Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maisons dites chalets

Dossier IA74000869 réalisé en 2006

Fiche

Voir

Les chalets d´alpage

Les neuf chalets d´alpage constituent l´ancien quartier habité de l´alpage d´Avoriaz. Ils étaient la propriété de cultivateurs de la vallée, dont certains sont venus encore en alpage lors des premières saisons de chantiers de la station. Les chalets étaient des maisons sans étage, construites en charpente bois, soit en ossature avec un bardage, soit en pièces sur pièces, bâties sur un soubassement en pierres maçonnées. La toiture était recouverte de lauzes. La charpente était parfois débordante sur le mur gouttereau Sud formant protection des deux portes d´entrée placées côte à côte, l´une pour la pièce d´habitation, l´autre pour l´étable des bêtes. Sur le pignon amont, les planches du bardage étaient parfois percées d´une porte permettant d´entrer le foin ramassé à l´alpage. Les chalets n´ont pas été intégrés au périmètre du lotissement qui ne concernait que les terres communales, mais l´aménagement de la station a entraîné leur bouleversement. Dans les premiers plans masse de la station, le quartier des chalets paraît préservé de la proximité des urbanisations nouvelles car ils semblent associés à l´espace d´animation centrale du ski. Cependant l´évolution du plan de la station et de l´échelle des réalisations les a placés au contact direct des grandes réalisations collectives de la station. Tous les chalets ont été transformés successivement les uns après les autres en villas résidentielles ou commerciales. Les chalets ont été agrandis en surface et surélevés en hauteur. Les constructions nouvelles, comprenant plusieurs niveaux dont un niveau enterré, ont nécessité la démolition de tous les chalets d´origine, dont la plupart des projets de rénovation ont été élaborés par Claude Marullaz, architecte à Morzine.

Les chalets champignons polygonaux, chalets individuels

Le principe du chalet champignon figure dans les premières maquettes et les premières esquisses de composition dessinées par l´équipe de l´Atelier d´Architecture d´Avoriaz pour le quartier des Dromonts. Ils sont tous disposés sur le pourtour de la butte. Ce sont des constructions individuelles destinées à un usage touristique. Tous les chalets sont différents les uns des autres, malgré une recherche tentée pour les fabriquer en petite série répétitive restée sans suite (Recherche et Architecture, n°2, 1970, p. 50 et p. 51). Chaque chalet constitue une construction originale, sorte de prototype architectural. Le choix d´une volumétrie circulaire construite en deux parties comprenant un socle maçonné surmonté d´une superstructure en charpente enveloppante et taillée selon une silhouette chaque fois particulière, permet de résoudre les orientations variées des versants tout autour de la butte et la déclivité parfois abrupte du terrain. Le plan est fonctionnel et se développe en hauteur. Le socle est plus étroit que la partie charpente, limitant les ancrages au sol dans des terrains parfois difficiles d´accès. Les encorbellements traités en fractionnement successifs protègent les parties inférieures de la construction et offrent des espaces plus larges au fur et à mesure que les niveaux s´élèvent vers la vue et l´ensoleillement. Le plan est dessiné en éventail, permettant de sélectionner des perspectives paysagères et des vues lointaines différentes pour chacune des pièces, valorisant une multitude d´orientations et offrant un champ de vision panoramique ouvert jusqu´à 180°. Les espaces de vie collective sont aménagés dans le volume sous la toiture traité comme un espace unique. Les couloirs sont supprimés au profit de « coins » affectés chacun à un usage précis et orienté chacun dans une direction ou vers une montagne privilégiées : coin cuisine, coin repas, coin cheminée, coin séjour prolongé par une terrasse traitée en belvédère. Ils sont séparés les uns des autres par des différences de niveaux et des éléments porteurs de la charpente, mais la transparence générale du volume est préservée, offrant ainsi une multitude de vues sélectionnées et orientées sur les panoramas alentour, indépendamment des contraintes topographiques. La distribution verticale s´effectue par des escaliers tracés en demi niveau, placés à l´amont du projet et reliés au sol en partie supérieure du socle. Pour les parties inférieures le parcours est fonctionnel et compact, desservant les sanitaires et les chambres. Pour les parties supérieures, les escaliers et les paliers forment un parcours fractionné dont le profil s´élève vers la lumière et les vues panoramiques données par les parois vitrées élevées du côté aval et la protection procurée par le sommet de la charpente. Le porche d´entrée accompagne le palier de l´entrée, traité en charpente bois comme une construction hors oeuvre formant protection contre les intempéries et la neige. Son échelle réduite constitue un passage protégé et discret, traité comme une transition étroite entre le paysage extérieur de la montagne aux limites lointaines et l´intérieur clos mais ouvert sur la montagne. Le socle est bâti en voiles de maçonnerie de béton formant refends porteurs. La partie supérieure est parfois en construction mixte. La partie amont est bâtie en voiles de béton supportant une toiture elle-même en béton armé dont les pans multiples s´élèvent pour laisser entrer la lumière au coeur du chalet. Par contre la partie avale est couverte d´une charpente en bois à pans multiples dont les pannes reposent sur des murs de refends évidés de leur matière inutile, formant des passages aux formats et aux dimensions libres, dictés par la recherche de la transparence autour de laquelle sont réunis les espaces de chaque travée. Le modelé du chalet est donné par la charpente et la couverture traitée en porte-neige, mais formant une silhouette enveloppante et fractionnée dont l´expression repose sur une double technique. Les parties béton sont couvertes en planches de mélèze et traitées comme des versants uniques aux géométries puissantes. Elles se distinguent des parties en charpente couvertes en tavaillons de red-cédar, dont l´inclinaison se prolonge par les parois pour constituer une enveloppe protectrice tout autour du chalet. Sur les côtés aval, les parois sont vitrées dressées et verticales, tandis que du côté amont les parois peuvent être inclinées constituées de « façades toitures », proposant un habitat sous toiture. La construction des chalets s´échelonne sur trente ans. Ils portent chacun une marque particulière qui peut distinguer le travail des deux concepteurs de la station. La plupart révèlent une très grande expressivité, notamment les « pionniers » construits en belvédère sur le flanc ouest de la butte des Dromonts, le long du chemin des Ardoisières entre 1966 et 1990. Il en est de même pour les chalets bâtis le long des chemins de la Combe et des Rennes un peu plus tardivement entre 1973 et 1995. La plupart des chalets sont dessinés par Jacques Labro, parfois secondé par Claude Marullaz architecte à Morzine. Plusieurs chalets ont fait l´objet de réaménagements ou de projets agrandissement réalisés jusqu´à présent en cohérence avec les partis pris architecturaux et constructifs d´origine.

Les chalets champignons polygonaux, chalets mitoyens

La conception du chalet champignon se prête assez mal à des déclinaisons de « chalets mitoyens », en raison même de la conception originelle qui cherche à proposer une architecture unique pour un programme unique. Cependant, deux opérations sont conçues sous la forme de chalets mitoyens. En 1977, les chalets de la Combe dessinés par Jean-Jacques Orzoni est une opération immobilière à caractère économique qui regroupe côte à côte quatre chalets identiques mitoyens. Les travées sont orthogonales, mais les volumétries traitées en champignon avec les pièces de vies collectives placées sous la toiture dessinée à pans multiples. Par contre en 1998 les chalets de la Falaise, dessinés par Jacques Labro, réunissent dans deux bâtiments distincts cinq et trois chalets tous mitoyens. Ils sont chacun tracés selon un plan en éventail avec chambres au rez-de-chaussée et pièce de vie à l´étage sous toiture, assurant une volumétrie enveloppante et modelée par des toitures et des terrasses aux géométries polygonales.

J.-F. LYON-CAEN/C. SALOMON-PELEN

Aires d'étudesAvoriaz
Dénominationsmaison
AdresseCommune : Morzine

Dès l'origine du plan de masse du lotissement de la station d'Avoriaz, le promoteur Gérard Brémond réserve une quarantaine de lots pour la commercialisation de chalets prévus pour un logement. Ils sont disposés sur le pourtour de la butte, dans le secteur des Dromonts. La construction des premiers chalets débute en même temps que les premiers immeubles collectifs. L'équipe d'architectes urbanistes de l'Atelier d'Architecture d'Avoriaz propose d'emblée des projets différents pour chaque commande. Les constructions s'échelonnent sur trente ans au rythme des acquisitions foncières, aboutissant à la réalisation de trente-sept chalets très différents, mais tous conçus sur le principe du "chalet champignon polygonal". Les premiers chalets sont dessinés par l'équipe de l'Atelier d'Architecture d'Avoriaz entre 1965 et 1968 (Altius, First, Manduya, Sud, Atalya), puis par le Collectif Architecture entre 1969 et 1978 (Love, Stella Blain, Vuargne, Asto, Baba-Yaga, la Combe) et par la suite la plupart sont réalisés par Jacques Labro (Cloppet, Arketa, Doriaz, Crépy, Tigier, Igloo, Mont-Oya, Anapurna, Famose, Tatou, Jhanet, Armonia, Ours II, Yosémite). Il est parfois secondé par Claude Marullaz, architecte à Morzine, qui agit souvent en maître d'oeuvre de chantier mais assure la conception de quelques chalets (Téquila, Toscana, Tatou), alors que Jean-Jacques Orzoni en réalise trois entre 1979 et 1981 (Soya, Yacca, Mahonia). Pierre Lombard réalise le chalet Tanglewood en 1975. Par ailleurs, deux opérations témoignent d'une recherche basée sur l'association de plusieurs "chalets champignons polygonaux" entre eux. Les chalets de la Falaise, l'une des dernières constructions d'Avoriaz, sont réalisés en 1998 par Jacques Labro. Tous les anciens chalets d'alpage ont été démolis et reconstruits sur des projets dessinés par Claude Marullaz.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Atelier d'Architecture d'Avoriaz agence d'architecture
Auteur : Collectif Architecture agence d'architecture
Auteur : André Guy architecte urbaniste
Auteur : Labro Jacques architecte
Auteur : Marullaz Claude architecte
Auteur : Orzoni Jean-Jacques architecte

Les architectes privilégient un ancrage au sol et une volumétrie qui mettent en valeur la topographie et les perspectives paysagères. Ils expérimentent une organisation intérieure basée sur des espaces de vie collective disposés dans la partie haute du chalet, dont les volumes sont modelés par des charpente en bois et en béton à facettes multiples. Le plan polygonal basé sur des tracés en éventail rassemble les différents "coins" fonctionnels et les ouvre chacun sur des vues sélectionnées, panoramiques et multiples. Le niveau de ces pièces de vie est dissocié du sol par un socle maçonné dans lequel les chambres et les sanitaires sont disposés également en éventail et sur plusieurs niveaux selon la déclivité du terrain. Les surfaces se développent sur trois niveaux en moyenne, variant entre 90 m2 et 250 m2 pour les plus grands. Malgré des réaménagements intérieurs ou des agrandissements techniques modestes, la cohérence des chalets a été entièrement préservée, faisant de cet ensemble architectural le témoin d'un travail créatif unique. Par ailleurs, deux opérations témoignent d'une recherche basée sur l'association de plusieurs "chalets champignons polygonaux" entre eux. Les chalets de la Falaise, l'une des dernières constructions d'Avoriaz réalisée en 1998 par Jacques Labro, sont composés de deux bâtiments comprenant l'un trois, l'autre cinq logements en éventail, réunis dans des constructions de volume chalet. Tous les anciens chalets d'alpage, dont le quartier se trouvait hors du périmètre du lotissement de la station, ont été démolis et reconstruits sous la forme de villas commerciales ou résidentielles au caractère banal.£Les Dromonts : 34 maisons bâties, 34 repérées, 30 étudiées (29 chalets champignons polygonaux, chalets individuels ; 1 chalet champignon polygonal, chalet mitoyen) ; les Crozats : 9 maisons bâties, 9 repérées (9 chalets d'alpage) ; la Falaise : 2 maisons bâties, 2 étudiées (2 chalets champignons polygonaux, chalets mitoyens).

Typologieschalet champignon polygonal, chalet individuel, chalet champignon polygonal, chalet mitoyen, chalet d'alpage
Décompte des œuvres bâti INSEE 45
repérés 45
étudiés 32
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ecole d'architecture de Grenoble © Ecole d'architecture de Grenoble - Lyon-Caen Jean-François - Salomon-Pelen Catherine