Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulins à farine Fusier puis moulin Meurier et centrale hydroélectrique actuellement logement

Dossier IA73003618 inclus dans Paysage du bassin-versant de l'Isère inférieure et du Val Gelon réalisé en 2014

Fiche

Dénominationsmoulin à farine, centrale hydroélectrique
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Chamoux-sur-Gelon
HydrographiesRuisseau de Champlaurent ; bassin-versant Isère inférieure-Val Gelon
AdresseCommune : Villard-Léger
Lieu-dit : Chef-lieu
Adresse : Cadastre : 2014 A 1125, 1126

Deux maisons et deux moulins apparaissent sur la mappe sarde de 1728 (parcelles 1619 et 1621). Ils appartiennent à François Fusier.

Entre le 12 et le 13 avril 1848, l'un des moulins est vandalisé : la toile du blutoir est lacérée (FR.AD073, 7FS7 10379). A la demande du propriétaire, François Fusier, (fils d'André) une enquête est ouverte contre les père et fils François et Charles Bouvier. La procédure débouche sur un non-lieu.

Par acte du 28 aout 1854 passé chez maître Thomas à Chamoux, François Fusier (feu André) représenté par MM.Constant et Claude Berthet (de Bonvillard) vend le site à Nicolas Charvet (feu Nicolas), rentier vivant à Vilalrd-Léger.

Les deux moulins sont visibles sur le premier cadastre français de 1883 (Section A, feuille 2, parcelles 362 et 363). A cette date, ils sont exploités par Pierre Meurier (fils de Maurice).

La minoterie Meurier apparaît sur le recensement des moulins de 1917 (FR.AD073, 284 R 1). Elle est exploitée par Jean Claude Meurier. Vers 1920, Pierre Meurier transforme le moulin aval en centrale hydroélectrique. La prise d'eau d'origine est reportée plus en amont.

La minoterie Meurier apparaît sur le recensement des moulins de 1923. Le moulin cesse de moudre vers 1954 mais la centrale continue de fonctionner jusque dans les années 1960. Le dernier exploitant sera Gaston Meurier (fils de Jean Claude). Elle fonctionnait tous les jours entre 21h et 9h. Elle permettait l'éclairage de la commune. A partir de 1946, le courant est revendu à EDF.

A partir de 2004, le site est rénové. Un logement est aménagé dans l'ancienne grange. Le moulin et la centrale n'ont pas été transformés. Ils font actuellement l'objet d'un projet de restauration.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates1728, daté par source
1920, daté par source

Le site est implanté en rive droite du ruisseau de Champlaurent. En 1919 la prise d'eau est modifiée. Elle se faisait au moyen d'un ouvrage bétonné avec grille et chambre d'eau. Un réservoir de 110 mètres-cubes situé légèrement en contrebas du réservoir d'eau de la commune, était alimenté par une conduite forcée partant de la prise d'eau du ruisseau de Champlaurent et par le trop plein du réservoir de la commune (branché directement sur la conduite forcée). En arrivant au moulin la conduite se divisait en deux. Une partie alimentait la turbine de la centrale, une autre alimentait une autre turbine qui actionnait les mécanismes du moulin. La conduite forcée mesurait environ 300 mètres de longueur. Certains tronçons sont toujours en place.

Il se compose de plusieurs bâtiments accolés les uns aux autres. La partie nord correspond abrite la centrale hydroélectrique, la partie centrale est occupé par un logement et la partie sud correspond au moulin. L'ensemble est construit en pierre avec parties en essentage de planches. Les toitures sont en tôle ondulée.

L'ensemble du matériel à l'intérieur de la centrale et du moulin sont toujours en place et en bon état.

Murspierre essentage de planches
Toittôle ondulée
Couvrements
Énergiesénergie hydraulique
énergie électrique
États conservationsbon état

Le site se trouve dans les hauteurs du village de Villard-Léger. Il offre un ensemble complet et particulièrement pédagogique. Le bâtiment a bénéficié d'une restauration de grande qualité.

Le mécanisme de la scierie est représenté dans l'ouvrage : H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie, 2014, p.103.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • Le Courrier des Alpes, 29 décembre 1854.

    Le sept novembre dernier, il a été transcrit au bureau des hypothèques de Chambéry un acte reçu par le notaire Thomas, à Chamoux, sous date du vingt-huit août mil huit cent cinquante-quatre, portant vente par Fusier François à M. Charvet Nicolas, tous les deux de Villard-Léger, d'un bâtiment de moulins avec ses dépendances, étang et cours d'eau, plus un petit bâtiment situé au levant des moulins et en dépendant, avec les placéages qui avoisinent lesdits bâtiments, sur tout ce qui appartient encore audit François Fusier, au-dessus du village de l’Église ; le tout situé à Villard-Léger, inscrit sous numéros 1622 et 1623 de la mappe locale ; pour le prix de trois mille cinq cents livres. Le bénéfice de cet acte a été cédé à Claude et Maurice Fusier, de Villard-Léger, par acte, même notaire, du vingt-neuf août mil huit cent cinquante-quatre. Par ce même acte du vingt-neuf août, qui a aussi été transcrit au bureau des hypothèques de Chambéry le sept novembre dernier, le même Fusier François a vendu aux prénommés Claude et Maurice Fusier un pré situé sur la commune de Villard-Léger, lieu dit au Pré-du-Diable,contenant dix-huit ares onze centiares, inscrit sous numéro 1737 de la mappe ; pour le prix de soixante livres.Chamoux, le 23 décembre 1854. THOMAS Philibert, notaire.

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073, C4706, Cadastre de 1728, Villard-Léger, 312, Vue 3, 1732.

    AD Savoie : C4706
  • FR.AD073, 7FS7 10379, Fonds Sarde : judicature mage de la province de Savoie. Non-lieux du Sénat de Savoie (1815-1860), Villard-Léger, 1848.

    AD Savoie : 7FS7 10379
  • FR.AD073, 6E11752, Minutes notariales, Versement de maître JACQUIN (Noël), notaire à Albertville, 1939 > Archives notariales de maître MATHIAS Jean-Baptiste (I) (père), notaire à Albertville, acte du 28 août 1854.

    AD Savoie : 6E11752
  • FR.AD073 sous-série 81S74, Ponts et chaussées, service hydraulique, Villard-Léger, Divers (1866-1955) ; usine Savoie (1880), 1866-1955.

    AD Savoie : 81S74
  • FR.AD073, 35SPC7, Ponts et chaussées, service hydraulique, Comptabilité, statistiques et affaires diverses (classement par année), 1876-1909.

    AD Savoie : 35SPC7
  • FR.AD073, 3P 7312, Premier cadastre français, VIllard-Léger, Section A, feuille 2, 1883.

    AD Savoie : 3P 7312
  • FR.AD073, 284 R 1, Moulins : recensements, Villard-Léger 1917.

    AD Savoie : 284 R 1
  • FR.AD073, 284 R 1, Moulins : recensements, Villard-Léger 1923.

    AD Savoie : 284 R 1
  • FR.AD073, 284 R 1, Moulins : recensements, Villard-Léger 1924.

    AD Savoie : 284 R 1
  • FR.AD073, 3P 7313, Cadastre rénové, Villard-Léger, Section A, feuille 2, 1934.

    AD Savoie : 3P 7313
  • FR.AD073 sous-série J1706, Inventaire des moulins de Savoie. Association des amis des moulins savoyards. Nicole Gotteland, Louis Crabières, commune Villard-Léger, 1999.

    AD Savoie : J1706
Bibliographie
  • Le Courrier des Alpes, 29 décembre 1854.

  • Le Courrier des Alpes, 14 avril 1855.

  • Le courrier des Alpes, 29 juin 1855.

  • H.Barthélémy, Anciens moulins en Combe de Savoie et bas Val d'Arly, Cahier du Vieux Conflans, n°175, Société des Amis du Vieux Conflans, Albertville, 2014.

    p.102-103. CDP Savoie
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Bérelle Clara