Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de chanoinesses (maison de Madame de Grésolles), puis pensionnat de jeunes filles

Dossier IA42001178 réalisé en 2001

Fiche

Genrede chanoinesses
Appellationsmaison de Madame de Grésolles
Destinationspensionnat
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonBoën - Sail-sous-Couzan
AdresseCommune : Leigneux
Lieu-dit : le bourg
Adresse : 5e maison
Cadastre : 1827 U1 8 ; 1987 A2 1829

La plupart des maisons de l'enclos canonial ont été reconstruites dans la 2e moitié du 18e siècle. La maison dite de Mme de Grézolles (mais qui porte en façade des armoiries identifiées à celles de la famille du Buisson) a été achetée par la supérieure des religieuses de l'Enfant-Jésus de Claveisolles, qui reprennent en 1843 le pensionnat de jeunes filles fondé à Leigneux par mademoiselle Grouzy vers 1830. La maison voisine, enclavée dans leur propriété (1827 U1 7, voir dossier prieuré), a peut-être été acquise en même temps ; le réfectoire y est aménagé. Dans la 2e moitié du 19e siècle, cette institution prospère et doit encore s'agrandir, et les religieuses rachètent la maison de Mme d'Oizon (étudiée). Le pensionnat ferme en 1963. La maison de Madame de Grézolles conserve une partie de l'ancienne parcelle U1 7, à l'ouest ; elle a été redistribuée en appartements (recloisonnement, percement d'une fenêtre sur la façade est au rez-de-chaussée, cuisines à tous les niveaux) après 1965 (voir plans). L'intérieur devrait être prochainement transformé (studios pour personnes âgées).

Période(s)Principale : 2e moitié 18e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle

La maison a sa façade principale sur la place du chapitre, et donnait sur l'arrière sur une cour autrefois certainement bordée de communs au nord-ouest. Les niveaux sont distribués par l'escalier tournant à retours avec jour, en charpente, sur lequel la porte d'entrée donne directement (disposition similaire dans la maison de l'abesse). La cave, accessible par un escalier secondaire droit, en bois et en carreaux de terre cuite, est partiellement voûtée et pourvue d'une grande cheminée à manteau de bois et de briques. Le rez-de-chaussée comprenait trois pièces pourvues de cheminées ; lors de l'étude l'étage était divisé en quatre chambres, ainsi que le comble ; certaines pièces étaient munies de nombreux placards individuels destinés aux effets des pensionnaires. Dortoirs et sanitaires se trouvaient en majorité dans le bâtiment voisin (non étudié). L'édifice est en pisé, enduit ; les encadrements de baies sont en bois (en pierre pour la porte d'entrée). Un enduit tyrolien avec chaînes d'angle en harpe couvre la façade. Le toit est à longs pans et en tuiles creuses.

Murspisé
enduit d'imitation
Toittuile creuse
Étagessous-sol, 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier intérieur : escalier droit en maçonnerie
escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour en charpente
Techniquessculpture
peinture
Précision représentations

Des armoiries sculptées sur un bloc de grès, en haut-relief (supports : deux hommes sauvages armés de massues) et en bas-relief (armoiries, dans un ovale, et encadrées de motifs rocaille) sont insérées dans la maçonnerie du mur de façade de la maison. Deux cheminées sculptées (dont une en bois peints), à décor néoclassique (cannelures, fleurons, frise de méandres) sont conservées dans la maison ; la hotte de celle de l'étage est ornée d'un panneau peint représentant un paysage habité.

Le chapitre, qui fait l'objet d'un site inscrit, forme un ensemble homogène représentatif de l'architecture civile du début du 18e siècle.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Sites de protectionsite inscrit, zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
Précisions sur la protection

Site inscrit (place du chapitre et abords, 6,55 ha) le 10/01/1973. ZPPAUP instituée le 8/10/1987.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Guibaud Caroline - Monnet Thierry