Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Sail-sous-Couzan

Dossier IA42000989 réalisé en 2001

Fiche

Aires d'études Boën - Sail-sous-Couzan
Adresse Commune : Sail-sous-Couzan

Différentes populations se succèdent depuis la préhistoire sur la commune de Sail-sous-Couzan comme l'attestent les fouilles et découvertes réalisées sur le site de la Grotte des Fées, pour la période préhistorique, dans l'ancienne fontaine du" Sal de Cozan", pour la période romaine. Par la suite, l'histoire de la commune se confond avec celle du château de Couzan, aux mains des Damas depuis 1226 déjà, avant de devenir, en l'état de ruines, propriété de la société savante de la Diana, à Montbrison, en 1932. La paroisse de Couzan est signalée en 1225 puis disparaît au XVIe siècle, on la trouve rattachée à la paroisse de Sail-sous-Couzan en 1559. En 1225, le prieuré de Sail-sous-Couzan dépend de l'abbaye de Cluny. Dès le XIXe siècle une économie relativement importante anime la commune avec l'installation de plusieurs entreprises situées en bordure de rivière, force motrice à cette époque. Au début du XXe siècle, encore, ces industries textiles et métallurgiques génèrent la présence d'une population ouvrière importante qui se mèle à celle, plus aisée, des curistes qui bénéficient des eaux minérales de Sail-sous-Couzan également exploitées dès le XIXe siècle. Parallèlement à l'exploitation thermale de la commune, la vente en bouteilles de ces eaux et de leurs dérivées se met en place puis finit par la supplanter.

La commune rassemble 14 principaux écarts essentiellements situés le long des principales routes de communication. Avec l'arrivée du train en 1875, le hameau de la Gare s'est fortement développé. Le chef-lieu, situé à la jonction des vallées du Lignon et du Chagnon, son affluent, est dominé par les ruines du château de Couzan, situé à une hauteur de 626m. Construit à proximité d'un ancien prieuré dont seul subsiste, et en partie seulement, l'actuelle église paroissiale et quelques rares vestiges des bâtiments conventuels, le bourg de Sail-sous-Couzan s'est étendu en longueur. L'exploitation des eaux minérales et les industries textiles et métallurgiques ont laissé en place, parfois en mauvais état, un important patrimoine immobilier comme de nombreuses maisons dites d'ouvrier, plusieurs usines situées aux lieux-dits le Pont, Bravard, Marancey, la Gare, ainsi que certains hôtels, commerces et bâtiments de mise en bouteille des eaux. La commune se trouve par conséquent et actuellement face au problème de réhabilitation de plusieurs de ces entrepôts comme de l'établissement des bains. Le monument aux morts de Joanny Durand, qui se trouvait adossé à ce dernier, a été très récemment déplacé dans le cadre du réaménagement du centre-ville, toujours en cours.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Guibaud Caroline - Monnet Thierry