Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les alpages de la commune d'Allèves

Dossier IA74002461 réalisé en 2016

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

La commune d'Allèves n'a pas souhaité adhérer au Parc naturel régional du Massif des Bauges. Son territoire n'est donc pas couvert par les enquêtes d'inventaire. Cependant, l'étude de ses alpages a été incluse dans la thématique d'étude des alpages du Massif des Bauges.

Évolution historique

La répartition du bâti de la commune est restée très stable depuis la mappe sarde, sur laquelle sont représentés des groupes de petits édifices (chalets ?) au Perchet (n° 1255, 1259, 1260, 1267, 1269, 1274, 1278, 1282, 1286, 1287, 1289), à la Figlia (n° 564 à 570) et tout le long du chemin de la Figlia à la Cave (n° 164, 166 à 168, 172, 487 à 489, 491, 500 à 503, 527, 531 et 532), avec un total de 34 parcelles bâties. Seule la zone de granges de Mossuet et du Crêt Martin n'est pas encore construite en 1732 et apparaît sur le 1er cadastre français en 1889.

La majorité des parcelles bâties cadastrées en 1889 est encore représentée sur le cadastre de 2016, mais en partie sous forme de tracé vide (la parcelle existe toujours mais n'est plus bâtie), et de nombreuses parcelles bâties cadastrées avaient disparu lors de l'enquête. Il y avait une cinquantaine de granges cadastrées en 1889, contre 36 en 2016, dont un tiers avait disparu (ou en tout cas n'a pas été vu) lors de l'enquête : le bâti a donc diminué de moitié depuis 1889.

Certains hameaux ont disparu depuis 1889, comme celui des Granges du Plan de la Roche, réduit à une grange, remplacé récemment par des constructions nouvelles ex-nihilo (chapelle, chalet, mazet), ou comme celui de la Figlia, qui comptait une dizaine de granges en 1889 pour deux en 2016 (plus un refuge construit sur l'emplacement d'une grange).

Aucun des édifices recensés lors de l'enquête ne porte de date relative à sa construction. On trouve seulement (mais rarement) des dates d'occupation des lieux (en particulier au chalet de la Pesse IA74002467 ou à la grange et cabane du Frédy IA74002466) : ces inscriptions semblent liées à l'utilisation du bâti comme abri plus ou moins temporaire, elles sont absentes des simples fenils. Il est ainsi difficile de dater ces édifices, mais malgré l'ancienneté de leur implantation, ils ne sont sans doute pas antérieurs au milieu du 19e siècle.

Description du site

Les alpages de la commune d'Allèves sont situés sur l'extrémité sud du Semnoz, entre 950 et 1500 m d'altitude. Ils sont bordés au sud-ouest par une barre rocheuse qui suit les courbes de niveau autour de 1200 m (avant de descendre jusqu'à 900 m dans la partie la plus au sud), et que contourne puis suit le tracé du chemin qui monte du chef-lieu, situé autour de 630 m d'altitude.

La bande de clairières situées juste au-dessus de cette barrière rocheuse, entre les granges du Perchet au nord et les Caves/grange Fiornet au sud, est parsemée de granges. Dans les clairières situées au-dessus, dans le prolongement des alpages du Semnoz, étaient implantés des chalets, entre 1400 et 1450 m d'altitude.

Ces prés sont desservis par un large chemin empierré traversant la forêt, puis longeant la crête, jusqu'à la Figlia ; au-delà, il redevient un chemin de terre, puis repart en direction du Semnoz où il rejoint les chalets de Gruffy. Un point d’eau est encore alimenté à peu près à mi-parcours, aux Prés de l'Auge (voir IA74002474) ; les chalets étaient implantés à proximité de fontaines signalées sur le plan de 1889 (fontaines de la Pesse et du Coquerat).

Architecture

Les fenils

Les granges sont pour la plupart regroupées en hameaux, le plus souvent à bâti lâche (granges du Perchet), étiré le long du chemin (Granges du Plan de la Roche, du Frédy, du Mont), ou à bâti dense, comme à la Figlia (hameau très dense, dès la mappe sarde) ou aux Quatre Granges (dont il ne reste plus que IA74002473). Certaines (les plus récentes) sont isolées : grange du Crêt Martin, de Mossuet.

Les bâtiments sont en général construits perpendiculairement à la pente, avec une porte percée dans le pignon amont, dont le seuil est souvent au-dessus du niveau du sol. A l'intérieur, le sol du fenil suit la pente, qui n'est pas décaissée. Quelques granges occupent des replats, en particulier au hameau de la Figlia.

Certains fenils ont été agrandis postérieurement par l'adjonction d'une partie habitation (ex. au Frédy), simple abri temporaire sans lit ni pièce liée à la transformation du lait.

Ces bâtiments sont édifiés en rondin écorcé, ou fust, assemblé à mi-bois (technique aussi appelée pan-de-bois plein), en bois résineux, souvent de gros diamètre (entre 20 et 55 cm) et dont les extrémités sont taillées en pointe. Les encoches des assemblages étant mal ajustées, des troncs plus petits sont souvent utilisés pour combler les vides entre deux rondins. Les bois restent cependant largement disjoints, permettant une bonne aération du foin. Il est fréquent que les extrémités soient sciées, sans doute à cause du mauvais état des pointes, attaquées par des champignons. Certains rondins portent des marques constituées d'encoches en forme de barres gravées dans le bois, en général au nombre de quatre et dessinant une figure géométrique : marque d'abattage ou de pose ? Les pignons sont en bardage de planches. Les rondins reposent sur un soubassement en moellon de calcaire, en maçonnerie rudimentaire, souvent limité à l'assise du mur pignon aval et du départ des murs gouttereaux, qui ensuite sont directement au contact de la pente. Le bardage du pignon du mur aval est souvent en léger encorbellement par rapport au mur.

Lorsqu'il y en a une, la partie abri est en bardage de planches sur ossature bois ; en effet la construction en madrier est peu propice au percement des ouvertures nécessaires à une habitation (porte, fenêtre), et ne présente aucune isolation.

Les toit sont à longs pans, en tôle ondulée. La charpente de certains exemples visités repose à chaque pignon sur deux arbalétriers croisés (assemblage à mi-bois), et côté aval sur un poteau.

Il est fréquent de trouver un ou plusieurs arbres (hêtre, frêne ou érable) planté à proximité d'un angle ou d'un mur de l'édifice, peut-être pour servir de butée aux rondins.

Les chalets

Les chalets sont isolés et placés au milieu du pré.

Il ne reste qu'un exemple en élévation (chalet de la Pesse, IA74002467), construit en charpente et bardage de planche sur un soubassement de calcaire, avec cave semi-enterrée par la pente et salle de fabrication distincte d'une pièce de vie.

Dénominations ensemble pastoral
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Massif des Bauges
Adresse Commune : Allèves
Lieu-dit : la Figlia, le Perchet, le Fredy, Prés de la Pierre Prés Tounains, le Talot, l' Ajoue, les Censes, Coquerat, Prés des Feux, les Noyards, les Caves, aux Esserts
Cadastre : 1889 A1, A2, A3, A6, A7, A8, A9 ; 2013 A1, A2, A3, A6, A7, A8, A9

Les clairières existent déjà sur la mappe sarde (1732). Elles sont divisées en plusieurs prés, avec seulement trois bâtiment, sur la zone des Mariet.

En 1878 (premier cadastre français), on compte 26 chalets et 30 grangettes. En 2015, 17 chalets et cinq grangettes ont été repérés ou étudiés.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Murs calcaire moellon enduit
bois pan de bois
Toit tôle ondulée, tôle nervurée
Étages rez-de-chaussée, étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé
Couvrements
Couvertures toit à longs pans croupe
toit à longs pans demi-croupe
Statut de la propriété propriété privée
Protections

Annexes

  • Les édifices non repérés des alpages d'Allèves

    Les édifices sont mentionnés dans l'ordre des sections cadastrales.

    Granges du Perchet (A1)

    - 2016 A1 17 (1732 1282 ; 1889 A1 24). Vestiges de grangette en rondin, toit en appentis en tôle ondulée.

    - 2016 A1 50 (1732 1278 ; 1889 A1 43). Plaques de tôle ondulée : vestiges de grangette ?

    L'ancien hameau des Granges du Frédy, composé de quatre parcelles bâties en 1889, n'est plus constitué que d'une cabane-grangette (IA74002466), les autres ayant disparu.

    Prés Tounains/les Granges du Plan de la Roche (1889) (A2)

    De l'ancien hameau des Granges du Plan de la Roche, composé de six parcelles bâties en 1889, il ne reste plus qu'une grangette (IA74002465) ; des constructions nouvelles ont été édifiées, comprenant une chapelle, une habitation (2016 A2 61, partie) et une remise imitant un mazet (non cadastré).

    - Chapelle Notre-Dame de Toute Vie (2016 A1 57). Plan rectangulaire, un vaisseau, en rez-de-chaussée. Murs en rondins sur soubassement maçonné en calcaire ; petites fenêtres ou oculus équipés de verrières colorées. Toit à longs pans en bac acier, clocheton octogonal en charpente, ajouré, surmonté d'une flèche et d'un coq, au-dessus de la porte d'entrée. 1er quart 21e siècle.

    Cloche en bronze à côté de la porte, inscription : ...[OFFE]RT PAR HENRI A SES PETITS ENFANTS 2013 / CLARA - ELOI - VICTORIA / BENEDICTE - PENELOPE. Frise de palmette, frise de laurier, écusson de Savoie, Vierge à l'Enfant.

    Les granges du Talot et de l'Ajoue, cadastrées en 1889 et encore en 2016, n'ont pas été vues lors de l'enquête.

    Les Garennes, les Censes/chalets de la Pesse, Coquerat/chalet Emonet (A3)

    Ces constructions sont postérieures à la mappe sarde. Il s'agit de trois chalets isolés, situés à proximité de points d'eau : la fontaine de la Pesse et la fontaine de Coquerat. Un chalet subsiste (IA74002467), ainsi qu'une grangette reconstruite, non repérée.

    - Fenil, puis cabane. 2016 A3 113 (1889 A3 125, chalet Emonet). Reconstruit dans le 4e quart du 20e siècle sur l'emplacement d'un chalet ? Implantation sur un replat. Murs en charpente et bardage de planches sur soubassement en béton, toit à longs pans en bac acier ; façade sur mur pignon.

    La Figlia (A7)

    - Refuge. 2016 A7 477 (1732 569 ?, 1889 A7 541). Edifié à l'emplacement d'une grangette, sur un replat. Murs en maçonnerie et bardage de planches, toit à longs pans en tôle ondulée. 4e quart 20e siècle.

    Mossuet (A7)

    - Grangette, cabane. 2016 A7 595 (1889 A7 485). Implantée dans la pente : accès haut sur pignon au fenil, accès bas sur gouttereau pour la cabane. Murs en rondin assemblé à mi-bois (pan de bois plein ; pointes sciées, sauf celles du côté qui est maintenant protégé par la partie cabane) ou en maçonnerie et bardage de planches, toit à longs pans en tôle ondulée. L'édifice a été remanié dans le 4e quart 20e siècle.

    - Grangette, cabane. 2016 A7 419, Prés des Feux (sous Mossuet). Implantée sur un replat en limite de la pente. Accès sur gouttereau pour la cabane. Murs en rondin assemblé à mi-bois (pan de bois plein ; pointes sciées ; diamètre maximum relevé : 54 cm ; marque formée par quatre encoches obliques disposées aux quatre angles d'un rectangle) ou en maçonnerie (réfection), toit à longs pans en tôle ondulée. L'édifice a été remanié en 2002 (aménagement en résidence).

    - Grangette. 2016 A7 non cadastré, les Goulias sud. Implantée sur un replat (légère pente). Murs en rondin assemblé à mi-bois (pan de bois plein ; pointes sciées), pignon amont en bardage de planches, toit à longs pans en tôle ondulée. Souche à proximité d'un des angles amont. L'édifice a été agrandi dans le 4e quart 20e siècle.

    Prés des Feux/Aux Esserts/Granges du Mont (A7)

    Sur la mappe sarde, 11 grangettes sont représentées le long du chemin montant du chef-lieu, entre la Figlia et la Cave ; certaines forment des groupes de trois édifices mitoyens ou très proches. En 1889, on compte sept parcelles bâties (plus deux non colorées) le long du chemin, avec le toponyme des Granges du Mont. Il en reste quatre cadastrées en 2016 (plus quatre non colorées), mais seulement deux ont été vues lors de l'enquête.

    La Cave

    Sur la mappe sarde, 5 grangettes sont représentées le long du chemin montant du chef-lieu, juste après le virage.

    - Chalet. 2016 A9 non cadastré (vers 584). Bardage bois, soubassement calcaire, toit à longs pans en bac acier ; limite 20e 21e siècle.

© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Guibaud Caroline - Monnet Thierry