Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Didier

Dossier IA42001397 réalisé en 2005

Fiche

Œuvres contenues

Voir

VocablesSaint-Didier
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Chalain-d'Uzore
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1809 A 94 ; 1987 A 96

L'église est un édifice de style roman, datable du 12e siècle. Elle est citée dès le 11e siècle dans le cartulaire de Savigny (Dufour). Au 13e siècle, l'église fait partie de l'enclos du château de Chalain-d'Uzore, qui appartient à la famille de Couzan. Elle a très certainement été fortifiée au 14e siècle, par surélévation de l'ensemble des murs et des toitures, afin de dégager des espaces de circulation pour des hommes en armes (comme à Champdieu) ; les consoles visibles sur les murs du chevet servaient peut-être à supporter un hourd. Les parties hautes de l´édifice (également remaniées au début du 20e) ont donc été assez perturbées : seul le mur ouest du bras sud et le mur est du bras nord du transept présentent une corniche à modillons sculptés (celle de l´abside est une réfection du 20e siècle). L´église était éclairée à l´origine par des fenêtres étroites à arc monolithe en plein-cintre : elles subsistent dans l´abside (avec un appui à décor géométrique sculpté à l´intérieur) et la nef (sauf fenêtre sud de la 2e travée, agrandie), ainsi qu´aux extrémités du transept (murées, au-dessus de baies postérieures). Les absidioles ont des fenêtres axiales plus larges, à linteau en plein-cintre appareillé : Louis Bourbon pense qu´elles ont peut-être été construites dans un second temps ; la tour-clocher, et peut-être le voûtement de l´édifice, peuvent également être des éléments postérieurs à un premier état ; l´église n´avait peut-être qu´un clocher-mur couronnant le mur de façade occidentale (comme par exemple à Saint-Paul-d'Uzore, à Saint-Thomas-la-Garde, où le clocher-mur a disparu tardivement au profit d´une tour, ou à l'Hôpital-sous-Rochefort, où les deux clochers coexistent). Le percement des grandes fenêtres en arc brisé (façade occidentale, bras sud du transept, absidiole nord, pour remplacer la fenêtre axiale murée car trop proche de la grande salle du château ?) correspond peut-être à une phase de travaux au 15e siècle ; le fragment de remplage déposé dans la cour du château provient sans doute d´une des grandes fenêtres. En 1533, Gabriel de Lévis-Couzan, seigneur de Chalain-d´Uzore, élit sépulture dans l'église (il meurt en 1535) : son gisant et celui de son épouse, Anne de Joyeuse (étudiés, IM42002243), sont actuellement déposés sous le porche du château : ils ont été retrouvés en 1910 dans le pavage de l´église (retournés), on ne connaît donc pas leur emplacement d´origine. On peut supposer qu´à cette occasion Gabriel de Lévis-Couzan a pu commanditer des travaux dans l´église : percement de la grande fenêtre en plein-cintre de la nef, et peut-être de la porte du transept sud, en sous-œuvre dans une arcade en plein-cintre, qui permet l´accès direct depuis la tour du château. On peut sans doute lui attribuer également la surélévation du clocher, doté d´un niveau supplémentaire percé de fenêtres géminées sur trois côtés, alors que le dessin du site dans l´Armorial de Guillaume Revel, vers 1450, ne représente qu´un niveau de percement. Ce nouveau beffroi a pu recevoir la cloche que Gabriel de Lévis-Couzan fait fondre pour l´église en 1533 (étudiée, IM42002255 ; déposée dans le transept en 1961) ; l´escalier du clocher, qui n´est pas lié au mur de la nef, a peut-être été édifié ou modifié au même moment. La sacristie semble absente sur le plan cadastral de 1809 et a sans doute été édifiée dans la 1ère moitié du 19e siècle. En 1849, le maire demande au préfet l´autorisation de supprimer un tombeau adossé à un mur, mesurant un peu plus de 2 m de long sur 1 m de large et 70 cm de haut, « rétrécissant de manière incommode cet édifice » déjà petit ; l´autorisation est donnée, mais ce tombeau n´a peut-être été supprimé qu´en 1910, lors des travaux qui ont permis la redécouverte des gisants. A la fin du 19e siècle ont lieu des travaux mal identifiés (toiture ? travaux à l´église et au clocher en 1875, AC). A partir de 1885, la commune projette d´agrandir l´église (AC). A cette époque, les fenêtres inférieures du clocher sont murées et un cadran d'horloge masque la fenêtre de gauche de l'étage supérieur du côté ouest. En 1898, l´architecte Jamot propose même sa démolition (Bibl. Diana, fonds Brassart ; la voûté présente plusieurs lézardes depuis 1890). Aucun de ces projet n´aboutit ; l´église a cependant fait l´objet de travaux à la fin du 19e siècle ou au début du 20e (en 1910) : réfection des toitures et peut-être des voûtes avec pose d´une corniche en brique au faîte des murs de la nef et des absidioles ; enduit intérieur à décor géométrique (faux appareil, frises de feuilles ; un feuillet de note du fonds Brassart mentionne des "traces de peintures anciennes dans la grande abside", et Louis Bernard indique également la présence de décor dans l´absidiole nord, et dune croix de consécration, du 14e siècle, peinte sur le pilier sud recevant le doubleau de la nef). Lors de la visite de l´église qu´il publie en 1960, Louis Bernard indique que le chevet est couvert d´une toiture unique, que l´absidiole nord n´a pas de fenêtre axiale et que les fenêtres romanes de la nef sont murées ; une annexe agrandissait la sacristie à l´ouest. Une campagne de travaux menée en 1973-1975 sous la direction de l´architecte des bâtiments de France a donné à l´église son aspect actuel : les fenêtres romanes de la nef et celles de l´étage inférieur du clocher ont été démurées, le toit unique du chevet est remplacé par des toits différenciés à croupes polygonales, avec réfection de la corniche de l´abside (dotée de modillons) et réouverture de la fenêtre du mur sous la coupole côté est ; l´enduit intérieur a été totalement décroûté (apparemment sans tenir compte des avertissements de Louis Bernard sur la présence d´un décor peint) et remplacé par un enduit partiel avec pierres apparentes. L´annexe ouest de la sacristie est détruite.

Période(s)Principale : 12e siècle
Secondaire : 14e siècle
Secondaire : 15e siècle , (?)
Secondaire : 16e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle

Eglise à plan en croix latine, avec une nef de deux travées, un transept sur lequel ouvrent une abside axiale et deux absidioles, terminées en hémicycle. Une sacristie est adossée à l´extrémité du bras nord du transept. La nef et les bras du transept sont voûtés en berceau, avec un doubleau entre les deux travées de nef reposant sur deux pilastres avec imposte à chanfrein et filet. Les murs de la nef sont amincis par des arcs de décharge (même imposte que pour le doubleau). La croisée du transept est surmontée d´une coupole maçonnée sur trompes ; entre les trompes, sur le mur qui supporte la coupole, sont percées quatre fenêtres en plein-cintre. Les arcs supportant la coupole sont légèrement brisés et reposent sur des piliers avec imposte à chanfrein et filet. Des piliers intermédiaires, terminés en glacis (ou par un arrachement) renforcent les angles entre les piliers de la croisée et la nef et entre les arcs de décharge et le mur. L´abside et les absidioles sont voûtées en cul-de-four. Chaque travée de nef est éclairée par une fenêtre : trois petites fenêtres étroites à linteau monolithe en plein-cintre, et une grande fenêtre en plein-cintre dans le mur sud de la 2e travée. La façade occidentale et les extrémités du transept sont percées de grandes fenêtres en arc légèrement brisé (façade, bras sud ; ébrasement extérieur à cavet) ou en plein-cintre (bras nord). L´abside et les absidioles ont une fenêtre axiale en plein-cintre (arc monolithe pour l´abside (ébrasement intérieur à deux rouleaux), appareillé pour les absidioles), avec une fenêtre en arc légèrement brisé dans le mur nord de l´abside nord. Le portail occidental est en plein-cintre ; une porte a linteau droit donne accès au bras sud du transept depuis la cour du château. La tour-clocher, de plan carré, est située au-dessus de la coupole. Elle présente un premier niveau de fenêtres jumelées (support central : colonnettes géminées à chapiteaux sculptés) en plein-cintre sur la face ouest, séparé par un cordon d´un second niveau de fenêtre jumelées, en arc brisé, sur les faces ouest, nord et est. On y accède par un escalier en vis situé dans l´angle entre la nef et le bras nord du transept (porte ouverte sous un arc brisé reposant sur deux tailloirs, dans le mur ouest du bras nord du transept). La façade présente un mur à couronnement horizontal, sans décor, épaulé comme la nef par des contreforts (deux contreforts angulaires pour la façade) et joignant au sud l´aile sud du château. Le portail est précédé d´un escalier en maçonnerie. Les murs sont en moellon de granite et de basalte ; les chaînes d´angle, contreforts, arcs, pilastres et encadrements sont en granite, en pierre de taille. Les couronnements du mur de l´abside et du mur ouest du bras sud du transept présentent une corniche à modillons sculptés (autres vestiges de modillons sculptés au sommet du mur est de la sacristie) ; des consoles en granite ponctuent le chevet (mur de l´abside et absidioles, élément en surplomb entre l´absidiole sud et l´abside). Les toits sont à longs pans (nef, transept) et croupe polygonale (abside et absidioles), en tuile creuse, sauf pour le clocher, qui a un toit en pavillon en tuile en écaille.

Mursgranite
basalte
enduit
moellon
Toittuile creuse, tuile en écaille
Plansplan en croix latine
Étages1 vaisseau
Couvrementscoupole à trompes
voûte en berceau plein-cintre
cul-de-four
Couverturestoit à longs pans
appentis
croupe polygonale
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
escalier hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
Techniquessculpture
Précision représentations

Décor sur l'appui de la fenêtre de l'abside : billettes. Modillons de la corniche du transept : tête de cheval, feuille recourbée, tête de monstre, tête humaine. Chapiteaux des colonnettes des fenêtres géminées du clocher : feuilles d'eau, tiges terminées par des boules.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1964/09/07

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Chalain-d'Uzore. Registre des délibérations de la commune de Lézigneux, 10 mai 1874 - 25 mai 1890. Délibération de 1875 et de 1885. - 17 novembre 1875. Les travaux à l´église ont été commencés et au clocher (à la toiture ?). - 15 novembre 1885. Legs de M. de Vazelhes à la fabrique de Chalain : le maire a donné son avis sur l´emploi du legs, pour l´agrandissement de l´église.

  • Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart. Cote 5065. Chalain-d'Uzore. Notes concernant l'église paroissiale Saint-Didier. -Feuillet de notes. Au printemps 1898, une lézarde ancienne se serait agrandie à la coupole ; autre lézarde dans la 1ère travée contre le mur de façade. Décollement... Jamot appelé comme expert a conclu à la démolition immédiate. C´était aussi l´avis du curé. M. de La Plagne, maire de Saint-Paul-d'Uzore [qui dépend de la paroisse de Chalain-d'Uzore], ne tient pas à la reconstruction : son conseil municipal ne veut pas payer pour l'église de la commune voisine et l´incite au contraire à relever la paroisse de Saint-Paul. L'église est très humide du côté est. -Brouillon de lettre, 8 novembre1898. Un projet de démolition de l´église de Chalain, trop petite, pour construire une église sur un terrain vierge, est soutenu par Jamot, le curé et M. de la Plagne, mais déploré par M. du Sauzey, Noël Thiollier et l´expéditeur [sans doute Eleuthère Brassart]. "Il est bien à souhaiter que l´archevêque nous consulte, comme cela a été fait pour Saint-Sauveur". Si on démolit, "le coût de la démolition de ces vieux murs épais diminuera singulièrement l´économie résultant du réemploi des matériaux". -Lettre. Lézarde dans la coupole, l´abside et la 1ère travée de l´église, provoquée au début des années 1890 par un coup de tonnerre. -Feuillet de notes. Eglise simple à transept et trois absides. Nef de deux travées voûtées en berceau plein cintre. Arcs doubleaux primitifs cintrés ; doubleaux inférieurs (?) en tiers point sous la coupole, cintrés ailleurs. Arcs de décharge cintrés ; bien construits, reposant sur des piliers à impostes assez bien profilées. Traces de reconstruction certaine de la voûte (...) devant les marches de l´autel, table d´autel à rebord. (...) Traces de peintures anciennes dans la grande abside. Fenêtre centrale romane ébrasée reposant sur un cordon billetté. (...) deux chandeliers argentés de 1665 (sceau gravé d´une confrérie 3 étoiles en chef au dessous un compas reposant sur un sceau. A droite et à gauche 2 autels de menuiserie -Feuillet de notes. Eglise pauvre de construction, fortement entamée par l´humidité et la moisissure. Schéma avec dessin des lézardes : une au milieu de la voûte de la 1ère travée (parallèle à l´axe de la voûte) ; une à la croisée, à peu près diagonale nord-ouest - sud-est ; une au milieu de la voûte de l´absidiole sud, sens longitudinal.

  • Bibl. Diana, Montbrison. Procès-verbal de la visite pastorale de Monseigneur Camille de Neuville, 1658-1662. Transcription réalisée par l'abbé Merle, milieu 20e siècle

Documents figurés
  • [Plan schématique de l'église] / Louis Bernard (recenseur Monuments historiques). 1 dess. : encre et rehaut de couleur au crayon sur calque, collé sur papier ; éch. 1:100. [s.d.], vers 1975 (AD Loire. Série 1111 VT : 31)

  • [Plan schématique de l'église] / 1 dess. : encre noire sur calque, d'après un plan schématique de Louis Bernard. Vers 1975 (A SDAP Loire).

  • Château de Chalain-d'Uzore / Rez-de-chaussée / Louis Bernard (recenseur Monuments historiques). 1 dess. : plan à l'encre sur calque ; échelle 1:100 ; 54,7x53 cm. [s.d.], vers 1975 (A SDAP Loire).

  • [Coupe longitudinale annotée de l'église] / 1 dess. : encre noire sur calque ; 65,7 x 61,3 cm. 1973 (A SDAP Loire).

  • Yzoire (fol. 494) / Guillaume Revel (héraut d´armes). 1 dess. : peinture sur parchemin (protégée par un papier de soie). Tiré de : Armorial du Forez, fac-similé par Chéri-Rousseau (4e quart 19e siècle) du manuscrit Fr 22297 de la B.N.F (original v. 1450). Pages foliotées au crayon à papier (foliotage de l´original) ; dessin seulement sur recto. (Bibl. Diana, Montbrison).

    B Diana Montbrison
  • [Eglise et château de Chalain-d'Uzore, vus depuis le nord-ouest] / Félix Thiollier (?, photographe). 1 photogr. pos. : tirage argentique sur papier citrate collé sur carton bleu ; 18,3 x 25,3 cm. [s.d.] 4e quart 19e siècle (Bibl. Diana. Fonds Brassart, cote 5065).

  • [Partie sud du château et clocher de l'église en arrière plan] / Félix Thiollier (photographe). Tirage moderne d'après plaque photographique (gélatine au bromure d'argent sur plaque de verre, couleur grise, ou collodion sur plaque de verre, couleur sépia). [s.d.] fin 19e siècle (Coll. Part. Thiollier-Sénéclauze, n° 44bis / 57).

  • [Vue d'ensemble de l'aile sud du château avec le clocher de l'église en arrière plan] / Félix Thiollier (?, photographe). 1 photogr. pos. : tirage argentique sur papier citrate collé sur carton bleu ; 16,4x24,9 cm. [s.d.] 4e quart 19e siècle (Bibl. Diana. Fonds Brassart, cote 5065).

  • [Vue générale de l'aile sud du château avec le clocher de l'église en arrière plan] / Félix Thiollier (?, photographe). 1 photogr. pos. : tirage argentique sur papier citrate collé sur carton bleu, 16,4x 24,9 cm. [s.d.], 4e quart 19e siècle (Bibl. Diana. Fonds Brassart, cote 5065).

  • CHALAIN-D'UZORE (Loire) / L'Eglise et le Château / (XIIe et XVe siècles) / Editions du Forez (éditeur). 1 impr. photomec. (carte postale), N&B ; [s.d.] limite 19e, 20e siècle (Coll. Part. L. Tissier).

  • CHALAIN-D'UZORE (Loire) - l'Eglise / Chatelut (éditeur). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. Début 20e siècle. (Coll. Part. L. Tissier).

  • [Vue intérieure de l'église en direction du choeur] / 1 photogr. pos. : tirage argentique sur papier albuminé ; 16,4 x 12,8 cm. [s.d.], 4e quart 19e siècle (Bibl. Diana. Fonds Brassart, cote 5065).

  • [Détail du tref et vue du choeur en arrière plan] / Louis Bernard (recenseur Monuments historiques). 1 photogr. pos. : tirage sur papier argentique N&B ; vers 1975 (AD Loire. Série 1111 VT : 31).

  • [Vue intérieure de l'église en direction de l'entrée] / 1 photogr. pos. : tirage argentique sur papier albuminé ; 16,5x 13,4 cm. [s.d.], 4e quart 19e siècle (Bibl. Diana. Fonds Brassart, cote 5065).

  • CHALAIN-D'UZORE (Loire) - Intérieur de l'Eglise. Edition du Forez. Cliché Tessaire [Vue intérieure de l'église, vers le choeur] / Edition du Forez (éditeur) ; Tessaire (photographe). 1 impr. photoméc (carte postale) : N&B. Début 20e siècle. Coll. Part. L. Tissier. [exemplaire identique dans le fonds Brassart, Bibl. Diana (Montbrison), cote 5065]

Bibliographie
  • BERNARD, Louis. L´église de Chalain-d´Uzore. Bulletin de la Diana, t. XXXVI, n°5

    p. 222-227
  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 139, 140
  • GARDES, Gilbert (dir.). Grande encyclopédie du Forez et des communes de la Loire. T. 4. Montbrison et sa région. Le Coteau : Horvath, 1985

    p. 98, 99
  • HALM, Cindy. Les églises du Forez au 19e siècle et leur importance dans le tissus social. T. 2. canton de Montbrison et Noirétable. Montbrison : la Diana (Recueil de mémoires et documents sur le Forez ; 43), 2006

    p. 27
  • SALOMON, Emile. Les châteaux historiques : manoirs, maisons fortes, gentilhommières, anciens fiefs du Forez et des enclaves du Lyonnais, du Beaujolais et du Macônnais qui ont formé le département de la Loire ; ill. par le Vicomte Gaston de Jourda de Vaux et Henry Gonnard. Réimpression de l'édition de Hennebont de 1916, 1922, 1926. Marseille : Laffitte, 1979. 3 Vol. (446-464-361 p.) : ill.; 30 cm

  • THIOLLIER, Félix. Le Forez pittoresque et monumental, histoire et description du département de la Loire et de ses confins, ouvrage illustré de 980 gravures ou eaux-fortes, publié sous les auspices de la Diana... Lyon : Imprimerie A. Waltener, 1889 (2 vol.)

    p. 270
  • VACHET, Adolphe (abbé). Les paroisses du diocèse de Lyon : archives et antiquités. Abbaye de Lérins ; Imprimerie M. Bernard,1899. 752 p. ; 27,5 cm.

    p. 73, 74
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry