Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Monument aux morts : Le Veilleur de pierre

Dossier IA69006405 réalisé en 2008

Fiche

Voir

Appellations Le Veilleur de pierre
Dénominations monument aux morts
Aire d'étude et canton Lyon Jacobins
Adresse Commune : Lyon
Lieu-dit : Jacobins
Adresse : 10 place Bellecour , 29 rue Gasparin
Cadastre : 1999 AK 76

Le monument est élevé, sur les plans de l'architecte Louis Thomas, à la mémoire de cinq hommes extraits de la prison Montluc (Albert Chambonnet, Louis Pierre Chirat, Gilbert Dru, Léon Pfeiffer et René Bernard) et fusillés par les Allemands le 27 juillet 1944 devant le Moulin à Vent (café qui occupait à ce moment la boutique), en représailles d'un attentat commis la veille dans ce café fréquenté par les officiers allemands. Le monument rend également hommage à tous les martyrs de la Résistance. Il est inauguré en 1948.

Le monument porte un certain nombre d'inscriptions gravées dont : "Passant va dire au monde qu'ils sont morts pour la liberté".

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1948, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Thomas Louis, architecte, signature
Auteur : Salendre Georges, sculpteur

Le monument est aménagé à l'angle de la place Bellecour et de la rue Gasparin, à l'intérieur de l'emprise de l'immeuble sis 29 rue Gasparin, au rez-de-chaussée. Ces parois intérieures sont revêtues de choin de Villebois poli. Ce "sanctuaire" ainsi délimité est fermé de grilles basses pourvues de portillons. Au sol, une jardinière est appliquée contre le mur central.

Murs calcaire parement
Techniques maçonnerie

Représentations bonnet Phrygien, symbole républicain croix de Lorraine
Précision représentations

Une frise de fanions, où alternent croix de Lorraine et bonnet phrygien, court le long de la partie supérieure du monument.

Mesures :
Précision dimensions

Dimensions non prises

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Scize, Pierre. Lyon dans les chaînes, Lyon, 1945, lithographies de Julien Pavil. Extraits

    Scize, Pierre. Lyon dans les chaînes, Lyon, 1945, lithographies de Julien Pavil. Extraits cités dans GARDES, Gilbert. Le voyage de Lyon : regards sur la ville. Lyon : Horvath, 1993, p. 309-310.

    Le 27 juillet, à l'heure de l'apéritif méridien, une voiture d'Allemands s'arrête devant le café du Moulin-à-Vent, place Bellecour. Ce n'est pas pour y boire du vermouth. Ils font descendre du camion bâché de vert des hommes enchaînés qu'éblouit la clarté du jour. Ils sont cinq, qui viennent de Montluc où ils ont passé de longues semaines. On les aligne devant l'établissement qui, la veille, a été saccagé par une bombe. Laquelle bombe, il faut le dire, n'a fait aucune victime. On leur tient un petit discours moral. Thème : "Voyez ce que les vôtres ont fait! Vous n'êtes pas honteux!"

    Beaucoup de monde autour pour regarder la scène. C'est l'heure où l'on sort des bureaux, des magasins. Les tramways passent, bondés. il y a là des femmes, des jeunes filles. Des badauds. Qu'est-ce que ces sacrés Fritz ont encore inventé ? Oh c'est très simple. Cela manque de subtilité. L'un d'eux s'approche du premier prisonnier. Il a un revolver à la main. C'est une blague pensent les badauds. C'est pour lui faire peur. Le coup part, le prisonnier s'écroule. C’était donc sérieux ! Une balle, une autre, une autre. Comptez-vous cinq. C'est fini. Les Allemands remontent en carrosse et s'en vont déjeuner. Défense de toucher aux cadavres. Ils tiennent peu de place d'ailleurs, sagement écroulés les uns sur les autres. L'un d'eux a roulé jusqu'au ruisseau. On dirait des pantins disloqués. Du sang se caille sur l'asphalte, en minces rigoles.

Références documentaires

Bibliographie
  • BELLE, Véronique. "Les sources de la marbrerie funéraire, l'exemple lyonnais". in Actes du colloque Les Sources du funéraire en France à l'époque contemporaine. Perspectives et enjeux pour l'histoire de la mort. Université d'Avignon et du Pays de Vaucluse HEMOC / Université du Havre CIRTAI, dir. BERTHERAT, Bruno, 10-11 septembre 2013, 2015, p. 65-82.

    p. 76
  • GARDES, Gilbert. Le voyage de Lyon : regards sur la ville. Lyon : Horvath, 1993. 385 p. : ill. ; 27 cm.

    p. 309-310, 359 : notice 1069
Périodiques
  • Sur des volets disjoints une plaque de marbre ... au pied des fleurs fanées. Lyon, Le Progrès, 9 octobre 1945 (AC Lyon : 3 Cp 132)

    AC Lyon : 3Cp132
  • Il y aura bientôt deux ans ... Cinq patriotes étaient lâchement abattus devant le "Café du Moulin-à-Vent". Lyon, Le Progrès, 22 juillet 1946 (AC Lyon : 3 Cp 132)

    AC Lyon : 3Cp132
  • Bellecour. Lyon, Liberté, 1er août 1946 (AC Lyon : 3 Cp 132)

    AC Lyon : 3Cp132
  • Le "Moulin-à-Vent" doit devenir un "haut lieu" de France. Lyon, Le Progrès, 2 août 1946 (AC Lyon : 3 Cp 132)

    AC Lyon : 3Cp132
  • Les A.M.U.R. reçus par le Préfet, "Etablissez un sanctuaire au Moulin à Vent. Lyon, Liberté, 9 août 1946 (AC Lyon : 3 Cp 132)

    AC Lyon : 3Cp132
  • Il ne manque plus rien au sanctuaire de Bellecour sinon l'argent pour l'édifier. Lyon, Liberté, 14 avril 1947 (AC Lyon : 3 Cp 132)

    AC Lyon : 3Cp132
  • A Bellecour. Le Sanctuaire du Souvenir. Lyon, Le Progrès, 12 mai 1947 (AC Lyon : 3 Cp 132)

    AC Lyon : 3Cp132
  • Les Mouvements de Résistance commémoreront le troisième anniversaire de la fusillade de cinq patriotes. Lyon, Le Progrès, 25 juillet 1947 (AC Lyon : 3 Cp 132)

    AC Lyon : 3Cp132
  • Du Veilleur de Pierre (inauguré en 1948) à l'autel des sacrifices. Le sanctuaire de la résistance lyonnaise devait opter entre la place des Martyrs, le Chemin-Neuf et St-Jean. Lyon, Echo-Liberté, 3 septembre 1964 (AC Lyon : 3 Cp 132)

    AC Lyon : 3Cp132
  • Georges Salendre prépare le transfert du "Veilleur de Pierre". Journal Rhône-Alpes, 25 novembre 1981 (AC Lyon : 3 Cp 132)

    AC Lyon : 3Cp132
Documents audio
  • ROUSSELLE, Bruno. SAVAY-GUERRAZ, Hugues. TRITENNE, Dominique. Étude géo-patrimoniale du secteur des Jacobins. 2017 - 2018

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Belle Véronique