Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Forge (à cuivre) puis Moulin à Tabac et Battoir à Tan Ailloud

Dossier IA74001049 inclus dans Paysage du bassin-versant du Fier réalisé en 2011

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées maison
Dénominations forge
Aire d'étude et canton Pays de Savoie - Faverges
Hydrographies Ruisseau de Montmin le), Lac d'Annecy
Adresse Commune : Faverges
Lieu-dit : Faverges
Adresse : 409 route de La Fontaine
Cadastre : 0D 3 13, 4894, 2428, 2426, 4895, 2425, 2424, 2423, 2422

La ville de Faverges s´est défendue très tôt contre la montée des eaux du torrent du Saint-Ruph en développant plusieurs digues. C´est à partir de 1732 après la destruction d´une grande partie de la ville par ce torrent, que les autorités locales décident de construire deux digues de protection. Ces murs permettent de diriger plus facilement le débit de la source la Fontaine. Par tradition, cette rivière artificielle est créée par l´homme au XIII ème siècle, au lieu de se jeter dans le torrent du Saint-Ruph, ce ruisseau est contourné et se dirige vers le nord. Cette disposition permet à de nombreux artisans de prospérer. Ainsi, au nord de la rue Centrale de Faverges, un "rebattoir" à cuivre avec sa forge est mentionné depuis 1661. Cette forge se trouvant près de l´église appartient aux frères Maurice et Jean Emin. Maurice rachète la part de son frère en 1689 qui sera revendue par ses deux fils en 1712 à Gaspard fils de Claude Ducruet. Tombé en ruine, le site passe aux mains d´un nouveau propriétaire, Patrice Arpin refait les chenaux dans le ruisseau Fontaine pour la remise en service d´une roue et du rebattoir. Il loue l´atelier à Claude Portier. En 1806, Alexis Jacoud rachète la maison pour y faire mouliner le tabac avant de céder la propriété au tanneur Philibert Ailloud en 1813. Déjà propriétaire d´une tannerie aux portes nord de la ville de Faverges, M. Ailloud établi en ces lieux une annexe de ce site de production. Il y installe un battoir à piler les écorses pour fabriquer le tan et fouler les cuirs et les peaux dans un tambour. L´activité s´amplifie et la famille rachète un second édifice en face de ce premier pour y s´installer un second battoir. Au XIXème siècle, les eaux de la source Fontaine sont conduites sous terre jusqu´à une grille métallique. C´est immédiatement au dessus de cette grille qu´est placée l´origine de la conduite souterraine qui aliment les fontaines de la ville et qui a été établie en vertu d´un arrêté du 12 germinal an 12. Il existe sur le cours d´eau formée par la Fontaine de Faverges six usines mises en mouvement par les eaux de ce ruisseau et qui sont les suivantes. En 1863, l´usine de la rue centrale constitue le troisième atelier d´une longue chaîne d´artifices qui captent les eaux du ruisseau Fontaine. Le site comporte un battoir à écorces appartenant à MM. Ailloud Claude et François. Cette usine est située dans la rue Centrale à 40 mètres au dessous des l´usine du Haut-Bourg ou Moulin Sainte-Catherine ; elle est mise en mouvement par une roue de cinq mètres de diamètre, qui étant extérieure aux bâtiments et entièrement à découvert et peut occasionner des accidents. A partir de 1872, François assure seul la gérance du site jusqu´en 1896. Malgré la fin de l´activité, la roue persiste en façade. Après les travaux d'alignement de la rue Centrale en 1924, les murs ne comportent plus d´artifices.

Période(s) Principale : 1er quart 15e siècle
Secondaire : 1er quart 15e siècle

Située au pied de la butte du château de Faverges, la ville historique dessine un arc qui suit les courbes de la colline de l´ancienne forteresse. Le plan de la ville forme une amende entourée suivant un axe sud-ouest, nord est par deux axes secondaires : la rue Victor Hugo (suivant l´axe des anciennes fortifications), la rue Nicolas Blanc (suivant la courbe de la butte du château) et traversé par un canal qui suit le tracé de la grande route intérieure : la route Simon Tissot. En partie à ciel ouvert ou enterré, ce bief de dérivation alimenté par les eaux de la source Fontaine est déjà passé par les deux micro-centrales de la Curiale et par la chute de l´usine Staübli situé avant les portes sud de la ville avant d´arriver devant l´ancienne maison du battoir à tan. Essentiellement composé de parcelle en lanière qui s´orientent perpendiculairement à la chaussée, le tissu urbain de Faverges se caractérise par une succession d´édifice accolés les uns aux autres comportant de petites façades antérieurs côté route et s´étirant sur toute la longueur de chaque parcelle. Ces édifices forment un front bâtis régulier depuis les différents travaux d´alignements menés par la municipalité au début du XXème siècle. Aussi le lavoir, les bâtiments se trouvant en aval de l´église de Faverges, ainsi que les artifices du battoir Ailloud ont disparu mais les maisons attenantes restent visibles. Essentiellement composées de deux façades antérieures côtés route, les anciennes tanneries disposent d´un sous-sol, un rez-de-chaussée et d´un ou deux étage selon le bâtiment. Les deux façades contiguë à la route principale comportent plusieurs travées qui s´inscrivent dans les jeux de rythmes des autres bâtiments de la villes. La façade antérieure du bâtiment nord dispose d´un corps avancée à l´emplacement de l´ancienne chute, le tout surmonté par une baie avec des encadrements à meneaux.

Murs pierre
bois
enduit
Plans plan régulier, plan régulier en L
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à deux pans
Énergies énergie hydraulique
États conservations remanié

Au regard du PLU de Faverges, ce site se trouve en zone Uaar à forte densité urbaine aux franges du centre historique dans l'ancien quartier des Fabriques qui connait une forte croissance urbaine depuis le début des années 2000.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine à Faverges, plan général des usines. 1865.

  • AD Haute Savoie : 6 S77, Reglement d'eau des usines et prises d'eau sur le ruisseau de la Fontaine à Faverges, réglement des tanneries de MM. Neyret et Ailloud. 1865

  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine à Faverges, l´usine dite de la Rue Centrale de M. Ailloud. 1865.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Maintien d´une prise d´eau dans le ruisseau de la Fontaine pour servir à l´arrosage des rues de la ville pour la commune. 1873.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 77, Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine à Faverges, deux prises d´eau établies à l´amont de l´usine de Thoveix fournissant les eaux nécessaires aux propriétés de MM. Desrippes, Neyret, Ailloud. 1865

Documents figurés
  • Cadastre 2011, Conseil général de la Haute-Savoie/ Direction des Affaires Culturelles/ SIG/ BDORTHO® - BDCARTO® - © IGN - copie et reproduction interditesPlan

    CAH Haute-Savoie
Bibliographie
  • PAJANI Bernard, Faverges et ses environs : un moment de son histoire, 1906, un aspect de sa vie par les cartes postales. Faverges : Pajani, 1982, 166 p.

  • QUELLET Marie-Jeanne, Les formes du terrain et l´hydrographie dans le couloir de Faverges. Lyon : Mémoire de maîtrise, Université Lyon 3, 1975, 126 f.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir