Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Établissement de bienfaisance Providence Sainte-Elisabeth actuellement foyer ALGED La Providence

Dossier IA69004355 réalisé en 2009

Fiche

Appellations Providence Sainte-Elisabeth, foyer ALGED La Providence
Parties constituantes non étudiées chapelle, cour, jardin, maison
Dénominations établissement de bienfaisance
Aire d'étude et canton Lyon Urgences
Adresse Commune : Lyon 9e
Adresse : 14 rue de la Claire , rue du 24-Mars-1852
Cadastre : 1999 AY 16

Adélaïde Perrin (1789-1838) fonde en 1819 l'hospice des jeunes filles incurables d'Ainay. L'hospice est pris en charge par la communauté des soeurs de Saint-Joseph. Le nombre croissant d'admissions oblige l'institution à s'agrandir. En novembre 1844, 18 jeunes filles parmi les plus valides sont installées à Vaise rue Mouillard dans une maison prêtée par le notaire Coste. Elles sont en mesure de travailler, ce qui permet à cette antenne d'être autonome : en 1845, la séparation administrative avec la maison mère est entérinée : le nouveau pensionnat prend le nom de Providence des infirmes de Sainte-Elisabeth. La collaboration avec la manufacture d'aiguilles Neuss se passant de mieux en mieux, le pensionnat accueille de plus en plus de jeunes filles voire de fillettes : il est agrandi au 14 rue de la Claire et jouxte la manufacture ; la première assemblée générale se tient en 1852 : il faut aménager la maison, installer un lavoir et ériger une chapelle. En 1862, une société civile est créée. L'entreprise Teste (maison des Aiguilles) et la chocolaterie B. fournissent du travail aux pensionnaires. En mai 1944, le quartier est bombardé par les Alliés. A la Providence, seules la chapelle et la statue Saint Joseph ont été épargnées. Les résidentes sont hébergées le temps des travaux de reconstruction par les soeurs Saint-Joseph de la rue des Chartreux jusqu'en 1951. En 1972, la société civile est transformée en association loi 1901, qui rejoint l'ALGED (Association lyonnaise de Gestion d'Etablissements pour personnes Déficientes) en 1994. En 1982, un CAT (Centre d'Aide par le Travail) remplace les ateliers : il est construit en fond de parcelle ; on y fabrique des briquets, des étiquettes et on y fait de la reliure ; le percement de la rue du 24-mars-1852 (2003-2006) en provoquera la démolition. Les dernières religieuses quittent la Providence en 1995.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : milieu 20e siècle
Dates 1852, daté par travaux historiques
États conservations bon état

Permis de construire déposé à la Direction de l'Aménagement urbain de la Ville de Lyon en novembre 2008 : restructuration lourde de la parcelle comme suite au percement de la rue du 24-Mars-1852 et réhabilitation des bâtiments existants avec quelques modifications importantes liées à la fonction de l'établissement d'hébergement collectif.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • SWIATLY, Fabienne. Des miettes de chocolat dans le lait. Instants de vie de la Providence Sainte-Elisabeth. Lyon : ALGED Foyers de la Providence, [vers 2000].

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Belle Véronique - Bourdiol Camille