Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Mornand-en-Forez

Dossier IA42001501 réalisé en 2005

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Montbrison
Adresse Commune : Mornand-en-Forez

Des silex néolithiques ou chalcolithiques ont été découverts dès le 19e siècle au nord de la commune. Des prospections de la 2e moitié du 20e siècle ont mis à jour de nombreux vestiges de l´âge du Bronze. La route départementale 60, au sud de la commune, reprendrait le tracé de la voie romaine Feurs-Rodez, dite voie Bolène. Les lieux-dits de la commune sont peu documentés pour la période médiévale : seuls la Cotille, les Piars, le Trève et Sauvagneux (cités par Dufour), en dehors du Bourg et de Champs, sont mentionnés avant le 18e siècle. La paroisse de Champs, qui existe au moins au 13e siècle, est indépendante de celle de Mornand jusqu´à la Révolution. Champs devient alors une commune autonome, avant d´être rattachée à Mornand en 1824. L'arrêté du 4 juillet 1854 qui prononce la suppression de 330 étangs en Forez pour insalubrité concerne 18 étangs dans la commune de Mornand, mais en 1882 il existe encore 35 étangs considérés comme malsains dans la commune, et 3 considérés comme sains : les étangs Pallotier, de la Loge et Robertet. Les étangs Grand Chambarois et Dubois, le grand et le petit étang des Maréchaux et le petit etang du Trève sont à sec.

La commune de Mornand-en-Forez est située au coeur de la plaine du Forez (altitude comprise entre 343 et 385 m). Avec une superficie de 2160 ha, c´est la 2e plus grande commune du canton de Montbrison (derrière Roche-en-Forez, dont le territoire est en partie situé sur les hautes chaumes), grâce au rattachement de l´ancienne commune de Champs qui forme le tiers sud de la commune de Mornand. Une grande partie du territoire communal est encore occupé par des étangs : entre les Granges et le Bourg (étangs Tapée, Neuf, Tournon, Grand Prau et Durand ; étang des Grilles à l´ouest), au sud du Trève (étang Pallotier), à l´est des Maréchaux et de la Goutte, vers la Cotille (étang des Piars, étang des Places) et au sud-est de Champs (étangs Bourru et Justice, étangs de Bullieu). La plupart sont alimentés par le Vizézy qui traverse la commune du nord au sud. La plupart des grands étangs sont exploités par un pêcheur professionnel (la Société Escalon) ; les étangs sont vidangés et le poisson ramassé dans le chenal à l'aide de filets. La pêche a lieu à l'automne ou en hiver, en commençant par le dernier étang d'une chaîne afin que la vidange remplisse l'étang pêché précédent. L´habitat est dispersé, essentiellement constitué de grandes fermes isolées. la densité de population est faible (moins de 400 habitants en 2006, à peine 600 au maximum du début du 20e siècle). Le matériau de construction est le pisé (plus rarement le moellon de granite, voire de basalte dans les zones les plus proches du mont d´Uzore). Le développement de l´élevage du cheval de trot a entraîné l´implantation de pistes d´entraînement, en particulier à proximité des Colombons.

Annexes

  • Complément d'historique et de description

    Comparaison des lieux mentionnés sur la carte de Cassini (2e moitié 18e siècle) et sur le cadastre de 1987

    Nom sur la carte de Cassini, avec entre parenthèses la nature du lieu, suivi du nouveau toponyme si le nom a changé et de sa nature actuelle :

    - Mornand (paroisse) : chef-lieu de commune.

    - Les Granges (ferme ou maison) : demeure des Granges

    - Poumets (ferme ou maison) : ferme de Pommet. Selon la matrice cadastrale de 1813 : A 48, 48 bis Poumet maison et bâtiments ruraux, appartenant à Claude Dupuis Dupontet ; détruite dans les années 1970. Aurait appartenu au duc de Persigny (renseignement oral).

    - Beaulieu (ferme ou maison) : lieu disparu ? la ferme de Bel-Air semble postérieure à 1809. Le toponyme Belair (ferme ou maison) représenté à proximité semble plutôt se trouver sur la commune de Chambéon.

    - Chaudinet (ferme ou maison) : ferme à la Chaux ? ou les Odinets sur Chambéon ?

    - Le Mussieu (ferme ou maison) : correspond au lieu le Nérant

    - Le Merle (ferme ou maison) : correspond au lieu le Merle (voir IA42003190)

    - Le Trève (village) : correspond au lieu le Trève (voir IA42003196, IA42003197)

    - Bernier (ferme ou maison) : lieu disparu

    - Les Maréchaux (ferme ou maison) : voir IA42003327

    - Le Jarlette (ferme ou maison) : voir IA42003322

    - Les Piars (ferme ou maison, moulin) : il n´existe plus de bâtiment antérieur au 19e siècle sur le site.

    - La Goutte (village) : voir IA42003329

    - Château-Gaillard (ferme ou maison) : voir IA42003175

    - Beaurevert (ferme ou maison) : voir IA42003170

    - Le Bost (ferme ou maison) : inversion des lieux la Thuillerie - le Bost ? voir IA42003181 et IA42003174

    - La Bouleine (ferme ou maison) : correspond au lieu Saint-Ange ?

    - La Thuillerie (ferme ou maison) : inversion des lieux la Thuillerie - le Bost ? voir IA42003174 et IA42003181

    - La Cotille (ferme ou maison) : voir IA42003336

    - Sauvagneux (ferme ou maison) : voir IA42003337

    - Champs (paroisse, fief, moulin) : hameau, voir IA42003335

    Edifices non repérés

    - Le Nérant, 1987 B1 476 (1809 B 230). La maison ou ferme est déjà présente sur la carte de Cassini (2e moitié 18e siècle), sous le toponyme du Mussieu. En 1809, l´édifice dessiné sur le plan cadastral a un plan-masse assez proche de celui du cadastre de 1987. Il appartient en 1813 à François Gérentet (qui possède également des domaines aux Maréchaux et au Trève, dans la commune de Mornand ; voir IA42003196, IA42003197) : parcelles B 230, maison, cour, bâtiments ruraux ; B 231, jardin ; B 232 et 254, mares. Ce bâtiment a brûlé en 1971 (renseignement oral). La ferme s´étendait sur 60 ha, avec un peu de vigne à proximité des bâtiments (pressoir sur place). Il subsiste un morceau du logis, avec des cheminées datables de la 2e moitié du 28e siècle, et un fournil.

    - Les Piars, 1987 C2 254. Vestiges de lavoir ? Cet édicule est situé à proximité de l´emplacement d´un moulin cité dès 1555 (Dufour, col. 701), dessiné sur la carte de Cassini (2e moitié 18e siècle) et signalé sur le cadastre de 1809 :1809 C 132, maison, moulin, bâtiments ruraux et C 131, aisance, péchoire, appartenant à M. Lachomette, de Lyon, puis à Antoine Arbel (voir plan de 1901, A. Privées Beaurevert, au dossier IA42003170) et à Louis Chatin, propriétaires successifs du domaine de Beaurevert (voir IA42003170). A partir de 1926, la commune projette la construction de trois lavoirs, au bourg, à Champs et aux Piars. La construction du lavoir des Piars, prévu pour 3 emplacements, est financée par Louis Chatin, et l´édicule utilise le bief de son ancien moulin (AC).

    - Monument commémoratif de la résistance à Mornand : situé le long du chemin qui fait la limite entre Mornand-en-Forez et Saint-Paul-d´Uzore, face au chemin de la ferme de la Jarlette.

    Piédestal en maçonnerie de béton, recouverte de granite en parement. Tablette en béton inclinée, avec une plaque de marbre incrustée, décor et inscription gravée. Décor : deux parachutes avec un colis ; une croix de Lorraine dans un triangle

    Inscription : A CET EMPLACEMENT A EU LIEU / LA NUIT DU 22 AU 23 SEPTBRE 1942 / UN DES PREMIERS PARACHUTAGES / DU FOREZ ORGANISE PAR LE / RESEAU BUCKMASTER DES F.F.C. / LORS DE CETTE OPERATION / TROIS RESISTANTS / FURENT DEPORTES / ET QUATRE INTERNES.

    - Le pont sur le Vizézy (voir fig. 24) a été reconstruit à la fin du 20e siècle.

    Le village de Mornand

    Le village est s´étire le long de la route départementale 113, depuis le dernier étang du domaine des Granges (étang Durand) et la maison de maître appartenant à la famille Durand-de Curraize, au croisement avec la route départementale 6, au nord. Le centre ancien, avec l´église (IA42001502), le presbytère (IA42003319) et l´école (infra), se trouvait à l´origine autour du croisement de ces deux routes, avec la principale fontaine du village (supprimée en 1955), et plus tard la bascule et le monument aux morts. La construction d´une mairie-école (IA42003318) plus au sud, en 1908, a favorisé l´extension du village dans cette direction. Mise à part la maison de maître, les constructions sont de petite dimension, pour une population composée de journaliers agricoles et d´ouvriers (mentionnés dans plusieurs délibérations du conseil municipal), pour lesquels la commune a même envisagé de construire des logements. Les libéralités des grands propriétaires environnants (familles Durand-de Curraize au bourg, Jacquet, Arbel puis Chatin à Beaurevert) ont largement contribué à la construction des édifices publics : écoles, presbytère, mairie.

    La comparaison des cartes postales du début du 20e siècle avec l´état actuel du village montre que si les alentours de l´église ont été beaucoup modifiés, la traversée de la D 113 a peu changé en un siècle (après l´alignement approuvé en 1898). Le lavoir, qui se trouvait vers la croix IA42003200, a été détruit vers 1990.

    - 1987 A2 289. Ecole mixte et congréganiste du bourg.

    Historique :

    La première maison d´école de Mornand est édifiée vers 1840 par Frédéric Durand, époux d'Eulalie de Curraize, gros propriétaire de la commune : le terrain lui appartient, et l´usage du bâtiment est cédé gratuitement à la commune, à condition que l´école soit tenue par des religieuses d'un ordre autorisé (soeurs de Saint-Joseph, ou de l'Instruction Chrétienne du Puy-en-Velay). Une lettre du 27 janvier 1839 indique que le maire a "fait tirer dans le mont d´Uzore la majeure partie des moellons de pierre qu´il faut pour le fondement de la maison que nous allons construire pour les soeurs". Les correspondances échangées avec l´inspection académique indiquent que la commune ne pourrait financer une école sans l´aide de la bienfaisance privée, ce qui l´incite à conserver des religieuses comme institutrices, malgré les réticences grandissantes.

    Des projets de réaménagement du bâtiment, pour agrandir la salle de classe, sont en cours en 1881-1883 (intervention de l´architecte Dulac : on projette d´abord de déplacer l´escalier, puis d´agrandir le bâtiment), mais la construction de l´école de Champs les rendent moins nécessaires, et le budget communal est déjà grevé par les travaux de l´église.

    Entre 1892 et 1908, la question de la construction d´une école de garçons est débattue par la commune. L´école est faite dans un bâtiment privé (IA42003317), avant la construction du groupe scolaire (IA42003318). L´ancienne école, récupérée par la famille Durand, est alors transformée en « colonie », mentionnée sur plusieurs cartes postales.

    Description :

    Édifice de trois travées, à un étage et comble à surcroît, en pisé enduit (tyrolienne), encadrements en granite ; toit à longs pans, en tuile creuse, avec génoise. Couloir central traversant avec escalier (rampe sur rampe, en bois).

    - 1987 A2 199. Bascule. Fournie en 1901 par Treyvoux, constructeur d´appareils de pesage à la Mulatière (Rhône), et mise en place par François Depoux, entrepreneur de maçonnerie à Montbrison.

    - 1987 B2 196. Ancien cimetière. Désaffecté en 1914, il est encore encombré de mobilier funéraire. Louis Chatin propose en 1930 d´aménager cet emplacement (plantation de gazon et de cyprès, croix). Un nettoyage est effectué, mais l´état de cette zone centrale reste insatisfaisant. La place est aménagée en 1954-1955 (suppression du tilleul à l´entrée, démolition du mur attenant à la place déjà existante, entre l´église et la route, réparation du mur le long de la route (supprimé ensuite), aménagement de marches, suppression de la fontaine.

    Edifices commerciaux non repérés au Bourg :

    - 1987 B2 181. Café-restaurant « le Sulky », ancien café « Charret », puis atelier de charronnerie (spécialisé en « dresseuses », chariot d´entraînement pour trotteurs). Édifices en bordure de rue, avec cour sur l´arrière (accès par passages couverts). « Le Sulky » : bâtiment de trois travées, à un étage, avec façade sur pignon. Logement sur l´arrière. Une travée ajoutée latéralement. Murs en maçonnerie enduite, toits à longs pans. Le « Charret » : deux travées, un étage et comble ; murs en moellon de granite avec enduit à pierres vues à assises dessinées, encadrements en granite. Le café existe déjà sur les cartes postales du début du 20e siècle.

    - 1987 B2 208. Café-restaurant « Groizard ». Édifice en bordure de rue, avec cour sur l´arrière (accès par passages couverts). Bâtiment à un étage et comble. Murs en maçonnerie enduite, toit à longs pans. Le café existe déjà sur les cartes postales du début du 20e siècle ; le terrain pour sa construction aurait été acheté en 1883 (renseignement oral). Le café a été fermé dans les années 1960. Limite 19e siècle 20e siècle. Dénaturé.

    - 1987 B2 494, B2 211 (hangar). Boulangerie, puis épicerie Groizard. Bâtiment à un étage, limite 19e siècle 20e siècle.

    - 1987 A2 362. Café « Michon ». Deux travées, un étage et comble ; murs enduits, encadrements en brique, corniche en brique. Le café existe déjà sur les cartes postales du début du 20e siècle. Une forge était installée derrière le café (renseignement oral).

    Maisons non repérées au Bourg.

    - 1987 B2 182. Maison (façade sur pignon ; décor de terre cuite moulée). 1ère moitié du 20e siècle

    - 1987 B2 187. Maison de journalier ? Logis d´une travée, à un étage ; petite étable et fenil sur l´arrière. En pisé (?) enduit, encadrements en granite (porte) et brique, toit à longs pans, génoise. Limite 19e siècle 20e siècle.

    - 1987 B2 190. Maison de journalier ? Logis d´une travée, à un étage ; petite étable et fenil de l´autre côté de la rue. En pisé (?) enduit, encadrements en granite (porte) et bois, toits à longs pans. Limite 19e siècle 20e siècle.

    Autres maisons de journaliers ou petites fermes, 2e moitié 19e siècle : 1987 A2 360 et 196 ; limite 19e siècle 20e siècle : 1987 B2 247, 1987 B2 249, 1987 B2 616, 1987 B2 617.

  • Mentions concernant les étangs de la communes dans les Registres des délibérations du conseil municipal (1885-1895, 1896-1919, 1919-1965). (AC Mornand-en-Forez).

    - Délibération du 20 juin 1892. L'étang du Piard a une surélévation au-dessus du village des Piards, qui le rend très malsain par la mauvaise odeur qu'il produit en été. Le conseil municipal demande sa suppression.

    - Délibération du 28 mai 1902. M. Arbel demande l'autorisation de rétablir un étang, à l'extrémité de sa propriété, longeant le chemin de Mornand à Chambon. Le conseil donne un avis favorable, d'autant plus que M. Arbel a promis à la commune un terrain pour la construction du nouveau cimetière.

    - Délibération du 25 juin 1922. Demande de remise en eau d'un étang asséché. Hubert Le Conte aurait remis en eau depuis environ 3 ans certains de ses étangs. La mairie lui ayant demandé de présenter une autorisation, il répond que l'étang Bourru (B 104) n'avait jamais été soumis au dessèchement, écrit au préfet pour demander l´autorisation, et explique que l'étang n'est pas insalubre et qu'il l'a remis l´étang en eau provisoirement, "pour lutter contre la vie chère". Rappel de l'historique des étangs : par délibération du 13 juillet 1879, le conseil a laissé l'administration se prononcer sur les étangs devant être supprimés ; l'arrêté du 26 janvier 1880 qui en découle a prononcé l'assèchement de cet étang. M. Le Conte possède déjà quatre étangs dans la section de Champs, d'une superficie de 20 ha. L'étang Bourru est à 800 m de Champs. La commune compte au moins 30 étangs (150 ha), dont 14 autour de Champs : le conseil est d'avis que c'est déjà trop et qu'il ne faut pas créer de précédent en autorisant l'étang Bourru. Pour "lutter contre la vie chère", le conseil recommande à M. Le Conte "d'emblaver des terres très productives au lieu de créer des pâturages, des bois et des étangs qui occupent plus de la moitié d'une propriété de 200 ha".

    - Délibération du 21 janvier 1923. Demande de remise en eau d'un étang asséché. Julien de Pommerol, propriétaire à la Bruyère (Saint-Romain-le-Puy), demande à remettre en eau l'étang de Grande Brandille (B 115) de 6,83 ha. Cet étang a été supprimé par l'arrêté de 1854, confirmé par l'arrêté de 1880. Pommerol possède déjà trois étangs, dont celui de Petite Brandille, remis en eau sans autorisation. Le conseil refuse la demande et exige aussi la suppression de l'étang de Petite Brandille : "il serait de toute urgence d'intensifier la production par la remise en état des terrains laissés incultes ou en eau pour le seul plaisir de la chasse".

    - Délibération du 1er juillet 1933. Demande de remise en eau d'un étang asséché. M. de Curraize, maire, demande la remise en eau de l'étang dit le Petit Prau. Il possède déjà trois étangs. Cet étang est sur un terrain marécageux, non cultivable, le rapport de l'ingénieur est favorable. Mais un conseiller (sur 11) s'y oppose : il y a trop d'étangs dans la commune, les demandes de Pommerol et Le Conte ont été refusées.

    - Délibération du 14 avril 1955. Demande de remise en eau d´un étang asséché. Etang de la propriété Dumas (A 153, 154, 155). Me Cahen, époux Damas (?), vient de faire construire des bâtiments neufs à 200 m et a peur de l'humidité ; M. Bercieux, fermier aux Granges, a peur de l'insalubrité. Mais l'avis du commissaire enquêteur est favorable. Le conseil accepte la demande à condition que l'étang ne soit pas insalubre et ne nuise pas aux Cahen.

    Liste des étangs devant être supprimés à Mornand en vertu de l'arrêté du 4 juillet 1854 portant sur l'assainissement de la plaine du Forez, d'après Etangs insalubres de la plaine du Forez..., 1882.

    - parcelle A 52, étang Neuf, propriétaire de la Chomette (6,79 ha)

    - parcelle A 84, étang Tournon au même (14 ha)

    - parcelle A 113, étang de la Grille au même (8,20 ha)

    - parcelle B 130, étang Petit Berodin, propriétaire Camille Durand

    - parcelle B 141, étang Grand Berodin au même (11 ha)

    - parcelle B 115, étang Grand Brandis, propriétaire Francisque de Nantes (5 ha)

    - parcelle B 116, étang Petit Brandis au même

    - parcelle B 119, étang Dubois au même

    - parcelle B 105, étang la Loge, propriétaire Hubert Lecomte

    - parcelle B 106, étang Petite Loge au même

    - parcelle B 108, étang Bertey au même

    - parcelle B 109, étang Neux au même

    - parcelle B 110, étang Mallet au même (6,17 ha)

    - parcelle A 83, étang Grand Prost, propriétaire Frédéric Durand (13,02 ha)

    - parcelle A 82, étang Durand au même (9,89 ha)

    - parcelle B 201, étang Veillas au même

    - parcelle B 203, étang Petit Durand au même

    - parcelle A 113, étang Sauvagneux, propriétaire de Marcilly

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série O : 1083. Liasse 329. Mornand, 1838-1888. Généralités. 10 juin 1847. Lettre du bureau de bienfaisance de Mornand : la population de la commune se compose en grande partie de journaliers. Année désastreuse.

  • AD Loire. Série O : 1083. Liasse 329. Mornand, 1838-1888. Fontaines et puits. 26 juillet 1871, délibération du conseil municipal. Travaux à faire à la fontaine située au milieu du bourg ; c´est la seule. Les bestiaux y vont boire à volonté. Il faut élever un mur autour de la fontaine (5,70 m de circonférence), du pavage autour, une urne en pierre pour faire boire les bêtes (le tout 130 F).

  • AD Loire. Série O : 1083. Liasse 329. Mornand-en-Forez, affaires communales, 1838-1888 (non classé). Lavoirs. - Délibération du conseil municipal du 13 mai 1926. La commune ne possède aucun lavoir public. Il faut construire des lavoirs couverts : au bourg, sur la place publique (sur le ruisseau le Peynot) ; à Champs sur un délaissé de la route 3 bis (sur le canal du Forez ; aux Piards (sur un béal du Vizézy). L'agent voyer Péricard est chargé des devis. - 29 avril 1927. Lettre du maire au préfet. Devis pour le lavoir-abreuvoir du bourg (6500 F), les autres sont remis à plus tard. En novembre le conseil général subventionne le projet (4000 F). - 21 janvier 1928. Traité de gré à gré avec l'entrepreneur Marcel Gey. Il s'engage à construire un lavoir-abreuvoir au bourg et un lavoir à Champs. Devis et cahier des charges de Péricard du 28 juillet 1927 (8270 F avant rabais). Réception des travaux le 15 avril 1929.

  • AC Mornand-en-Forez. Etat de classement des propriétés bâties et non bâties de la commune de Mornand. 1813.

  • AC Mornand-en-Forez. [Commune de Champs]. Propriétés bâties. Classement parcellaire et évaluation des revenus imposables des propriétés foncières [non bâties]. 1821.

  • AC Mornand-en-Forez. Registres des délibérations du conseil municipal, 1919-1965. Généralités. Délibération du 21 février 1926. Les ouvriers de la commune sont logés dans des habitations misérables d´une seule pièce basse, sombre et humide ; ils sont en plus menacés d´expulsion. Le conseil décide le principe de la construction de logements ouvriers et demande des renseignements à M. Soulié, maire de Saint-Etienne.

  • AC Mornand-en-Forez. Registres des délibérations du conseil municipal, 1919-1965. Lavoirs. - Délibération du 21 février 1926. Le conseil demande à l´agent voyer Péricard de choisir les emplacements et de dresser les plans et devis de trois lavoirs, au bourg (6 places), à Champs (4 places) et aux Piards (3 places). - Délibération du 27 mars 1926. Les emplacements des lavoirs ont été choisis : à Mornand, sur la place ; à Champs, à l´emplacement de l´ancien lavoir (si la parcelle communale est trop petite, une demande sera faite à M. Le Conte, riverain) ; aux Piards, vers l´ancien moulin appartenant à M. Chatain. - Délibération du 2 mai 1926. Lavoir de Champs : M. Le Conte est d´accord pour céder gratuitement 6 m² à la commune, à trois conditions : la commune lui cède le chemin du Baraillon, elle accepte la remise en eau de l´étang Bourru et une indemnité sera versée au meunier en cas d´arrêt du moulin. Le conseil refuse. - Délibération du 17 octobre 1926. Lavoirs. Au bourg : plans et devis de Péricard pour 6500 F. Il faut établir un barrage sur le fossé maitral des Peynots, en aval du lavoir (permet des économies dans le projet) : il faut demander l´autorisation au Syndicat du Vizézy. Aux Piards : sur le béal appartenant à M. Chatain, du côté ouest de la maison Blanchon. M. Chatain a proposé de construire le lavoir à ses frais (les habitants pourront l´utiliser librement). - Délibération du 22 mai 1927. Lavoir de Champs. Le conseil va réécrire à M. Le Conte pour lui demander de pouvoir construire sur son terrain ; s´il ne répond pas ou refuse, son expropriation est envisagée. - Délibération du 25 septembre 1927. M. Le Conte a répondu par lettre en date du 17 juillet : il est d´accord pour donner le terrain à la commune à la condition de conserver ses droits sur les prises d´eau (pour son moulin et l´irrigation), qu´on ne construira pas de barrage et que les travaux seront achevés au 1er novembre. La commune est d´accord, sauf pour le dernier point. - Délibération du 27 novembre 1927. Lavoirs du bourg et de Champs. Le sénateur Robert a alloué une subvention de 3000 F pour les travaux. Les entrepreneurs Devaux, Dubost et Peyrat seront consultés, l´agent voyer choisira le plus qualifié (traité de gré à gré). - Délibération du 5 février 1928. Lavoirs. Finalement c´est l´entrepreneur Jey de Montbrison qui est choisi. - Délibération du 7 octobre 1928. Lavoir de Champs : « un avant-toit en tôle sera placé, les places seront creusées pour permettre de laver droit ». - Délibération du 20 juin 1929. Règlement des comptes des entreprises pour les lavoirs. - Délibération du 19 avril 1959. Lavoir de Champs. Des démarches ont été entreprises auprès du maçon et du service des Ponts et Chaussées pour réparation (fuite d´eau sous le pont du bief).

  • AC Mornand-en-Forez. Registres des délibérations du conseil municipal, 1885-1895. Généralités. Délibération du 23 février 1895. Depuis le 18 février 1894, la commune réclame un projet d´alignement du bourg à M. Tronchon. Le conseil demande que M. Thévenet, agent-voyer d´arrondissement, puisse se charger de l´établir.

  • AC Mornand-en-Forez. Registres des délibérations du conseil municipal, 1896-1919. Généralités. Délibération du 9 juin 1898. La commune donne un avis favorable au projet d´alignement du chemin d´intérêt commun n°13 dans la traversée du bourg de Mornand.

  • AC Mornand-en-Forez. Registres des délibérations du conseil municipal, 1880-1885. École communale. - Délibération du 6 novembre 1881. Lettre du préfet au maire. La classe de l´école mixte du bourg est trop petite. Il faut l´agrandir en déplaçant l´escalier du rez-de-chaussée. Ces travaux sont à faire avant que le préfet n´examine les demandes pour l´achèvement de l´église. Le conseil réplique que l´école de Champs absorbera un tiers des enfants de la commune, qu´il a voté le financement pour acheter son mobilier et qu´il faut achever l´église sinon la partie commencée va s´abîmer. - Délibération du 19 mars 1882. M. Dulac architecte a étudié un projet pour les réparations à effectuer à l´école de Mornand. Il pense que le déplacement de l´escalier causera de graves inconvénients, il vaut mieux s´en tenir à la réparation du local tel qu´il existe. Il présente un devis pour la construction d´un hangar et d´un portail à l´école de Champs. Le conseil approuve. - Délibération du 16 août 1882. L´école du bourg de Mornand a 65 élèves, ce qui permet de demander la création d´un poste d´institutrice adjointe. Le conseil va faire cette demande. - Délibération du 8 juillet 1883. M. du Chevallard, maire, expose que les travaux à l´école du bourg votés le 19 mars 1882 sont insuffisants. M. Dulac a dressé un nouveau devis : construction d´une salle de classe à l´école du bourg, achèvement de l´école de Champs, achat de matériel pour les deux écoles (6000 F). le conseil vote 1500 F et demande une subvention au conseil général. L´école de Champs est à peine terminée. - Courrier inséré au début du registre. 9 novembre 1883. Lettre de la Direction générale de l´enregistrement au maire. Les 3 et 4 avril 1880, l´adjudication des travaux de l´école de Mornand ont été attribués à Galland et ceux de l´église à Dutel. Notes en marge : la maison d´école de Champs est terminée, mais il y a des difficultés pour la réception des travaux. L´église est loin d´être terminée.

  • AC Mornand-en-Forez. Registres des délibérations du conseil municipal, 1885-1895. École communale. - Délibération du 8 avril 1888. L´école doit être crépie. - Délibération du 29 mai 1890. L´administration demande que la maison d´école soit réparée. Le conseil acquiesce mais estime qu´il n´y a pas lieu de faire de travaux considérables dans un immeuble bâti depuis longtemps ; la somme de 300 F pour le crépissage de la salle de classe doit suffire. - Délibération du 26 juin 1892. Devis estimatif des travaux à faire à la maison d´école de Mornand, établi par M. Jirardier agent voyer cantonal (toiture et le plancher du grenier). La commune souhaite traiter de gré à gré avec les ouvriers de la commune.

  • AC Mornand-en-Forez. Registres des délibérations du conseil municipal, 1885-1895. Délibération du 11 juin 1893. La maison d´école de Mornand a été construite par la commune et lui appartient, mais le sol ne lui appartient pas : il a été donné à la commune par M. Frédéric Durand pour la construction d´une école mais à condition que celle-ci soit congréganiste. La commune veut acheter le terrain, ou que le propriétaire lui donne un autre terrain pour construire une nouvelle école, mais il refuse. La commune demande l´expropriation pour utilité publique de M. Durand du terrain occupé par l´école, plus une parcelle de terrain pour l´élargissement de l´une des principales rues du bourg de Mornand faisant partie du chemin d´intérêt communal n°13 de Champs à Poncins.

  • AC Mornand-en-Forez. Registres des délibérations du conseil municipal, 1919-1965. Ancien cimetière, place du village. - Délibération du 2 mars 1924. L´ancien cimetière est désaffecté depuis 10 ans : les habitants doivent enlever les croix et ornements. - Délibération du 24 août 1930. Ancien cimetière. M. Chatin propose d´embellir cet emplacement à ses frais : gazon, cyprès, croix. - Délibération du 25 septembre 1932. Ancien cimetière. Déjà nettoyé par les soins de M. Chatin en 1930, il reste dans un état pitoyable. Chatin propose de rassembler dans un coin les ornements funéraires restants, de nettoyer et planter des arbustes. - Délibération du 17 octobre 1949. Une croix abandonnée du vieux cimetière est cédée à M. Riberon contre 200 F (versés au Bureau de bienfaisance). - Délibération du 27 novembre 1954. Ancien cimetière. Espace toujours à aménager. On décide d´enlever le gros tilleul à l´entrée, de démolir le mur attenant à la place déjà existante, entre l´église et la route, réparer le mur le long de la route, créer des marches pour accéder au terre-plein surélevé. Nettoyage autour du monument aux morts et du puits. - Délibération du 13 février 1955. Suite à la réfection de la place, le bac en pierre de la fontaine est devenu inutile. Il est intransportable et sans valeur ; il est cédé au maire. - Délibération du 26 mars 1955. Travaux dans l´ancien cimetière, par Jean-Baptiste Reymond. Abaissement des murs nord et ouest, pose d´un grillage dessus.

  • AC Mornand-en-Forez. Registres des délibérations du conseil municipal, 1919-1965. Bascule. - Délibération de février 1901. Nomination d´une commission pour choisir, avec l´agent-voyer, l´emplacement d´une bascule. Vote d´une somme de 2000 F. - Délibération du 23 juin 1901. Le conseil demande que la bascule soit établie au bourg sur le chemin de grande communication n°6, le long du pré de la cure ; l´agent voyer cantonal propose un devis de 1735 F. - Délibération du 4 septembre 1901. Traité passé avec M. Treyvoux, constructeur d´appareils de pesage à la Mulatière (Rhône), pour la fourniture et pose d´un pont bascule de la force de 600 kg. Traité passé avec François Depoux, entrepreneur de maçonnerie à Montbrison, pour les travaux d´installation de la bascule.

  • AC Mornand-en-Forez. Chemise pont sur le Vizézy. 7 septembre 1833. Quittance de jean Rochette, maître scieur de long, payé pour 24 journées de travail (2 F par jour, moins 10 centimes « pour avoir trempé la soupe aux ouvriers ») à débiter des arbres pour faire le pont du bourg de Mornand sur le Vizézy.

  • AC Mornand-en-Forez. Registres des délibérations du conseil municipal, 1896-1919. Passerelle des Piards. - Délibération du 23 juin 1912. La passerelle en bois des Piards, sur le Vizézy, n´est pas assez solide et dangereuse pour les enfants qui viennent à l´école : le conseil vote 1000 F pour la remplacer par une passerelle en fer dont M. Jacon fera le plan. - Délibération du 30 novembre 1913. Construction de la passerelle des Piards : traité de gré à gré avec M. Chapot entrepreneur à Chalain-le-Comtal, adjudicataire. Devis de M. Jacon : 862,38 F - Délibération du 22 décembre 1914. La passerelle est terminée. Dépense totale 1261,62 F. - Délibération du 30 décembre 1914. réception définitive de la passerelle.

  • AC Mornand-en-Forez. Boîte écoles. - 7 août 1904. Lettre du maire au notaire Bourges. Mme veuve Durand (Eulalie de Curraize, veuve de Frédéric Durand) laisse à la commune de Mornand la libre jouissance de sa maison servant actuellement d´école, jusqu´à la construction d´une nouvelle école. - 25 octobre 1891. Rapport de Jean-Baptiste Dulac sur l´état actuel de la maison d´école du bourg. Le pisé présente des lézardes. La toiture est à quatre pans, en tuile creuse, sur charpente en pin du pays. Les chevons supportant la lucarne « ou bayette » sont rompus. Tous les bois sont vermoulus. Le bâtiment doit être reconstruit, et l´école déménagée dans un bâtiment provisoire en attendant sa reconstruction.

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan cadastral parcellaire de la commune de Mornand [Plan cadastral de la commune de Mornand-en-Forez]. / Blanc (géomètre) ; Augier (géomètre) ; Boisboissel de (ingénieur). 1 dess. : mine de plomb, encre noire, lavis gris, vert et rose sur papier. Echelle 1:10000. 1808. Suite du cartouche : "canton de Montbrison, arrondissement de Montbrison, département de la Loire. Terminé sur le terrain le 6 juin 1808, sous l´administration de Mr Ducolombier préfet, Mr Duguet maire, et sous la direction de Mr Payan Dumoulin directeur des contributions, Mr de Boisboissel ingénieur en chef, MM. Blanc et Augier géomètres" (AD Loire. 1682VT13_20).

  • Commune de Mornand. Section A dite des Granges à l'échelle d'un mètre sur le papier pour cinq mille sur le terrain / 1 dess. : mine de plomb, encre noire, lavis rose sur papier. Echelle 1:5000. [1809] (AD Loire. 1682VT13_21).

  • 1809 Plan parcellaire de la commune de Mor[nand] levé par MM. Blanc et [Augier] géomètres de première cl[asse]. Section B dite du Bourg / Blanc (géomètre) ; Augier (géomètre) ; Boisboissel de (ingénieur). 1 dess. : mine de plomb, encre noire, lavis rose sur papier. Echelle 1:5000. 1809. Suite du cartouche : "Mr Duguet maire. H. de Boisboissel ingénieur vérificateur" (AD Loire. 1682VT13_22).

  • 1809 Commune de Mornand. Section C dite de Beaurevert levée à l'échelle d'un mètre sur le papier pour cinq mille sur le terrain / 1 dess. : mine de plomb, encre noire, lavis bleu et rose sur papier. Echelle 1:5000. 1809. Suite du cartouche : "Mr Duguet maire. H. de Boisboissel ingénieur vérificateur" (AD Loire. 1682VT13_23).

  • Tableau d'assemblage du plan parcellaire de la commune de [rayé : Champs] Mornand [Plan cadastral de la commune de Mornand-en-Forez]. / Coignet (géomètre) ; Boisboissel de (ingénieur). 1 dess. : mine de plomb, encre noire, lavis jaune, violet, bleu et rose sur papier. Echelle 1:5000. 1er quart 19e siècle (avant 1824). Suite du cartouche : "canton de Montbrison, arrondissement de Montbrison, département de la Loire. Terminé sur le terrain le [blanc], sous l´administration de Mr Ducolombier préfet, Mr [blanc] maire, et sous la direction de Mr Payan Dumoulin directeur des contributions, Mr de Boisboissel ingénieur vérificateur, par Mr Coignet géomètre de 1ère classe. Échelle de 1 à 5000" (AD Loire. 1682VT13_24).

  • Commune de [rayé : Champs] Mornand Echelle d´un à 5000. Coignet géomètre. Sections A et [rayé : B] / Coignet (géomètre). 1 dess. : mine de plomb, encre noire sur papier. Echelle 1:5000. 1er quart 19e siècle (avant 1824) (AD Loire. 1682VT13_25). Extrait en marge : bâtiment des Hautes Pommeys Echelle de 1 à 12[50]. Les sections A (Le Bourg) et B (Sauvagneux) de Champs deviennent section A de Mornand en 1824.

  • Brouillard du plan fait par le sieur Bautrand le 20 janvier 1765, qui a receu 30 £ du sieur Chazal et 9 livres du sieur Bourg pour une coppie qu'il lui a faite [plan schématique, détail du bourg de Mornand] / Bautrand (dessinateur). 1 dess. : plume, encre noire sur papier. Sans échelle. 1765 (A. privées Mornand-en-Forez). [Recadrage du cliché IVR82_20054202073NUCA].

  • Commune de Mornand. Plan de l'état actuel [de la maison d'école] / Jean-Baptiste Dulac (architecte). 1 dess. : encre, plume et lavis (noir, gris, rose, jaune, bleu) sur calque toilé. 27,8x51,3 cm. Ech. 1:100 (bâtiments) ; 1:200 (plan de situation). 1882 (AC Mornand-en-Forez. Boîte Ecoles). Dressé par l'architecte soussigné, Montbrison le 12 mars 1882 ; signé J.-B. Dulac. Plan de l'emplacement. Plan du rez-de-chaussée. Plan du 1er étage. (non reproduit)

  • Plan du rez-de-chaussée. Plan des comble devant servir de dortoir. Coupe transversale [de l'école de Mornand] / Jean-Baptiste Dulac (?, architecte). 1 dess. : encre, plume et lavis sur calque. 28,4x38,4 cm. [Ech. 1:100]. 4e quart 19e siècle (AC Mornand-en-Forez. Boîte Ecoles). (non reproduit)

  • Commune de Mornand. Agrandissement de la maison d'école / Jean-Baptiste Dulac (architecte). 1 dess. : encre, plume et lavis (noir, gris, rose, jaune, bleu) sur calque toilé. 26,4x53,1 cm. Ech. 1:100 (bâtiments) ; 1:200 (plan de situation). 1883 (AC Mornand-en-Forez. Boîte Ecoles). "Dressé par l'architecte soussigné, Montbrison le 6 juin 1883 ; signé J.-B. Dulac. Plan de l'emplacement. Plan du rez-de-chaussée. Plan du 1er étage. Coupe transversale. (non reproduit)

  • MORNAND (Loire). 33-68 A Vue aérienne - Le Bourg. Editions aériennes COMBIER IMP. MACON (S. et L.) « CIM » / CIM (éditeur, imprimeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 3e quart 20e siècle (Coll. Part. Tissier).

  • MORNAND (Loire). 33-66 A Vue générale aérienne sur le Bourg et les Etangs. COMBIER IMP. MACON (S. et L.) « CIM » / CIM (éditeur, imprimeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 3e quart 20e siècle (datée 1959) (Coll. Part. Tissier).

  • MORNAND (Loire) - Le Village / 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (AC Mornand-en-Forez).

  • LA LOIRE ILLUSTREE. 1 - MORNAND - Vue panoramique - . Les cartes A - P - A. POUX-ALBI. Editeur Michon / Michon (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 2e quart 20e siècle (AC Mornand-en-Forez).

  • 3 MORNAND - Route de Montrond-les-Bains. Michon, éditeur / Michon (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (tamponnée en 1913) (Coll. Part. Tissier).

  • MORNAND (Loire). - La route de Montrond-les-Bains. Edition Michon / Michon (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (Coll. Part. L. Tissier).

  • MORNAND Route de Montbrison. Michon, éditeur / Michon (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (tamponnée en 1912) (Coll. Part. L. Tissier).

  • MORNAND (Loire) - Une rue du Bourg - Route de Montbrison. Edit. Michon / Michon (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (Coll. Part. Tissier).

  • MORNAND (Loire). Café Michon. Route de Montrond-les-Bains. Edit. Michon / Michon (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (Coll. Part. Tissier).

  • MORNAND - Le Bourg. Michon, éditeur / Michon (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (Coll. Part. Tissier).

  • MORNAND (Loire). 13 - Route de Montbrison. COMBIER . IMP . MACON (S. et L.) CIM / « CIM » (éditeur, imprimeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 3e quart 20e siècle (Coll. Part. Tissier).

  • COLONIE DE VACANCES. - PAROISSE DU SAINT-SACREMENT. / 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (Coll. Part. Tissier). [MORNAND ajouté au crayon]

  • Colonie de Vacances. - La Batteuse. / 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (Coll. Part. Tissier).

  • MORNAND (Loire). Pont du Vizézy - Route de Montrond-les-Bains. Edit. Michon / Michon (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (tamponnée en 1935) (Coll. Part. L. Tissier).

Bibliographie
  • Département de la Loire. Etangs insalubres de la plaine du Forez. Saint-Etienne : J. Besseyre et Cie, imprimeurs de la préfecture, 1882.

  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline