Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune d'Ecotay-l'Olme

Dossier IA42001386 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Montbrison
Adresse Commune : Écotay-l'Olme

Des traces d'occupation péri gallo-romaine ont été identifiées par des observations anciennes, en particulier le long du trajet de la voie Bolène, mais la commune n'a pas fait l'objet de fouille récente. Le mandement d'Ecotay est cité à la fin du 12e siècle et la construction d'un château fort sur le site stratégique d'Ecotay, remonte sans doute au courant du 11e siècle (voir IA42002470). Une paroisse est attestée à Ecotay au 13e siècle et encore au 14e siècle (visite pastorale de 1378-1378), mais elle est par la suite (certainement dès le 16e siècle) rattachée aux paroisse de Verrières-en-Forez ou de Bard, dont elle est l'annexe au 17e siècle. La paroisse n'est définitivement créée qu'en 1841, et le village d'Ecotay est doté d'édifices publics : presbytère (IA42002473), mairie-école (voir IA42002474), réouverture et agrandissement du cimetière (IA42002481). Le site d'Ecotay, ou Vieil Ecotay, est cependant délaissé au profit du hameau de l'Olme, dont l'implantation est plus favorable ; une nouvelle mairie y est édifiée dans les années 1980 (fig. 27). La commune ne comportait que quatre hameaux avant le 18e siècle, cités par la documentation (chartes du Forez et terriers) entre le 13e siècle et le 3e quart du 14e siècle (d'après Dufour) et représentés sur la carte de Cassini : "hameaux" d'"Ecotay le haut ou Quérézieu" (par opposition à "Ecotay le bas" pour le village d'Ecotay ; de nombreux vestiges de constructions des 16e-17e siècle y ont été identifiés, très remaniés ou dénaturés : par exemple, mur arrière de la parcelle 1986 B 478 : maçonnerie ancienne, fenêtre avec pierre d'évier, four à pain, fig. 28 ; mur arrière de la parcelle 1986 B 23 : maçonnerie ancienne), du Verdier, de l'Olme et du Taillou, et "maisons" d´Avenon (Venon), la Boue et Cindrieux (la ferme d'Hatier n´est pas représentée). Le mouvement d'urbanisation pavillonnaire qui touche les alentours de Montbrison depuis le dernier quart du 20e siècle a considérablement modifié la répartition de l'habitat et les paysages de la moitié nord-est de la commune, qui est passée de 258 habitants au recensement de 1946 (point le plus bas depuis le début du 19e siècle) à mille en 1990 (population estimée à 1116 habitants en 2007, source INSEE). Il n'y a plus d´exploitation agricole sur le territoire communal. Emile Salomon, auteur de plusieurs ouvrages historiques et d´une monographie de la commune, est né et est enterré à Ecotay.

La commune se situe au sud-ouest de Montbrison, sur les premiers coteaux du Forez (altitude comprise entre 416 et 667 m). Sa moitié nord-est est constituée d'un coteau en pente modérée, traversé par la RD 113 E (route de Montbrison), sur le tracé de laquelle se trouve le village de l'Olme. La pointe nord-est de la commune et la zone au sud-est de la route étaient traditionnellement cultivées en vigne (voir Annexe, paragraphe consacré à la viticulture), qui a largement disparu au profit d'habitat pavillonnaire ; la zone au nord-ouest de la route est en partie occupée par une colline, le Suc du Pin, autour de laquelle étaient implantés quelques grands domaines (le Verdier, Sainte-Agathe, Venon). La moitié sud-ouest de la commune est séparée par une brusque augmentation du relief, qui délimite un plateau dont l'altitude s'établit autour de 600 à 650 m d'altitude. Au nord de ce plateau se trouve le site du château fort d'Ecotay et de l'ancien chef-lieu de la commune, ou Vieil Ecotay, au bout de l'éperon rocheux du Taillou délimité par les vallées du Cotoyet et du Bouchat (ou ruisseau d'Ecotay, ou Charavan), dont la réunion forme le Moingt. De nombreux moulins utilisaient ces ruisseaux en fond de vallée, au Vieil Ecotay. Le hameau de Quérézieux y est implanté en bordure de ce plateau, en limite avec la commune de Verrière-en-Forez. Le centre du plateau est occupé par des pâturages et des bois, et sa limite sud, tournée vers Lézigneux, par des vignes (qui ont pour la plupart disparu).

Annexes

  • Compléments de description

    Objet non repéré

    - Mesure à grains (fig. 6, 7). En granite. Elle a été trouvée à la fin du 19e siècle au Verdier (voir IA42002823) et a été décrite par Eleuthère Brassart et Gabriel Morel (propriétaire du Verdier) dans le bulletin de la Diana (h=0,38 ; la=0,33 ; pr=0,33).

    Le village de l'Olme

    Le coeur de l´ancien hameau de l´Olme, essentiellement au nord et nord-est de la place principale, est très petit. Il se composait de maisons de vigneron ou d´artisans, de cuvages et de petites fermes mitoyennes le long de la route de Montbrison (RD 113 E), ou de fermes plus importantes (1998 AE 60, AE 61, AE 71) dans l´îlot est. Des fermes non mitoyennes, à cour fermée, se sont implantées au 19e siècle en périphérie immédiate du hameau (1998 AE 124, AE 125, AE 47). Plusieurs fermes de type A ont été dénaturées par transformation de la grange-étable en habitation, dès le milieu du 20e siècle (ex. AE 163, 164, AE 37).

    L´importance de la viticulture marque la physionomie du hameau, avec des fermes ou des maisons à logis sur cave ou cuvage (fermes AE 47 et AE 127 (repérées), maisons AE 36 (repérée), AE 80, AE 81, AE 82), et des cuvages isolés (AE 34, remise et cuvage ; AE 50, cuvage sur cave voûtée).

    Du fait de la proximité de Montbrison, il n´y a plus aucun commerce au bourg (une mention des registres de délibérations de la commune, en 1924, indique qu'il n'y a qu'un seul commerce au bourg, un café, dont le tenancier n'est jamais chez lui la semaine, mais dans les champs). Un ancien café (?) a été repéré :

    - 1998 AE 132. Ancien café ? (fig. 30, 31). Logis sur rue : couloir central avec escalier, cuisine à gauche, salle à droite ; sur l´arrière, accès de la cave en sous-sol (non voûtée). Retour du logis sur l´arrière (logement ?), date 1871 portée sur le linteau de la porte. Grange-étable dans le prolongement du logis sur rue. Cour fermée sur l´arrière, en coeur d´îlot, dans laquelle donne une remise et fenil. Murs en moellon de granite (partie de la grange en pisé) enduit, encadrements en granite, toit à longs pans en tuile creuse, génoise sur le logis.

    Il y avait une mare-abreuvoir au centre du village, à côté de la croix et du puits, et de nombreuses petites mares subsistent encore dans les anciennes fermes du village.

    Viticulture

    L'implantation de la vigne sur les coteaux d'Ecotay est d'origine très ancienne : on trouve par exemple la mention du vignoblium de Syndreu [Cindrieux] juxta viam qua itur de Modonio [Moingt] versus Eschotay dès 1288 (Dufour, col 220),

    Dans la partie nord-est de la commune, bordée par les communes de Montbrison et Moingt, le vignoble est représenté sur le cadastre napoléonien en 1808 : "vignoble de Bretagne" sur la section A1, "vignoble des Trois Portes" sur la section A2, parsemé de loges (qui en 1808 appartiennent pour la plupart à des Montbrisonnais). Par la suite, des petites fermes, souvent de vigneron ou artisan, et des petites maisons sont édifiées le long des routes principales (route de Bard, route de Montbrison). Au 20e siècle, les "Montagnards" enrichis dans la culture de la pomme de terre (pendant la guerre) auraient acheté beaucoup de vigne sur le bas de la commune (renseignement oral).

    Puis dans le dernier quart du 20e siècle, la vigne est arrachée et les parcelles loties. Le parcellaire a également été par l'implantation du stade Dupuy-Drouot.

    Relevé d'après le cadastre de 1808 :

    - vignoble de Bretagne :

    Parcelles identifiables à des loges sur le plan : 1808 A1 376, 395, 518, 527, 528, 480, 481, 485, 488, 416.

    Matrice : propriétés bâties, "loges" 1808 A1 376 (M. Gruriaud ?) et A 518 (Jean-Marie Goyet). Classement parcellaire, "loges" 1808 A1 485 (Pierre Grubil (ouGrubis ?), maire de Montbrison, qui possède la parcelle de vigne A1 466), A1 488 (Jean Chauve, cordonnier à Verrières, qui possède la parcelle de vigne A1 474), A1 518 (Jean-Marie Goyet ou Poyet, de Montbrison, qui possède la parcelle de vigne A1 519),

    A1 527 (Eustache Cayeux, cafetier à Montbrison, qui possède la parcelle de vigne A1 521), A1 528 loge (M. Jambin, qui possède la parcelle de vigne A1 520 vigne).

    - vignoble des Trois Portes (enclave dans Montbrison) :

    Parcelles identifiables à des loges sur le plan : 1808 A2 A2 326, 328, 346, 347, 350, 360, 362, 368

    Matrice : propriétés bâties, "loges" 1808 A2 326 (Jean-Marie Laurent, qui possède la parcelle de vigne A2 331), A2 328 (Catherine Chabreriat Catherine, veuve, de Montbrison, qui possède la parcelle de vigne A2 329 vigne), A2 346 (Pagnon, huissier), A2 347 (Jul, marchand), A2 350 (Durand, aubergiste), A2 360 (Demeaux), A2 362 (Claude Chambon).

    Edifices non repérés

    Loges de vigne et cuvages :

    Edifices datables du 19e siècle (sauf précision). De nombreux édifices ont disparu, ou sont trop en ruine (ou dénaturés) pour avoir été recensés (par exemple 1998 AM 46 a ou 1986 B 314, fig. 32).

    - 1986 B 264, Saillant. Loge de vigne (fig. 33). Un étage. Porte d'étable, sur mur gouttereau. Pisé (moellon de granite jusqu'au premier étage), toit à longs pans. En ruine (toit effondré).

    - 1986 B 266, Saillant. Loge de vigne (fig. 34). Un étage ? En moellon de granite. En ruine.

    - 1986 B 272, Saillant. Loge de vigne (fig. 35). Un étage. Porte d'étable, sur mur gouttereau. Pisé, toit à longs pans. En ruine (toit effondré).

    - 1986 B 281 (non cadastré), Saillant. Loge de vigne ou abri (fig. 367. Un étage ? En moellon de granite. En ruine.

    Puits à l'angle des parcelles 1986 B 281, 287 et 288.

    - 1986 B 489 (non cadastré), Saillant. Abri (fig. 36). En rez-de-chaussée. Porte piétonne, sur mur gouttereau. En moellon de granite enduit au ciment, encadrements en bois, toit en appentis en tuile plate mécanique. A l'intérieur, trappe d'accès à un puits ou citerne. Sur parcelle de vigne.

    - 1998 AB 1, le Bouchet. Loge. En moellon de granite, encadrements en granite, toit en tuile plate mécanique. Près de la RD 113 (route de Bard). 19e siècle.

    - 1998 AB 82, Rigaud. Cuvage ? Situé le long de la RD 113 E (route de Montbrison). Cave en sous-sol ? (jours d'aération), cuvage (porte double, sur le chemin), un étage ; étable à côté. En pisé enduit ? Sur rez-de-chaussée en moellon de granite, encadrements en granite, toit à longs pans en tuile creuse. Dans un clos.

    - 1998 AB 92 a, Rigaud. Abri de vigne. En rez-de-chaussée ; en pisé (?), enduit récent, encadrements refaits, toit à long pans en tuile creuse. Puits. Situé le long de la rue du Pas de la Mule.

    - 1998 AB 95 b, Rigaud (1808 A1 527 ? Loge appartenant à Eustache Cayeux, cafetier à Montbrison ; sans doute reconstruit au 19e ou 20e siècle). Abri de vigne. En rez-de-chaussée ; en pisé (?), enduit récent, encadrements en bois, toit en appentis en tuile plate mécanique. Porte piétonne sur façade latérale. Sur parcelle de vigne. Situé le long de la rue du Pas de la Mule, qui traverse les vignobles d'Ecotay et de Moingt (Rigaud, Bretagne).

    - 1998 AB 101, Rigaud. Loge (fig. 38). En moellon de granite, un étage, toit à longs pans en tuile creuse ; encadrements refaits. Angle d'un clos, au carrefour de la RD 113 E (route de Montbrison) et de la rue du Pas de la Mule. 2e moitié 19e siècle. Dénaturée (agrandie et transformée en habitation).

    - 1998 AB 152, les Trois Portes. Loge transformée en ferme (? par ajout d'une petite grange-étable) puis en habitation ? (fig. 39). En moellon de granite, encadrements en granite (arcs de décharge en brique), toit à longs pans en tuile creuse, génoise.

    - 1998 AC 69, le Pas de la Mule. Loge (?). En pisé (?) enduit, un étage, porte piétonne sur gouttereau, toit à longs pans en tuile creuse. 19e siècle.

    - 1998 AC 81 a, le Pas de la Mule. Loge (fig. 40). En moellon de granite, un étage, toit à longs pans en tuile creuse. Dans un clos. 19e siècle.

    - 1998 AC 116 a, Rigaud. Loge (?). Murs enduits, un étage, porte piétonne sur mur pignon, toit à longs pans en tuile creuse. 19e siècle.

    - 1998 AE 19, l'Olme. Abri de vigne ? (fig. 41). En rez-de-chaussée, porte piétonne. Murs en moellon de granite, enduit à pierres vues à assises dessinées, toit en appentis. Parties hautes refaites. Limite 19e siècle 20e siècle.

    - 1998 AE 24, l'Olme. Cuvage ? (fig. 42). Cave en étage de soubassement (?) puis rez-de-chaussé surélevé et étage carré. Murs en moellon de granite, encadrements en granite, toit à longs pans en tuile creuse, génoise. Agrandi pour être transformé en habitation. 19e siècle.

    - 1998 AE 36, l'Olme. Cuvage (fig. 43). Chambre à l'étage, remise et grange-étable. Murs en moellon de granite, enduit à pierres vues sur le cuvage, encadrements en granite (arcs de décharge en brique), toit à longs pans en tuile creuse. Dépendances d'un logis situé sur l'arrière (? Non vu) ou ailleurs au village. Limite 19e siècle 20e siècle.

    - 1998 AE 114, l'Olme. Abri de vigne ? En rez-de-chaussé, porte piétonne sur pignon. Murs en pisé, encadrements en bois, toit en appentis. En angle de clos. 19e siècle (?).

    - 1998 AH 97, les Sagnes. Abri de vigne ? (fig. 44). En rez-de-chaussé, porte piétonne sur pignon (partie refaite). Murs en moellon de granite, toit à longs pans en tuile creuse. En angle de parcelle. 19e siècle (?).

    - 1998 AI 12, le Gaya. Abri de vigne ? (fig. 45). En rez-de-chaussé, murs enduits, toit à longs pans en tuile creuse. 19e siècle (?).

    - 1998 AM 44 a, le Suc du Pin. Abri de vigne ? (fig. 46). En rez-de-chaussé, murs en pisé, toit à longs pans en tuile plate mécanique. 19e siècle (?).

    Fermes :

    - 1986 B 497, Quérézieux. Ferme. Cave en étage de soubassement, logis en rez-de-chaussée surélevé ? Murs en moellon de granite, encadrements en granite et brique. Dénaturée.

    - 1986 C 293, Quérézieux. Ferme. Type A, grange en retour. Murs enduits, toits à longs pans en tuile creuse. Remaniée.

    - 1998 AC 95, le Pas de la Mule. Ferme (fig. 47). Type A1. Logis à un étage et comble, murs en moellon de granite (enduit à pierres vues à assises dessinées), encadrements en granite, toits à longs pans en tuile creuse, génoise. Grange-étable sans doute dans le prolongement (transformée en habitation). Limite 19e siècle 20e siècle.

    - 1998 AC 170, les Cavouses. Ferme. Type B1 ?. Logis sur cave (entrée latérale), à un étage et comble, murs enduits, toits à longs pans en tuile creuse. Limite 19e siècle 20e siècle.

    - 1998 AE 35, l'Olme. Ferme, type A. En front de rue. Très remaniée.

    - 1998 AE 37, l'Olme. Ferme, type A (fig. 48). En front de rue. Logis de deux travées, avec étage et comble à surcroît ; grange-étable dans le prolongement, transformée en habitation (milieu 20e siècle). Murs en moellon de granite (rez-de-chaussée) et pisé enduit, encadrements en granite, toit à longs pans en tuile creuse avec génoise. Milieu ou 2e moitié 19e siècle.

    - 1998 AE 40, l'Olme. Ferme, type A (fig. 49). En front de rue. Logis en rez-de-chaussée surélevé sur cave ou cuvage. Murs en moellon de granite (? enduit), encadrements en granite, toit à longs pans en tuile creuse avec génoise. 19e siècle.

    - 1998 AE 41, l'Olme. Ferme, type C1. Logis sur rue. Murs en pisé.

    - 1998 AE 49, l'Olme. Ferme, type A (fig. 50). En front de rue. Logis de trois travées, avec étage et comble à surcroît ; grange-étable dans le prolongement, de petite dimension. Murs en moellon de granite (? Enduit milieu 20e siècle), encadrements en granite, toit à longs pans. 19e siècle.

    - 1998 AE 56, l'Olme. Ferme (fig. 51). Cour fermée (passage couvert). Murs en pisé. Cuvage et remise dans la grange, aire à battre.

    - 1998 AE 57, l'Olme. Ferme. Cour fermée. Très remaniée.

    - 1998 AE 61, l'Olme. Ferme. Cour fermée. Logis à aître. Très remaniée.

    - 1998 AE 73, l'Olme. Ferme, type A. Cour fermée. Murs en moellon de granite (rez-de-chaussée) et pisé. Très remaniée.

    - 1998 AE 97, l'Olme (hameau chez Drutel en 1808 ; parcelle non bâtie en 1808). Ferme, type A ? (fig. 52 à 54). Cour ouverte. Logis de deux travées, avec étage et comble à surcroît (surélévation), agrandi (?). Grange-étable ou cuvage dans le prolongement (transformé en habitation), avec cave en sous-sol (accès par façade latérale). Fournil de l'autre coté de la cour. Murs en moellon de granite (enduit à pierres vues à assises dessinées sur le premier agrandissement ; enduit ciment sur le second). 2e moitié 19e siècle, limite 19e siècle 20e siècle pour les agrandissements.

    - 1998 AE 163, 164, l'Olme. Ferme, type A (fig. 55). Logis de trois travées, avec étage et comble à surcroît ; grange-étable dans le prolongement, transformée en habitation (milieu 20e siècle). Murs en moellon de granite, encadrements en granite (arcs de décharge en pierre), toit à longs pans avec génoise. 2e moitié 19e siècle.

    - 1998 AH 140, la Fesse (1998 A1 357, 358). Ferme, type A. Logis de deux travées, avec cave voûtée en sous-sol ; four à pain détruit ; étable dans le prolongement, remise et grange en retour. Puits. Murs en moellon de granite, toit à longs pans en tuile creuse. 19e siècle. Dénaturée.

    - 1998 AN 89, le Taillou. Ferme (fig. 56). Type B. Cour fermée (portail). Logis de 3 travées, un étage et un comble à surcroît, avec four à pain. Logement. Puits. Murs en moellon de granite, encadrements en granite, toits à longs pans, génoise. Milieu 19e siècle (sans doute issue d'un partage successoral de 1998 AN 90).

    - 1998 AN 90 (1808 C 100), le Taillou. Ferme (fig. 57). Type A1 et A2 (?). Murs en moellon de granite, encadrements en granite (arcs de décharge en brique), toits à longs pans et croupes, génoise. Très remanié dans la 2e moitié 19e siècle, second logis construit début 20e siècle, sur cave.

    Maisons :

    - 1998 AB 65, Rigaud. Maison. Murs enduits, encadrements en brique, toit à longs pans en tuile plate mécanique, bordés d'un lambrequin en bois découpé. Niche à statuette.

    - 1998 AB 50, le Bouchet. Maison (fig. 58, 59). Dos à la RD 113 (route de Bard). En moellon de granite enduit, encadrements en granite, un étage, toit à longs pans en tuile creuse ; deux travées. Enduit à plate-bande autour des ouvertures et chaînes en harpe.

    Edicules

    - 1998 AE 126, l'Olme. Monument aux morts (fig. 60). Stèle trapézoïdale, en granite poli (chants bruts), inscription gravée et dorée ; h=226 ; la=224 ; pr=164. Décor : drapeaux français entrecroisés, dorés et peints. Relevé de l'inscription : AUX ENFANTS / D'ECOTAY L'OLME / MORTS POUR / LA FRANCE / 1914 1918 / [noms sur deux colonnes] / 1939 1945 / [noms sur deux colonnes] / LA COMMUNE RECONAISSANTE. 2e moitié 20e siècle (?).

    Le monument aux morts de la commune était à l'origine situé dans l'église. Il a été enlevé en 1964 et remplacé par une simple plaque. Une stèle a par la suite été érigée sur l'espace public.

    - 1998 AL 37, la Boue. Fragment de croix de chemin (fig. 61) déplacée (actuellement à proximité d'une ferme cadastrée en 1808 (1808 A1 9), non repérée). Dé à faces rectangulaires verticales, solidaire du fût conique avec un tore à sa base ; h=84 ; la=26 ; pr=26. Comparable à la croix de l'Olme (IA42002835), datée 1828.

    - 1986 C non cadastré vers 50 (indication DP 50) : château d'eau, SYNDICAT DU COTAYET 1965.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série 3P : 514. Etat de section. Commune d´Ecotay-l´Olme. Etat de classement des propriétés bâties. Tableau indicatif des propriétaires, des propriétés foncières et de leur contenance. [s. d.], 1er quart 19e siècle.

  • AD Loire. série O : 972. Ecotay-l'Olme. 21 août 1922, abreuvoir de l´Olme. Une délibération du conseil municipal du 12 mars désigne Péricard, agent voyer cantonal, pour construire un abreuvoir à ciel ouvert (projet : 4500 F).

  • AD Loire. série O : 972. Ecotay-l'Olme. Délibération du conseil municipal du 3 novembre 1924. Souscription pour la construction de l´abreuvoir : 360 F (donnés par le maire Camille de Meaux et deux conseillers).

  • AD Loire. série O : 972. Ecotay-l'Olme. Délibération du conseil municipal du 10 août 1924. Procès-verbal de réception des travaux de l´abreuvoir municipal, par Péricard (3782 F). L´adjudication avait été faite le 18 mars 1923 à Jacques Cornet, entrepreneur à la Chaulme (Saint-Anthème), pour démolition de maçonnerie en pisé, construction de maçonnerie en pierre, fondation béton, pavage en moellons bruts.

  • AD Loire. série O : 972. Ecotay-l'Olme. Délibération du conseil municipal du 18 janvier 1926. Terrain acheté par la commune pour construire l´abreuvoir de l´Olme. Terrain voisinant l´abreuvoir loué aux enchères.

  • AD Loire. Série 1111 VT 74 (Ecotay-l´Olme). Fonds Louis Bernard. Dossier de recensement d´un quadruple mortier [mesure à grains], n°42.73.1187, novembre 1973.

  • AC Ecotay-l´Olme. Registre des délibérations du conseil municipal, 8 juillet 1933-30 août 1959. Délibération du 9 décembre 1935. Lavoir du quartier du Bouchet-Rigaud, en limite avec Montbrison et Moingt. Réparations urgentes.

  • AC Ecotay-l´Olme. Registre des délibérations du conseil municipal, 8 juillet 1933-30 août 1959. Délibération du 3 avril 1938. Devis pour l´assainissement du lavoir de l´Olme et réfection de la maçonnerie du lavoir de Quérézieux. Devis de Dusson, entrepreneur à Quérézieux ; Bayle maçon ; bois fourni par Rival à Verrières ; Arthaud menuisier, Roux maçon à Lézigneux (pour Quérézieux).

  • AC Ecotay-l´Olme. Registre des délibérations du conseil municipal, 8 juillet 1933-30 août 1959. Délibération du 9 décembre 1938. Vente des vieux papiers des archives municipales : après réponse favorable du conservateur des Archives départementales, le maire a toute latitude pour vendre des "vieux papiers" des archives municipales.

  • AC Ecotay-l´Olme. Registre des délibérations du conseil municipal, 8 juillet 1933-30 août 1959. Délibération du 22 septembre 1946. Puits d´Ecotay-l´Olme et lavoir municipal : le puits vient d´être curé, installation d´une pompe, réparations au lavoir municipal du bourg.

  • AC Ecotay-l´Olme. Registre des délibérations du conseil municipal, 8 juillet 1933-30 août 1959. Délibération du 19 décembre 1954. Réparation du lavoir municipal de l´Olme. Michel entrepreneur à Savigneux. Piquage de l´ancien enduit, refait en ciment. Reprises de maçonnerie. Pose d´un tuyau ciment pour l´évacuation.

  • AC Ecotay-L'Olme. Registre des délibérations de la commune d'Ecotay-L'Olme, 25 octobre 1959 - 9 juillet 1977 (n°3). - Délibération du 25 octobre 1959. Grosses réparations à l'église : devis estimatif dressé par Comte de Champdieu, travaux comportant du gros oeuvre par la consolidation des quatre piliers qui supportent le poids du clocher, les toitures de l'abside et du transept, la réfection du crépissage soufflé...Frettage des piliers jusqu'à la naissance des voûtes par un voile en béton armé de 13 centimètres d'épaisseur avec ceintures horizontales tous les 1 m de hauteur, - Délibération du 18 décembre 1960. Le conseil municipal rend compte de la démarche que l'abbé Faure, curé à Ecotay, a fait verbalement pour obtenir l'autorisation de percer entièrement a ses frais une porte supplémentaire afin de donner accès dans l'église au midi. L'autorisation est accordée à condition que cette porte ne soit pas percée dans le mur est du bras méridional du transept mais au milieu du mur sud de cette partie du transept (chapelle de la Vierge), sous le vitrail de sainte Elisabeth, et que la fin des travaux soit réalisée pour juger de son utilité. Il semble que le curé et de très nombreux paroissiens désireraient que le choeur de 1842 reçoive la lumière du jour par 3 fenêtres percées dans les baies aveugles. L'architecte départemental Bernard, revenant sur sa décision première, accepte le percement des 3 ouvertures... M. de Meaux accepte de payer le percement de ces baies (300 000 F) non prévues au départ ; remerciement du conseil municipal. - Délibération du 9 Août 1964. Devis établi par Comte, entreprise de construction à Champdieu, s'élevant à la somme de 355 F : dépose du monument aux morts et enlèvement. Pose d'une plaque en marbre sans fourniture dans la chapelle latérale.

  • AC Ecotay-l´Olme. Agence d´architecture Mazodier (Saint-Etienne).Commune d´Ecotay l´Olme. Aménagement de village. Décembre 2004. Dactyl. 50 p.

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage de la commune d´Ecotay-l´Olme. Construit à l´échelle d´un mètre sur le papier pour 5000 sur le terrein. Terminé le 1er décembre 1808, par le géomètre du cadastre Augier [Plan cadastral de la commune d´Ecotay-l´Olme]. / 1 dess. : mine de plomb, encre noire et bistre, lavis coloré sur papier. Echelle 1:5000. 1808. AD Loire, 1682VT7_38.

  • Commune d´Ecotay l´Olme, section A dite de l'Olme, première partie, levée à l´échelle d´un mètre sur le papier pour 2500 sur le terrain par le géomètre du cadastre Augier. Terminé le 1er novembre 1808 [Plan cadastral de la commune d´Ecotay-l´Olme]. / 1 dess. : mine de plomb, encre noire et bistre, lavis coloré sur papier. Echelle 1:2500. 1808. AD Loire. 1682VT7_39.

  • Commune d´Ecotay et l´Olme, section A dite de l'Olme, seconde partie, levée à l´échelle d´un mètre sur le papier pour 2500 sur le terrain. Terminé le 1er novembre 1808 par le géomètre du cadastre Augier [Plan cadastral de la commune d´Ecotay-l´Olme]. / 1 dess. : mine de plomb, encre noire et bistre, lavis coloré sur papier. Echelle 1:2500. 1808. AD Loire, 1682VT7_40.

  • Commune d´Ecotay et l´Olme, section B dite d´Atier. Levée à l´échelle d´un mètre sur le papier pour 2500 sur le terrein. Terminée le 1er novembre 1808 par le géomètre du cadastre Augier [Plan cadastral de la commune d´Ecotay-l´Olme]. / 1 dess. : mine de plomb, encre noire et bistre, lavis coloré sur papier. Echelle 1:2500. 1808. AD Loire, 1682VT7_41.

  • Commune d´Ecotay et l´Olme, section C dite du Talliou et des Buissonnières. Levée à l´échelle d´un mètre sur le papier pour 2500 sur le terrein. Terminée le 1er novembre 1808 par le géomètre du cadastre Augier [Plan cadastral de la commune d´Ecotay-l´Olme]. / 1 dess. : mine de plomb, encre noire et bistre, lavis coloré sur papier. Echelle 1:2500. 1808. AD Loire, 1682VT7_42.

  • Quadruple mortier [mesure à grains]. / Bernard, Louis (photographe). 1 photogr. pos. : tirage sur papier argentique, 1973 ; d'après BRASSART, Eleuthère. MOREL, Gabriel. Une série de quatre mortiers creusés dans le même bloc de granite. Bulletin de la Diana, t. IX, 1896. Photographie collée sur le dossier de recensement MH n°42.73.1187, novembre 1973 (AD Loire, série 1111 VT : 74, Ecotay-l´Olme).

  • Ecotay-l'Olme. Mesure conservée au Verdier chez M. Morel / Abbé Bégonnet (?, photographe). 2 photogr. pos. : 2 tirages (du même cliché) sur papier argentique (sans doute du papier Lumière au citrate d'argent) ; 11,4x8,2 cm (collé sur carton). Limite 19e siècle 20e siècle. (Bibl. Diana. Fonds Brassart. Cote 5073). [Dans la même enveloppe, gravure de cet objet signée H. Gonnard.]

  • [Le hameau du Taillou, vu depuis l'ouest]. / Félix Thiollier (photographe). 1 photogr. pos. : tirage argentique moderne d'après un négatif sur plaque de verre. [s.d.], 4e quart 19e siècle (?). Coll. Part. Thiollier-Sénéclauze, n°30 / 7.

  • 30. Les Ruines d´Ecotay [en vignette] Le Château d´Ecotay / G. R. CARTE POSTALE / IMPRIMERIE A. THIRIAT & CIE TOULOUSE [cachet rond] [Vue générale du site du Taillou depuis le sud ; vue du château de Quérézieu]. / Imprimerie A. Thiriat & Cie (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle. Coll. Part. L. Tissier.

  • L´HOLME. Vve Villemagne, édit. [Carrefour et croix de l´Olme]. / Veuve Villemagne (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (tampon 1919). Coll. Part. L. Tissier.

  • L´HOLME - Le Rocher au profil Bourbonnien. Pap... I... boy - Ambert / 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. 2e quart 20e siècle (tampon 1947). Coll. Part. L. Tissier.

Bibliographie
  • HENRY, Roland. Ecotay-l'Olme, 900 ans d'histoire. Village de Forez, n°11, juillet 1982 et n° 12, octobre 1982 Montbrison : Village de Forez.

  • SALOMON, Emile. Etude historique sur la baronnie d'Ecotay, suivie d'une notice sur les lieux antiques de la commune d'Ecotay-l'Olme. Imprimerie J. Poncet, 1908 (31 p.).

  • THIOLLIER, Félix. Le Forez pittoresque et monumental, histoire et description du département de la Loire et de ses confins, ouvrage illustré de 980 gravures ou eaux-fortes, publié sous les auspices de la Diana... Lyon : Imprimerie A. Waltener, 1889 (2 vol.)

    p. 276-277
Périodiques
  • BRASSART, Eleuthère. MOREL, Gabriel. Une série de quatre mortiers creusés dans le même bloc de granite. Bulletin de la Diana, t. IX, 1896

    p. 14-17
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry