Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite chalet Yacca

Dossier IA74000864 inclus dans Secteur urbain concerté : quartier les Dromonts réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationschalet Yacca
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonAvoriaz - Biot (le)
AdresseCommune : Morzine
Lieu-dit : les Dromonts
Adresse : chemin de la
Combe
Cadastre : 2006 O1 172-173

Le chalet Yacca est construit en 1981 le long du chemin de la Combe (lot n° 71 et n° 72 du lotissement), dans la partie supérieure de la butte des Dromonts, situant le chalet au coeur du quartier des Dromonts. Le chalet Yacca est dessiné par Jean-Jacques Orzoni. Le projet offre la particularité d'un parti pris en hauteur, au détriment d'un ancrage encastré et adossé à la pente habituellement adopté pour la conception des chalets de la station. En 2006, le chalet est acquis par la famille Burger, fidèle de la station depuis son origine, qui réalise un projet de restauration des intérieurs à l'identique des dispositions d'origine, enrichi d'une décoration contemporaine soignée. Le projet est confié par Bertrand Burger à sa soeur Florine Burger, architecte à Strasbourg (projet publié dans "Maisons coté Est", n° 41, décembre-février 2008).

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle
Dates1981, daté par source
Auteur(s)Auteur : Orzoni Jean-Jacques architecte urbaniste attribution par source
Auteur : Burger Florine architecte attribution par source
Personnalité : Dupuy M. commanditaire
Personnalité : Burger Bertrand commanditaire

Le chalet est construit au coeur du quartier des Dromonts, dans la partie supérieure de la butte des Dromonts. Malgré la proximité de constructions aux volumes importants (le Séquoïa et l'hôtel des Dromonts à l'aval, les Ruches à l'amont), les vues aux directions multiples orientent la composition en plan. Les dégagements visuels sont amplifiés par un parti pris en hauteur, malgré la forte déclivité du terrain. Le plan est composé de trois parties avec un corps central de plan orthogonal de 4,70 m de largeur, flanqué à l'ouest d'une aile en quart de cercle partagé en quatre portions, et à l'est d'une travée polygonale orientée vers l'amont, dans laquelle est placé l'escalier en vis desservant les trois niveaux. L'entrée est à l'amont, protégée par un porche aménagé en creux sous l'étage supérieur, surélevé par rapport au chemin d'accès. Les niveaux sont tous de plain-pied desservis par un escalier en vis traité hors-oeuvre dans la partie est du chalet. Les chambres sont au rez-de-chaussée et à l'étage, disposées chacune selon une orientation et une volumétrie différente. L'une d'entre elle a été transformée en cuisine avec coin repas, séparée des pièces de vies placées à l'étage. Le niveau supérieur est aménagé sous toiture, couvert en totalité par une charpente bois composée de deux versants symétriques en partie aval se prolongeant pour former un auvent de protection de la terrasse. La charpente est prolongée à l'amont par des versants multiples raccordés par des arêtiers et assemblés autour d'un pilier central en béton armé. Cet espace sous toiture est partagé en coins tous ouverts entre eux et offrant des dégagements visuels dans toutes les directions, à l'exclusion d'une chambre et d'une salle de bains cloisonnées. Le séjour est aménagé en deux parties décalées d'un demi-niveau. Du côté de l'amont, la partie bar est aménagée sous une façade toiture équipée de châssis vitrés et surmontée d'une charpente avec cinq demi-fermes, fragmentant l'éclairage vers le nord-ouest. A l'aval, la partie séjour, surélevée de cinq hauteurs de marche, est ouverte au sud et prolongée par une terrasse bois qui surplombe les deux niveaux inférieurs. Le séjour en deux parties rayonne autour d'un pilier central en béton armé sur lequel toutes les fermes convergent, espace central prolongé par le coin cheminée. Le foyer est ouvert sur les deux parties du séjour, construit en dalles de schistes, briques et tôles plates et placé au décalage de niveaux et sous une fenêtre en demi-lune. La construction du chalet est en maçonnerie de béton armé recouverte d'un essentage de planches posées horizontalement et de tuiles de bois sur la partie façade toiture. Le soubassement en maçonnerie est équipé dans la partie aval d'une paroi en pierres appareillées. Le projet de restauration réalisé en 2006 reprend à l'identique des dispositions d'origine, consacrant les deux niveaux inférieurs aux chambres, sanitaires et salles de sports. Le niveau sous toiture retrouve un usage collectif. Le coin cuisine est placé au nord à l'emplacement de la salle de bains et éclairé par la fenêtre en demi-lune. Il s'ouvre sur le coin salon placé à l'ouest et sur le coin repas placé au sud. Le coin repas est de plain pied avec la cuisine, prolongée par une estrade limitée et ouverte sur la terrasse. Le foyer de la cheminée est refait à son emplacement selon une géométrie plus fine. Les salles de bains sont incorporées dans les chambres. Une isolation thermique est placée à l'extérieur de la structure et recouverte d'un bardage neuf identique d'apparence au précédent.

Mursessentage de planches
crépi
bossage
béton armé
Toitbois en couverture
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
Typologieschalet champignon polygonal, chalet individuel
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Réhabilitation du chalet Yacca. Etat existant. Plan des trois niveaux. Florine Burger, 2007 (AP F. Burger)

  • Réhabilitation du chalet Yacca. Projet. Florine Burger. Ech. 1 : 50. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 2007 ; plan du 1er et du 2e étage, 21 décembre 2006 (AP F. Birger)

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ecole d'architecture de Grenoble © Ecole d'architecture de Grenoble - Lyon-Caen Jean-François - Salomon-Pelen Catherine