Logo ={0} - Retour à l'accueil

Presbytère

Dossier IA73003743 inclus dans Village de Saint-Offenge-Dessous réalisé en 2013

Fiche

Dénominationspresbytère
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Saint-Offenge-Dessous
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : route
Sainte Euphémie
Cadastre : 1732 Su 1894 ; 1880 D2 101, 102 ; 2013 D2 226, 227

Le presbytère est présent sur le cadastre de 1732, mais comporte un certain nombre de baies du 15e ou 16e siècle qui semblent être en place.

Avant la Révolution, la paroisse de Saint-Offenge-Dessous possédait deux prêtres et leurs domestiques. Depuis le 20 floréal an 11 (10 mai 1803), la commune est réunie à la paroisse de Saint-Offenge-Dessus, alors que la première est plus peuplée que la seconde (337 contre 638 habitants durant l’année 1821). En 1809 Saint-Offenge-Dessous propose, moyennant quelques réparations au presbytère, d’y faire venir le curé de Saint-Offenge-Dessus ; mais en 1810, devant le très mauvais état du presbytère, la commune se propose de le vendre. En 1821 la commune de Saint-Offenge-Dessus se plaint d’être la seule à assumer les frais du loyer et de l’entretien de son presbytère, Saint-Offenge-Dessous ne contribuant qu’au payement du supplément de traitement accordé au recteur et aux menus frais de culte. A cette date la commune répare régulièrement son presbytère dans l'espoir, comme l'archevêque s'y est engagé, de pouvoir accueillir un prêtre.

Plusieurs travaux de restauration sont prévus et réalisés au presbytère à partir de la moitié du 19e siècle. En 1861, une partie seulement de la toiture est refaite (en chaume), par manque de moyens financiers, sur l'avis de l’architecte Revel. Frédéric Venture et Pierre Durio, adjudicataires le 15 décembre 1861, effectuent les travaux en 1863. En 1878, suite au remplacement du curé Ducrez, il est nécessaire de faire quelques réparations dont la création d’une cheminée et la réparation d’une seconde ; l’architecte Lubini d’Aix-les-Bains en effectue la vérification. En 1886, les ardoises du presbytère sont toutes fusées, M. Gruffaz, maître charpentier de Saint-Offenge-Dessous, effectue les travaux, selon convention passée le 25 avril 1888 et devis dressé par l’architecte Blanc de Chambéry ; ils sont réceptionnés le 17 juin suivant.

Au 19e siècle, l'organisation interne du presbytère est modifiée, et plusieurs baies percées et/ou agrandies.

Période(s)Principale : limite 16e siècle 17e siècle

Bâtiment de plan carré comportant trois niveaux : un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage carré. Le premier niveau est ouvert au sud et à l'ouest, pour accéder respectivement à une cave et à une salle de catéchisme. Une porte à linteau à accolade, cavet et congé à l'ouest, et une sorte de meurtrière à encadrement en molasse (murée) au nord, ouvrent sur cette salle. Le rez-de-chaussée surélevé abrite le logis, accessible de plain-pied au nord, et par un escalier extérieur, droit et maçonné au sud. La cuisine, située dans l'angle nord-est du bâtiment, est ouverte à l'est par une porte et trois petites baies rectangulaires avec ancien barreau. Deux chambres et un salon complètent le logis, percés de baies du 19e siècle, à feuillures. Depuis la cuisine, une trappe, aménagée dans le plancher, permettait d'accéder à la cave située en-dessous ; l'escalier de communication en bois n'existe plus. Toujours dans la cuisine, un escalier en bois et tournant (refait) permet d'accéder à l'étage carré où se trouve une chambre, ouverte au sud par deux fenêtres, semblables à celles du rez-de-chaussée surélevé, et au grenier. Une porte haute, au nord, et deux jours à chanfrein ouvrent dans ce dernier.

Au-devant de la façade est, sur la terrasse, un oratoire maçonné et en pierre de taille comporte une niche centrale en arc plein-cintre encadré de deux colonnes engagées soutenant une importante corniche. Une statue de l'Immaculée Conception, en plâtre blanc, figure au centre de la niche.

Les murs sont en moellons de calcaire et de molasse, enduits de terre, recouverte d'un badigeon de chaux. L'encadrement des baies est en calcaire ou molasse. La toiture, à longs pans et croupes, est très proche du toit en pavillon (faîtage très court), elle est couverte en ardoise. L'axe du toit, légèrement désaxé, engendre un débord du toit plus important à l'est, avec avant-toit fermé par un bardage bois.

Murscalcaire moellon enduit
Toitardoise
Plansplan carré régulier
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvrements
Couverturestoit à longs pans croupe
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier tournant en charpente
États conservationsremanié
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • AC Saint-Offenge-Dessous. Registre des délibérations du conseil municipal du 7 février 1861 au 18 août 1867.

    AC Saint-Offenge-Dessous. Registre des délibérations du conseil municipal du 7 février 1861 au 18 août 1867.

    * 27 mars 1861 : Le président expose au conseil que la commune se trouve dans la nécessité absolue de faire réparer le presbytère pour une somme de 100 francs, et l’église pour une somme de 300 francs.

    * 29 juin 1861 : délibération du conseil municipal pour voter les dépenses à faire pour l'église et le presbytère. Les membres présents sont le conseil municipal et les plus imposés de la commune : Francoz Charles / Gros Philibert / Guers Jean-Louis / Collomb Jacques / Guichonnet Guérin.

    * 13 février 1863 : réparation à l'église et au presbytère. Le président communique au conseil municipal le dossier des pièces relatives aux travaux de réparation à l'église et au presbytère et le procès-verbal de réception d'œuvre dressé par l'architecte. Le conseil observe ce qui suit : 1° la couverture de la toiture de l'église n'a pas été faite telle que l'indique le cahier des charges, la partie mauvaise devait être complètement recouverte, les ardoises déposées par rangs horizontaux, or d'après vérification faite, il résulte qu'une bonne partie de la dite toiture n'a pas été refaite entièrement mais qu'on s'est contenté de poser quelques ardoises là où les eaux pluviales pénétraient... D'après mensuration faite de la toiture de la sacristie et de l'église il résulte que loin d'avoir une augmentation de l'œuvre, il y en a au contraire une diminution. Pour le presbytère, l'augmentation d’œuvre pour les travaux du presbytère ne s’élève pas à la somme portée par M. l'architecte en son décompte.Les ouvrages qui n'ont pas été faits et les objets qui n'ont pas été fournis sont les suivants : 1° l’architecte avait porté 6 Luisiers, deux seulement ont été fournis et placés. 2° il avait porté 4 lucarnes qui n'ont pas été placées… 4° les poteaux et les traverses portés pour soutenir la saillie du toit de la façade sud-est n'ont pas été placés… 6° Le conseil observe que les 19,75 m de maçonnerie en élévation portés en augmentation d’œuvre ont été payés d'avance aux entrepreneurs par M. le curé de la paroisse. 7° à teneur du cahier des charges, le chaume, le bois et les chevrons qui se trouvaient déjà dans le galetas restaient la propriété de la commune…

    * 4 avril 1864 : demandes des sieurs Venture et Durio à M. le préfet à l'effet d'être payés des augmentations d’œuvre qu'ils prétendent avoir faites à l'église et au presbytère de cette commune. Refus de la commune en objectant qu'il n'avait pas été dressé de devis supplémentaire à cause de la prompte exécution des travaux.

  • AD Savoie. Série 11FS 566, Saint-Offenge-Dessous. Pièces diverses 1816 / 1860

    AD Savoie. Série 11FS 566, Saint-Offenge-Dessous. Pièces diverses 1816 / 1860

    * 25 novembre 1819 : Presbytère : vente en faveur de la commune de Saint-Offenge-Dessus par Pierre Gabriel, Pierre Chanpvillard dit Blairot, Michel Rassat et les frères et sœurs Jacques, Pierre, Françoise et Jacqueline Pallatin. Notaire Curtillet « L’an 1819 et le 25 novembre, comme ainsi soit, que par acte du 13 fructidor an quatre de la République Française, les administrateurs du département du Mont-Blanc, vendirent au sieur Humbert Marie Blanchet domicilié à Chambéry, le presbytère de la commune de Saint-Offenge-Dessus (sic), ainsi que la cour et jardin en dépendant ; que par acte du 20 Floréal an douze, le dit sieur Blanchet aliéna les immeubles susdits en faveur des sieurs Pierre Pallatin, Claude Gaymoz, Pierre Godiat et Pierre Champvilard ; que, conformément au vœu émis par le conseil de ma dite commune de Saint-Offenge-Dessus, dans sa délibération du 5 août dernier, le seigneur Intendant Général a daigné solliciter auprès du gouvernement l’autorisation (désirée pas cette commune), d’acquérir ledit presbytère, cour et jardin dont les possesseurs actuels ont offert cession, pour le prix énoncé en la dite délibération, d’onze cent vingt quatre livres quarante centimes et autant qu’il leur serait payé en outre la somme de 569 livres neuves 80 centimes pour loyer arriérés, liquidé jusqu’au 10 septembre proche échu eu égard que la commune a la jouissance des susdits immeubles dès le dit jour 20 Floréal an 11 [10 mai 1803]….Par devant moi Jean-Baptiste Curtillet, notaire royal à la résidence dudit Aix, et secrétaire de la commune de Saint-Offenge-Dessus, présent les témoins ci après dénommés….Lesquels ont vendu par la présente…à la commune de Saint-Offenge-Dessus, à l’acceptation de sieur Joseph fils de feu Louis Chamvillard, dit Blairat, Jean-Claude fils de feu Claude Effrancey, François fils de feu Jacques Légat paquet tous nés et domiciliés audit Saint-Offenge-Dessus, ici présents ; les deux premiers agissant en qualité de conseillers de la commune de ce dernier lieu, et les deux derniers comme les plus notables d’icelle, et autorisés par le seigneur Intendant général à remplacer les dits sieurs Jacques Pallatin et Michel Rassat, empêchés par les motifs d’intérêts ci-dessus développés ; le presbytère, cour et jardin qu’ile possèdent en indivision audit Saint-Offenge-Dessus figuré à la mappe par le numéro entier 54 et 55 et partie du numéro 52, tel que le tout se comporte, en un seul clos, de l’étendue superficielle de 121 toises et un pied…. »

    * 8 janvier 1821 : lettre du conseil communal de Saint-Offenge-Dessus à M. L’Intendant Général de la direction de Savoie : « …Que depuis le 20 Floréal an 11 (10 mai 1803) cette commune a satisfait seule à tous les frais de loyer à l’entretien de son presbytère et de ses dépendances, tandis que celle de Saint-Offenge-Dessous qui lui est réunie sous le rapport du culte, n’y a contribué en rien quoi qu’elle contribue au payement du supplément de traitement accordé au recteur ainsi qu’aux menus frais de culte ; qu’elle a encore fait des dépenses considérables pour l’agrandissement de son église devenue insuffisante à la population de ces deux communes, dépenses qui n’auraient point eu lieu si cette église n’eut été destiné qu’aux seuls habitants de Saint-Offenge-Dessus, dont le nombre n’est d’après le dernier recensement que de 337 tandis que celui des habitants de Saint-Offenge-Dessous est de 638 ; que suivant l’aveu contenu en la délibération du conseil du 5 décembre 1810, ci-joint par extrait, elle a payé aux précédents propriétaires du presbytère la somme de 587,10 livres ; que par contrat du 25 novembre 1819…cette commune a acquis le presbytère et ses dépendances pour la somme de 1124,40 livres et a en même temps payé pour le loyer arriéré la somme de 581,51 livres… ; que la commune de Saint-Offenge-Dessous payera annuellement à dater de 1821 inclus, à celle de Saint-Offenge-Dessus, semblable somme de 33 livres neuves 35 centimes pour la part à sa charge de la dite commune de St6offenges-Dessous du loyer dont s’agit et contribuera aussi annuellement et en proportion de son revenu à l’entretien du presbytère et de l’église de Saint-Offenge-Dessus… »

    * 4 octobre 1850, jacques Collomb syndic. Volonté de faire construire un four dans le presbytère afin d’éviter le désagrément de faire cuire son pain dans des fours particuliers trop grands et trop éloignés du presbytère et l’inconvénient d’une très grande consommation de bois. Le curé est prêt à participer au financement de ce four. M. Le curé a fait immédiatement construire le dit four (porte en fer), pour la somme de 70 livres (part de la mairie), le reste étant à la charge du curé

  • AD Savoie. Série 11FS 568, Saint-Offenge-Dessous. Première pochette : Les 2 St-Offenge / pour un presbytère / 1809 – 1817.

    AD Savoie. Série 11FS 568, Saint-Offenge-Dessous. Première pochette : Les 2 St-Offenge / pour un presbytère / 1809 – 1817.

    * 1er Fructidor an 3 (18 août 1795) : lettre du préfet du département du Mont-blanc au Ministre de l’Intérieur. (photographié) ..Le 4 thermidor an 1er (22 juillet 1793), le presbytère et dépendances ont été vendus au sieur Blanchet. Devenue chef-lieu d’une succursale, il a fallu s’occuper des moyens d’assurer le logement du desservant, l’acquéreur du presbytère à fait l’offre de le céder à la commune au prix de l’acquisition, mais sans garantie pour son remboursement, il n’a voulu traiter à ce sujet qu’à des particuliers, le maire et l’adjoint en leur nom propre et non en leur qualité, ainsi que deux autres habitants, jaloux d’assurer à leur commune un logement et un jardin pour son desservant, ayant offert de faire l’acquisition pour les céder ensuite à la commune dès qu’elle aurait l’autorisation de s’imposer pour en payer le prix…

    * 20 juillet 1809. Délib St-Off-Dessous Il y avait, avant la Révolution (à st Off-Dessous) deux prêtres et leurs domestiques. Le conseil propose, moyennant quelques réparations, d’y faire venir le curé de St-Off-Dessus, plutôt que de faire des frais d’acquisition de leur ancien presbytère. Il y avait un desservant sur St-Off-Dessus avant la Révolution.

    * 15 mai 1810. Délib St-Off-Dessus : on observe encore que la commune de Saint-Off-Dessous a son presbytère ruiné, actuellement masure, avec un jardin y attigu, qu’elle devrait être autorisée à le vendre pour faire face à partie de payement de son contingent…

    * 10 octobre 1817. Les nommés Palatin, Champvilard…rétrocédèrent à la commune de Saint-Offenge-Dessus le presbytère pour le prix auquel ils l’avaient acquis, de 1272 livres tournois.. une somme de 458,10 livres provenant de la souscription volontaire entre les habitants fut payée à cette époque, mais le surplus du prix restant dû, la commune demande à établir une contribution destinée à acquitter cette dette.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Saint-Offenge-Dessous. Registre des délibérations du conseil municipal du 7 février 1861 au 18 août 1867.

    Travaux au presbytère, délibérations du : 10 mars 1861 / 27 mars 1861 / 29 juin 1861 / 13 février 1863 / 4 avril 1864

    AC Saint-Offenge-Dessous
  • AC Saint-Offenge-Dessous. Registre des délibérations du conseil municipal du 25 août 1867 au 13 août 1882.

    * 10 mars 1861 : Réparations à faire à l'église et au presbytère : rapport de M. Revel , architecte, sur les réparations à faire à l'église et au presbytère, rapport dressé par ordre de M. le préfet. Considérant que l'église se trouve dans un urgent besoin de réparation, le préfet autorise le conseil à y travailler le plus tôt possible et à engager toutes les dépenses nécessaires pour ce sujet. Quant aux réparations du presbytère, jugées nécessaires par M. Revel, le conseil estime qu'une partie, soit la moitié de la charpente et de la toiture qui la couvre est encore en très bon état et peut encore abriter le presbytère pendant plusieurs années... En conséquence, par manque de moyens financiers, ces travaux seront différés de quelques temps et que la partie trop délabrée de la toiture soit recouverte en chaume et réparée provisoirement en attendant que les fonds de la commune permettent de faire face à cette dépense.

    * 15 décembre 1878 : décès du curé Ducrez, un nouveau curé devrait arriver, nécessité de faire quelques réparations au presbytère pour la somme de 100 francs (tapisserie...)

    * 9 novembre 1879 : la commune doit s’acquitter de la somme de 34,80 francs due à M. Lubini, architecte à Aix-les-Bains pour vérification de travaux communaux.Réparation aux cheminées du presbytère pour la somme (insuffisante) de 200 francs. Il y a deux canons de cheminée, une cheminée à faire à neuf, et une autre à réparer

    * 6 novembre 1881 : lettre de M. Blanc, architecte à Chambéry, concernant les plans et devis qu'il a fait pour la restauration du presbytère et la consolidation de l'église. Le conseil accepte les réparations et consolidations proposées.

    * 18 juin 1882 : vote de 2 000 francs pour restaurer l'église et le presbytère. La municipalité a demandé une coupe de 250 mètre cube de sapin, au Pré Bonnet pour restaurer l'église. Les plans et devis de M. Blanc, architecte à Chambéry fixe les dépenses des dites restaurations à 7 080 francs, la coupe de sapin est estimée à 1 200 francs, le maire demande une subvention de l’État.

    AC Saint-Offenge-Dessous
  • AC Saint-Offenge-Dessous. Registre des délibérations du conseil municipal du 27 août 1882 au 21 août 1898.

    * 23 mai 1886 : les ardoises du presbytère sont toutes fusées. Le conseil de fabrique n'a pas les moyens de subvenir à la dépense concernant leur remplacement. La commune porte 600 francs au budget de 1886 pour les réparations à apporter, et souscription de journées pour le transport des matériaux (travaux reportés en 1887)

    * 17 juin 1888 : réception des travaux effectués au presbytère. Le maire invite le conseil à procéder à la reconnaissance des travaux : pose d'ardoises, de voliges, de chenaux à la toiture du presbytère, exécutés par M. Gruffaz Jean, maître charpentier à Saint-Offenge-Dessous, suivant convention en date du 25 avril 1888. Somme totale de 582 francs.

    AC Saint-Offenge-Dessous
  • AC Saint-Offenge-Dessous. Registre des délibérations du conseil municipal du 23 octobre 1898 au 31 mai 1914.

    * 24 février 1907 : location du presbytère. Attendu que le presbytère a été construit par tous les habitants de la commune pour le logement gratuit des curés successifs, attendu que le traité du 24 mars 1860 a proclamé définitivement la jouissance gratuite de cette habitation. Attendu que MM. Les instituteurs de la commune habitent dans des bâtiments communaux dont ils ne payent ni loyer, ni impôt, considérant que la location du presbytère devrait être payé par les habitants de la commune et serait une charge nouvelle pour eux, qu'il serait déraisonnable de ne pas respecter les institutions des ancêtres, déloyal de ne pas reconnaître le traité d'annexion, que M. le curé est au moins aussi utile que MM. Les instituteurs de la commune, le conseil est d'avis de laisser à M. le curé la jouissance du presbytère sans loyer ni impôt.

    * 17 mars 1907 : la délibération du 24 février ayant été annulée, le conseil doit de nouveau statuer sur le montant de la location du presbytère. Le conseil renouvelle sa position précédente.

    * 21 juin 1908 : le conseil autorise M. le maire à louer le presbytère pour la somme de 30 francs par an, les réparations restant à la charge de la commune, vu que le presbytère est tout à fait en mauvais état, la toiture principalement. 5 juillet 1908, suite à la lettre du préfet en date du 29 juin dernier, le maire est autorisé à louer le presbytère pour 40 francs par an.

    * 19 mars 1911 : la somme de 600 francs est allouée à M. Gros Claude Alexis, charpentier à Saint-Offenge-Dessous, pour les réparations à mener à la toiture du presbytère.

    AC Saint-Offenge-Dessous
  • AC Saint-Offenge-Dessous. Registre des délibérations du conseil municipal du 28 juin 1914 au 20 août 1922.

    * Reconstruction de la partie du jardin du presbytère communal détruit par les eaux lors de la trombe du 12 juin 1917. Grellier Eugène, maître maçon de la commune qui a effectué les travaux en octobre dernier pour 365 francs.

    AC Saint-Offenge-Dessous
  • AC Saint-Offenge-Dessous. Registre des délibérations du conseil municipal du 20 août 1922 au 22 octobre 1939

    * 16 mai 1926 : le bail du presbytère arrive à expiration. M. Charles Gros, desservant de la paroisse accepte de passer un bail pour neuf ans au prix du loyer annuel de 40 francs. Le 6 juin 1926, le préfet impose le prix du loyer de 70 francs.

    * 10 novembre 1935 ; renouvellement du bail à M. Bouchardy, desservant de la paroisse, pour 9 ans, au prix annuel de 70 francs. Le 5 janvier 1936, le préfet demande à ce que le loyer annuel du presbytère soit porté à 130 francs. La commune souhaite cependant le limiter à 100 francs. 17 février 1936, le préfet refuse ce prix, la commune le porte à 120 francs.

    AC Saint-Offenge-Dessous
  • AD Savoie. Série 2O 2643, Saint-Offenge-Dessous.

    Vu la requête en date du 17 février 1864 par laquelle les sieurs Pierre Durio et Frédéric Venture de Chambéry exposent que le 15 décembre 1861 ils sont devenus adjudicataires des travaux exécutés à l’église et au presbytère, que le décompte de leurs travaux, d’après le procès verbal de réception d’œuvre dressé par l’architecte Revel, se monte à 2881,03 francs

    AD Savoie : 2O 2643
  • AD Savoie. Série 2O 2644 Saint-Offenge-Dessous. Première pochette : Culte : 1882 / 1889

    * 17 novembre 1878. Presbytère. Par suite de la démolition de la construction de M. Joris, le jardin de M. le curé se trouve sans clôture et qu’un mur doit donc être construit pour clore le jardin. 80 francs seront budgétés à cette fin.

    AD Savoie : 2O 2644
  • AD Savoie. Série 11FS 566, Saint-Offenge-Dessous. Pièces diverses 1816 / 1860. 25 novembre 1819 / 8 janvier 1821 / 4 octobre 1850

    AD Savoie : 11FS 566
  • AD Savoie. Série 11FS 568, Saint-Offenge-Dessous. Première pochette : Les 2 St-Offenge / pour un presbytère / 1809 – 1817. documents : 1er Fructidor an 3 (18 août 1795) / 20 juillet 1809 / 15 mai 1810 : 10 octobre 1817

    AD Savoie : 11FS 568
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Monnet Thierry - Monnet Thierry - Guibaud Caroline