Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ensemble religieux : cité paroissiale Notre-Dame de Lourdes dite Sainte-Marie de la Guillotière, actuellement groupe scolaire Chevreul - Jeanne de Lestonnac

Dossier IA69005288 inclus dans Boulevard des Hirondelles, actuellement des Tchécoslovaques réalisé en 2004

Fiche

Œuvres contenues

Voir

Historique

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la paroisse Notre-Dame Saint-Louis de la Guillotière regroupait plus de 40 000 habitants, et dès les années Trente l´idée de créer une nouvelle paroisse avait percé. Cependant ce n´est que le 30 mai 1952 que le cardinal Gerlier prit une ordonnance érigeant la nouvelle paroisse de Sainte-Marie de la Guillotière, avec pour limites au nord l´axe de la rue du Pensionnat, à l´ouest l´axe de la rue Garibaldi jusqu´à la rue Chevreul, au sud une ligne reliant la rue Chevreul à l´angle des rues de la Solidarité et de l´Espérance, au-delà du chemin de fer, et à l´est de cet angle de rue jusqu´à l´angle du cours Albert-Thomas et de la rue Rossan, puis par le chemin Maximin, la rue Paul Sisley, la rue du Dauphiné, et par une ligne droite en travers du fort Montluc jusqu´à l´angle de la rue du Pensionnat et du boulevard Vivier-Merle (cf. plan 3). La paroisse est alors confiée à l´abbé Robert de Pazanan.

Durant les premières années, le culte fut célébré dans divers locaux provisoires (salle François-Coppée, puis chapelle des Petites Soeurs de l'Assomption, rue Nicolaï), et l´abbé de Pazanan s´activa à trouver le terrain nécessaire à l´établissement de l´église et les crédits nécessaires à sa construction (Annexes 1).

Grâce à un don d´un million de francs du Vatican, l´association diocésaine put faire l´acquisition, en mars 1955, d´un terrain, situé sensiblement au centre de la paroisse, au nord de la voie de chemin de fer, en bordure du boulevard des Tchécoslovaques. L´architecte Joseph Bacconnier, ami d´enfance de l´abbé de Pazanan, se charge gracieusement, en 1956, de dresser les plans de la cité paroissiale.

La première pierre de l´édifice est posée le 4 mai 1958 par Mgr Marella, nonce apostolique à Paris. Le permis de construire déposé le 29 septembre 1958 reçoit un avis favorable le 18 novembre. Le conseil municipal de Lyon garantit, en 1959, auprès de la Caisse des dépôts et consignations, un emprunt de 100 millions sollicité par le diocèse. L´église est inaugurée le 20 décembre 1959 et le presbytère et les locaux annexes deux ans plus tard. Pourtant l´église ne sera consacrée que le 10 février 1966.

Les travaux de maçonnerie sont réalisés par l´entreprise Pitance, l´électricité par Roiret, le carrelage du sol par l´entreprise Gerplex, les boiseries et les meubles (cf. sous-dossier) sont l´oeuvre de l´école Lamâche ; la croix de clocher, en bronze, mise en place le 24 octobre 1959, est due à E. Piguet. Enfin les vitraux (cf. sous-dossier) ont été réalisés par M. et Mme Paulin-Besson.

Faute de crédit, les enduits ne sont par réalisés et les bâtiments resteront en béton brut jusqu´à leur réalisation par l´architecte Paul Bacconnier fils en 1997. L´escalier intérieur du clocher ne sera pas construit et aucune cloche n´y sera jamais installée. La croix du clocher a été déposée après 1974 et a disparu.

La paroisse est désormais regroupée, avec les trois autres anciennes paroisses de la Guillotière, dans l´ensemble paroissial de la Guillotière. L´église va fermer fin décembre 2005 et le diocèse a mis en vente la cité paroissiale.

Description

Situation et composition d´ensemble

La cité paroissiale est construite à l´angle du boulevard des Tchécoslovaques et de la rue Jules-Brunard, sur une parcelle de forme rectangulaire allongée, ses façades principales orientées à l´est (des. 1). L´église est au centre, avec le clocher détaché au nord-est. Les bâtiments principaux de la cité paroissiale (presbytère et salles de catéchisme) sont construits à l´ouest, selon un plan en L autour d´un espace ouvert, sur deux niveaux : un jardin le long du boulevard (fig. 30), et à l´ouest une cour en contrebas, accessible par une rampe passant sous le clocher. L´église est flanquée au sud d´un parking arboré de 32 places, fermé par une salle de réunion à l´ouest (des. 2). L´ensemble est clos d´une grille le long de la voirie.

Les distributions entre le presbytère et l´église se font par des galeries couvertes (fig. 25 à 27).

Matériaux et couvertures

L´ensemble est construit en béton de gravier ou mâchefer et ciment, revêtu d´un enduit. L´intérieur du clocher est resté en béton brut (fig. 31).

A l´exception de la nef couverte d´un toit en très légère pente, à charpente métallique, l´ensemble des bâtiments est couvert d´un toit terrasse. Un lanterneau ponctue le toit de la chapelle des fonts baptismaux, au nord.

L´église

L´église, de plan massé, joue sur les volumes : l´entrée et la nef forment un parallélépipède plus élevé, flanqué à droite des deux corps de la chapelle des fonts baptismaux et de la chapelle de semaine (fig. 15, 16), à gauche d´un bas-côté (fig. 18, 20) et à l´arrière d´un corps moins élevé abritant chapelle de la Vierge, choeur et sacristie (fig. 21, 27). La sacristie est surmontée du logement du gardien ouvrant par une loggia au nord.

La façade principale, à l´est, est précédée d´un auvent porté par deux piliers. Les élévations latérales de la nef sont aveugles, celles des bas-côtés et des chapelles sont en claustra accueillant les vitraux (cf. sous-dossier).

L´entrée dans l´église se fait soit par les portes principales sous l´auvent, soit par une entrée latérale accessible par une galerie ouvrant sur le boulevard des Tchécoslovaques (fig. 15).

La nef est précédée d´un vestibule fermé, dont la cloison séparative accueille les confessionnaux (cf. sous-dossier) et les deux portes des escaliers en équerre conduisant à la tribune supportant l´orgue (fig. 34).

La nef se termine à l´ouest par un chevet plat, recouvert d´un rideau rouge (fig. 33). A l´arrière se trouvent des pièces de rangement et la sacristie des enfants de choeur. La nef est éclairée à l´avant et à l´arrière par une rangée de petites baies oblongues (fig. 14 et 33).

Le bas-côté gauche, délimité par des piliers (fig. 34, 36), est fermé à l´avant par la chapelle mortuaire (fig. 37) et ouvre à l´arrière sur la chapelle de la Vierge (fig. 33, 35).

A droite, la nef ouvre, à l´avant, sur la chapelle des fonts baptismaux (fig. 40), au centre sur la chapelle de semaine (fig. 38) dont elle est séparée par un système de rideaux coulissants, et à l´arrière sur la sacristie (fig. 39) qui conserve l´ensemble de son mobilier (penderie, placards, chasublier).

Le clocher

Le clocher détaché, de plan carré, s´élève au nord-est de l´église. Le premier niveau forme passage couvert permettant l´accès des voitures à la cour en contrebas (fig. 15, 29). Le sommet du clocher est percé d´abat-sons. Les ouvertures en quinconce des façades ouest et est ont été occultées. Un escalier extérieur droit, construit contre la façade nord, donne accès au 1er étage (fig. 30, 31). Une trappe dans le plafond permet d´accéder aux niveaux supérieurs ; l´escalier intérieur n´a jamais été construit, remplacé par une simple échelle (fig. 32).

Le presbytère et les salles paroissiales

Le presbytère, sur trois niveaux, est construit en alignement sur le boulevard des Tchécoslovaques (fig. 12, 13, 14). Il comporte des logements à chaque étage. Il est desservi par un escalier tournant à retour avec jour ouvrant sur le boulevard et éclairé par une claustra, et par un second escalier semblable ouvrant sur la galerie intérieure et éclairé par des jours dessinant une croix (fig. 23). Ce bâtiment communique aux 1er et 2e étages avec le bâtiment paroissial qui le prolonge à l´ouest.

Les bâtiments paroissiaux sont disposés en équerre autour de la cour en contrebas. Ils sont construits sur pilotis et un escalier isolé droit conduit à la cour et à l´entrée principale de ces bâtiments située dans l´angle sud-ouest de la cour (fig. 25, 26, 27). Les façades sur cour sont complètement ajourées par de grandes baies oblongues. Un escalier tournant à 3 volées distribuent les étages. La distribution intérieure de ces deux corps de bâtiment est très simple : un couloir construit le long de l´élévation postérieure aveugle distribue les salles de catéchisme et de réunion ouvertes en façade.

Une petite salle de réunion en rez-de-chaussée est construite à l´ouest du parking sud.

Une nouvelle affectation : le groupe scolaire Chevreul-Jeanne de Lestonnac

Après d'importants travaux qui ont profondément modifié la structure des bâtiments tout en préservant certaines parties, le groupe scolaire a ouvert ses portes en 2009.

Renaud Chassagne, architecte chez CRB Architectes (quai Rambaud, Lyon 2ème arrondissement), s´est vu confier la mission de créer ce nouvel établissement, avec une contrainte : le respect de l´extérieur des bâtiments existants et la préservation de l´église.

A l´intérieur, un plancher a été construit, mais tous les vitraux ont été préservés et sont visibles à l´intérieur comme à l´extérieur. D´autres éléments ont été conservés : le chemin de croix, la chapelle baptismale, les plaques commémoratives, et même un tronc dans le hall d´entrée.

Dans l´ancienne église se trouvent les parties communes de l´établissement : l´accueil, l´administration, le restaurant scolaire, un oratoire dans l´ancienne chapelle baptismale ; à l´étage, une salle de permanence, des salles de catéchèse, le Centre de Documentation et d´Informations (CDI), et une grande salle d´événements qui, dorénavant, s´appellera « Salle Robert de Pazanan ». Cet ensemble constituant, comme l´explique Renaud Chassagne, la tête de l´établissement, les autres parties étant les bras.

Les anciens locaux paroissiaux, au total 10 salles d´environ 43 m² chacune, ont été réhabilités et accueillent dorénavant les élèves du collège. L´ancien presbytère également rénové abrite une petite école maternelle et primaire. A noter : grâce à deux ascenseurs, l´ensemble de l´établissement est complètement accessible aux handicapés.

Sur l´ancien parking de l´église, à l´angle de la rue Jules Brunard et du boulevard des Tchécoslovaques, un bâtiment de quatre étages accueille le lycée général et technologique et le lycée professionnel : une grande salle de permanence, des bureaux, des salles informatiques, une quinzaine de salles de classe.

Au final, l´établissement comporte environ 5600 m² de surfaces bâties.

Note de synthèse

La cité paroissiale Sainte-Marie de la Guillotière est tout à fait caractéristique de la politique de construction conduite par l´Eglise au milieu du XXe siècle dans les zones nouvellement urbanisées : programme ambitieux comprenant une vaste église et des locaux paroissiaux avec logement du curé et de ses vicaires, et vastes salles de catéchisme et de réunion. L´ensemble est construit en béton, couvert en toit terrasse ; l´église est de plan rectangulaire, à chevet plat ; le clocher, de plan carré, est détaché et oppose sa verticalité à l´horizontalité de l´église et des bâtiments annexes.

Mais la cité Sainte-Marie affiche son originalité par le jeu de décrochement entre les divers corps de bâtiment. L´architecte joue de la différence de niveaux avec les constructions sur pilotis, les passerelles, les décrochements en plan et en hauteur : nef et sacristie sur deux niveaux, chapelle mortuaire, bas-côté sud et chapelle de semaine sur un niveau, baptistère surmonté d´un lanterneau. Les décrochements jouent également à l´intérieur de l´église : tribune, choeur et bas-côtés.

Les vitraux (cf. sous-dossier) occupent une place importante dans la conception de l´édifice, formant de véritables murs de lumière au nord et au sud, ainsi qu´en façade de la chapelle des fonts baptismaux.

Le mobilier est complètement intégré : meubles de sacristie et confessionnaux (cf. sous-dossier) en placage de chêne, réalisés par les élèves de l´école Lamache. L´autel est constitué d´un bloc de granit brut surmonté d´une table de granit poli.

Vocables Notre-Dame de Lourdes
Appellations Sainte-Marie de la Guillotière
Parties constituantes non étudiées église, presbytère, salle paroissiale, jardin, parc de stationnement
Dénominations ensemble religieux, groupe scolaire
Aire d'étude et canton Lyon Guillotière
Adresse Commune : Lyon 7e
Lieu-dit : la Guillotière
Adresse : 2-4 boulevard des Tchécoslovaques
Cadastre : 1999 AI 35

Cité paroissiale construite en 1958-1959 sur les plans de l'architecte Joseph Bacconnier par l'entreprise Pitance, l'abbé Robert de Pazanan étant curé de la paroisse. Les enduits sont réalisés en 1997 par l'architecte Paul Bacconnier. L'église va fermer le 31 décembre 2005. Restructuration et agrandissement en 2008-2009. Maîtres d'ouvrage : association Jeanne de Lestonnac, 33 rue du Palais Gallien, 33000 Bordeaux et OGEC, 132 rue Vendôme Lyon 6e ; maître d'oeuvre : CRB Architectes, 4 rue Victor-Lagrange Lyon 7e.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1958, daté par source, porte la date
2009
Auteur(s) Auteur : Bacconnier Joseph,
Joseph Bacconnier

Joseph Bacconnier (1910-1982) a été l´élève de Michel Roux-Spitz. Il travaille chez Tony Garnier et participe à la construction de l´hôpital Edouard-Herriot, avant de se mettre rapidement à son compte, 7 avenue Adolphe-Max. Membre de la commission d´art sacré, il réalise également l´église Saint-Luc (Lyon 5e) en 1964-1966. Il construit de très nombreux immeubles d´habitation à Lyon et dans le Rhône, ainsi que des fromageries (Montcet), des beurreries (Neuville-les-Dames, Louhans) ou des coopératives fruitières (Ampuis).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Pitance, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Bacconnier Paul, architecte, attribution par source
Auteur : CRB Architectes, maître d'oeuvre, attribution par source
Personnalité : Pazanan abbé Robert de, commanditaire
Auteur : Piguet Edmond, ferronnier

Cité paroissiale construite de part et d'autre de l'église paroissiale : au nord presbytère et salles paroissiales s'organisent, sur deux étages, autour d'une cour en contrebas ; au sud, un parking entouré d'une grille est fermé à l'ouest par un bâtiment en rez-de-chaussée. Le clocher, détaché au nord de l'église, est séparé du presbytère par un jardin. Les distributions entre l'église et les bâtiments paroissiaux se font par une galerie couverte. Pierre commémorant la pose de la première pierre en façade ; dalle de commémoration de la consécration de l'église dans le passage de la galerie d'entrée vers la nef

Murs béton
Toit béton en couverture
Plans plan massé
Étages étage de soubassement, 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures terrasse
Escaliers escalier isolé : escalier droit, en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
États conservations bon état, menacé, remanié
Techniques vitrail
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • Accord passé entre le père Neyret et l´abbé de Pazanan, le 15 juin 1952 (A. Evêché Lyon)

    Entre les soussignés :

    M. Neyret Laurent, agissant comme administrateur, directeur général de la Société anonyme des Ateliers d´Apprentissage, fondateur l´abbé Boisard, à Lyon, d´une part

    et M. de Pazanan Robert, agissant comme curé de la paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon, et représentant la Sté immobilière actuellement en constitution et destinée à être propriétaire des immeubles de cette paroisse,

    il est d´accord ce qui suit :

    La S.A. des Ateliers d´Apprentissage donne dès ce jour à Mr de Pazanan, curé, jouissance des terrains et locaux qu´elle possède 11, 13 rue de Crémieu et 8 rue Victorien-Sardou, jusqu´au nord de la salle François-Coppée inclusivement,

    et s´engage à lui vendre ces terrains et locaux occupant une superficie d e2152 mètres carrés, sous un mois à dater de ce jour, pour le prix de six millions,

    dont un sera payé comptant,

    trois seront remboursés par l´acquéreur à la Caisse régionale d´accident du Sud-Est, selon modalités par elle fixées,

    et deux porteront intérêts à partir de ce jour à 5% l´an - étant d´accord qu´ils pourront être remboursés n´importe quand, mais avant le 15 juin 1954.

    Il est en outre d´accord que le terrain de 425 mètres carrés, situé au nord de la salle François-Coppée et en bordure de la rue Victorien-Sardou, en cas de vente, sera proposé par priorité à Mr le curé de Sainte-Marie de la Guillotière, et ne pourra être cédé à un autre acquéreur, sans le désistement écrit de ce curé.

    Le 14 février 1954

    Conformément à cet accord, l´abbé de Pazanan a versé :

    1er par le Christ dans la Banlieue, le 31 juillet 1952, 1 000 000

    2e l´annuité de l´emprunt hypothécaire et les intérêts des deux autres millions restant düs, le 2 septembre 1953, 389 000

    3e versé à l´étude de Me Finaz le 11 février 1954, 1 000 000.

    En plus de ces versements, la paroisse a remis :

    aux Petites Soeurs de l´Assomption, pour participation à la construction de la chapelle provisoire, 1 000 000

    L´aménagement de cette chapelle a coûté 1 340 447, entièrement acquittés par la paroisse

    Reçu de l´archevêché : prélèvement sur la quête « Pour les églises nouvelles », en trois années, 75 000

  • Paroisse Sainte-Marie. Lettre de l´abbé du Pazanan à l´archevêque de Lyon, 14 avril 1954 (A. Evêché Lyon)

    De telles difficultés se dressent contre l´achat des terrains indispensables à la construction de l´église que le curé de Sainte-Marie croît devoir les exposer à son archevêque, S.E. le cardinal Gerlier.

    Le dix-sept février 1952, Mgr Rouche, vicaire général, archidiacre de Saint-Jean, confirmait officiellement à l´abbé de Pazanan la mission dont lui avait parlé officieusement S.E. le cardinal, deux ans plus tôt à Lourdes, le 8 juin 1950 : la fondation d´une paroisse dans le quartier de la Guillotière à Lyon.

    L´accord suivant fut conclu oralement entre Mgr le vicaire général et le fondateur, le 17 février 1952 :

    1° l´archevêché paiera les terrains trouvés par le nouveau curé ;

    2°le curé se chargera entièrement de la construction de l´église.

    En bordure du boulevard des Tchécoslovaques, 2214 m² furent alors trouvés que la Sté Brunet-Lecomte, de Jallieu, Isère, voulait bien céder de préférence au diocèse, malgré deux options extérieures, mais il fallait payer dans les 48 heures la somme de 5 500 000 F, plus les frais. C´était fin avril 1952.

    M. Rouche répondit alors au curé que l´archevêché ne pouvait pas faire face à cette dépense, et qu´il devait se débrouiller tout seul...

    La Caisse mutuelle de réassurance agricole contre les accidents de Saint-Bel, dont le conseil d´administration se réunit le 23 avril 1952, voulut bien acheter le terrain et conclure un bail avec la curé de la future paroisse - non encore érigée canoniquement (24 mai 1952). Ce bail représente 337 000 F par an, soit environ 1000 F par jour, charge inattendue pour la paroisse.

    Il fallait encore s´assurer l´acquisition du terrain à l´angle de la rue S. Brunard et du boulevard des Tchécoslovaques contigu au précédent terrain.

    En novembre 1951, tous ces terrains avaient été proposés au diocèse qui les refusa. Certains de ce refus, l´imprimerie Gireul-Rivoire fit l´acquisition de cette deuxième parcelle de 1 403 m² afin de construire un dépôt de papier en remplacement du sien situé à Gerland à 3 km de son usine.

    Monsieur Rivoire, pressenti, accepta le principe d´un échange de terrain, conscient de la nécessité absolue pour la paroisse d´avoir le dit terrain mitoyen à celui acheté par la caisse du Sud-Est.

    En février 1952, l´abbé de Pazanan avait été laissé dans l´ignorance des offres faites antérieurement au diocèse, et qu´il apprit par cet industriel qu´il sollicitait. Il est à remarquer que sur le territoire de la nouvelle paroisse, il n´y a aucun autre terrain à vendre où que ce soit.

    Le 2 avril 1953, le R.P. Boucheix, provincial de la Sté des Missions africaines de Lyon, fut prié par S.E. le cardinal de vendre un terrain situé rue Nicolaï, en face de l´imprimerie Giraud-Rivoire. Il accepta, mais peu après, présenta un papier timbré d´avoué adressé à la Sté des Hirondelles (Missions africaines) par Monsieur Briatta locataire du terrain faisant valoir ses droits légaux. L´affaire en resta là jusqu´en octobre 1953.

    Une nouvelle démarche fut faite à cette époque par Mgr Dupuy, successeur de Mgr Rouche, et par le curé de Ste-Marie auprès du R.P. Bruyas, successeur du R.P. Boucheix élevé à la dignité de l´épiscopat. Le R.P. Bruyas obtint de M. Briatta l´abandon dudit terrain sans exiger de dommages et intérêts pour le préjudice grave qui serait ainsi porté à son affaire. Celle-ci serait située sur deux terrains éloignés l´un de l´autre, d´où il découle une gêne très sérieuse pour la marche de ce commerce de bois.

    M. Briatta veut bien chercher lui-même un terrain, mais il demande à la paroisse le transport des bois, la clôture du nouveau terrain et la reconstruction d´un hangar de 946 m², ce qui est justice.

    Les premiers calculs font ressortir une dépense totale d´environ 10 millions pour la paroisse, pour cette seule opération.

    A cette dépense qui ne laissera rien à la paroisse, il faut ajouter :

    1° achat de 1100 m² aux Missions africaines (frais 27%) : 4 101 000

    2° échange de terrain d´angle bd des Tchécoslovaques et rue S. Brunard, entre la paroisse et l´imprimerie Giraud-Rivoire (frais 10,50 %) : 1493 m² à 3100 = 4 628 300, frais d´échange 10 % : 46 283. Total 4 674 583

    Il ressort qu´après ces tractations, le terrain d´angle coûtera à la paroisse :

    1° Terrain Missions africaines, 4 191 000

    2° Echange terrains Rivoire, 674 583

    3° Déménagement Briatte, 10 000 000

    [total], 14 865 583

    Cequi met le m² à 12 636 F, alors que le terrain acheté par la Caisse du Sud-Est a coûté sans les frais 2 500 F le m².

    Avant la pose de la première pierre de l´église, la paroisse doit dépenser :

    1° Terrain du Sud-Est, 6 900 000

    2° Terrain Rivoire, 14 865 583

    3° Terrain Boisard, 7 500 000

    [total], 29 265 583

    Il faut conclure qu´il est rigoureusement impossible d´envisager de telles opérations.

    Après deux années de démarches et de réflexion, après avoir étudié le problème avec des conseillers de tout premier plan, le curé de Ste-Marie expose à son archevêque la seule solution qui lui semble sage, logique sans trop de frais supplémentaire :

    1° obtenir de Mr Rivoire l´abandon de son terrain au profit de la paroisse au prix qu´il l´a payé

    2° lui céder la salle François-Coppée après estimation, compte tenu du dommage causé

    3° lui faire tenir une promesse écrite de la Sté des Hirondelles (Missions africaines) par laquelle celle-ci s´engage, en cas de vente de son terrain sis rue Nicolaï, d´en donner la priorité à la Sté Giraud-Rivoire

    Cette salle est destinée aux Spectacles d´Art Libre dirigés par Mr l´abbé Charavay. Devant son grand âge, celui-ci avait envisagé l´abandon de cette direction. Que deviendra ensuite cette salle, peut-être dans très peu d´années ? Elle ne présente aucun intérêt paroissial :

    1° trop grande : 1000 places

    2° trop excentrique

    3° trop onéreuse d´entretien

    L´intérêt de la maintenir dans son usage actuel est nettement disproportionné avec l´intérêt qui en résulterait de sa vente pour la paroisse.

    Il n´est pas excessif d´avoir des craintes sur l´exploitation qui en serait faite dans l´avenir si elle passe entre les mains d´une société qui pour l´immédiat la confie à l´abbé Charavay. Actuellement le secteur Guillotière - Dauphiné n´a aucune salle de spectacle incorrecte.

    En changeant l´affectation de la salle François-Coppée, le curé de Ste-Marie estime qu´il prolonge la protection morale de ce quartier, nul ne pouvant se porter garant des spectacles qui y seraient donnés après le départ de l´actuel exploitant et la paroisse ne pouvant pas porter la charge inutile pour elle de cette salle.

    Il est de la plus extrême urgence qu´une décision soit prise :

    1° menaces d´amende sur les terrains Rivoire pour non construction

    2° des appuis très sérieux pour la construction de l´église risquent de se lasser ou de disparaître s´il n´y a pas très prochainement une réalisation effective.

    Sans ces appuis, l´édification de l´église paraît une utopie.

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière, 2 boulevard des Tchécoslovaques à Lyon. Construction d´une cité paroissiale. Note descriptive / J. Bacconnier, 22 juillet 1958 (AD Rhône. 2007 WP 109)

    L´association diocésaine de Lyon est propriétaire d´un terrain de 3 600 m² environ, situé à l´angle du boulevard des Tchécoslovaques et de la rue Jules-Brunard.

    Ce terrain est destiné à la construction de la nouvelle église Sainte-Marie de la Guillotière ainsi que du presbytère et des bâtiments annexes. L´ensemble constitue la Cité paroissiale pour laquelle la présente demande de permis de construire est annexée.

    Le presbytère sera construit en bordure du boulevard des Tchécoslovaques, adossé au pignon d´un immeuble de rapport existant à l´angle du boulevard et du cours Gambetta.

    Il comportera un sous-sol à usage de cave, un rez-de-chaussée occupé par les bureaux des prêtres desservant ; un 1er et un 2e étage seront aménagés pour les logements du curé et de ses vicaires.

    Une aile du bâtiment construite à la suite du presbytère, en limite nord du terrain, sur la mitoyenneté, se retournera en équerre sur la mitoyenneté ouest.

    Ces bâtiments, desservis par une cour intérieure ouverte côté boulevard, comporteront un sous-sol de plain pied sur la cour intérieure en dénivellation par rapport au boulevard, un rez-de-chaussée et un premier étage.

    Ils seront utilisés par des salles de réunion, salles de catéchisme et salles d´oeuvres.

    Un quatrième corps de bâtiment adossé au mitoyen ouest comportera l´église proprement dite et ses annexes, soit, en sous-sol partiel une chaufferie et des garages, au rez-de-chaussée la sacristie, la chapelle de semaine et le baptistère.

    Un logement de concierge gardien sera aménagé au-dessus de la sacristie, au 1er étage.

    Le clocher sera indépendant de la construction de l´église.

    Un portique ouvert limitera la cour basse et le jardin ouvert sur le boulevard des Tchécoslovaques.

    Sous ce portique, au niveau de la cour basse, seront aménagés un groupe de W.C.

    Une rampe d´accès desservira la cour basse.

    Techniques de construction.

    Les murs en fondation et en élévation seront construits en béton de gravier et ciment et mâchefer et ciment.

    Les planchers seront en béton de ciment armé. La toiture sera constituée par une terrasse sur le presbytère et les ailes de bâtiments contre mitoyen et par une toiture à faible pente sur l´église et la chapelle.

    Escaliers en béton de ciment armé.

    Enduits extérieurs au mortier de ciment éparvéré et peinture au silexore.

    Cloisons de divisions intérieures en briques creuses.

    Enduits plâtre sur murs et plafonds.

    Sols en carrelage, parquet et revêtement thermoplastique.

    Menuiseries extérieures chêne et serrurerie.

    Menuiseries intérieures sapin.

    Installations sanitaires dans les logements et salles d´oeuvres.

    Installations électriques lumière et force, conforme aux règlements de sécurité.

    Chauffage central avec chaufferie en sous-sol, prévu pour l´ensemble des bâtiments.

    Branchements et évacuations.

    Les alimentations en eau potable, en gaz et en électricité, seront assurés par des branchements sur le réseau de distribution de la Ville.

    Les eaux pluviales et usées seront évacuées d´une part dans l´égout de la rue Jules-Brunard, et d´autre part sur l´égout du cours Gambetta.

  • Dalle commémorant la consécration de l'église, appliquée contre le mur ouest du passage vers la nef

    LA PAROISSE STE-MARIE DE LA GUILLOTIERE / FUT ERIGEE LE 30 MAI 1952 SOUS LE VOCA/BLE DE NOTRE-DAME DE LOURDES PAR / ORDONNANCE DE S.E. LE CARDINAL GERLIER / L´ABBE ROBERT DE PAZANAN EST CHARGE DE / SA FONDATION. LA PREMIERE PIERRE DE L´EGLI/SE EST BENIE LE 4 MAI 1958 PAR S.E. MGR / MARELLA NONCE APOSTOLIQUE. M. JOSEPH / BACCONNIER ARCHITECTE DRESSE LES PLANS / DE LA CITE PAROISSIALE. LES TRAVAUX SONT / EXECUTES PAR L´ENTREPRISE PITANCE. LES / VITRAUX SONT L´OEUVRE DE M. MME. PAULIN/-BESSON L´EGLISE EST INAUGUREE LE 20 DE/CEMBRE. 1959. S.E. MGR MATAGRIN EVEQUE / AUXILIAIRE LA CONSACRE LE 10 FEVRIER / 1966. CE MEME JOUR. S.E. LE CARDINAL / VILLOT CONCELEBRE LA MESSE AVEC SON / AUXILIAIRE ET LE CURE. CELUI CI ETANT / ACCOMPAGNE PAR TOUS LES PRETRES QUI / FURENT SES VICAIRES DEPUIS / LA FONDATION DE LA PAROISSE

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066. Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière

Documents figurés
  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière, boulevard des Tchécoslovaques, Lyon. Plan de situation / J. Baconnier, 21 novembre 1956. Tirage ozalyd. Ech. 1 : 500. 39 x 38 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Eglise et presbytère. Plan d´ensemble du sous-sol /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Plan coté. 150 x 99 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Eglise et presbytère. Plan au niveau de l´entrée /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Plan coté et légendé. 147,5 x 99 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Eglise et presbytère. Plan au niveau de la tribune /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Plan coté et légendé. 147 x 99 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Eglise et presbytère. Coupe longitudinale dans l´axe de l´entrée de l´église /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Ech. 1 : 50. Plan coté. 42,5 x 99 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

    AD Rhône : 2007 WP 109
  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Eglise et presbytère. Coupe longitudinale sur l´église /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Ech. 1 : 50. Plan coté. 40,5 x 94,5 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Eglise et presbytère. Coupe longitudinale sur la sacristie, la chapelle de semaine et le baptistère /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Ech. 1 : 50. Plan coté. 81,5 x 90 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Eglise et presbytère. Coupe transversale sur l´église /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Ech. 1 : 50. Plan coté. 42,5 x 102 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Eglise et presbytère. Façade est de l´église /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Ech. 1 : 100. 76 x 92 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Eglise et presbytère. Façade sud de l´église /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Ech. 1 : 100. 37 x 110 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Eglise et presbytère. Façade nord de l´église et coupe sur le clocher /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Ech. 1 : 100. 82 x 111 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Presbytère. Plan du rez-de-chaussée /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Plan coté. 93,5 x 95,5 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Presbytère. Plan du 2e étage et coupe /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Plan coté. 93,5 x 95,5 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

  • Paroisse Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon. Presbytère. Façade sud /[ J. Baconnier, 1956]. Tirage ozalyd. Plan coté. 43,5 x 109 cm (AD Rhône. 2007 WP 109. N° 29 066)

Bibliographie
  • JACQUEMIN, Louis. Histoire des églises de Lyon. Lyon : Elie Bellier, 1983.

    p. 226-227
Périodiques
  • BAZIN, Georges. Les paroisses de la rive gauche. Sainte-Marie de la Guillotière. Rive gauche, n° 49, juin 1974, p. 9-10 : ill.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Chalabi Maryannick