Logo ={0} - Retour à l'accueil

Mairie-école de garçons, puis maison d’enfants Clairfleurie, puis internat « les Papillons blancs » de l’APEI d’Aix-les-Bains

Dossier IA73004317 inclus dans Village de Trévignin réalisé en 2014

Fiche

L’école de garçons

Un bâtiment est édifié en 1844-1845 sous la direction de Fabien Dijoud, curé de la paroisse, pour servir d’école de garçons. Le 8 juillet 1843, il passe une convention avec François Maillard, propriétaire à Trévignin, qui "cède au curé et à ses successeurs 37 toises de terrain" pour "une maison d’école que la commune se propose de faire construire l’année prochaine" ; en contrepartie, il pourra envoyer deux de ses enfants gratuitement à l’école et aura de son vivant jouissance du galetas de l’école pour y faire sécher du grain, tant que l’école ne sera pas habitée (AD Savoie, 11FS : 629). La construction est financée par le produit de la vente de l’ancienne école (qui devait donc appartenir à la fabrique, et qui est rachetée par François Marin dit la Flèche pour 660 livres), par une subvention de la commune (655 livres, financés par la vente d’une parcelle de bois (AD Savoie, 11FS : 628) ; le bâtiment doit comprendre la salle consulaire) et par un don de Thérèse Francoz (voir IA73004303, oratoire de Notre-Dame de La Salette) destiné à construire un étage à l’édifice (2000 livres). Le compte des dépenses mentionne l’emploi de pierre de taille, bois de charpente, barreaux, clous d’ardoise et ferrure, planches, ardoises, huit fenêtres, molasse, portes et galerie. Le mobilier est réalisé par Claude Clerc dit Crozet.

Une photographie de 1888 (AD Savoie, 3Fi2 : 62) montre le bâtiment, qui comprend deux travées sur deux niveaux, avec une niche à statuette en façade, un toit en pavillon en ardoise avec clocheton, une montée d’escalier en bois contre la façade sud et un portail du jardin clos du côté nord.

L’école mixte

Lorsqu'il établit le projet de reconstruction de l'école d'Epersy, l'architecte aixois Jules De Bons écrit : "J’ai fait construire dans la commune de Trévignin un groupe [scolaire] du même type... (lettre du 1er mars 1894 ; AD Savoie, 2O 1333). Il s'agit sans doute de cette école mixte, reconstruite vers 1890 avec les matériaux de démolition de l’ancienne école (AD Savoie, 2O : 2937).

Le rapport établi par l’architecte André Farde en 1933 (pour la construction du nouveau groupe scolaire) indique que cette école est construite depuis plus de 50 ans, ce qui paraît être une légère exagération. L’édifice est décrit comme ayant besoin de réparations sur la toiture en ardoise, le crépi, les conduits de cheminée et les volets en bois ; il n’y a pas de préau couvert, de vestiaire et lavabos ni de cantine.

En 1929, la commune décide de restaurer et agrandir cette école, et de lui ajouter une annexe appelée « foyer » destinée à accueillir une cantine et des douches « imposée par le nombre grandissant d’élèves venant de hameaux éloignés », ainsi qu’un terrain de sport. Le projet est confié à l’architecte aixois André Farde, qui donne en octobre 1930 un procès-verbal d’estimation des terrains à acheter pour agrandir les cours de l’école et ménager un terrain de sport (parcelle B 486, à l’est du bâtiment), et construire une annexe pour douches et cantines (parcelles B 504 et 504 bis, au nord de la précédente de l’autre côté du chemin). André Farde dresse les plans et devis des bâtiments le 15 décembre 1930 (407 000 F, dont 8000 F pour la mairie), et une délibération du conseil municipal du 28 juin 1931 demande une subvention qui est accordée par arrêté de du 30 décembre 1931 (324 180 F), après avis favorable sur le projet de Roger Pétriaux, architecte départemental et des Monuments historiques, à Chambéry.

Le plan d’agrandissement de l’école du 15 décembre 1930 montre un bâtiment à un étage, composé d’un corps central contenant l’escalier et la salle de mairie, et de deux petites ailes abritant chacune une salle de classe. Le projet prévoit la construction, à l’extrémité de chaque classe, d’un vestibule, vestiaire et lavabo, et l'agrandissement des cours avec préaux couverts et toilettes.

Un second plan est dressé à la même date pour la construction de l’annexe, dans un bâtiment distinct. Le terrain étant en pente, ce bâtiment a un étage de soubassement (appelé sous-sol sur le plan) contenant un lavoir municipal, des douches publiques et un local de stockage, et un rez-de-chaussée surélevé divisée en vestibule avec bar, lavabo et WC, salle pour 200 spectateurs, petite scène avec magasin d’accessoires et deux loges avec WC. Au-dessus du vestibule est prévue une cabine entièrement métallique pour l’appareil de cinéma (programme donné par le rapport de l’architecte pour la construction d’un foyer de la campagne daté d'août 1931 ; AD Savoie, 2O : 2937). Le tout est « construit de manière extrêmement sobre dans une note en harmonie avec les constructions de la région » (idem). La commission pour la répartition des fonds provenant du prélèvement sur le produit des jeux accorde le 9 novembre 1931 une subvention de 100 000 F pour le projet de Foyer des Campagnes, qui s’élève à 320 000 F.

Le devenir de l'ancienne école

Mais en 1932, le projet est modifié : on décide de faire une construction neuve pour la mairie-école et son annexe, et de choisir un nouvel emplacement, plus près du chemin de grande communication (et appartenant en partie au maire, Jean Marie Marin-Laflèche, fils de feu Marie, hôtelier, et à Marie-Antoinette Brandon, son épouse, demeurant 17 place Carnot à Lyon).

A la suite de la construction du nouveau groupe scolaire, l’ancienne école est vendue à Marguerite Marie Joséphine, Louise Claudine et Francia Germaine Labioz-Lamberlin, célibataires, demeurant à Aix-les-Bains, pour 95 000 F. Elles transforment l’édifice en "Maison d’enfants familiale, médicale et scolaire Clairfleurie". La façade est totalement modifiée, dans le style du nouveau groupe scolaire : les fenêtres du rez-de-chaussées sont réunies en une grande bande, un porche à colonnes est ajouté devant les portes ; peut-on y voir la main d'André Farde, d'autant plus que les vestibules prévus par son plan d'agrandissement, ouverts par une porte en plein-cintre, ont bien été construits. Un bâtiment d'hébergement, déjà présent sur le cadastre rénové de 1936, est édifié en retour au nord. Des enfants juifs sont accueillis dans cet édifice pendant la Seconde Guerre mondiale.

Par la suite, le bâtiment a été hébergé des séjours de personnes âgées pour la commune de Moyeuvre-Grande (Moselle) (oral).

En 1975, le bâtiment est racheté par l’Association des Parents et amis d’Enfants Inadaptés (APEI) « les Papillons blancs » d’Aix-les-Bains pour y installer un internat destiné aux enfants et aux adolescents.

AppellationsClairfleurie, Les Papillons blancs
Dénominationsmairie, école primaire, maison de retraite
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Trévignin
Lieu-dit : Verlioz
Cadastre : 1880 B4 488 ; 2014 B4 372

La mairie-école est édifiée vers 1890, sans doute par l'architecte aixois Jules De Bons, à l'emplacement de l'école de garçon précédemment construite en 1844-4845. Le bâtiment fait l'objet d'un projet d'agrandissement en 1929, mais le nouveau groupe scolaire est finalement construit sur un terrain vierge. L'ancienne mairie-école est vendue à des particuliers qui la transforment en maison d'accueil pour enfants (avec adjonction du bâtiment en retour) dans les années 1930, fonction que l'édifice a plus ou moins conservé jusqu'à présent.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : De Bons Jules
Jules De Bons

Architecte suisse "nouvellement installé à Aix-les-Bains" lorsqu'il donne un projet de groupe scolaire pour Montcel (non réalisé) en 1882. Construit le 1er groupe scolaire de Trévignin (vers 1890), celui d'Epersy (plan en 1894, achevé en 1899), l'école de Saint-Offenge-Dessus (1899), participe à la réfection de l'église de Saint-Offenge-Dessous (73) en 1902.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Le bâtiment tourné vers la place de l'église conserve la structure de l'ancienne mairie-école : corps central de deux travées avec pignon en façade, ailes pour les classes de part et d'autre, un étage carré et un comble à surcroît sur le corps central. Les ouvertures sur cour ont conservé les encadrements de l'ancienne mairie-école, avec linteaux en arc segmentaires au rez-de-chaussée et droits à l'étage. Côté rue, la façade a trois portes (au centre et au extrémités) séparées par deux larges fenêtres ; la porte centrale est protégée par un auvent sur colonnes. Le bâtiment en retour n'a pas été visité.

Les bâtiments sont en maçonnerie de moellon de calcaire crépis au ciment, avec encadrements en béton (en brique côté cour ?). Les toits sont en tuile plate mécanique, à longs pans avec croupes.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile plate mécanique
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
Couvrements
Couverturestoit à longs pans croupe
Techniquesferronnerie
maçonnerie
Précision représentations

Décor de maçonnerie : jardinières intégrées à la façade. Inscriptions en lettres moulées (destination des bâtiments). Sol du rez-de-chaussée en granito (vestibule, couloir, ancienne bibliothèque). Garde-corps à barreaux droits et motif de losange autour des toits-terrasses.

Décor de ferronnerie : garde-corps de l'escalier, à volutes.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Savoie. Série 11FS : 628. Trévignin Pièces diverses. 1838-1860.

    - Acensement des pâturages communaux situés à pré Bouriens et à Saint-Victor, n°187 et 594 de la mappe.

    - Cimetière. Construction des murs du nouveau cimetière, maçon Claude Clerc, feu Jean (1838). Construction d’une porte, serrurier Nicolas le cadet Damesin fils de Laurent (1846).

    - Eglise. Décoration de l’intérieur (achat d’un ostensoir, bannière, peinture murale par Avondo et Fierone (1840-1841). Construction d’un avant-toit à la petite porte de l’église (1842).

    - Reconstruction du toit du presbytère, Pierre Louis Besson architecte, François Rajat, charpentier (1842-1843).

    - Construction d’un local pour l’école de garçons (1843-1844).

    - Construction de trois ponceaux sur le Larjat (pour Saint-Victor et Nandrion ; pour les Clercs), sur la Bais au lieu-dit la Resse (pour Verlioz), maçon Claude Triquet, fils de feu François.

    AD Savoie : 11FS : 628
  • AD Savoie. Série 11FS : 629. Trévignin. Eglise.

    - Reconstruction de l'église (1831-1832). Promesse de vente du nouvel emplacement (plan). Rapport du capitaine ingénieur de 1ère classe du Génie civil Ernest Melano, 18 octobre 1831 (plan).

    - Vente de l’emplacement de l’ancien presbytère, cimetière et église.

    AD Savoie : 11FS : 629
  • AD Savoie. Série 2O : 2937. Construction d'un groupe scolaire (1931-1938).

    AD Savoie : Série 2O : 2937
  • AD Savoie. Série 2O : 1333. Épersy. Ecole. Construction d’un groupe scolaire 1881-1899. Affaires diverses comptabilité 1884-1901.

    AD Savoie : 2O : 1333
Documents figurés
  • Trévignin. - Groupe scolaire, construit en 1844, vue du bâtiment et des élèves / 1 photogr. pos. : tirage argentique noir et blanc. Tiré de Collection de photographies d'écoles primaires de l'arrondissement de Chambéry (2e circonscription), 1888 (AD Savoie. 3Fi2 62. Cliché n° A-2191-13Fi2. Album original : T 1266). [non reproduit].

    AD Savoie : 3Fi2 : 62
  • Commune de Trévignin canton d’Aix-les-Bains Savoie. Extrait du cadastre, section B, lieu dit Verlioz / André Farde (architecte). 1 dess. : tirage de plan sur papier. Sans éch. 19,4x23,2 cm. Relevé le ... mai 1932 (AD Savoie. 2O : 2937).

    AD Savoie : Série 2O : 2937
  • Nouveaux aménagements aux écoles. A) Bâtiment principal Ecoles-Mairie / André Farde (architecte). 1 dess. : tirage de plan, poché jaune. Éch. 1 :100. 41,5x66 cm. Dressé le 15 décembre 1930 (AD Savoie. 2O : 2937).

    AD Savoie : Série 2O : 2937
  • Nouveaux aménagements aux écoles. B) Annexe du bâtiment principal / André Farde (architecte). 1 dess. : tirage de plan, poché jaune. Éch. 1 :100. 41,5x52,5 cm. Dressé le 15 décembre 1930 (AD Savoie. 2O : 2937).

    AD Savoie : Série 2O : 2937
  • Environs d’Aix-les-Bains. TRÉVIGNIN (Savoie) La Mairie. Les Écoles 1021 – Coll L. Grimal. Chambéry / Louis Grimal (éditeur). 1 impr. photoméc. (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (tamponnée en 1911) (AP Podevin).

    AP Podevin
  • CLAIRFLEURIE, Maison d’Enfants familiale, médicale et scolaire. A Trévignin par Aix-les-Bains (Savoie). – 700 mètres d’altitude. – Ouverte toute l’année. / 1 impr. photoméc. (carte postale) : 3e quart 20e siècle (AP Podevin).

    AP Podevin
  • CLAIRFLEURIE, Maison d’Enfants, et l’église. Maison familiale, médicale et scolaire à Trévignin par Aix-les-Bains (Savoie), à 700 mètres d’altitude [verso] Carte postale Héliogravure Sadag, Bellegarde / 1 impr. photoméc. (carte postale) : 2e quart 20e siècle (AP Podevin).

    AP Podevin
  • CIM [verso] TRÉVIGNIN (Savoie) 454-20 A – Vue générale aérienne. Au fond, le Lac du Bourget. - COMBIER IMP. MACON (S. – et - L.) « CIM » - 24 - Photographie Véritable – Reproduction Interdite / CIM [Combier imprimeur à Mâcon] (éditeur, imprimeur). 1 impr. photoméc. (carte postale) : 3e quart 20e siècle (AP Podevin).

    AP Podevin
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Monnet Thierry - Guibaud Caroline - Guibaud Caroline