Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Mine de charbon site Couriot, actuellement Puits Couriot Parc-Musée de la Mine de Saint-Etienne

Dossier IA42000235 inclus dans Ville réalisé en 2001

Fiche

Appellations site couriot
Destinations musée de la Mine
Parties constituantes non étudiées chevalement, logement d'ouvriers
Dénominations mine
Aire d'étude et canton Saint-Etienne Centre
Adresse Commune : Saint-Étienne
Adresse : 3 rue du Maréchal Franchet d'Esperey
Cadastre : 1996 CS 94

Le puits Couriot a été foré en 1913 à 727 mètres sous terre par la Compagnie des Mines de la Loire. Il est fermé en 1983 et a été transformé en musée en 1991. Les crassiers datent de 1930 et de 1947. Avec plus de 1 000 mineurs après la 1ère Guerre mondiale, Couriot est le plus profond et le plus large des puits du bassin de la Loire. Il peut remonter 3 000 tonnes par an, soit le quart de la production de l'ensemble du bassin stéphanois.

(dossier en crs : saisie des photographies NHD)

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Dates 1913, daté par source

Le site de Couriot s'étend sur une dizaine d'hectare en bordure du nord-ouest du centre-ville. Ce vaste territoire industriel comprend actuellement deux terrils dit crassiers, un chevalement métallique, des installations techniques dites de jour. L'ensemble de ce complexe industriel permettait l'exploitation des couches profondes du bassin de la Loire, sa transformation et sa commercialisation. La plate-forme basse aujourd'hui libérée avait abrité le chevalement en bois du Puits Chatelus, des installations de lavage et de criblage de charbon, une cokère, des ateliers de traitement et un faisceau de voies ferrées. Au sud du site, la centrale électrique de Basses-Villes alimentait en énergie le chantier d'extraction et les installations diverses, une aciérie construite en 1917, des locaux annexes, le puits Culatte pour l'aérage. A l'ouest le long de la rue Calixte-Plotton, des logements ouvriers.

Murs brique
acier
Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 2011/04/26
inscrit MH, 2010/04/22
Précisions sur la protection

Inscription par arrêté du 22 avril 2010 du site minier dit " puits Couriot " situé au lieudit Le Clapier ainsi que les parcelles sur lesquelles il se trouve, soient : tous ses bâtiments en totalité à l'exception du bâtiment administratif proposé pour une inscription de ses façades et toitures, désinstallations techniques et des machines dont le chevalement, des bassins d'eau d'exhaure, du monument aux morts de la cour d'entrée, de l'entrée de la fendue des passerelles, ainsi que la parcelle cadastrée section 218 NZ n°94, la totalité de la plate-forme basse jusqu'à la clôture de la voie SNCF, soient les parcelles cadastrées section 218 OS n° 82, NZ n°93 et OT n° 51, les crassiers sis avec la parcelle section 218 OR n°32, les façades et toitures des bâtiments de l'ancienne mine situés au pied des crassiers et sa parcelle section 218 OR n°10. / Classement par arrêté du 26 avril 2011 : la parcelle cadastré section 218 NZ n° 94, avec tous les éléments immeubles par nature qui y sont implantés, à l'exception des intérieurs du bâtiment administratif.les façades et toitures des bâtiments de l'ancienne mine, avec la parcelle cadastrée section 218OR n° 10 sur laquelle il se trouvent. les crassiers avec leur parcelle cadastrée section 218 OR n°32.

Annexes

  • Projet du Parc-Musée 2004

    Le site de Couriot est un ancien grand site minier Stéphanois, à deux pas du centre ville et partiellement occupé depuis 1991 par le musée de la mine. Il s'agit d'un site de premier ordre, à la fois par la nature même du patrimoine emblématique, étroitement lié à l'aventure industrielle stéphanoise, qu'il représente, et par son extraordinaire proximité avec la ville. Il n'est aujourd'hui pas valorisé à l'échelle de ce qu'il représente. Historiquement isolé, il reste notamment fortement déconnecté de la vie de la ville. La ville de Saint Etienne et ses partenaires sont aujourd'hui conscients des enjeux symboliques et urbains de ce site. L'Étude préalable réalisée en 2004 à permis de valider un scénario qui repose sur :

    - la mise en scène de ce grand paysage

    - l'affirmation de la lecture de l'ensemble patrimonial en tension avec la ville

    - le développement d'une fonction de parc urbain

    Les enjeux de cette opération s'inscrivent sur une échelle territoriale importante, justifiant un projet culturel d'envergure avec une ambition

    nationale clairement affichée. Saint Etienne a engagé une politique urbaine volontariste qui s'appuie notamment sur le design et la culture et conforte la démarche sur le patrimoine industriel dont Couriot est un des éléments les plus remarquables.

    Le site de Couriot a été identifie comme un des espaces structurants majeurs du projet de ville.

    Le site comprend le musée de la mine et les plates-formes basses du site d'exploitation, mais aussi les crassiers et les territoires limitrophes qui

    s'accrochent à la ville ou à la campagne et forment un paysage riche et emblématique fortement marqué par l'activité minière tant par les bâtiment qui

    constituent un patrimoine remarquable que par les terrils et les collines environnantes. Le site a notamment accueilli plusieurs puits d'extraction,

    mais aussi une batterie de fours à coke et des installations de lavage de charbon, ainsi que des installations chimiques destinées à traiter les gaz et

    résidus de la fabrication du coke.les quartiers environnants sont extrêmement diversifiés et possèdent des équipements majeurs en plus du musée tels que la médiathèque, le comédie, la future maison de l'emploi etc. La desserte du site est très développée mais très contrainte, les modes doux

    sont oubliés, le stationnements est mal positionné et organisé et l'intermodalité embryonnaire. Les accès au site sont peu lisibles.

    Fiche technique

    Maîtrise d’ouvrage :

    Ville de Saint-Etienne ; Musée de la Mine de Saint-Etienne

    Maîtrise d’œuvre : Gautier + Conquet & Associés, architectes et paysagistes ; Archipat, architectes du patrimoine ; Michel Corajoud, paysagiste.

    Muséographie : Scène. BET

    structure : BA Conseil ; Babinot.

    BET fluides : Clematis, Inex.

    BET ingénierie : GEC Ingénierie.

    Eclairage : Cobalt.

    Calendrier : Concours : 2009, livraison du parc : 2013, livraison des espaces muséographiques : 2014, deuxième tranche : étude en cours.

    Principales entreprises :

    Ellipse /Atout Service (démolition, gros œuvre, VRD), Bunon/Martignat (ossature bois), Béal (menuiserie bois), Blanchet (métallerie Monument historique), Bourdin (plâtrerie, second œuvre).

  • Parc-Musée de la Mine de Saint-Etienne

    Le site du puits Couriot (15 hectares) est un ancien grand site minier Stéphanois réaménagé de 1907 à 1919, à deux pas du centre ville et

    partiellement occupé depuis 1991 par le musée de la mine. Il s'agit d'un site de premier ordre, à la fois par la nature même du

    patrimoine emblématique, étroitement lié à l'aventure industrielle stéphanoise, qu'il représente, et par son extraordinaire proximité avec la ville. Il n'est

    aujourd'hui pas valorisé à l'échelle de ce qu'il représente. Historiquement isolé, il reste notamment fortement déconnecté de la vie du centre urbain. La

    ville de Saint Etienne et ses partenaires sont aujourd'hui conscients des enjeux symboliques et urbains de ce site.

    Le projet de valorisation de 2004-2014 à permis de valider un scénario qui repose sur :

    - la mise en scène de ce grand paysage réalisée par Michel Corajoud.

    - l'affirmation de la lecture de l'ensemble patrimonial en tension avec la ville

    - le développement d'une fonction de parc urbain

    Les enjeux de cette opération s'inscrivent sur une échelle territoriale importante, justifiant un projet culturel d'envergure avec une ambition nationale

    clairement affichée. Saint Etienne a engagé une politique urbaine volontariste qui s'appuie notamment sur le design et la culture et conforte la démarche sur le patrimoine industriel dont Couriot est un des éléments les plus remarquables.

    Le site comprend le musée de la mine et les plates-formes basses du site d'exploitation, mais aussi les crassiers et les territoires limitrophes qui

    s'accrochent à la ville ou à la campagne et forment un paysage riche et emblématique fortement marqué par l'activité minière tant par les bâtiments qui

    constituent un patrimoine remarquable que par les terrils et les collines environnantes. Le site a notamment accueilli plusieurs puits d'extraction, mais

    aussi une batterie de fours à coke et des installations de lavage de charbon, ainsi que des installations chimiques destinées à traiter les gaz et résidus de

    la fabrication du coke. Les quartiers environnants sont extrêmement diversifiés et possèdent des équipements majeurs en plus du musée tels que la médiathèque, le comédie, la future maison de l'emploi etc.

    A Saint-Etienne, sur ce site minier historique, quelque 1 000 m² de nouveaux espaces d’exposition ont été inaugurés le 3 décembre 2014. Ce nouvel aménagement mené par les architectes Gautier + Conquet, les architectes du patrimoine Archipat et le paysagiste Michel Corajoud n’entre pas en concurrence avec l’histoire des lieux.

    Du puits Couriot, cet ancien site minier situé à la lisière du centre-ville de Saint-Etienne (Loire), Michel Corajoud pensait : « Tout est là. » Ce projet

    concerté a été formulé pour mettre en valeur le lieu, mais certainement pas pour le faire renaître. Si le puits, ouvert en 1919, avait été un

    fleuron du bassin stéphanois, employant jusqu’à mille mineurs, voilà plus de quarante années qu’il s’est endormi. Le projet devait raconter une histoire

    finie : le puits Couriot réclamait discrétion et tranquillité.

Références documentaires

Bibliographie
  • Peyre, Philippe. Couriot l´album, Patrimoines du Bassin de la Loire. Saint-Étienne : Musée de la Mine, 2002

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Saint-Etienne © Ville de Saint-Etienne - Sanquer Cendrine - Halitim-Dubois Nadine