Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise prieurale et paroissiale Saint-Pierre et Saint-Porchaire

Dossier IA42001007 réalisé en 2001

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénominationéglise prieurale
VocablesSaint-Pierre, Saint-Porchaire
Destinationséglise paroissiale
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonBoën - Sail-sous-Couzan
AdresseCommune : Montverdun
Lieu-dit : le Pic
Cadastre : 1827 B1 459 ; 1986 B1 458

En 1010, une chapelle Saint-Pierre située au Mont Verdun est donnée à l'abbaye de Savigny, cependant qu'en 994, une église Saint-Porchaire fait partie des possessions de l'archevêché de Lyon. Les deux vocables semblent avoir coexisté dès l'origine, parallèlement à la double vocation prieurale et paroissiale de l'église. Le chevet et le transept ont été largement reconstruits à la fin du 12e siècle, en conservant quelques murs de l'édifice antérieur (murs nord, de l'absidiole nord au début du mur gouttereau). Le clocher et la nef, voûtée en berceau et terminée par une avant-nef, ont été reconstruits vers le milieu du 13e siècle ; l'église est fortifiée au 14e siècle : surélévation des murs des absides, clocher transformé en tour crénelée. À la fin du 15e ou au début du 16e siècle, la nef est pourvue d'une nouvelles voûte d'ogives (armes de Jean ou Antoine de Langeac, prieurs de 1482 à 1504), puis agrandie au sud par un bas-côté (armes de Charles de Saint-Nectaire, 1504-1505, ou François de Saint-Nectaire, 1532 à 1546), et les baies sont remaniées. Le prieur François d'Albon (1635-1645) fait reconstruire la partie sommitale du clocher, en supprimant les éléments défensifs, le beffroi et la toiture de l'église. Au 19e siècle, des sacristies sont installées dans les absidioles. Après son classement, l'église a été restaurée (toitures et charpente, façades, baies, entre 1986 et 1991).

Période(s)Principale : 11e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 12e siècle
Principale : milieu 13e siècle
Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 1ère moitié 16e siècle
Auteur(s)Personnalité : Albon François d' commanditaire
Personnalité : Langeac Antoine de maître d'ouvrage
Personnalité : Langeac Jean de maître d'ouvrage
Personnalité : Saint-Nectaire Charles de commanditaire
Personnalité : Saint-Nectaire François de commanditaire

L'église présente un plan en croix latine, avec un bas-côté rajouté au sud, et un chevet avec une abside en plein cintre encadrée d'absidioles avec lesquelles elle communique par des passages. L'édific est en moellons de basalte (blocs remployés ou taillés sur place), avec fondations, chaînes d'angles et encadrements de baies en granite appareillé (dont des blocs antiques en remploi dans les fondations). Un bandeau appareillé en granite, de style archaïsant, encadre les baies de l'abside. Abside et absidioles sont voûtées en cul-de-four ; la travée qui les précède et les croisillons du transept sont couverts d'une voûte en berceau légèrement brisé, et la croisée, d'une coupole à trompes (dont les arcs sont placées sur des petites dalles de granite). La nef et le bas-côté sont voûtés d'ogives. Les toits (refaits) sont en tuiles creuses, avec de la lauze sur la croupe ronde de l'abside (il devait y en avoir également sur les absidioles, actuellement couvertes d'un toit en appentis). Un escalier en vis desservait le clocher dans sa forme du 13e siècle ; un escalier en fer extérieur a été installé pour accéder à la porte haute mise en place lors de sa fortification.

Mursbasalte
granite
moellon
pierre de taille
Toittuile creuse, pierre en couverture
Plansplan en croix latine
Étages2 vaisseaux
Couvrementscoupole à trompes
cul-de-four
voûte en berceau brisé
voûte d'ogives
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
appentis
croupe ronde
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour en maçonnerie
Techniquessculpture
peinture
Précision représentations

Les clefs des voûtes d'ogives sont ornées d'armoiries entourées d'une torsade, d'une étoile décorée de raisin et feuilles de vigne, ou d'un motif à quatre lobes et feuilles de chou. Sur le mur sud de la travée orientale de la nef, une ogive retombe sur un culot orné d'un ange sculpté tenant un écusson. L'église présente un décor peint et des vestiges de litre funéraire (voir sommaire objets mobiliers).

Plan roman caractéristique (passage du choeur vers les absidioles).

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Sites de protectionsite inscrit
Protectionsclassé MH, 1981/06/19
Précisions sur la protection

Eglise et prieuré : inscrits MH le 21/10/1926 ; église, prieuré et remparts : classés MH le 19/06/1981. Site inscrit le 5/05/1947.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Guibaud Caroline - Monnet Thierry