délibération du 19 décembre 1901 : la décision de construire un cimetière spécial à Saint-Paul est confirmée.

    - Délibération du 5 janvier 1901 : choix du terrain du cimetière : parcelle B 173 sur le bord de la route de Montbrison à Nervieux. Il appartient à M. de Vazelles qui a fait une promesse de vente le 2 février (225 F).

    - Délibération du 5 octobre 1902 : plan et devis du cimetière par Thévenet architecte.

    - Délibération du 18 janvier 1903 : ouverture du nouveau cimetière de Chalain (arrêté du maire). La commune de Saint-Paul pourra s´entendre avec Chalain pour y pratiquer des inhumations. Nomination d´une commission pour savoir à quelles conditions.

    - Délibération du 1er février 1903 : convention entre Saint-Paul et Chalain : le nouveaux cimetière sera commun, comme l´ancien ; Saint-Paul paiera le tiers de la dépense (2442,41 F). Annulation de la décision de construire un cimetière spécial et de la promesse de vente.

    Etangs et irrigation

    - Délibération du 30 mai 1877 : le maire expose au conseil l´état actuel des travaux d´assainissement exécutés par le syndicat du Vizézy dans la commune de Saint-Paul. Le conseiller Giron dit que ces travaux sont utiles pour écouler les eaux stagnantes mais qu´ils sont nuisibles parce qu´ils assèchent les étangs et un grand nombre de prairies, et privent ainsi les propriétaires et fermiers d´un revenu considérable. Cet inconvénient ne se produirait pas si le canal d´irrigation était terminé, car alors on aurait de l´eau pour irriguer les prairies et abreuver le bétail. Le résultat obtenu par les travaux est loin d´être en proportion avec les sommes considérables dépensées jusqu´à ce jour par les propriétaires, l´État et le département. Jusqu´à l´arrivée du canal, il serait important de conserver non pas un seul étang par domaine mais deux, qui seraient mis en eau alternativement.

    - Délibération du 14 juillet 1879 : décret du sous-préfet sur la suppression des étangs qui ne sont pas compris dans l´arrêté de 1854 ni dans la convention de 1856. Le conseil s´y oppose : les étangs sont nécessaires pour abreuver les bêtes, ils ne sont pas malsains car maintenus à un niveau continu par l´intermédiaire d´une prise d´eau qui prend dans les ruisseaux (Pralong, Phélines), par exemple l´étang du Roi.

    AC Saint-Paul-d´Uzore. Chemises diverses.

    - 10 août 1825, courrier de la préfecture au maire. Projet de réunification de la commune à celle de Chalain-d´Uzore, chef-lieu de la succursale.

    - 18 juillet 1837, courrier de la préfecture au maire. Projet de réunion de la commune de Saint-Paul (133 habitants) à celle de Chalain (248 habitants). Par la délibération du 10 août 1837, le conseil s´y oppose : il faut une mairie sur place pour assurer la police, en particulier du chemin qui passe par le bourg.

    - 27 juin 1838, courrier de la préfecture au maire). L´église et le presbytère de Saint-Paul se dégradent, il faudrait les vendre.

  • Documentation sur les étangs disparus de la commune de Saint-Paul-d'Uzore

    Etangs relevés sur le plan cadastral de 1809 (AD Loire) :

    Etangs :

    Section A : parcelles 7, 19, 21 (le Petit Marais), 22, 25 à 28 (le Grand Marais), 39 (étang de Loibe), 95, 96, 97, 98 (étang de la Brûlée), 99, 199 (étang de la Pra)

    Section B : parcelles 1 (Pellicier), 2 (de Vizelles), 3 (Vaigue), 30, 34, 38 (étang Rivière), 39 (étang de la Jeanne), 40, 41, 42, 43, 44 (étang d'Azieu), 45, 48 (Grand Perrin), 49, 50 (Mayain), 51 (Petit Perrin), 52 (étang des Peynots), 98, 99 (étang des Ronzières), 100 (étang Givaudan, des Ronzières), 134 (étang Vieux), 135 (la Durante), 136 (étang des Ronzières), 220 (Pierre Bize), 222, 229, 230 (étang du Creux).

    Péchoires :

    Section A : parcelles 13, 258, 267

    Section B : parcelles 29, 56, 58

    Etangs listés dans Etangs insalubres de la plaine du Forez en 1882 :

    Liste des étangs à supprimer établie en 1854, soit 26 étangs (sur 123 dans le canton de Montbrison) pour Saint-Paul-d'Uzore (numéro de parcelle, nom de l'étang, propriétaire entre parenthèses) :

    - A 19, la Chana (Boudot juge)

    - A 21-22, Petit Marais (Boudot oncle et neveu)

    - A 99, Petit Marais (Sylvain de Saint-Pulgent)

    - B 35-36, la Cholle (de Vazelhes)

    - B 98-101, Challay (de Vazelhes)

    - B 1, Pallotier (de la Plagne)

    - B 2, Pallotier (de la Plagne)

    - B 10, Vizel (de la Plagne)

    - B 30, Ronzeron (de la Plagne)

    - B 38, Rivière (de la Plagne)

    - B 41, Petit Pommier (de la Plagne)

    - B 42-43, Petit Pommier (de la Plagne)

    - B 44, Dazeux (de la Plagne)

    - B 45, la Pierre (de la Plagne)

    - B 50, Bayard (de la Plagne)

    - B 48, Grand Perrin (de la Plagne)

    - B 49, Neuf (de la Plagne)

    - B 51, Petit Perrin (de la Plagne)

    - B 95, Chavanne (de la Plagne)

    - B 134, Vieux (de la Plagne)

    - B 135, la Durante (de la Plagne)

    - B 136, de Moitie (de la Plagne)

    - B 227-228, la Combe (de la Plagne)

    - B 229, Petit Champdieu (de la Plagne)

    - B 230, Ducreux (de la Plagne)

    - B 34, Ducreux à Sardin

    En 1882 : la commune ne compte plus que 7 étangs en eau (et un à sec) conservés et 4 étangs insalubres ou marécageux à supprimer.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Saint-Paul-d'Uzore. Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties... Contribution financière. Matrice cadastrale de la commune de Saint-Paul d'Uzore. Signée du 24 décembre 1812, copie conforme 1821.

  • AC Saint-Paul-d'Uzore. Etat de sections des propriétés non bâties et bâties. Signé du 15 juillet 1829.

  • AC Saint-Paul-d'Uzore. Matrice cadastrale des propriétés bâties et non bâties. Augmentations et diminutions. 1829-1914.

Documents figurés
  • Tableau d'assemb[lage] de la commune de St Paul d'Uzore. St Paul d'Uzore canton de Montbrison. Terminé sur le terrain le 20 juin 1809 [Plan cadastral de la commune de Saint-Paul-d'Uzore]. / Relave oncle (géomètre). H. de Boisboissel (ingénieur). 1 dess. : mine de plomb, encre noire et bistre, lavis coloré sur papier. Echelle 1:10 000. 1809. (AD Loire, 1682VT23_43). Suite du cartouche : Sous l´administration de Mr Duc]olombier Préfet. Mr [...] maire. Et sous la direction de Mr Payan Dumoulin M. Dumoulin. Mr H. de Boisboissel ingénieur vérificateur. Mr Relave oncle géomètre du cadastre.

  • Commune de St Paul d'Uzore. Section A Par Relave oncle géomètre de 1ère classe [Plan cadastral de la commune de Saint-Paul-d'Uzore]. / Relave oncle (géomètre). 1 dess. : mine de plomb, encre noire et bistre, lavis coloré sur papier. Echelle 1:5 000. 1809. (AD Loire, 1682VT23_44).

  • St Paul d'Uzore. Section B Par Relave oncle géomètre [Plan cadastral de la commune de Saint-Paul-d'Uzore]. / Relave oncle (géomètre). 1 dess. : mine de plomb, encre noire et bistre, lavis coloré sur papier. Echelle 1:5 000. 1809. (AD Loire, 1682VT23_45). La partie haute du cartouche manque ; le titre factice a été ajouté.

  • Ministère de l'Agriculture. Ponts et chaussées. Canal du Forez. Branche principale. 6e partie dite de Montverdun. Commune de Saint-Paul-d'Uzore. Expropriation pour cause d'utilité publique. Enquête parcellaire. Plan parcellaire sur une longueur de... / Peniguel (ingénieur ordinaire). 1 dess. : encre et lavis colorés sur calque toilé ; éch. 1:1000 ; h. 62 cm, la. 21 cm x 20 plis. 1887 (A. SMIF, Montbrison. Carton 233. Dossier 4031. Liasse 3. Pièce 2). Annotations : "éch. 0,001 par mètre soit 1/1000e. Dressé par l'ingénieur ordinaire soussigné, à Montbrison le 13 août 1887 ; signé Peniguel". - plan-masse de la chapelle.

Bibliographie
  • Département de la Loire. Etangs insalubres de la plaine du Forez. Saint-Etienne : J. Besseyre et Cie, imprimeurs de la préfecture, 1882.

  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 52, 64, 112, 408, 419, 698, 728, 784, 828, 902
  • LAVENDHOMME, Marie-Odile. Carte archéologique de la Gaule 42 - La Loire Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1997

  • SAINT-PULGENT, Alphonse de. Ruines antiques découvertes à Saint-Paul d'Uzore, Bulletin de la Diana, t. VI, n°6, 1892

    p. 250-253
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry