Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Dossier IA74001829 réalisé en 2012

Fiche

Le prieuré de Viuz

L'origine du prieuré est incertaine, certains auteurs tels que Robert Tissot faisant remonter sa création entre 775 et 778, tandis que les fouilles archéologiques réalisées par Renée Colardelle plaident plutôt pour une fondation autour de l'an Mil. Au XIIe siècle, le village de Viuz est le siège d'un prieuré dont l'église est dédiée à saint Jean-Baptiste et qui dépend de la puissante abbaye valaisane Saint-Maurice-d'Agaune.

Ce n'est toutefois qu'en 1211 que ce prieuré de chanoines de saint-Augustin est clairement mentionné dans un texte qui rappelle la proximité de la ville de Faverges, qui bien que devenue plus importante que Viuz n'est pas encore une paroisse autonome.

En 1410, le prieuré est uni à la collégiale Notre-Dame-de-Liesse d'Annecy par l'antipape Jean XXIII (1360-1419), union confirmée en 1419 par le pape Martin V (1368-1431). Bénéficiant d'importants revenus, le prieuré de Viuz avait sous sa dépendance les paroisses de Viuz, de Faverges et de Saint-Ferréol. Les biens possédés par ce prieuré, répartis sur plusieurs paroisses, étaient acensés aux plus offrants.

Vocables saint Jean-Baptiste
Destinations église paroissiale
Dénominations église
Aire d'étude et canton Pays de Faverges et du Laudon - Faverges
Adresse Commune : Faverges
Lieu-dit : Viuz
Adresse : route de Viuz
Cadastre : 1730 717 ; 1905 C6 1114 ; 2008 C6 888

L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Viuz est un édifice du XIIe siècle largement remanié au XIXe siècle, et établi sur des édifices plus anciens. Des fouilles archéologiques réalisées par Renée Colardelle dans les années 1970 ont permis de révéler les structures gallo-romaines d'édifices de fonction indéterminée mais pouvant correspondre à un temple, et datés, par le mobilier de fouille, du IIe siècle. Les murs d'une église primitive datée du VIe siècle se superposent aux vestiges gallo-romains. Des sépultures situées sous les portiques latéraux de cette première église ont révélé un mobilier funéraire d'une grande richesse par comparaison avec d'autres sites régionaux.

Vers 800, le chœur est reconstruit avec une abside voûtée. Autour de l'an Mil, une nouvelle église de plus grande taille est construite à l'emplacement des édifices précédents. Selon les "Amis de Viuz-Faverges", cette reconstruction semble correspondre à l'érection de l'église en prieuré, même si la première mention de ce dernier dans les textes ne date que de 1211.

Au XIIe siècle, un nouveau chœur de plus grande taille est édifié ; puis un nouveau clocher est érigé durant l'époque Moderne (XVIe-XVIIIe siècles). L'édifice semble ensuite ne plus subir de transformations majeures avant le XIXe siècle.

L'église, dégradée durant la Révolution française, tarde à être reconstruite comme l'atteste une lettre du curé de Viuz à l'intendant du Genevois datée du 16 août 1832, demandant la réalisation d'urgence de travaux prévus depuis 20 ans. En effet, dans cette lettre, il décrit l'église comme trop petite, humide et malsaine, avec des voûtes qui se lézardent et des arcs dégradés. Le clocher, qui serait le seul de la région laissé dans l'état hérité de la Révolution, présente des murs fendus et une charpente qui menace.

Le 15 novembre 1835, par décision du conseil municipal, la commune de Faverges décide de procéder à l'agrandissement de l'église en imposant les paroissiens de Viuz, et le 27 septembre 1839, l'architecte Louis Ruphy dresse un procès-verbal constatant la conformité des travaux réalisés par l'entrepreneur Joseph Carrier.

Ce n'est toutefois que le 15 mai 1873 que le conseil municipal vote un crédit pour la reconstruction du clocher qui menace ruine, et le 25 juin 1881 l'architecte diocésain Eugène Dénarié rédige un rapport sur les travaux à réaliser sur l'abside fissurée du XIIe siècle et le clocher jugé postérieur.

le 22 décembre 1881, le ministère des Beaux-Arts accorde une subvention pour la réparation du clocher à condition que la nouvelle charpente crée moins de poussée sur les murs. Les travaux sont adjugés à Joseph Monnet le 7 mars 1882 et le 20 mars 1884, l'architecte Eugène Dénarié accuse réception des travaux.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle , daté par source
Secondaire : 2e moitié 12e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 11e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 1ère moitié 9e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 6e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 2e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1835, daté par source
1881, daté par source
Auteur(s) Auteur : Ruphy Louis,
Louis Ruphy

Attention trois architectes du nom de Ruphy et vraisemblablement parents exercent au XIXe siècle sur Annecy. Il y a Camille Ruphy, Louis Ruphy, Eugène Ruphy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Denarié Eugène,
Eugène Denarié (1832 - )

Né à Chambéry d'un père architecte, il descendrait d'après certains généalogiste d'une famille de tailleurs de pierre originaire de Morillon installée dans le quartier de Lemenc au début du XVIIIe siècle. La nom de famille Denériaz aurait évolué en Dénarié entre 1730 et 1780.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Carrier Joseph, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Monnet Joseph, entrepreneur, attribution par source

L'église de Viuz est régulièrement orientée, avec le chœur à l'est. Établie le long de la route de Viuz, elle se compose d'une nef de style néoclassique accolée à un clocher carré plus ancien, lui même appuyé sur un chevet roman. Une extension se développe au nord du clocher, correspondant à la sacristie. La nef de plan rectangulaire se compose de trois travées. Elle est construite en moellon de calcaire enduit à la chaux, laissant apparent les chaînages et encadrements en pierre de taille. Le clocher d'aspect massif est construit dans l'alignement de la travée centrale. Seule la partie haute du clocher, soulignée par un bandeau, est percée de deux baies en plein-cintre sur chaque faces. Ces baies, derrières lesquelles se trouvent les cloches, sont dotées d'abat-sons. Le chevet est partiellement édifié en travertin (localement appelé tuf) : encadrements, contreforts. L'abside voûtée en cul-de-four est ornée de quatre arcades en cintres brisés reposant sur des pilastres ornés de chapiteaux en molasse verte et décorés de motifs floraux, qui rappellent les chapiteaux de la nef de l'église de Cléry. La nef est couverte d'un toit à deux pans, le chevet d'une croupe ronde et le clocher d'un toit en pavillon, en tuile écaille.

Murs calcaire enduit
travertin enduit
molasse pierre de taille
Toit tuile en écaille
Plans plan allongé
Couvrements
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
croupe ronde
États conservations bon état
Techniques sculpture
Représentations ornement végétal
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1926/04/12
Précisions sur la protection

Eglise inscrite MH le 12 juin 1926.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie. Série 2 O : 972. Commune de Faverges : Edifices religieux. Délibération du 15 mai 1873 relative à l'attribution d'un crédit pour la reconstruction du clocher de Viuz.

    AD Haute-Savoie : 2 O 972
  • AD Haute-Savoie. Série 2 O : 972. Commune de Faverges : Edifices religieux. Rapport du 25 juin 1881 dressé par l'architecte diocésain Eugène Dénarié relatif aux travaux à réaliser pour la réfection de l'église de Viuz.

    AD Haute-Savoie : 2 O 972
  • AD Haute-Savoie. Série 2 O : 972. Commune de Faverges : Edifices religieux. Lettre du ministère des Beaux-Arts en date du 22 décembre 1882 accordant une subvention pour la réparation du clocher de Viuz.

    AD Haute-Savoie : 2 O 972
  • AD Haute-Savoie. Série 2 O : 972. Commune de Faverges : Edifices religieux. Procès-verbal d'adjudication du 7 mars 1882 attribuant les travaux de réparation du clocher à Joseph Monnet.

    AD Haute-Savoie : 2 O 972
  • AD Haute-Savoie. Série 2 O : 972. Commune de Faverges : Edifices religieux. Procès-verbal de réception des travaux de réparation du clocher de l'église de Viuz par l'architecte diocésain Eugène Dénarié en date 20 mars 1884.

    AD Haute-Savoie : 2 O 972
  • AC Faverges. Série M1. Bâtiments communaux. Lettre du curé de Viuz à l'Intendant du Genevois en date du 16 août 1832 relative aux travaux à réaliser dans l'église de Viuz.

    AC Faverges : M1
  • AC Faverges. Série M2. Bâtiments communaux. Délibération du 15 novembre 1835 relative à l'agrandissement de l'église de Viuz.

    AC Faverges : M2
  • AC Faverges. Série M2. Bâtiments communaux. Procès-verbal d’adjudication du 9 mars 1837 attribuant les travaux d'agrandissement de l'église de Viuz à Joseph Carrier.

    AC Faverges : M2
  • AC Faverges. Série M2. Bâtiments communaux. Réception des travaux d'agrandissement de l'église de Viuz par l'architecte Louis Ruphy le 27 septembre 1839.

    AC Faverges : M2
Bibliographie
  • MARIOTTE, Jean-Yves, BAUD Henri, CHALLAMEL, Jean-Bernard, et al. Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et le lac d'Annecy. Roanne : Horvath, 1981. 672 p. ISBN 2-7171-0200-0.

    p. 284-286
  • DURET, Michel, PICCAMIGLIO, Alain. Faverges et son canton. Ingersheim : ed. Delta 2000, 1991. 32 p.

    p.13-16
  • OURSEL, Raymond. Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie. La Fontaine de Siloé, 2007 (coll. « Les Savoisiennes »), 393 p. ISBN 978-2-8420-6350-4

    p. 142
Périodiques
  • COLARDELLE, Renée. Premiers résultats de fouille de sauvetage dans l'église de Viuz-Faverges. Bulletin d'Histoire et d'Archéologie des Amis de Viuz-Faverges, 1976, n°15 et 16

    p. 6-9
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Daviet Jérôme