Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Jardin zoologique du parc de la Tête d'Or

Dossier IA69002058 inclus dans Parc de la Tête d'Or réalisé en 2003

Fiche

Á rapprocher de

Appellations du parc de la Tête d'Or
Parties constituantes non étudiées pigeonnier, grotte artificielle, bassin, poulailler, étable
Dénominations jardin zoologique
Aire d'étude et canton Lyon Urgences
Adresse Commune : Lyon 6e
Adresse : place du Général-Leclerc , boulevard des Belges , quai Achille-Lignon , avenue Verguin
Cadastre : 1999 AC 1 (partiellement)

La volière, détruite en 1966 (à vérifier), est exécutée par Jules Lasnier (137 cours Lafayette) en 1858. Le "parc aux moutons" (A 11) figure sur le plan du parc de la Tête d'Or levé par Dignoscyo fils en 1860 : des devis estimatifs datant de 1859 concernent la fourniture de matériaux propres à réaliser trois parcs à moutons (avec 8 rateliers), une canardière et 3 perchoirs pour les paons ; cependant l'essentiel semble résider en la livraison de grillage. Toujours en 1860, l'enclos réservé aux poules, faisans et échassiers occupe le même emplacement qu'aujourd'hui le long de l'allée du Grand Camp avec un bâtiment qui semble correspondre avec l'oisellerie (A 22). Un colombier est déjà représenté le long de l'allée de la Volière (devis estimatif prévoyant un colombier en bois de plusieurs essences posé sur un massif de maçonnerie hydraulique conservé aux archives municipales et datant de 1860) : s'agit-il de l'actuel, désormais situé dans l'enclos des poules ? En 1926, une fauverie est construite à partir des bâtiments d'une ancienne écurie. En mai 1944, le directeur du jardin zoologique demande le remplacement des pavillons-pondoirs. L'architecte Jean Dorel, inspecteur du 6e arrondissement, dresse les plans de l'abri du lama (1949), des écuries pour le cerf et les sangliers (1950), du parc aux zébus, d'une étable pour les chameaux ainsi qu'un avant-projet d'étable pour les antilopes (1953). Les soumissionnaires pour le parc aux zébus sont Joseph Coquaz, directeur de l'Union des Travailleurs de la Pierre et du Marbre, Société ouvrière coopérative de production, entreprise de travaux de bâtiments et marbrerie funéraire (207 avenue Berthelot) pour les travaux de moellonnage en pierre "façon opus incertum", Joseph Fleiton (108 rue Ferdinand-Buisson Lyon 3e) pour la maçonnerie, et Lucien Rantonnet pour la charpente en sapin. Parallèlement, Jean Dorel organise la reconstruction de la grotte des chèvres qui tombe en ruines. Le décorateur-paysagiste Charles Kaltenmeier (14 rue Nicolaï Lyon) est chargé des travaux : l'exécution des faux rochers est réalisée "en granit choisi du Pilat patiné naturellement avec joints ciment rentrés" ; il est prévu une "bordurette en rocaille pour le petit bassin-abreuvoir". En 1954, Jean Dorel dessine des esquisses du jardin zoologique. En 1958, l'architecte Robert Jaine dessine un projet de transformation du jardin zoologique. La réception définitive des travaux de construction de la rotonde des animaux conduits par M. Martel est réalisée le 3 novembre 1966. Le projet de pavillon des girafes conçu par l'architecte Maurice Martel (32 rue de la Rize Lyon 3e) est approuvé en Conseil municipal le 17 juillet 1967. Les adjudicataires sont l'entreprise Brun frères (38-40 avenue Blanqui Villeurbanne) pour la maçonnerie, l'entreprise Lafosse (131-133 avenue Berthelot Lyon 7e) pour la menuiserie et le ferrage, l'entreprise Guttin (11bis rue de la Favorite Lyon) pour la plomberie-zinguerie, l'entreprise Calvo (69 avenue Anatole-France Villeurbanne) pour les carrelages et revêtements, Rubéroïd (17 route de Strasbourg Lyon Saint-Clair) pour l'étanchéïté, M. F. Basset (Thurins, Rhône) pour la serrurerie, Brochet frères et compagnie (90 avenue du Général-Leclerc Caluire) pour la miroiterie et les établissements Gentinini et Berthon (17 rue Saint-Michel Lyon 7e) pour le chauffage. La réception définitive des travaux a lieu le 9 juillet 1969. En 1972, la décision est prise de construire une nouvelle fauverie à l'emplacement du parc aux cerfs qui bénéficie d'un vaste espace ensoleillé. Les travaux dirigés par Maurice Martel sont réalisés par A. Charlet et achevés en 1976. Il est prévu d'y abriter tigres, lions, panthères, panthères noires, jaguar, puma, tigre de Sibérie, etc.

Période(s) Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Principale : 20e siècle
Dates 1858, daté par source
1860
1949
1950
1953
1966
1967
Auteur(s) Auteur : Dorel Jean, architecte, attribution par source
Auteur : Jaine Robert, architecte, attribution par source
Auteur : Martel Maurice, architecte, attribution par source

L'écurie des chèvres (A 11) est un bâtiment d'un étage carré s'élevant sur un plan en croix grecque cantonné de corps en appentis dans les angles. La bauge des sangliers (A 10) et l'écurie des wallaby (A 12) sont de plan carré et en rez-de-chaussée. Dans l'enceinte isolant ces trois bâtiments s'élève une grotte de jardin entourée d'un bassin-abreuvoir destinés aux chèvres et réalisés en granit du Pilat. L'enclos où s'ébattent aujourd'hui les mouflons comprend les écuries autrefois réservées aux grands ruminants : bisons (A 19), buffles (A 20) et watussi (à vérifier) (A 21), toutes trois construites sur le même modèle (en rez-de-chaussée, plan carré, toit en pavillon, baies en plein cintre). L'oisellerie (A 22), le pigeonnier et la maison des grues sont compris dans un même enclos. La maison des grues est traitée comme une fabrique de jardin. La fauverie construite de 1973 à 1976 possède des fondations en béton armé, de murs en élévation en béton coffré, des planchers en béton de gravillon, une terrasse en dalle pleine en béton, des murets composés de rochers de hauteur variable en granit jointoyés au mortier. Le sol des accès réservés au public est revêtu de pierre de Villebois en opus romain avec plinthes de la même pierre.

Toit tuile plate
Plans plan carré régulier
Étages 1 étage carré
Couvertures toit en pavillon
Jardins rocaille de jardin

Un permis de démolir est déposé à la Direction de l'Aménagement urbain de la Ville de Lyon en octobre 2003 afin de détruire 7 bâtiments abritant des animaux (écuries des chèvres, des buffles, des pécaris, des bisons, des watussi, bauge des sangliers, oisellerie) en vue de la réalisation de la plaine africaine. L'écurie des girafes fera l'objet d'un permis de démolir ultérieurement. Le pigeonnier et la "maison des grues" seront conservés mais déplacés.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables pigeonnier, fabrique de jardin, étable

Références documentaires

Documents d'archives
  • Arch. mun. Lyon. 485 WP 13. Ferme du parc. Devis estimatif pour la fourniture d'un colombier et d'une table couverte annexe à exécuter dans le Parc de la Tête d'Or, 5 novembre 1861

  • Arch. mun. Lyon. 967 WP 37. Etable à zébus et petits ruminants : soumissions ; devis estimatif pour la reconstruction de la grotte des chèvres par Jean Dorel ; construction d'une étable de chameaux : soumission du charpentier, 1952, 1953

  • Arch. mun. Lyon. 849 WP 2. Pavillon des girafes : soumissions, 1968

  • Arch. mun. Lyon. 426 WP 136. Parc de la Tête d'Or, construction d'une nouvelle fauverie : devis descriptif et estimatif sommaire par M. Martel, Lettre du directeur du jardin zoologique J.P. Deschanel au préfet du Rhône, PV de réception définitive des travaux, 1973, 1974, 1976

Documents figurés
  • Plan colorié du parc de la Tête d'Or, service municipal de la Ville de Lyon, levé et gravé d'après les ordres de M. Bonnet ingénieur en chef de la Ville de Lyon par de Dignoscyo fils, en 1860 / Dignoscyo fils. 1860. (A.C. Lyon : 1612 WP 243)

    AC Lyon : 1612 WP 243
  • Dossier de plans, par l'architecte Jean Dorel, inspecteur du 6e arrondissement, 1949, 1950, 1953. Jardin zoologique, parc de la Tête d'Or : abri du lama, détail des pierres ; écurie pour le cerf et les sangliers ; parc aux zébus : étable des chameaux, avant-projet d'étable pour les antilopes. (Arch. mun. Lyon : 1612 WP 243)

  • Dossier de plans, par l'architecte Jean Dorel, inspecteur du 6e arrondissement, 1954. Jardin zoologique, parc de la Tête d'Or : première et deuxième esquisses. Calques. (Arch. mun. Lyon : 1612 WP 243)

  • Dossier de plans, par l'architecte Robert Jaine, 1958. Projet de transformation du jardin zoologique : perspective, esquisse n°3. (Arch. mun. Lyon : 421 WP 27)

  • Dossier de plans, par l'architecte Maurice Martel, 1967. Pavillon des girafes : plan masse, plans, coupes, élévations. (Arch. mun. Lyon : 423 WP 71)

  • Dossier de plans, par l'architecte Maurice Martel, 1967-1968. Pavillon des girafes : agrandissement éventuel, tracé des fossés avec l'aire d'évolution. (Arch. mun. Lyon : 849 WP 2)

  • Dossier de plans, par les architectes Maurice Martel et A. Charlet, 1964, 1972-1973. Construction d'une nouvelle fauverie : plan-coupes-façades, plan d'ensemble, sous-sol, rez-de-chaussée, coupes A-B et C-D, élévations-coupes tigre de Sibérie, coupe-perspective. (Arch. mun. Lyon : 426 WP 136)

Bibliographie
  • Accès Internet : <URL : http://www.capcite.com/shtml/articles/article-2768.shtml>

Périodiques
  • PLI CAUE (bulletin d'information architectural et du cadre de vie). SUPP'6 (supplément PLI), juin 1992, supplément n° 6. Lyon : Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnment du Rhône (CAUE)

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Belle Véronique