Logo ={0} - Retour à l'accueil

Immeuble dit résidence Douchka

Dossier IA74000805 inclus dans Secteur urbain concerté : quartier de la Falaise réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationsrésidence Douchka
Parties constituantes non étudiéesboutique
Dénominationsimmeuble
Aire d'étude et cantonAvoriaz - Biot (le)
AdresseCommune : Morzine
Lieu-dit : la Falaise
Adresse : rue du
Douchka
Cadastre : 2006 N1 57

L'immeuble le Douchka (lot 1005, superficie de 2469 m2) appartient à la composition d'ensemble du quartier de la Falaise dont la première tranche est étudiée entre 1985 et 1988. Le programme de résidence de tourisme est mis en oeuvre par Avoriaz Développement (filiale de Pierre et Vacances). Le projet est étudié en 1987 par Jean-Jacques Orzoni. Jacques Labro, qui vient de composer le "caillebotis bois" de la façade amont de l'immeuble le Tilia et de modeler le Saskia, se joint à lui pour travailler sur la silhouette du projet (le couronnement de la toiture et le traitement de la façade arrière). La résidence comprend 148 logements (5566 m2 de surface hors nette), répartis en 57 studios, 77 deux pièces et 14 trois pièces. Le permis de construire est accordé en mai 1987. Le projet est légèrement modifié en mars 1988 notamment dans le dessin du "caillebotis bois" de la paroi arrière et dans la répartition des logements. Le chantier se déroule sur deux saisons (1987 et 1988) et la résidence ouvre pour la saison 1988-1989. La volumétrie du bâtiment découle de sa situation à la fois en bordure de l'esplanade du quartier de la Falaise et en limite de l'entrée automobile de la station. Cette situation topographique est mise en valeur par le choix d'une forte volumétrie, traitée comme un signal différent sur les quatre faces : composition des galeries et des parois en bois sur l'entrée de la station proposant une "façade animée", effacement du pignon de l'immeuble côté est pour mieux ouvrir la place de la Falaise, hauteur élevée sur le pignon ouest créant un espace resserré, une ambiance un peu "secrète", pour l'entrée des piétons, et déploiement de la façade principale sur l'esplanade centrale.

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1987, daté par source
Auteur(s)Auteur : Orzoni Jean-Jacques architecte urbaniste attribution par source
Personnalité : Brémond Gérard commanditaire
Personnalité : Pierre et Vacances commanditaire

L'immeuble le Douchka participe à la fois à la composition circulaire de l'esplanade du quartier de la Falaise au sud et à l'animation de l'entrée publique de la station au nord. Le projet est composé de quatre corps de bâtiments qui dessinent un plan rayonnant et sinueux ouvert au sud et calé au nord contre une butte naturelle. Celle-ci atténue la hauteur de la partie arrière de l'immeuble traitée comme une façade ouverte sur l'entrée automobile de la station, tout en formant un parvis arboré qui fait protection vis-à-vis de la circulation publique importante. Le plan sinueux accompagne à l'arrière l'entrée passante de la station et à l'aval la protection du coeur animé du quartier de la Falaise. Le bâtiment comprend 26 travées réparties en quatre corps de bâtiments avec travées parallèles (3,10 m de portée), séparés chacun de deux travées en éventail (angle de 10°) et terminés aux deux pignons par deux travées en éventail (angle de 20°). L'ensemble détermine le tracé sinueux. L'immeuble est traité en pyramide, avec 4 niveaux sur le pignon ouest, 9 niveaux en partie centrale et 2 sur le pignon est. L'entrée unique sur la place est reliée à trois ascenseurs et une cage d'escalier, tous deux traités hors-oeuvre sur la façade nord. Ils desservent à chaque niveau les galeries ouvertes, placées au nord. Trois escaliers complémentaires, traités également hors-oeuvre, sont placés à chaque articulation de corps de bâtiment. La protection de ces circulations compose la façade arrière, traitée comme une "seconde façade". Elle est constituée d'une paroi de bois en "caillebotis bois", animée par le traitement varié des garde-corps et des bardages tous disposés selon des motifs multiples (bois verticaux, horizontaux ou inclinés ; bardages continus, ajourés ; parois planes et arrondies). Les appartements sont tous de plain-pied avec la galerie, répartis en trois types, soit studios, soit deux pièces, soit trois pièces (travées en éventail, placées en pignon), tous orientés au sud. Les appartements sont en duplex dans tous les niveaux supérieurs de chaque travée, formant des « appartements chalets » qui coiffent l'immeuble. Chaque logement est prolongé par un balcon polygonal en saillie sur la façade, associé deux par deux, avec un garde-corps fait d'une murette en béton surmontée d'une planche de bois. La façade sur l'esplanade est composée selon trois registres superposés. Le niveau de rez-de-chaussée est occupé en totalité par des commerces ouverts sur l'esplanade, protégés par une marquise suspendue et animée par des toitures répétitives. La silhouette pyramidale de l'édifice est soulignée par la continuité de la toiture porte neige alternant en rive soit un débord prononcé protégeant les terrasses, soit une "façade toiture" couvrant les derniers niveaux. La linéarité des parties courantes, entre deux et six niveaux, est brisée par une alternance des terrasses polygonales et des parois couvertes de tuiles de bois.

Mursessentage de bardeaux
essentage de planches
enduit
béton armé
Toitbois en couverture
Étagessous-sol, rez-de-chaussée, 8 étages carrés
Couverturestoit à un pan
toit à deux pans
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
escalier hors-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
Autres organes de circulationsascenseur
Typologiesimmeuble parallèle à la pente en pyramide, circulation latérale
Statut de la propriétépropriété privée
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ecole d'architecture de Grenoble © Ecole d'architecture de Grenoble - Lyon-Caen Jean-François - Salomon-Pelen Catherine