Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ensemble du décor de la chapelle Notre-Dame

Dossier IM42002029 réalisé en 2003
Dénominationsstatue, reliquaire, niche, crédence, autel, gradin d'autel, retable
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Champdieu
Lieu-dit : le bourg

La chapelle a été édifiée par le prieur Pierre de La Bâtie (1450-1505), certainement à la fin du 15e siècle ou au début du 16e, afin de constituer sa chapelle funéraire. Les armoiries de ce prieur sont sculptées sur la clef et aux retombées de la voûte, le caveau fermé par une dalle au centre du pavement de la chapelle est sans doute celui du prieur. La chapelle est alors désignée sour les termes de 'capella gallinone' (1528 ; Inventaire sommaire...), puis de chapelle des prébendes de La Bâtie. En mai 1715, le prêtre prébendier André Roche donne à l'église de Champdieu une petite statue de la Vierge à l'Enfant réputée miraculeuse (étudiée). La chapelle est alors aménagée pour recevoir cette statuette qui fait l'objet d'un pélerinage : on y déplace le petit tabernacle doré de l'autel du Rosaire, et le retable l'autel de la Croix ou de saint Vincent. Par la suite, la chapelle est 'blanchie' en 1753, puis dotée en 1754 d'un carrelage en damier de pierres de Tournus roses et blanches (Inventaire sommaire...), similaire à celui du choeur, et, dans les mêmes années, d'une clôture en fer forgé. Le mobilier de la chapelle a disparu, certainement à la Révolution. La statuette de la Vierge ayant cependant été conservée, la chapelle a de nouveau été aménagée (vers le 3e quart du 19e siècle ?) pour l'exposer aux fidèles, et dotée du décor visible actuellement. La verrière commandée à Mauvernay en 1860 correspond certainement à celle de cette chapelle, la seule à être composée de trois lancettes (Inventaire sommaire... Article 480. 20 novembre 1860. Facture pour 'une verrière formant trois compartiments, mosaïque' de Mauvernay de Saint-Galmier.) Le décor de la chapelle a fait l'objet d'une campagne de restauration au début des années 1990, par le restaurateur Philippe Hazael-Massieux. Le lambris des murs sud, ouest (attaqué par la mérule) et nord, a été démonté pour être traité, consolidé et remis en teinte avant repose ; sur le mur ouest, la partie centrale en retrait entre les deux placards latéraux avait été transformée en placard : cet ajout a été démonté ; la partie centrale, trop déteriorée par la mérule, a été entièrement refaite. Les peintures murales en faux bois des murs latéraux ont également été retouchées (comblement des lacunes).

Période(s)Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Mauvernay, Alexandre peintre-verrier
Personnalité : Bâtie Pierre de La, prieur commanditaire

Le décor d'origine de la chapelle comprend une clef de voûte sculptée et des écussons armoriés aux retombées de la voûte côté ouest (leur présence éventuelle côté est est masquée par le retable). La grande fenêtre à trois lancettes a un remplage à soufflets, avec des verrières géométriques. Un lavabo en niche rectangulaire, à encadrement de tores entrecroisés interrompus par un écusson, est creusé à côté de l'autel dans le mur sud ; il a été arasé au nu du mur, peut-être au moment de la pose du lambris qui le masque. Le second décor réalisé comprend des peintures murales sur les parties hautes des murs et la voûte et un lambris de demi-revêtement intégrant un autel et un retable à niche (étudié) ainsi qu'une niche latérale servant à l'exposition de la statuette (étudiées). Le lambris se poursuit sur les murs sud et ouest, où il intègre deux placards latéraux en saillie. Les travées sont composées de montants et traverses assemblés à tenons et mortaises, contenant des panneaux ornés de tables rectangulaires assemblés à rainures ; des pilastres sont plaqués (avec des clous ou des pattes de fixation) aux jonctions des travées. L'ensemble est peint faux bois. La chapelle est également fermée d'une grille en fer forgé (étudiée) permettant aux pèlerins de voir la niche de la Vierge miraculeuse, voire de la toucher.

Précision dimensions

h = 230. Hauteur du lambris.

Iconographiesarmoiries
arcature
couronne végétale
rose
Précision représentations

La clef de voûte est formée de deux quadrilobes superposés ; les armoiries sont celles de la Bâtie. Le décor peint se compose de frises d'arcatures trilobées courant sur les murs au-dessus du lambris et le long des nervures (arcatures à clefs pendantes) ; ce décor est complété par une couronne de feuilles et de roses liée par un ruban et encadrée de deux branches feuillagées, placée au-dessus du retable. Les verrières sont à motifs géométriques, quadrilobes, fleurons. Le lambris est constitué de panneaux divisés horizontalement en deux registres (soubassement à hauteur d'appui et partie supérieure) contenant chacun une table rectangulaire ; les panneaux sont séparés verticalement par des pilastres à chapiteau dorique sur un haut stylobate (registre inférieur), l'ensemble est surmonté d'un entablement et d'une corniche moulurée. Des parties peintes sur les murs latéraux nord et sud, en retour d'angle du retable, réalisées en faux bois illusioniste, assurent la transition entre le retable et le lambris.

États conservationsoeuvre restaurée
Précision état de conservation

Le lambris a été restauré par Philippe Hazael-Massieux, Conservation et restauration d'objets mobiliers (Avignon), au début des années 1990.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler

Références documentaires

Documents figurés
  • A. CAOA Loire. HAZAEL-MASSIEUX, Philippe, Conservation et restauration d'Objets d'art, Avignon. Dossier d'examen et de traitement. Boiseries de la chapelle de la Vierge. Eglise de Champdieu. Loire. 30 cm, dactyl., 25 p., ill. en coul., s.d.

Bibliographie
  • Département de la Loire. Canton de Montbrison. Inventaire sommaire des archives paroissiales de Chandieu. Montbrison : Imp. E. Brassart, 1947

    p. 3, 47, 49, 50
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline