Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Château de la Bastie d'Urfé

Pavement de la chapelle

Dossier IM42000736 réalisé en 2000

Fiche

Dénominations pavement
Aire d'étude et canton Boën - Sail-sous-Couzan
Adresse Commune : Saint-Étienne-le-Molard
Lieu-dit : la Bastie d'Urfé
Emplacement dans l'édifice chapelle
Lieu de déplacement Commune : Ile-de-France,75,Paris,musée du Louvre
Lieu de déplacement Commune : Ile-de-France,92,musées de la Céramique
Lieu de déplacement Commune : Rouen
Lieu de déplacement Commune : Ile-de-France,95,Ecouen,Musée national de la Renaissance
Lieu de déplacement Commune : Rhône-Alpes,38,Grenoble,musée des Beaux-Arts
Lieu de déplacement Commune : Rhône-Alpes,69,Lyon,musée des Beaux-Arts
Lieu de déplacement Commune : Rhône-Alpes,69,Lyon,musée des Arts décoratifs
Lieu de déplacement Commune : Rhône-Alpes,42,Saint-Etienne,musée d'Art et d'Industrie

Le pavement a été réalisé en 1557 (date inscrite dans un cartouche de cuirs découpés au centre du degré de l'autel). Il provient sans doute dans l'atelier du faïencier Masséot Abaquesne à Rouen : une quittance de 1557 mentionne "les pourtraits et devises que ledit Durfé lui avait baillés" pour une commande dont une partie pourrait concerner la Bastie. En 1874, l'antiquaire lyonnais Derriaz acheta le pavement ; il en vendit une partie, dont le degré d'autel, à Beurdeley (legs au musée du Louvre), et fit confectionner des " tableaux " revendus au détail (le collectionneur Emile Peyre acquit le motif central), ce qui explique la fragmentation du pavement en de très nombreuses collections.

Période(s) Principale : 3e quart 16e siècle
Dates 1557
Lieu d'exécution Édifice ou site : Haute-Normandie, 76, Rouen
Auteur(s) Auteur : Abaquesne Masseot, faïencier
Personnalité : Urfé Claude d', commanditaire, propriétaire

Le sol de la chapelle était constitué de petits carreaux de pavement carrés, de 11 cm de côté, en faïence polychrome. Le degré entourant l'autel était pavé de carreaux du même type. Le nombre total de carreaux est estimé à 2800. La composition d'ensemble du sol de la chapelle reprenait en miroir le dessin de la voûte, avec des caissons octogonaux disposés autour d'un carré central. Un décor différent était réservé au degré d'autel.

Catégories céramique
Matériaux faïence, polychrome
Précision dimensions

l = 11 ; la = 11 (dimension moyenne d'un carreau du pavement).

Iconographies cartouche
cuir découpé
Trinité
Agneau mystique
autel
rosace
perles
ove
dard
sphinge
à méandre
chute végétale
à fruit
feuilles
légume
raisin
poire
navet
artichaut
grenade fruit
blé
pomme
courge
melon
cornichon
fève
raisin
piastre
ange
rai de coeur
triangle
grotesque
foi
justice
trophée
luth
instrument de musique
cariatide
à urne
hybride
engainé
Précision représentations

cartouche; cuir découpé; Trinité; Agneau mystique; autel; rosace; perles; ove; dard; sphinge; à méandre; chute végétale; à fruit; feuilles; légume; raisin; poire; navet; artichaut; grenade fruit; blé; pomme; courge; melon; cornichon; fève; raisin; piastre; ange; rai de coeur ; triangle ; grotesque ; foi ; justice ; trophée ; luth ; instrument de musique ; cariatide ; à urne ; hybride ; engainé § Les caissons octogonaux représentent alternativement le monogramme au double C (Claude d'Urfé) et I (sa femme Jeanne de Balzac) dans un cartouche de cuirs découpés, et l'autel frappé d'un symbole trinitaire (triangle encadrant un point, ou portant le mot VNI, ou inscrit dans un cercle, ou entouré de trois fleurs, ou porté par une femme...) et sur lequel brûle l'agneau divin. Les caissons carrés sont chargés d'une rosace. Le cadre de chaque caisson est formé de frises de perles, d'une frise d'oves et dards, et d'un ruban ondé alternant avec une chute de grappes de fruits et de légumes. Le seuil de la porte occidentale est orné d'un caisson rectangulaire où court une frise de méandres et de rosettes ; l'encadrement est formé de frises de perles, d'une frise d'oves et dards, et d'une tresse, avec aux angles des têtes de chérubins. Le degré présente une composition totalement différente, avec des grotesques sur fond blanc, disposées symétriquement de part et d'autre d'un cartouche central en cuir découpé. Des sortes de putti musiciens, dont le corps se termine en feuillages, encadrent des cartouches, des chimères ailées et engainées et aux extrémités des cariatides qui soutiennent une tonnelle encadrée d'urnes enflammées et de trophées d'instruments de musiques, et dans laquelle est représentée la foi, à gauche, et la justice, à droite.

Inscriptions & marques monogramme
devise, latin
date
Précision inscriptions

Date 1557 dans un cartouche au centre du degré d'autel. Monogramme CIC de Claude d'Urfé et de sa femme Jeanne de Balzac, dans les caissons. Inscription D . O . M . S . (peut être pour Deo optimo maximo sempiterno) dans le carré situé au centre du pavement.

États conservations oeuvre déposée
oeuvre démantelée
élément
Précision état de conservation

Le pavement de la chapelle a été dispersé entre plusieurs institutions après sa dépose en 1874. Un peu moins de la moitié des carreaux (1300) est localisée. Les carreaux conservés à Grenoble et à Lyon ont été restaurés en 1990 par C. Mosnier, ceux conservés in situ par A-C. Chaumard la même année, puis en juillet 2001 par F. Hamadene.

dim

Statut de la propriété propriété publique
propriété d'une association
Intérêt de l'œuvre À signaler
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Bardisa Marie - Guibaud Caroline