Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maisons, dites chalets

Dossier IA74002002 réalisé en 1996

Fiche

Voir

OBSERVATIONS GÉNÉRALES

L'INVENTION D'UN TYPE : LE CHALET MODERNE

L'architecte Henry Jacques Le Même va mettre en place les éléments nouveaux de la typologie architecturale de la villégiature. La naissance d'un type en architecture est un événement historique rare. Le chalet est une invention moderne, comme l'est par exemple le gratte-ciel. Pour Viollet-le-Duc sa diffusion date de la fin du XIXe siècle avec le chalet suisse. Mais les caractéristiques qui font qu'il a l'air d'avoir toujours été là sont néanmoins une invention de toutes pièces. Le chalet ne correspond à aucun type de ferme savoyarde, elles sont très différentes d'une vallée à l'autre, ni à la copie d' "un chalet traditionnel", malgré l'expression "vieux chalet savoyard". Les dimensions des fermes sont toujours plus importantes que nos "chalets". Les greniers, eux, sont plus petits et n'ont pas en général de base en "dur". Le volume du chalet est intermédiaire entre le grenier et la ferme. Sa partie inférieure en maçonnerie et sa partie supérieure en bois rappellent la ferme. Les demeures de notables étaient en pierre.

Henry Jacques Le Même utilise pour ses chalets le registre de l'implantation dans la pente de la tradition séculaire dont il s'éloigne peu. Il n'implantera jamais un chalet dans un creux de terrain mais toujours dans la pente, face à la vue. Il sait juger du meilleur emplacement dans le paysage, de la meilleure situation sur le terrain. Il a précisément analysé les qualités des constructions vernaculaires, la générosité de leur volume, l'harmonie de leurs percements, de leur regroupement, et leur judicieuse utilisation des matériaux. Si le "chalet Le Même" apprend du vernaculaire les principes de son implantation, l'adaptation au site fondée sur la vue et sur l'ensoleillement ainsi que l'économie de l'espace intérieur en font des objets modernes. Henry Jacques Le Même construit en béton au moins le socle de ses chalets et choisit souvent la tôle laquée pour ses toitures par mesure d'économie. Aux matériaux les plus simples (grès cérame, linoléum, tôle) il saura appliquer les raffinements contemporains appris chez Ruhlmann.

Le "chalet" de la princesse de Bourbon ainsi que celui de la baronne de Rothschild auront un espace intérieur moderne dans un volume rappelant celui de la vieille ferme. La mise au point du "chalet Le Même" ne devient pas un tour de main, une expérience qui permettrait de répondre indistinctement à tous les programmes. C'est un produit spécifique qui permet mille variations. Petit à petit le territoire va être parsemé de ces chalets qui sauront à chaque fois utiliser les possibilités du paysage et du sol.

C'est ainsi que Henry Jacques Le Même par la qualité même de son architecture va transformer une bourgade rurale en la station de sports d'hiver célèbre qui vit encore de ce lancement. Il a su en créer l'urbanité, non pas, comme on pourrait le penser aujourd'hui, par l'utilisation de "formes urbaines" selon un catalogue des styles renouvelé, mais par un usage judicieux de la science de l'architecte. Il ne fut pas bien sûr le seul inventeur de la ville, mais il est l'inventeur d'une architecture qui sera diffusée par les architectes qui l'ont suivi.

"Lorsqu'il y a plus de trente ans nous avons aperçu dans les Alpes les premiers chalets de Le Même, nous étions dans l'admiration de ce qu'il obtenait avec des menuisiers, à la fois cultivateurs, et sans pouvoir nous douter du miracle que cet architecte isolé allait accomplir en créant une ville nouvelle et un style exceptionnel, qui rayonne sur cent kilomètres à la ronde, donnant un accent de charme, de personnalité aux deux Savoies. Il a formé, depuis, une admirable pléiade d'entrepreneurs et d'ouvriers. Par bonheur, sur place, tout le monde, particuliers comme exécutants, a compris qu'il ne fallait pas créer de dissonances. Le Même se laisse ainsi (par chance) gentiment piller d'un balcon, d'une porte, d'un volet, d'un système de construction, d'une couleur. D'où une harmonie générale, comme dans nos anciennes provinces et nos anciennes villes". Albert Laprade. Chère province. Bulletin de la SADG, n° 77, mai 1959.

Aujourd'hui, si le charme du centre de Megève crée toujours l'image de la station, de nombreux chalets, malencontreusement transformés, ont perdu tout le "chic" caractéristique de la vie moderne des années 30.

TYPOLOGIE RETENUE

Le corpus repéré se partage entre deux grands groupes, un groupe dit « demeure » qui regroupe des constructions importantes, réalisées pour une clientèle privilégiée soucieuse de luxe et de confort, et un groupe dit « chalet », de constructions plus modestes et familiales.

Ces deux groupes présentent une série de caractères communs :

a. Implantation dans la pente :

- un socle (le soubassement) traité de façon à asseoir fortement le bâtiment sur le terrain, même s'il n'y a pas de forte pente ;

- soubassement (socle) dégagé à l'avant et enterré sur l'arrière : le rez-de-chaussée surélevé est de plein pied sur l'arrière.

b. Volume :

- volume simple de base rectangulaire ou carrée ;

- toit à longs pans ou à deux pans ;

- en façade principale, balcon filant au niveau du rez-de-chaussée surélevé.

c. Matériaux

- maçonnerie de moellons en béton ;

- soubassement en granit de Combloux ;

- corps crépi blanc ;

- niveau comble avec essentage de sapin teinté sombre ;

- à l´origine couverture de pierre (lauze en ardoise de Maurienne), remplacée aujourd´hui par du métal, ou de tôle ondulée ;

- pavements intérieurs de grès cérame formant souvent des motifs géométriques pour les espaces de jour et les circulations ; parquet pour les chambres.

d. Plan :

- espaces de vie dans partie avale du volume de manière à jouir de la vue et services regroupés soit à l'arrière, soit au niveau du soubassement pour les demeures ;

- comble habité : chambres ;

- cheminée dans le séjour.

c. Façade :

- composition savante des façades qui vient donner une harmonie que seul le volume ne peut gérer.

1. LES DEMEURES

Henry Jacques Le Même a réalisé de grandes demeures qui sont restées des pièces uniques, qu'elles reprennent les volumes extérieurs des fermes de Megève ou de Combloux, ou même la structure même de la ferme.

1-1. Ferme

Elle reprend le type de la ferme de Combloux :

- façade à ante, inscrite en retrait des murs pignons ;

- toiture à deux pans ;

- entrée sur la façade principale, à proximité du mur pignon ;

- petites ouvertures carrées.

Sélection :

La Louve, Demi-Quartier, construite pour Madame La Bourdette, vers 1942 ;

La Croix des Perchets, Les Perchets, 51 chemin des Perchets, construite pour Madame Pichard., 1928.

1-2 - Hôtel particulier

Ce sont à la fois premières maisons de villégiature construites à Megève et les premières réalisations de l´architecte :

- volume général emprunté aux fermes ;

- panne faîtière dans le sens de la pente du terrain ;

- toit à longs pans ;

- souches des cheminées placées latéralement ;

- organisation intérieure correspondant à celle de l'hôtel particulier ;

- soubassement réservé aux services ;

- niveau principal (rez-de-chaussée surélevé) traité comme un étage noble : le "bel étage" (cf. plans de Le Même) ;

- espace organisé autour d'un grand hall central de réception avec cheminée ;

- entrée sur la façade arrière ;

- façade principale symétrique par rapport à l'axe du faîte ;

- composition identique pour les deux façades latérales.

Sélection :

275 chemin de la Rocaille, Boby, construit pour la baronne de Rothschild, 1927.

447 chemin de la Rochette, Marais des Rosières, construit pour la princesse de Bourdon, 1929.

1-3 - Maison forte

- La modénature caractérise le volume ;

- gros appareillage de pierre apparente (granit de Combloux) jusqu'au niveau du comble ;

- meneaux et linteaux de pierre ou de béton très marqués, parfois de section circulaire ;

- couverture d´origine de pierre (lauze).

Sélection :

L'Inconnu, 2324 du Mont d'Arbois, construit pour M. Jean Walter, 1940 ;

Le Cairn, 44 chemin de l'Hermine Blanche, construit pour M. Delannoy, 1942 ;

Cala Gara, 204 monté du Calvaire, construit pour M. Philippe de Pages, 1939 ;

Isatis, 89 boucle du Petit Rochebrune, construit pour M. Vindry, 1939 ;

Les Six Enfants, 241 route des Perchets, construit pour M. Chatel, 1933 ;

Le Cairn (44 chemin de l´Hermine blanche, construit pour Émile Delannoy, 1942) peut être considéré comme une variation du type Maison forte, par l'importance donnée au soubassement traité comme un socle monumental en maçonnerie de pierre apparente sur lequel est posé le corps.

1-4 - Chalet en longueur

- Faible soubassement ;

- grand volume en longueur ;

- grosse souche de cheminées latérale ;

- simplification de la modénature ;

- en façade principale, enfilade de trois grandes baies vitrées (ouvertures du séjour) ;

- balcon au niveau du comble.

Sélection :

Le Grand Balcon, Angne, 418 route de la Cote 2000, construit pour Maître Guillaud, 1961 ;

Ombre Blanche, Dessous le Calvaire, 14 chemin de l'Hermine Blanche, construit pour la princesse Beder Khan, 1938 ;

Mont Roc, Sur le Calvaire, 80 route des Perchets, construit pour le comte de Frahan, 1928 ;

Le Torrent, Crêt Steudan, 272 route des Perchets, construit pour M. Kronrad, 1939 ;

Le Coteau, Prellet, 427 route du Coin, construit pour Mlles Falcoz, 1928 ;

726 route des Perchets, Les Perchets, construit pour M. Doitteau, 1955.

2. LES CHALETS

Le type "CHALET" présente quatre sous-types, qui varient par la proportion donnée soit au volume du comble, soit à celui du corps. Le type avec avant-toit fermé se propose comme solution intermédiaire qui règle habilement le problème de la jonction entre le corps et le toit.

2-1 - Petit chalet

- Emprise au sol très petite, parfois pas plus de 50 m 2 ;

- emprise de forme carrée ;

- implantation perpendiculaire à la pente ;

- socle pouvant être simplement "simulé" par un enduit gris ;

- cheminée à cheval sur la faîtière ce qui lui évite le risque d'être emportée par la neige ;

- volets décorées de motifs soulignés de couleurs vives.

Sélection :

Le Veurois, Buisson Char, 174 impasse de la Madone, construit pour David Lifschitz, 1931 ;

Chalet construit dans le lotissement du Champ de la Croix, pour M. Elie Mantout, 1928 ; démoli ;

L´Oustalet, Glaise Est, 431 rue du Crêt du Midi, construit pour M. Cartoux, 1939 ;

Arc en ciel, Bas de Lady, 53 boucle du Petit Rochebrune, construit pour M. Guillot, 1942 ;

Lumen, Les Lots, construit pour M. Echalié, 1927.

2-2 - Grand comble

- Deux étages de comble habité (chambres) ;

- la hauteur du comble représente la moitié de la hauteur totale du chalet (en façade principale) ;

- faîte parallèle à la pente du terrain ;

- toit à longs pans de forte pente ;

- les pans débordent largement des murs pignons ;

- souche de cheminée posée à cheval sur le faîte du toit ;

- emprise au sol plutôt carrée ;

- balcon courant sur la façade principale et tournant sur l'une des façades adjacentes ;

- grand volume de comble occupé par les chambres ;

- ouvertures : au niveau du rez-de-chaussée surélevé, composition en angle des fenêtres avec trois baies carrées sur la façade principale et une ou deux baies sur la façade adjacente (volets roulants avec caissons intégrés) ;

- la position du balcon et la composition des ouvertures introduisent un effet de rotation qui induit une lecture du chalet sur l'angle ;

- l´escalier se montre en façade arrière par une série de petites fenêtres carrées qui accompagnent son élévation ;

- rez-de-chaussée surélevé : un axe perpendiculaire au faîte du toit détermine une partition entre l'espace de vie (séjour et living-room avec cheminée) sur l'avant (panorama sur les montagnes) et l'espace de service à l'arrière (escalier, cuisine, vestibule et sanitaires) ;

- couleur présente dans les volets, les balustrades et parfois les portes (emploi du blanc en association avec le bleu, le rouge ou le vert) ;

- pierre en couverture à l´origine.

Sélection :

Le Sarto, Dessous le Calvaire, 92 chemin de l'Hermine Blanche, construit pour M. Desmazière, 1941 ;

L'Igloo, Le Vernays sud, 2545 route du Mont d'Arbois, construit pour Madame Esnault-Peter, 1932 ;

La Sauvagine, Champ de la Croix, route des Pettoreaux, construit pour M. Vindry, 1933 ;

Le Petit Chelem, 145 chemin du fanou, construit pour André Mure, 1938.

La Cordée, 260 route du Bouchet, construit pour Louis Pasquio, 1942, 1951.

2-3 - Corps en hauteur

- Le volume est assez haut ;

- trois niveaux de surface habitables égales ;

- les murs montent droit laissant déborder l'avant toit ;

- le dernier niveau présente un essentage de bois (en façade, il tend à être lu comme niveau de comble).

Sélection :

2315 route du Mont d'Arbois, construit pour Madame Richard, 1930 ;

Rose des Alpes, Les Champs de la Croix, construit pour M. Polack, 1938 ;

Arche de Noë, Les Mouilles, construit pour M. de Bosque, 1930 ;

Grizzly, Buisson Char, 2264 route du Mont d'Arbois, construit pour M. Gosselin, 1932.

2-4 - Avant-toit fermé par un pan incliné

Le traitement du raccord entre le volume du comble et celui du corps est si ingénieux qu'il justifie d'être reconnu comme type. C'est de ce traitement que naît toute la divergence entre ce type et le type "Grand comble".

- Dernier niveau en comble marqué par un évasement qui vient reprendre par un pan incliné l'avant toit ;

- souche de cheminée posée à cheval sur le faîte du toit ;

- toit à longs pans ;

- emprise au sol plutôt carrée ;

- surface inférieure à celle du type "Grand comble" ;

- comble occupé par deux ou trois chambres et salle de bain ;

- couverture en tôle ondulée.

Sélection :

Le Caribou, Buisson Char, 2238 route du Mont d'Arbois, construit pour Mlle Fillon, 1933 ;

Le Toit, Épennis, 126 impasse des Épennis, construit pour Maître Budin, 1940 ;

Le Véry, Bas de Lady, 147 boucle du Petit Rochebrune, construit pour M. Marot, 1939 ;

Le Miage, Bas de Lady, 171 boucle du Petit Rochebrune, construit pour M. Marot, 1939 ;

Le Nant Borrant, Bas de Lady, 179 boucle du Petit Rochebrune, construit pour M. Marot, 1939 ;

Le Perchoir, Crêt Steudan, 63 allée du Crêt Steudan, construit pour M. Castel, 1939 ;

Hurlevent, Glaise Ouest, 15 impasse du Sourire, construit pour M. Sage Ciselet, 1934 ;

Les Éléphants, Les Vernay sud, 2496 route du Mont d'Arbois, construit pour M. Gauthier de Bonneval, 1939 ;

Troïka, 78 impasse de la Troïka, construit pour Jacques Goisbault, 1956.

C. CAS PARTICULIERS

98 montée du Calvaire, La Combe, villa personnelle de l'architecte Le Même, 1929 ;

route de Lady, Lady, construit pour M. Gimel, peintre, 1934 ;

Le Vire-vent, Bas de Lady, 185 boucle du Petit Rochebrune, construit pour M. Bernard, architecte Georges Candilis, 1951 ;

La Marjolaine, 49 impasse de La Combe, Glaise Ouest, construit pour Charles Viard, architecte Stéphane Weber, 1926 ;

Les Trolls, 113 impasse de La Combe, Glaise Ouest, construit pour Charles Viard, architecte Stéphane Weber, 1926 ;

Saint-François, 112 route de Rochebrune, construit en 1936 par R. et A. Duthoit, architectes parisiens.

Aires d'études Megève
Dénominations maison
Adresse Commune : Megève

Le chalet de sports d'hiver est inventé à Megève par l'architecte Henry Jacques Le Même qui y construit plus de 140 maisons entre 1927 et 1981. Le corpus englobe quelques maisons construites par d'autres architectes, Stéphane Weber, Georges Candilis, et les architectes parisiens A. et R. Duthoit.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Le Même Jacques, architecte
Auteur : Candilis Georges, architecte
Auteur : Weber Stéphane, architecte
Auteur : Duthoit R., architecte
Auteur : Duthoit A., architecte

Henry Jacques Le Même invente le « chalet skieur » : maison implantée en coeur de parcelle, éloignée de la route ; façade principale tournée vers le soleil, et largement percée ; toit à deux versants débordants. Les constructions sont en béton, caché sous un parement de pierres appareillées pour les soubassements, sous un essentage de planches teintées en brun très foncé pour les étages. Le plus souvent, un balcon court le long de la façade principale. La distribution intérieure est fonctionnelle : le rez-de-chaussée est réservé aux pièces de service : bûcher, caves, chaudière et ski-room ; au premier étage se trouvent les pièces à vivre autour de la cheminée ; les chambres sont dans les combles. La différence se fait dans le traitement des détails, dans le soin apporté au décor.

Décompte des œuvres bâti INSEE 1448
repérées 2
étudiées 42

Annexes

  • Chalet la Chaumette, 31 route du Téléphérique.

    Bien que ce chalet ne soit pas mentionné parmi les réalisations d´Henry Jacques Le Même, il en possède toutes les caractéristiques : étage de soubassement et rez-de-chaussée surélevé peints en blanc, étage de comble recouvert d´un essentage de planches sombres ; toit à deux versants se poursuivant sur tout le pourtour du chalet par un fort avant-toit soutenu par des aisseliers aux extrémités peintes en rouge et blanc sur les murs pignons, et fermé le long des murs gouttereaux ; volets découpés et peints de couleur orange ; garde-corps des balcons en bois découpé en motifs de sapin.

Références documentaires

Bibliographie
  • ANTHONIOZ, Charles. Maisons savoyardes. Chambéry : Dardel, 1932. 79 p.

    p. VII
  • ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA SAVOIE. CENTRE D'ARCHITECTURE DU XXE SIECLE DE LA SAVOIE. Inventaire des archives de l'Atelier d'Architecture en Montagne à Chambéry (1945-1985) / Franck Delorme. Chambéry : Conseil général de la Savoie, 2001. 297 p. 30 cm

    p. 30, 40, 47, 107, 111, 112, 127-128, 156, 161, ill.
  • ARMAND, Hélène, BLACHE, Jean-Marc. Chalets. Grenoble : Didier Richard, 1994. 126 p. ; 27,5 x 27,5 cm

    p. 46, 48, 49, ill.
  • CULOT, Maurice, LACBRICHS, Anne, dir. Megève 1925-1950. Architectures de Henry Jacques Le Même. Paris : Institut français d´Architecture ; Norma, 1999

    p. 17, 30, 31, 42, 45, 156-159, 180-181, 198-199, ill.
  • Intérieurs de maisons de campagne par Henry Jacques Le Même. Paris : Charles Massin, s. d. 40 pl.

  • LAPRADE, Albert. Documents d'architecture française contemporaine. Habitation (habitations individuelles). Paris : Jacques Vautrain, 1949. 96 p. 15,5 x 23,5 cm

    p. 52 ss. Ill.
  • LENORMAND, Michel. Cheminées rustiques. Paris : Charles Massin, s. d. 36 p.

    pl. 1, 3, 12, 15, 19, 20, 27
  • STEIN, Annick. Les maisons de montagne. Les connaître, les restaurer, les construire. Paris : Eyrolles, 1994. 140 p.

    p. 50
  • VIGATO, Jean-Claude. L'architecture régionaliste. France 1890-1950. Paris : Institut français d'architecture, 1994. 390 p.

    p. 177, 187, 210, 243, 277
  • WANECQ, Maurice. Défense et illustration de la maison française. Paris : Grasset, 1942. 199 p.

    p. 115
Périodiques
  • ARNOLD, Françoise. Du régionalisme. Apologie du ringard ou relecture d'un mouvement. Archicréé, n° 249, août-septembre 1992, p. 46-57

  • BLONDEL, Marcel. La menuiserie en bois et le décor. L'Architecture d'aujourd'hui, 9e année, n° 11, novembre 1938, p. 86-89

  • BROMBERGER, Merry. Megève a cette année vingt ans. Paris Soir, 6 août 1941

  • Le chalet suisse en Haute-Savoie. Journal de la construction de la Suisse romande, décembre 1935

  • Chalets savoyards, Henry Jacques Le Même. Art et Industrie, 11e année, décembre 1935, p. 28-34

    ill.
  • FAURE, Christophe. Henry-Jacques Le Même, architecte d'un siècle. Maison et bois international, décembre 1994, n° 4, p. 20-25

  • GILLE-DELAFON, S. Chalets. Henry Jacques Le Même, architecte. Art et décoration, n° 4, 1947, p. 247-258

  • LAPRADE, Albert. Toute l´année dans la montagne... nouvelles créations de Jacques Henry Le Même à Megève. Mobilier et Décoration, n° 2, mars 1959, p. 1-15

  • LE MÊME, Henry Jacques. Le bois dans la construction et la décoration. Cahiers du centre technique du bois, 6e série, n° 4, septembre 1954, p. 1-4

  • LE MÊME, Henry Jacques. Chalets de skieurs. Skis sports d'hiver, t. 3, 5e année, n° 40, juillet 1936, p. 226-229

    ill.
  • NOVIANT, Louis G. Chalets en Haute-Savoie. L'Architecture française, 10e année, n° 93-94, 1949, p. 9-21

    ill., plan
  • Rapport du jury de l'architecture privée, présenté par M. Jean Hulot. Rapport de M. Frédéric Henry au nom de la commission des récompenses. L'Architecture, 50e année, t. 48, n° 9, 15 septembre 1935, p. 315-322

    p. 317-318
  • De sommets en vallées, d'un Lac à l'autre. Bâtir. Revue technique de la Fédération nationale du bâtiment, n° 139, n° spécial Haute-Savoie, mai 1965, p. 7-93

  • VAILLAT, Léandre. La maison régionale. L'Illustration, n° 5020, 20 mai 1939. 13 p.

    ill.
  • VAILLAT, Léandre. Une architecture de la neige. Le temps, 11 janvier 1939, p. 3

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ecole d'architecture de Grenoble © Ecole d'architecture de Grenoble - Véry Françoise - Paviol Sophie - Prax Michèle - Chalabi Maryannick