Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Augustin

Dossier IA69004291 réalisé en 2008

Fiche

Voir

HISTORIQUE

Vers 1849, les habitants du quartier des Tapis (les tapis font référence au gazon qui couvraient les talus des anciens remparts) de la ville de la Croix-Rousse, se plaignant de l´éloignement et de l´insuffisance de l´église paroissiale Saint-Denis, décident d´obtenir la création d´une paroisse nouvelle. En effet, d´après le recensement de 1845, la Croix Rousse compte 30 549 habitants, la paroisse de Saint-Denis en compte 24 349, celle de Saint-Eucher 4600, et celle de Saint-Charles 1600 (AD Rhône, 6 DEM 222). Les habitants de la Croix-Rousse nomment à cet effet, une commission formée de M. Gors, Jourdan, Millet, Mouchet, Cuzin et Sarsay, Boussuge Mouchat et Viron. Cette commission ouvre des souscriptions et charge M. Sarsay et Piquet d´acheter en leur nom un terrain de 740 mètres carrés de superficie, situé dans l´ancien clos Nesme, pour y bâtir la nouvelle église. M. Bourdet, architecte à la Croix-Rousse, est désigné par la commission pour diriger cette construction. Son emplacement, à l´angle des rues Denfert-Rochereau (ancienne rue d´Enfer) et Valentin Couturier (ancienne rue Saint-Augustin) est justifié par sa proximité avec le quartier le plus peuplé et par la nécessité de laisser tout le surplus du terrain libre, pour pouvoir en disposer plus tard pour la construction d´une église définitive (AD Rhône, 6 DEM 222).

Les travaux de construction, en partie financés par un le legs de l´abbé Gervais, ancien ecclésiastique de la Croix-Rousse, commencent en juillet 1850 et se terminent en avril 1851. Le 25 février 1851 un décret du président de la République, confère une existence légale et assigne ses limites à la nouvelle paroisse.

Le dimanche des Rameaux, 13 avril 1851, a lieu la bénédiction solennelle de l´église Saint-Augustin par l´abbé Callot, chargé des fonctions curiales jusqu´à la nomination d´un titulaire et délégué par le cardinal de Bonald, archevêque de Lyon. Le vocable de Saint-Augustin est choisi en hommage à l´évêque d´Hippone auquel aucune église n´est encore dédiée dans le diocèse de Lyon, il doit garder la mémoire du couvent des Pères Augustins Réformés fondé en 1624 à la Croix-Rousse. Le 27 avril 1851 a lieu l´installation du premier curé de Saint-Augustin, l´abbé Jean-Claude Parrel. En 1853, l´église, devenue trop exiguë, est agrandie et dotée de sacristies et de dépendances (AD Rhône, 2 V 22).

La paroisse connait de nombreuses difficultés budgétaires occasionnées par l´achat du terrain et les travaux de construction. En effet, les règlements de la voierie municipale, ont obligé à faire en pierre et à rendre ainsi définitive, une construction qui n´avait été projetée qu´en pisé et qui ne devait être que provisoire. Il en résulte une augmentation de dépenses qui double le chiffre du devis primitif que les dons et souscriptions des paroissiens, en grande majorité ouvriers tisseurs, auraient pu suffire à couvrir. Ce n´est que vingt ans plus tard que les dettes finissent par être résorbées grâce à une subvention municipale ainsi qu´à plusieurs dons, legs testamentaires et souscriptions des paroissiens.

L´intérieur de l´église est enrichi grâce aux dons des paroissiens, notamment celui de Mme Ricard, rentière, qui fait exécuter à ses frais en 1859, par M. Pinet, quelques peintures murales dans le rond-point de l´abside.

Entre temps, la commune de la Croix-Rousse est rattachée à Lyon en 1852. Les anciens remparts qui, depuis le XVIe siècle, séparaient de la ville le faubourg de la Croix-Rousse, sont démolis en 1868 et remplacés par un boulevard. Le curé veut alors mettre fin à la situation provisoire de l´église Saint-Augustin, trop exiguë, en en faisant construire une nouvelle sur la nouvelle avenue. Mais cette demande reste sans suite. Des travaux sont alors entrepris à l´intérieur de l´église provisoire : une double rangée de colonnes divise l´ancien parallélogramme en trois nefs qui sont recouvertes de fausses voûtes. Le tout reçoit une ornementation peinte exécutée sous la direction et d´après les dessins de M. Sarsay, président de la fabrique. Tous ces travaux sont achevés au commencement de l´année 1875. L´abbé Antoine Chomel fait réédifier, en septembre 1891, le clocher qui menaçait de tomber. Cet édicule en forme de dôme arrondi, est remplacé par une flèche classique (A paroissiales église Saint-Augustin, journal de l´église Saint-Augustin, série 5 C/1). L´unique cloche qu´il renfermait date de l´année 1854. Elle est bénite, le dimanche 26 mars, par un vicaire général de Lyon, en présence de M. Jean-Louis Lucy, parrain, et de Mme Marie-Frédérique-Guillelmine Gérard, née Girodon, marraine, qui lui donnent le nom de Marie-Louise. Elle pèse 317 kilogrammes, et a été fondue par Gédéon Morel, de Lyon, aux frais de la paroisse et des confréries du Saint-Sacrement et du Saint-Rosaire.

En 1912, alors qu´une nouvelle église, cette fois-ci définitive, est construite à l´angle de la rue Denfert-Rochereau et de la rue Jacquard, l´ancienne église continue d´exister jusqu´au 17 février 1915, date du décret du président de la République prononçant sa désaffection (A paroissiales église Saint-Augustin, journal de l´église Saint-Augustin, série 5 C/1). Une partie des objets de culte provenant de l´ancienne église sont rachetés par le curé pour le nouvel édifice (Inventaire des biens de l'église Saint-Augustin 1905, AD Rhône, série V).

DESCRIPTION

Situation et composition d'ensemble

L'église Saint-Augustin est située dans un quartier d'habitat, à l´angle des rues Denfert-Rochereau (ancienne rue d´Enfer) et Valentin-Couturier (ancienne rue Saint-Augustin), avec une entrée principale à l'angle des deux rues et deux entrées latérales rue Valentin-Couturier, la dernière commune avec la sacristie et un petit bâtiment portant le n° 34 et composé d´un rez-de-chaussée de deux pièces formant le logement du sacristain (Inventaire des biens de l'église Saint-Augustin 1905, AD Rhône, série V). Il s'agit d'une construction placée dans l´alignement de la rue projetée, appuyée contre le mur latéral d'une maison, et élevée au niveau de la dite rue par un remblais pour en faciliter les abords( AD Rhône, 6 DEM 222). Un passage sépare l´église du mur du presbytère (Inventaire des biens de l'église Saint-Augustin 1905, AD Rhône, série V).

Matériaux et couvertures

La nef est couverte par une toiture à deux pans et les bas-côté par un toit en appentis, sans doute en tuiles (?). Le clocher, d'abord simple édicule en charpente et zinc est remplacé par une flèche classique en 1891 (A paroissiales église Saint-Augustin, journal de l´église Saint-Augustin, série 5 C/1). A l'intérieur, la nef est couverte de fausses voûtes en ogive dès 1868. Auparavant, il s'agissait d'une simple charpente (AD Rhône, 2 V 22).

L'église

L'église, de plan allongé avec chevet plat, comporte une nef et deux bas-côtés. Cette construction en pierre de 22 m de longueur dans oeuvre, sur 11 m de largeur dans oeuvre, sur une hauteur de 10 m sous le plafond, a un sous-sol avec calorifère et un étage servant de salle d'école et de grenier. Deux chapelles sont situées à chaque extrémité des collatéraux : la chapelle de La Vierge et la chapelle de saint Augustin avec chacune un autel en marbre blanc. Le vaisseau central se prolonge par le transept, le choeur et l'abside semi-circulaire où se situent les stalles et le maître-autel derrière lequel se trouve un escalier en pierre avec rampe en fer (Inventaire des biens de l'église Saint-Augustin 1905, AD Rhône, série V). De part et d'autre du choeur se trouvent deux sacristies dont une donne sur la rue. Un vestibule est situé entre la sortie de la sacristie et l´escalier menant au clocher.

Le porche d´entrée à fronton triangulaire faisant avant-corps par rapport aux bas-côtés à angle rabattu, est précédé par un perron. Le grand portail d'entrée cintré est surmonté d'une rose. Les côtés de l'église sont divisés en quatre travées à baies cintrées, celle du choeur comportant une baie jumelée surmontée d'un oculus.

On entre dans l'église par un grand portail et une entrée latérale. Le grand portail comporte un tambour en bois blanc peint montant presque jusqu´au plancher de la tribune large de 3 m et profond de 2,50 m. Au dessus de cette entrée se trouve une tribune en bois tenant toute la largeur de l´église avec une barrière en bois de chêne, et appuyée sur le tambour à laquelle on accède par un escalier en pierre de 30 marches. La porte latérale est également équipée d'un tambour en bois blanc peint de 3 m de hauteur, 2m de largeur, et 1,50 m de profondeur (Inventaire des biens de l'église Saint-Augustin 1905, AD Rhône, série V). Les trois vaisseaux de la nef sont d'abord séparées par des poteaux en bois de sapin. En 1868, ils sont remplacés par des colonnes en pierre (A paroissiales église Saint-Augustin, journal de l´église Saint-Augustin, série 5 C/1). Une table de communion sépare le choeur de la nef (Inventaire des biens de l'église Saint-Augustin 1905, AD Rhône, série V).

Le décor consiste en une ornementation peinte, et stuquée dans le choeur. Le décor peint est exécuté entre 1868 et 1875 sous la direction et d´après les dessins de M. Sarsay, président de la fabrique. Sur le mur absidial sont représentés les quatre évangélistes. Dans le choeur se dressent les statues de saint Joseph et de sainte Monique, ainsi que celles de la Vierge et de saint Augustin par le sculpteur Cubisole, placées dans leurs chapelles respectives à l´extrémité des collatéraux. Les baies sont ornées de verrières que forment des marqueteries coloriées, enchâssant un médaillon central. Celles du choeur présentent les figures en buste du Christ, de la Vierge et de saint Augustin. Celles des basses nefs reproduisent, d´un côté des emblèmes eucharistiques, de l´autre des images symboliques empruntées aux litanies de la sainte Vierge (A paroissiales église Saint-Augustin, journal de l´église Saint-Augustin, série 5 C/1).

Vocables Saint-Augustin
Parties constituantes non étudiées presbytère
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Lyon Urgences
Adresse Commune : Lyon 4e
Lieu-dit : Croix-Rousse
Adresse : rue Valentin-Couturier , rue Denfert-Rochereau
Cadastre : AM

Dans la première moitié du XIXe siècle, l´extension de l´industrie soyeuse fit s´accroître très rapidement la population du territoire de la Croix-Rousse : 16 500 habitants en 1836, 33 000 vingt ans plus tard. La population réclama alors la création de nouveaux centres religieux. Le 13 avril 1851 fut inaugurée l´église Saint-Augustin au quartier des Tapis. Cette église provisoire, financée par les souscriptions des paroissiens, était située à l´angle des rues Denfert-Rochereau (ancienne rue d´Enfer) et Valentin Couturier (ancienne rue Saint-Augustin). Elle fut remplacée en 1912 par une nouvelle église, cette fois-ci définitive, construite par l'architecte Augustin Chomel à l'angle des rues Denfert-Rochereau et Jacquard.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Dates 1851, daté par source
Auteur(s) Auteur : Bourdet, architecte, attribution par source

Cette église provisoire en pierre se caractérisait par un plan allongé, une nef et deux bas-côtés. Elle comportait un étage aménagé en salle de classe et un sous-sol. Elle se caractérisait surout par une grande économie de moyens à la fois dans la construction et le décor.

Murs pierre
Toit bois en couverture, zinc en couverture, tuile (?)
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux, sous-sol
Couvrements fausse voûte d'ogives
Couvertures toit à deux pans
appentis
Escaliers escalier de distribution extérieur, escalier droit, en maçonnerie

États conservations détruit
Techniques peinture
vitrail
sculpture
Représentations saint Jean saint Luc saint Marc saint Mathieu Christ Vierge saint Augustin symbole liturgique
Statut de la propriété propriété d'une association cultuelle

Annexes

  • Délimitation de la paroisse Saint-Augustin (A archevêché Lyon, Bulletin paroissial de Saint-Augustin, février 1930)

    La paroisse Saint-Augustin est limitée au sud par le boulevard de la Croix-Rousse et comprend tous les numéros impairs depuis le chemin de Serin jusqu´à la grande place de la Croix-Rousse.

    La rue Déchazelle, la rue Bony, la rue Chazière, la rue Roussy lui appartiennent.

    Toute la nouvelle cité Philippe-de-Lasalle, avec la rue Ribot, le chemin de la Corniche, la rue Niepce sont également à Saint-Augustin. La paroisse est limitée, au nord, par la rue Hénon, à partir de la rue Niepce jusqu´à la rue Philippe-de-Lassalle.

    En partant du boulevard, la rue Philippe-de-Lassalle appartient à la paroisse de la rue d´Ypres jusqu´à la rue Jean-Revel.

    En partant du boulevard, la rue Henry-Gorjus, anciennement rue de l´Enfance, fait partie de la paroisse jusqu´à la rue Jean-Revel et jusqu´à la rue Barodet.

    En partant du boulevard, la rue Denfert-Rochereau appartient à la paroisse jusqu´à l´impasse Gord et à la rue Pelletier. En partant du boulevard, la rue de Cuire est également comprise jusqu´à la rue Pelletier et la rue Dumont. Enfin, en partant toujours du boulevard, les façades de la grande place et de la grande rue de la Croix-Rousse appartiennent à la paroisse Saint-Augustin jusqu´à la rue Dumont.

    La physionomie de la paroisse change après la création en 1942 de la paroisse Sainte-Elisabeth, filleule de la paroisse Saint-Augustin, qui ampute celle-ci de toute la cité Philippe de Lasalle et des quartiers environnants (panneau explicatif dans l'église).

  • Liste des entrepreneurs (AD Rhône, 6 DEM 222)

    Peillon et Ramel pour la maçonnerie et le pisé

    Passeaud pour la charpente

    Mouchet pour la menuiserie

    Roustan pour la serrurerie

    Tesseyre pour la ferblanterie

    Gonnard pour la plâtrerie et la peinture

  • Membres du conseil de fabrique (AD Rhône, 6 DEM 222)

    Le conseil de fabrique se constitue le 3 juillet 1851, en présence du nouveau curé et de M. Cabias, maire de la Croix-Rousse, membres de droit. Il se composait de Victor Fournel, Jean-Antoine Jourdan, Antoine-Louis Hugues, Pierre Mouchet, Louis Sarsay, désignés par l´autorité diocésaine, et de M. Auberthier, Maurier, Chastaing et Ancel-Roi nommés par arrêté préfectoral.

    Le 7 janvier 1855, le conseil de fabrique, endetté, décide de démissionner après de nombreuses demandes de secours. Le nouveau Conseil, installé le 6 juin 1855, était formé de MM. Chastaing, Hugues, Fontbonne, Vaesen, Mille, Darit, Dimbert, Compart et Reverchon.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Arch. dép. Rhône. 6 DEM 222-224. Fabrique de Saint-Augustin : construction de l'église, délibérations, état des recettes et des dépenses, 1851-1906

  • Arch. dép. Rhône. 4 T 4. Commission départementale pour le classement des objets historiques ou artistiques dans les édifices religieux : église Saint-Augustin, 1905

  • Arch. dép. Rhône. 2 V 22. Organisation et police du culte catholique : paroisse du 4e arrondissement, Saint-Augustin , 1850-1870

  • Arch. dép. Rhône. 5 V 27. Administration des biens des fabriques : église Saint-Augustin , 1880-1883

  • Arch. dép. Rhône. 5 V 111. Vérification des comptes par le conseil de préfecture : église Saint-Augustin , 1894-1906

  • Arch. dép. Rhône. 8 V 3. Loi de séparation de l´Eglise et de l´Etat : application de la loi , 1905-1906

  • Arch. dép. Rhône. Boîte 38. Inventaire des biens de l´église Saint-Augustin ,1906

  • Arch. mun. Lyon. II 123 . Fonds Georges Keller-Dorian : Inventaire des oeuvres d´art conservées dans les édifices lyonnais ,1905

  • Arch. mun. Lyon. 3 WP 206 . La Croix Rousse : délimitation de la paroisse saint augustin, 1851-1855

  • Arch. mun. Lyon. 305 WP 01. Fabrique de Saint-Augustin : budgets , 1877-1891, 1895-1904

  • A archevêché Lyon. Série 5 C. Dossier sur l'église Saint-Augustin, 1850-1899

  • A archevêché Lyon.Bulletin paroissial de l'église Saint-Augustin, 1899-1907

  • A paroissiales église Saint-Augustin Lyon. Série 5 C 1 Journal de l´église Saint-Augustin , 1851-1914

Documents figurés
  • Vue générale de l'église.carte postale (Arch. mun. Lyon 4 Fi 01938)

  • Plan de la Croix-Rousse en 1863. Centenaire de l'église Saint-Augustin à la Croix-Rousse 1851-1951. sn, 1951. (AP M. Billon)

  • Plan général de l'église par l'architecte Bourdet. (Arch. dép. Rhône 2 V 22)

  • Plan de délimitation de la paroisse Saint-Augustin. 1851 (Arch. dép. Rhône 6 DEM 222)

  • Coupe transversale, côté choeur, par Bourdet. (Arch. dép. Rhône 2 V 22)

  • Coupe longitudinale par Bourdet. (Arch. dép. Rhône 2 V 22)

  • Elévation de la façade principale par Bourdet. (Arch. dép. Rhône 2 V 22)

  • Photographie de l'intérieur de l'église. MARTIN, J.-B.Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, (DRAC Rhône-Alpes, SRI, Lyon)

Bibliographie
  • BARRE, Josette. La colline de la Croix-Rousse, Histoire et géographie urbaine. Lyon : Edition lyonnaise d'art et d'histoire. Institut des études rhodaniennes, 1993

  • BAYARD, F. , CAYEZ, P.Histoire de Lyon, du XVIe siècle à nos jours. Le Coteau : éditions Horvath, 1990

  • BERTIN, D.Guide des églises de Lyon. Lyon : Editions lyonnaises d´art et d´histoire, 2000

  • CADIEU-DUMONT, Céline. Architecture du sacré : les lieux de culte à Lyon au XIXe siècle. catalogue d'exposition : Lyon, Palais Saint-Jean, 19 octobre - 18 décembre 1996, archives municipales de Lyon, 1996

  • Centenaire de Saint-Augustin à la Croix-Rousse 1851-1951. sn, 1951

  • JACQUEMIN, L.Histoire des églises de Lyon. Lyon : Elie Bellier éditeur, 1983

  • MARTIN, Jean-Baptiste. Histoire des églises et chapelles de Lyon. Lyon : H. Lardanchet, 1908-1909. 2 vol., XXVI-372 p.-[5] f. de pl. : ill., 499 p.-[5] f. de pl. : ill. ; 33 cm

    t. 1
  • PELLETIER, J.Lyon Connaître son arrondissement : le 4e. Lyon : Editions lyonnaises d´art et d´histoire, 1997

  • VANARIO, Maurice. Les rues de Lyon à travers les siècles (XIVe au XXe). Lyon : Editions lyonnaises d´art et d´histoire, 1990

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Iselin Claire