Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, dite chalet de l'Ecole du Ski Français et du Parc National de la Vanoise

Dossier IA73000132 inclus dans Station de sports d'hiver Arc 1800 : Charvet - Villards - Charmettoger réalisé en 2000

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénominationchalet
Appellationschalet de l'Ecole du Ski Français et du Parc National de la Vanoise
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonLes Arcs - Bourg-Saint-Maurice
AdresseCommune : Bourg-Saint-Maurice
Lieu-dit : Arc 1800
Adresse : Charvet
Cadastre : 1993 AC 23

Le chalet de l'École de Ski Français est aménagé dans l'une des anciennes constructions d'alpage présentes avant la réalisation de la station d'Arc 1800. Une réutilisation à usage collectif est prévue dès le recensement des constructions d'alpage (réalisé au cours de l'hiver 1967 / 1968 par l'équipe de l'AAM) en raison de sa proximité avec la zone de contact entre l'arrivée des pistes, et les secteurs d'urbanisation envisagés. Le chalet (repère n° 102 du recensement de l'AAM) est acquis par la SMA de Monsieur André Romanet-Perroux, propriétaire du chalet, en 1968. Le projet d'aménagement est élaboré autour des années 1980 par l'équipe de l'AAM pour y installer les locaux de l'ESF en saison d'hiver, locaux partagés avec un lieu d'information du Parc national de la Vanoise fonctionnant principalement en saison estivale.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1893, daté par source
Auteur(s)Auteur : Atelier d'Architecture en Montagne agence d'architecture attribution par source
Personnalité : Godino Roger commanditaire

Le bâtiment originel est caractéristique des chalets d'alpage des quartiers du Charvet et de Charmettoger, comparable aux constructions encore en place aujourd'hui. Le chalet est composé de deux volumes, flanqué d'un arbre feuillu (un fayard) du côté de l'aval. La partie principale (7,3 m x 7,4 m), implantée parallèlement à la pente, est construite en maçonnerie de pierres hourdées à la chaux, avec une toiture à deux versants couverts de lauzes, abritant en bas une écurie et en haut la grange. Les deux niveaux sont accessibles chacun de plain-pied. Contre le pignon sud, un corps de bâtiment (3,5 x 4,7 m), couvert en appentis, à deux niveaux, est construit suivant les mêmes techniques.£Le projet de réhabilitation répond aux préoccupations du maître d'ouvrage qui cherchait à transformer les chalets d'alpage, en bouleversant le moins possible leur architecture d'origine. On tire d'abord profit de la situation du chalet dans la pente. La partie supérieure est destinée à l'accueil du public, et la partie inférieure réservée au fonctionnement de l'ESF. Le chalet d'origine est agrandi du côté du nord par une travée (4,1 m de large x 8,2 m) dans laquelle on place l'escalier intérieur reliant les deux niveaux. L'appentis est démonté dans sa partie supérieure. Le niveau inférieur (local à ski) est couvert d'une terrasse de plain-pied avec le chemin piéton (reliant le Charvet au Villard à la cote 1800 environ) et accompagne le sas d'entrée formant l'accueil (construction rapportée en façade est, mais couvert par le prolongement de la toiture). Les extensions sont réalisées en maçonnerie de pierre tout venant, à l'identique de la construction en place. Les ouvertures existantes ont été conservées et équipées de menuiseries (soit vitrées, soit pleines, faites de panneaux en bois). Par contre les parties supérieures des pignons, construites en maçonnerie de pierres, ont été remplacées par des fermes laissées apparentes et équipées de vitrages pour améliorer l'éclairage de la partie de l'accueil du public.

Murscalcaire
essentage de planches
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toitschiste en couverture
Étagesétage de soubassement, 1 étage carré
Couverturesterrasse
toit à deux pans
appentis
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier droit
Typologieschalet d'alpage
Statut de la propriétépropriété privée (?)
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ecole d'architecture de Grenoble © Ecole d'architecture de Grenoble - Lyon-Caen Jean-François - Salomon-Pelen Catherine