Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Saint-Offenge-Dessus

Dossier IA73003203 réalisé en 2013

Fiche

Œuvres contenues

Introduction historique

Un château est mentionné à l'ouest de la commune, dans un lieu-dit isolé au toponyme de l'Oie, ou Loie, ou Loex (auquel Paul Guichonnet donne comme origine le terme pré-celtique lekk, qui veut dire pierre ou rocher). Sur les tabelles de la mappe sarde, en 1730, il appartient à noble Pierre de Varax et est déjà en ruine ; il est dessiné sur le cadastre de 1880 (A5 581 : "château de l'Oie", masure appartenant à Pierre Fantin Pierre, des Gonnards), il n'en reste pas de vestige visible.

Quelques bâtiments, qui figurent sur la mappe sarde (copie de 1732), montrent des vestiges datables du 17e ou 18e siècle (encadrements chanfreinés), mais aucun n'est conservé de façon significative. La plupart des édifices repérés ou recensés datent des 3e ou 4e quart du 19e siècle, ou du 1er quart du 20e.

Les communes de Saint-Offenge-Dessus et Saint-Offenge-Dessous ont fusionné le 1er janvier 2015 (JO du 24 décembre 2014).

Introduction topographique

La commune adopte une forme très allongée dans le sens nord-sud, avec une bande de territoire sur le Revard, coincée entre les communes de Montcel, de Saint-François-de-Sales et des Déserts, en zone d'alpages. L'altitude du territoire communal varie entre 577 (pont en limite de commune à l'ouest du village) et 1392 (plateau du Revard, au sud de la Sibérie, en limite avec Montcel).

Les écarts présentent un bâti lâche (le Grand Pré), souvent avec plusieurs noyaux (les Vauthiers, les Combes), ou étiré le long d'une route (les Gonnards). Quelques hameaux ont un plan plus resserré : les Suavets, Cornat, les Favrins. Les constructions ne sont généralement pas mitoyennes. Du fait de la configuration du territoire communal, étiré le long du piémont du Revard puis de la montagne de Bange, qui présente une pente s'élevant d'ouest en est, la plupart des fermes sont implantées perpendiculairement à la pente et avec la façade principale au sud, même si elles sont situées dans un hameau. Les écarts portent des noms de famille de la commune ; la partie nord-ouest du hameau des Vauthiers (noyau sud) s'est appelée hameau des Blairat (plan de 1804), ou des Chanvillards (tabelle-minute de 1730), ces deux anthroponymes n'étant plus présents dans la cartographie actuellement disponible.

Une zone de granges isolées est implantée entre 800 et 1000 m, en limite de montagne, dans une bande de prés orientée nord-sud gagnée par la forêt : au-dessus du hameau des Suavets et de Champclos, aux Daudes. Ces granges ou granges-étables sont situées soit en milieu de prés (granges au-dessus des Suavets : lieux-dits Molly, les Replats ; zone d'implantation de granges dès la mappe sarde) ou le long d'un chemin perpendiculaire à la pente (les Daudes). Aux Daudes, les quatre granges-étables sont déjà existantes en 1880 (à cette époque, elles appartiennent toutes à des habitants du hameau de Cornat), et la plus à l'ouest est peut-être celle figurée sur la mappe sarde (IA73003243). Ces édifices sont désaffectés ou transformés en abris ouverts pour les vaches.

Quelques alpages sont implantés sur le plateau du Revard, un peu au-dessus de 1100 m d'altitude : chalet des Turres (IA73003230) et chalets Mermet (IA73003232), le chalet des Péroudes (IA73003231) atteignant les 1300 m d'altitude (voir dossier : les aplages de Saint-Offenge-Dessus).

Le coteau ouest de la commune, au-dessus du Sierroz, était autrefois planté en vigne, déjà existantes sur la mappe sarde, petites parcelles partagées entre de nombreux habitants de la commune : le toponyme "Vignes de l'Oie" est encore présent sur le cadastre de 1880 (section A5). La matrice de 1881 recense un bâtiment à usage de pressoir (B1, les Mollières, appartenant à Augustin Magnin, des Gonnards).

Caractéristiques de l'architecture

Le bâti est essentiellement composé des fermes qui présentent une juxtaposition des fonctions (habitat et dépendances agricoles) sous le même toit (23 cas sur les 27 fermes repérées). L'implantation est généralement perpendiculaire à la pente, avec un étage de soubassement, aménagé en cellier ou cave, et un rez-de-chaussée surélevé à usage d’habitation avec accès par un escalier extérieur et un pallier ou un balcon, ou un accès de plain-pied, avec ou sans perron suspendu, grâce à l'étagement du bâtiment dans la pente (les deux cas sont présents à part égale).

Les murs sont en moellon de calcaire enduit (traditionnellement : enduit terre à pierre vue), avec des encadrements en calcaire (rares exemples d'encadrements en bois, comme sur la ferme de la Fleurie IA73003236). Les toits sont à longs pans et demi-croupe (souvent une demi-croupe côté logis, longs pans côté fenil, avec pignon en bardage bois et porte haute accessible de plain-pied), en ardoise (ou fibrociment) ou en tuile plate mécanique (répartition de l'ordre de 2/3 pour l'ardoise ou fibrociment, 1/3 pour la tuile, avec de nombreux toits mixtes). Tous les toits sont des réfections, en général avec surélévation, des années 1920 ou 1930 ; les toits étaient en chaume jusqu'au 20e siècle (ils sont refaits en ardoise à partir du 3e quart du 19e siècle, d'abord sur les édifices publics, comme le presbytère IA73003206).

Le petit patrimoine est largement représenté par des bassins en béton moulé, édifiés en bois jusqu'au début du 20e siècle, avant d'être coulés en béton, et des fours. La tabelle-minute de 1730 (AD Savoie, C 4237) recense neuf fours à pain, dont trois appartiennent à des communautés d'habitants : communauté du village de Courna [Cornat] (parcelle 728), du village des Combes (1037 ) et communauté de Chanvillard (985). Quatre sont localisés au chef-lieu et situés à côté de la maison de leur propriétaire : parcelles 73, 51, 91 et 127 (indivis avec un propriétaire du même nom) ; un est situé aux Favrins et indivis entre deux habitants du hameau (parcelle 1183). Le dernier, aux Suavets (parcelle 211) appartient à un propriétaire ne possédant pas de maison dans la commune. Cinq fours sont encore déclarés sur la matrice de 1881 : aucun ne correspond aux emplacements des fours de 1730, sauf celui des Favrins, qui dépend en 1881 des habitants du hameau. Les autres fours communautaires (Cornat, les Combes...) ont disparu (même si des fours privés ou partagés par deux ou trois habitants subsistent dans ces hameaux) et il n'en reste plus qu'un au chef-lieu (A 261).

Il n'y a plus de siège d'exploitation agricole dans la commune (les terrains sont exploités par des agriculteurs des communes limitrophes).

Aires d'études Hauts de l'Albanais
Adresse Commune : Saint-Offenge-Dessus

Annexes

  • Edifices non repérés

    Granges isolées au-dessus des Suavets :

    - 2013 A1 55, 56, Molly. Grange, actuellement abri à vaches. Implantation parallèle à la pente, à deux niveaux de stockage de foin (plancher de subdivision intérieure). Le bâtiment est en charpente (ossature en parpaing de ciment et bardage bois), ouvert sur un petit côté ; toit à longs pans, en fibrociment. Reconstruit dans le dernier quart du 20e siècle.

    - 2013 A1 63, Molly et 2013 A2 165, les Champs (?). Ruines d'édifice (grange-étable et grange ?). Murs en moellon de calcaire.

    Granges-étables au-dessus de Cornat :

    - 2013 B2 193 (1880 B2 225), les Daudes. Ruines d'une grange-étable (?). Edifice de plan allongé construit perpendiculairement à la pente, à trois travées.

    - 2013 B1 656. Plan du Premier. Grangette (?) en charpente et bardage bois. 20e siècle.

    Autres édifices :

    - 2013 A3 390 (1880 A3 367), Champclos. Ferme à juxtaposition, puis maison, édifiée perpendiculairement à la pente, avec logis sur cave en étage de soubassement. Dépendance avec fournil (bouche et voûte en molasse) et porcherie en face de la ferme, fontaine-abreuvoir et lavoir dans la cour, pré-verger au-dessous. L'exploitation comptait 25 vaches et une vingtaine de génisses dans le dernier quart du 20e siècle ; l'exploitant louait le chalet Regairaz, aux Déserts (avec un membre de sa famille) pour monter en alpage.

    four à pain.

    - 2013 A3 385, Champclos. Grange-étable en parpaing de ciment aggloméré ; en usage.

    - 2013 A3 868, le Verdens. Ancienne forge et habitation. Située au sud du village, le long de la RD 211. Edifice de plan rectangulaire, parallèle à la pente, avec une cave en étage de soubassement (accès en façade postérieure ?), atelier et remise au rez-de-chaussée surélevé, habitation au 1er étage (escalier intérieur). Murs en moellon de calcaire enduit (anneaux scellés de part et d'autre de la porte de la remise), pignons en bardage bois, toit à demi-croupes à débord par extension côté route, en tuile plate mécanique. Remise à bois, en bardage, appuyée contre le mur pignon sud. Fontaine-abreuvoir (cuve en ciment moulé).

    - 2013 A4 510, 511, 513 (1880 A4 471). Ruine d'édifice isolé aux Grands Prés, en limite de commune ; non repéré.

    - 2013 A5 828, 829, 706 (1880 A5 625, 626, 627). Le Grand Pré. Ferme à juxtaposition, puis maison (parcelle 829 : logis sur cellier ; 828, grange-étable ; 706 : autre logis plus récent ou très remanié). 19e siècle, dénaturée.

    - 2013 C 19 (non cadastré). Chalet refuge à l'Aiguille (vers le Creux de Lachat). Date portée 1984.

  • Délibérations du conseil municipal de Saint-Offenge-Dessus concernant les ponts de la commune (AC Saint-Offenge-Dessus).

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 27 novembre 1860-24 février 1874.

    - 12 mai 1867. Reconstruction du pont sur l’embranchement du chemin n°11 tendant vers l’école de Dessous

    - 28 mai 1871. Demande de coupe de 12 sapins pour réparer les petits ponts sur le Sierroz entre Saint-Offenge et le Montcel

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 14 mars 1874-12 août 1888.

    - 11 février 1877. Reconstruction des petits ponts de bois sur le Sierroz entre la commune et le Montcel. Les cabinets d’aisance des écoles, qui sont en bois, ont aussi besoin d’être reconstruite. Demande d’autorisation de coupe de bois résineux

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 9 septembre 1888-31 août 1899.

    - 2 mars 1890. Reconstruction du pont des David. Situé aux confins des communes des Saint-Offenge et Montcel. Montcel fournit 7 m3 de résineux, en demande 2m3 ¼ à Saint-Offenge-Dessus. Le conseil approuve mais souhaite que le bois soit vendu et que le produit serve à acheter du bois dur (chêne ou châtaignier) pour reconstruire le pont.

    - 7 juin 1891. Reconstruction des petits ponts de bois sur le Sierroz entre la commune et Montcel. Demande d’autorisation de coupe de 12 m3 de résineux.

    - 20 août 1899. Reconstruction du pont des Combes et Vauthiers et du pont des David, emportés par le Sierroz. Le conseil demande l’accord pour une coupe de 20 m3 pour le pont des Combes et Vauthiers et 2 m3 pour celui des David.

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 27 septembre 1899-15 juillet 1946.

    - 6 août 1905. Réparation nécessaires aux ponts sur le Sierroz, au Grand Pré (demande de 3 m3 de bois) et aux Combes (2 m3).

    - 16 août 1908. Restauration du pont sur le Sierroz vers les David (3 m3 de bois) ; part demandée à St-Offenge-Dessous.

    - 14 mars 1909. Devis de Louis Joseph Guers pour la réfection du pont des Guichonnet sur le Sierroz (entre St-Offenge-Dessus et Montcel), 583 F à diviser en deux.

    - 23 mai 1909. Vote de 20 F, part de la commune dans le projet de reconstruction du pont des Couterans sur le Sierroz. Regrette que la décision de Montcel pour le pont des Guichonnet ne lui permette pas de donner plus.

    - 4 juillet 1910. Devis de restauration du pont des Guichonnet et des Combes, ruinés par les inondations de mai, juin dernier et juillet courant, 688,88 F. Montcel ne participe que pour 100 F. demande de subvention et de coupe.

  • Délibérations du conseil municipal de Saint-Offenge-Dessus concernant le pré des Chamoussières (AC Saint-Offenge-Dessus).

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 27 novembre 1860-24 février 1874.

    - 13 juin 1869. Les parcelles n° 1413 et 1416, situées à Chamoussières ont été abandonnés par l’inspecteur des forêts pour être livrés au pâturage. La commune pourra les louer.

    - 13 février 1870. Contentieux entre la commune et les frères François et Joseph Magnin, fils de feu Pierre, au sujet de la parcelle de pré 1242 à Chamoussière, que les Magnin disent avoir achetée (vente de Bernard Grosdaillon à Pierre Magnin en 1833, environ 7 ares) et qu’ils on fânée. Elle se trouve au milieu de la fôret communale. La commune conteste la propriété. Propose d’échanger avec la parcelle 1253, située près d’un bois appartenant aux Magnin, pour clore le débat.

    - 23 octobre 1870. Joseph Chanvillard dit Foyant a fauché la parcelle 1253 ; il se déclare possesseur indivis avec son frère Etienne, selon un plan de 1808 (environ 7 ares). La commune cède une partie de la parcelle. Même chose avec Pierre Barral, pour une partie du n° 1253 (de 7 a), au Replat ; le tribunal d’Aix a condamné la commune car Pierre Barral a établi sa possession plus que trentenaire ; elle cède la parcelle.

  • Délibérations du conseil municipal de Saint-Offenge-Dessus concernant la forêt communale et les demandes de bois par des particuliers (AC Saint-Offenge-Dessus).

    Selon une délibération du 14 mai 1882, la forêt communale s’étend sur 175 ha 69 a Elle se compose de taillis de bois blanc, destinés aux coupes d’affouage (et menacés par l’enrésinement), et de bois noirs.

    Demandes de bois pour construire ou reconstruire des bâtiments :

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 14 mars 1874-12 août 1888.

    - 22 août 1881. Gabriel Grosdaillon demande 4 m3 de bois à prendre la forêt communale pour reconstruire sa grange sise en montagne. Il ne peut se procurer le bois dont il a besoin par la voie du commerce.

    - 27 juillet 1884. Jacques Favrin et François Pallatin Christou ont eu des bâtiments endommagés par l’ouragan du 18 juillet : la commune demande l’autorisation d’accorder à Favrin 12 sapins de 7 m de long pour faire des chevrons et deux douzaines de petits hêtres pour faire des lattes ; à Pallatin une plante de 9 m pouvant faire le faîte de la toiture de son bâtiment et une panne de 8 m.

    - 23 mai 1886. Demande de bois par Péronne Barral, veuve Porral, pour construire une petite maison : le conseil demande au préfet de lui accorder 8 m3 et 150 décimes, à prendre dans la forêt communale parmi les bois dépérissant. Pour Joseph Pernet, 13 m3 et 880 décimes pour réparer un bâtiment.

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 9 septembre 1888-31 août 1899.

    - 3 avril 1892. Clément Gros demande une autorisation de coupe de bois communal de 11 m3 et 358 décimes pour réparer son bâtiment endommagé par la neige. Accordé (il manque de ressources).

    - 7 mai 1899. Philibert Grosdaillon demande des sapins de la forêt communale pour réparer son habitation ; le conseil les cède à 2 F le m3.

    - 9 juillet 1899. Mêmes conditions proposées à Pierre Chanvillard.

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 27 septembre 1899-15 juillet 1946.

    - 24 septembre 1899. Demande d’Augustin Fantin. Bois cédé à 5 F le m3.

    - 12 novembre 1899. Demande de Pierre Chanvillard, 12 m3. Bois cédé à 5 F le m3.

    - 12 août 1900. Demande d’une coupe générale de 600 m3 pour satisfaire plusieurs demandes en suspens, les demandes à venir et prévenir les coupes sauvages. A prendre dans les taillis pour 4 F le m3 (en marge : par décret du président de la république du 18 mai 1901 il est accordé 450 mc).

    - 6 septembre 1900. Incendie de Cornat le 2 septembre. Demande de 300 m3 de sapins à prendre gratuitement dans la forêt communale, selon les devis présentés par les sinistrés.

    - 8 juin 1902. Demande de Porcheron Louis, pour construire sa maison, 42,625 m3. Bois à prendre dans la réserve, cédé 5 F le m3.

    - 13 mars 1904. Demande de François Chanvillard, 18 m3 pour reconstruire une partie de la toiture de ses bâtiments emportée par un ouragan.

    - 16 mars 1905. Demande de Joseph Favrin (fils de) Pierre, 23 m3, pour construire sa maison. Bois à prendre dans la réserve, gratuit.

    - 25 novembre 1906. Demande de Jean Orsat, 23 m3 739, pour construire sa maison. Bois à prendre dans la réserve, cédé 5 F le m3.

    - 26 décembre 1909. Un ouragan le 22 décembre a emporté les toits de Jean Favrin (fils d’) André, de la grange de montagne de François Grosdaillon, du hangar au chef-lieude Louis Chanvillard (fils de) Maurice, enlevé en partie. Le conseil leur accorde respectivement 25 m3, 18 m3, 5 m3. Bois à prendre dans la réserve, gratuit.

    Demandes de bois pour construire des bassins :

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 14 mars 1874-12 août 1888.

    - 19 février 1882. Les habitants des principaux de la commune ont demandé au maire des sapins pour la construction de bassins dans leurs hameaux respectifs. Demande au préfet l’autorisation de couper 7 m3 de bois, pour des bassins au chef-lieu et aux hameaux des Favrins, Cornat, les Combes, les Vauthiers, les Gonnards, les Suavets.

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 9 septembre 1888-31 août 1899.

    - 10 janvier 1892. Les principaux habitants des hameaux des Suavets et des Combe demandent une pièce de bois sapin par hameau pour construire un bassin.

    - 22 mai 1898. 19 propriétaires ont demandé des sapins pour construire des bassins. Le conseil demande à l’administration des Eaux & Forêts de faire vérifier par ses agents ceux qui ont réellement besoin de sapins pour construire des bassins et de les leur accorder.

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 27 septembre 1899-15 juillet 1946.

    - 2 mai 1909. Demande de sapins pour construire des bassins, par Gabriel Favrin et Louis Chanvillard (fils de) Jean. 1 m3 chacun. Bois accordé à 5 F le m3.

    - 6 novembre 1910. Demande de bois pour bassins, par : le village des Favrins ; Joseph Grosdaillon et Claudine Favrin ; le village des Guichonnets ; François Chanvillard ; Julien Magnin ; François Petellat ; Jean Marie Chanvillard pour le village des Gonnards ; Vibert pour fontaine publique ; Claudine Pallatin ; François Porcheron. Bois accordé pour 5,50 F le m3.

  • Délibérations du conseil municipal de Saint-Offenge-Dessus concernant les activités agricoles et artisanales dans la commune (AC Saint-Offenge-Dessus).

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 9 septembre 1888-31 août 1899.

    - 5 décembre 1897. Réclamation contre la Compagnie des eaux d’Aix-les-Bains qui prend les eaux des sources de l’Etang et de la Mondresse, ce qui cause un préjudice aux usines, moulins, battoirs et scieries qui sont mus par les eaux de la Mondresse Demande que la Compagnie laisse couler ces eaux lorsqu’elles ne leur sont pas absolument nécessaires, « est-à-dire depuis la fin septembre jusqu’au commencement de juin » arré), dans le lit de la Mondresse et cela en amont de la scierie de Milloz de Saint-Ours.

    AC Saint-Offenge-Dessus. Registres de délibération du conseil municipal. 27 septembre 1899-15 juillet 1946.

    - 10 décembre 1899. Philibert Grosdaillon demande l’autorisation de rechercher une source d’eau dans la forêt communale pour l’amener vers sa grange au lieu-dit des Daudes. Accepté.

    - 30 mars 1901. Création d’une cabine téléphonique à Saint-Ours. La commune de Saint-Offenge-Dessus ne possédant ni commerçant, ni usinier, ni industriel, ne peut pas retirer le même avantage que la commune de Saint-Ours de la création d’une cabine, mais vote une subvention de 5 F annuels pour les frais de cette cabine.

    - 13 mars 1904. 40 F dus à Louis Ailloud, forgeron à Saint-Offenge

    - 11 juin 1905. Emplacement pour la distillerie. Le conseil désigne deux lieux le long du chemin n°11 : la fontaine du Dard au chef-lieu de l’église et vers l’oratoire situé à la bifurcation de l’ancien chemin de Cornat au village des Vauthiers

Références documentaires

Documents d'archives
  • Cadastre général : Saint-Offenge-Dessus. 1729-1741 (C 4236-4239)

    - C 4236. Livres des numéros-suivis du géomètre et du trabucant de la commune de Saint-Offenge-Dessus. Livre des numéros-suivis des estimateurs. 1730. État des griefs présentés par divers propriétaires à l’occasion de la mensuration générale de la commune. États des servis féodaux dus au marquis de Coudrée et au marquis de Clermont. État des numéros qui devaient être distraits de la mappe et du cadastre de Saint-Offenge-Dessus, pour être attribués à là commune d’Arith.

    - C 4237. Tabelle-minute (cadastre primitif) de la commune de Saint-Offenge-Dessus. 1730.

    - C 4238. Cahiers des déductions de la commune de Saint-Offenge-Dessus.

    - C 4239. Tabelle générale (cadastre récapitulatif, avec augmentations, déductions et cote de la taille) de la commune de Saint-Offenge-Dessus. État des dîmes payées au curé de Saint-Offenge-Dessus.

    AD Savoie : C 4234-4239
  • AD Savoie. Série 3P : 735. Commune de Saint-Offenge-Dessus. Tableaux indicatifs [des propriétés foncières]. Relevés par nature de culture. Liste alphabétique. Registre. 1881.

    AD Savoie : 3P : 735
Documents figurés
  • Copie de la mappe originale (cadastre général) de la commune de Saint-Offenge-Dessus. Signée Cocelli, directeur de la péréquation générale / 1 dess. : lavis, papier collé sur toile. Echelle : 1:2372. Dimension : 296 x 186 cm. 1732 (AD Savoie. C 4235, mappe 284 ; 5 vues : G, 1 à 4).

    La mappe originale est signée Vitrotti, géomètre, et datée de 1729.

    AD Savoie : C 4235, mappe 284
  • [Saint-Offenge-Dessus. Plan minute du cadastre par masses de culture napoléonien] / Vue géométrale. Plan roulé. 1 dess. : plume encre noire et couleur, aquarellé. Echelle : 1/2372. 137x57 cm. 1802-1807 (AD Savoie. 1Fi : 408).

    AD Savoie : 1Fi : 408
  • Plans cadastraux du premier cadastre français de Saint-Offenge-Dessus / Barthélemy Ferdinand (géomètre de 1ère classe) : tableau d’assemblage ; Et. Allard (géomètre de 2e classe) : sections. 14 dess. : lavis sur papier. Echelle : 1:10 000 (tableau d’assemblage) ; 1:1000 (sections). 1880 (AD Savoie. 3P 7260).

    Tableau d'assemblage ; section A, feuilles 1, 2, 3, 4, 5 ; section B, feuilles 1, 2, 3, 4, 5 ; section C, feuilles 1, 2, 3.

    AD Savoie : 3P 7260
Bibliographie
  • GUICHONNET, Paul. [Historique de Saint-Offenge ; bulletin municipal]. 2 p., dactyl. 4e quart 20e siècle.

  • MENIGAUD, Christian, et al. La traversée des Saint Offenge au fil des siècles. 1ère édition : juin 2004. Albens : Imp. du Marais, 2004.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Guibaud Caroline - Monnet Thierry