Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme et maison du garde des étangs du Roi

Dossier IA42003001 inclus dans Étangs du Roi (Grand Marais, Petit Marais, étang de Loibe), dits étangs d'Uzore réalisé en 2006

Fiche

Parties constituantes non étudiéeslogement, puits
Dénominationsferme, maison
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Saint-Paul-d'Uzore
Lieu-dit : Etang du Roi
Cadastre : 1809 A 33 ; 1986 A1 10

La ferme actuelle correspond pour partie à l'emprise d'une parcelle bâtie en 1809, inscrite comme "maison" dans la matrice cadastrale de 1812, mais annotée comme "loge" sur le plan de 1809, et située entre les étangs du Grand Marais et de Loibe, ou étangs du Roi (voir IA42003000). Il s'agit en effet certainement de la maison du gardien des étangs, traditionnellement appelée loge. Elle appartient à cette époque à la même indivision que les étangs du Roi (Boudot oncle et neveu, Chavanon et Vazeilles), puis suit le sort du domaine voisin des Bichets ("tènement de petit bâtiment d´habitation et jardin dit Chez le Garde" mentionné dans la vente Boudot-Rousset, 1898 ; voir IA42003004). Le bâtiment le plus ancien, aménagé en ferme, peut dater du début du 19e siècle ; un logis a peut-être été aménagé dans sa partie ouest, et le logis en retour au sud-ouest a été transformé en logement pour chasseurs. Le bâtiment a été agrandi à l'est d'un logement supplémentaire (20e siècle). Enfin, un logement isolé a été aménagé spécifiquement pour le gardien des étangs, sans doute lors de la création de la SCI des Étangs du Roi, en 1931.

Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle

Ferme à dépendances en retour d'équerre, puis à juxtaposition (?), à cour ouverte. Logement des chasseurs : quatre travées, un étage ; logis de la ferme : deux travées, à un étage (non visités). Etable puis grange-remise dans le prolongement du logis. Logement à l'extrémité (deux travées, un étage). Logement isolé : remise au rez-de-chaussée, habitation à l'étage (accès par escalier extérieur en maçonnerie). Les murs sont en pisé enduit, les encadrements en granite et en bois (grange-étable), en brique (logement isolé) ou en ciment. Les toits sont à longs pans en tuile creuse et tuile plate mécanique (logement isolé). Puits à côté du logement isolé.

Murspisé
Toittuile creuse, tuile plate mécanique
Étages1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
croupe
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. Privées, les Bichets, Saint-Paul-d'Uzore. 2 novembre 1898. Vente Boudot-Rousset [vente du domaine des Bichets]. Acte reçu Avril, notaire à Boën. Claude Henri Ferdinand Boudot, et son épouse Louise Valentine Duchamp, demeurant à Lyon ; vendent à Antoine Rousset, propriétaire et négociant demeurant à Sail-sous-Couzan, la propriété rurale du domaine des Bichets : 50 ha environs (sur les communes de Saint-Paul-d´Uzore, Mornand et Montverdun), avec : - un vaste tènement de bâtiments de ferme pour habitation et exploitation, bâtiments de maître, cour, deux jardins clos de murs (68 ares ; parcelles A 47, 48 et 33) - des terres, prés et pâtures (le Rompey, sous le Rompey, sur les Bichets, sous la Brosse, sous la Route), un bois au Montd´Uzore, - un tènement de petit bâtiment d´habitation et jardin, dit Chez le Garde. La propriété appartenait à Claude Benoît Boudot, son père, vice-président honoraire du tribunal civil de Montbrison, mort en 1875 ; elle a été partagée entre les héritiers indivis après un rapport d´expertise déposé au greffe du tribunal civil de Montbrison le 11 avril 1877 (le domaine des Bichets échoit alors à Claude Henri Ferdinand).

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry