Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin de Vesonne puis Moulin Arestan puis Usine des Steppes, actuellement Moulin de Vesonne et maison d'habitation

Dossier IA74001043 inclus dans Paysage du bassin-versant du Fier réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiées moulin
Dénominations moulin
Aire d'étude et canton Pays de Savoie - Faverges
Hydrographies Ruisseau de Montmin le), Lac d'Annecy
Adresse Commune : Faverges
Lieu-dit : Vesonne
Adresse : 143 passage du Moulin
Cadastre : 0A 4 2, 414, 413, 415, 416, 418, 2380, 2377, 2378

En 1635, une papeterie est signalée au lieu de Vesonne, elle est tenue entre 1681 et 1683 par les frères papetiers Jean et Maurice feu Jean Gurral. Ce site est déclassé avant 1730, la mappe sarde ne fait donc pas mention de ce site de production. Les moulins du nant de Montmin à Vesone étaient reconnus en faveur des Nes (des Nobles) de Chevron-Villette en 1578 par les frères Charrière de Mont Bogon. En 1679, le seigneur de Giez fait construire un nouveau moulin au hameau de Vesonne. Entre 1706 et 1724, le moulin est exploité par Jean feu Jean Thorens meunier de la Raise à Doussard et ensuite, par Pierre Moret de la Giettaz. Sur la mappe sarde, deux moulins et un battoir de Vesonne sont mentionnés comme faisant partie de la propriété du baron de Giez. L´acensement en 1735 à Jean-Claude fils de Jean Thorens comprend deux moulins noirs et un moulin blanc. Un nouveau battoir vient compléter le dispositif à partir de 1743, puis en 1754 encore un autre battoir. Le moulin est entretenu par Barthélémy Caille qui refait en partie la toiture en paille du bâtiment principal avant de céder la gérance à Jean-Philibert feu Bathélémy Neyret de Giez à qui le baron de Villette loue en supplément une nouvelle forge. François Pricaz de Bellecombe en Bauges et les frères Terrier de Lathuille en assurent le fonctionnement à partir de 1774. Ils entreprendront plusieurs travaux pour rénover les installations. Sous la Révolution française, Jean-Antoine Milhomme loue les moulins de Vesonne à la municipalité de Faverges à partir de 1793. Dès 1795, Nicolas feu Jean-Pierre Arestan dénommé serrurier et taillandier de la commune de Faverges, développe l´artifice en y joignant une maison et un moulin. Avant 1797, François et Guillaume feu Jean- Pierre Arestan profite des événements politiques pour racheter la moitié des trois moulins et la maison du meunier. Alors que le moulin situé plus en aval change plusieurs fois de propriétaire, son principal concurrent devient la propriété de la famille Arétan sur plusieurs générations développent l´activité du site autour de la meunerie et de la forge. Les frères Arétan (ou Arestan) possèdent en bien propre la propriété qui était attribuée à Jean-François feu Guillaume en 1829 et Etienne feu Jean-François qui gérait l´affaire à partir de 1861. Dans un recensement de 1831, la famille Arestan porte le titre de maréchal et de forgeron, puis de forgeron en 1861. C´est à partir de cette décennie qu´il y a une scission des activités sur le site, puisque l´ancienne forge se tourne exclusivement ver la mouture du blé alors que le clan projette de construire une nouvelle forge en aval. Le canal alimentant l´usine est construit sur le canal de fuite de l´usine appartenant à M. Etienne Arétan. Cette prise d´eau est alimentée par un barrage commun qui a été conçu pour faire mouvoir les roues du moulin.

Période(s) Principale : 4e quart 16e siècle
Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : 2e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates 1578, daté par source
1679
1735
1743
1754
1864

Le torrent de Montmin prend sa source dans la montagne de la Tournette à quatre kilomètres environ en amont du village de Montmin, et va se jeter dans la rivière de l´Eau morte à un kilomètre et demi en aval du hameau de Vesonne. Avant d´arriver à la confluence, ce torrent est grossi par plusieurs affluents. Ce site situé en rive droite du ruisseau est précédé par la scierie Demaison bordant la route de Vesonne et en aval, le moulin est complété par un autre artifice : l´ancienne forge Arétan. La dérivation alimentant le moulin se trouve sous le pont qui enjambe le ruisseau au pied de la scierie Demaison et directement alimenté par le canal de fuite de cette dernière. Cette dérivation comporte un seuil réalisé en pierre de taille avec vannage qui conduit sur une longueur de plus de 220 mètres les eaux du torrent dans un bief longeant la rive droite du ruisseau de Montmin. A 120 mètres, les eaux sont accumulées dans un collecteur, qui sous l´effet de la pression, fait remonter la force hydraulique dans une conduite en métal alimentant un canal aérien en métal. D´ici, l´eau tombe sur la roue à auget d´un diamètre d´environ deux mètres. Le bâtiment du moulin, borde un jardin descendant en direction du torrent. Situé en devant de parcelle, cette maison de plan carré comprend un sous-sol, un rez-de-chaussée, un étage et un étage sous comble. A l´origine les murs gouttereaux du premier étage étaient composés en partie de palissade en bois fermé progressivement par de la maçonnerie qui a permis pour chaque façade, l´aménagement de trois travées. Les murs pignons sud-est et nord-ouest disposent chacun de deux travées avec un jeu de quatre baies avec une baie couronnant le tout et amenant de la lumière au dernier niveau. Comprenant plusieurs pans, le toit protège les deux murs pignons de deux croupes saillantes. Côté sud, les fermes en bois prolongent l´un des pans du toit pour former un abri protègeant le mur goutte sud. Très ouverte sur l´extérieur, la façade antérieure dispose de plusieurs travées propres à l´activité du site. A contrario, la façade postérieure ne dispose que de peu d´ouvertures ou de regards aménagés pour contrôler la rotation de la roue. Solidement accroché au mur de cette façade, l´axe de la roue s´appuie sur plusieurs corbeaux aménagés pour soutenir le canal qui borde le bâtiment côté nord. Un second canal surplombe le canal de fuite. Ces deux biefs se rejoignent pour alimenter le canal d´arrivée de la forge situé en contrebas.

Murs pierre
bois
béton
Toit tuile plate
Plans plan régulier
Étages 3 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à deux pans
toit à plusieurs pans
demi-croupe
Énergies énergie hydraulique
Jardins bois de jardin, bosquet
États conservations remanié

Au regard du PLU de Faverges, ce site se trouve en zone Uh qui concerne l'urbanisation des centre de hameaux et accompagnement du centre bourg. Avec les vestiges du four à chaux, la scierie Demaison, le moulin Arétan et la forge Arétan, les trois artifices du hameau de Vesonne constituent un ensemble remarquable assez bien préservé qui mériterait d'être plus documentés au vu d'une inscription ou d'un classement de l'ensemble du site. De par son caractère historique et architectural, ces trois ensembles sont représentatifs du patrimoine artisanal savoyard et devraient être inscrits à l´inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Prise d´eau sur le ruisseau le Nant de Montmin pour servir au fonctionnement d´un battoir à blé et d´une scierie près du hameau du Villard de MM. Lachenal Charles et Gaigollet Georges. 1862.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 77 Etablissement d´un canal de dérivation le long du torrent de Vesonne, ruisseau de Montmin, pour faire mouvoir un martinet au lieu dit les Steppes 1863.

  • AD Haute Savoie : 6 S 77, Etablissement d'un canal de dérivation le long du torrent de Montmin, hameau de Vesonne, pour faire mouvoir un martinet au lieu dit les Steppes d'aval par M. Arétan Jean-Pierre. 1863

Documents figurés
  • Cadastre 2011, Conseil général de la Haute-Savoie/ Direction des Affaires Culturelles/ SIG/ BDORTHO® - BDCARTO® - © IGN - copie et reproduction interditesPlan

    CAH Haute-Savoie
  • Vue d'ensemble du moulin / Photographie couleur (CAH Haute-Savoie).

    CAH Haute-Savoie
Bibliographie
  • ABRY Christian, DEVOS Roger, RAULIN Henri, CUISENIER Jean, Les sources régionales de la Savoie : une approche ethnologique : alimentation, habitat, élevage. Paris : Edition Fayard, 1979, 661 p.

  • CHAIZE, Les maîtres de forge en Bauges. dans L'Histoire en Savoie, n°129. Chambéry : SSHA, 1998.

  • BROJEAN Joseph, La Savoie agricole, industrielle et manufacturière. Chambéry: Imprimerie A. Pouchet et Cie, 1863, 172 p.

  • Garioud N, Histoire et archéologie des mines de fer et des installations métallurgiques du massif des Bauges, Antiquité - milieu XIXe siècle. Grenoble : Université Pierre Mendès-France, 1997.

  • PAJANI Bernard, Faverges et ses environs : un moment de son histoire, 1906, un aspect de sa vie par les cartes postales. Faverges : Pajani, 1982, 166 p.

  • QUELLET Marie-Jeanne, Les formes du terrain et l´hydrographie dans le couloir de Faverges. Lyon : Mémoire de maîtrise, Université Lyon 3, 1975, 126 f.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir