Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecole libre de filles sourdes et muettes, actuellement institutions pour personnes déficientes intellectuelles

Dossier IA42002797 réalisé en 2006

Fiche

Appellationslibre de filles sourdes-muettes
Dénominationsécole
Aire d'étude et cantonMontbrison - Montbrison
AdresseCommune : Montbrison
Lieu-dit : Moingt, la Reclava
Adresse : 144 rue
Centrale
Cadastre : 1986 AI 136

Dans le registre des délibérations à l´attention des instituteurs et institutrices qui veulent ouvrir une école libre, conformément à l´article 27 de la loi du 15 mars 1850 (AM Moingt), Marie Baroux, le 12 septembre 1863, déclare souhaiter ouvrir une école libre de filles sourdes-muettes à Moingt dans la maison de M. Balland. Le 10 novembre de la même année, c´est Marie Grivel (ou Crivel) qui déclare son intention d´ouvrir une école libre et un pensionnat de filles dans la maison Balland. Une lettre des AD de la Loire (série O-1060) précise que M. l´Abbé Dessaigne, curé de Chaumont (Puy-de-Dôme), fondateur d´une école de sourds-muets souhaitait en ouvrir une autre dans la Loire. Marie Barioux a donc déclaré l´ouverture d´une école libre de sourdes-muettes à Moingt, mais ayant besoin de donné le logement et la nourriture aux enfants, il été déclaré l´ouverture d´un pensionnat libre, et comme Marie Barioux ne réunissait pas toutes les conditions voulues, la déclaration a été faite au nom de la soussignée Marie Grivel. En 1919, lors de la venue de Mgr Maurin dans le cadre de sa visite pastorale, l´abbé Breuil relate par écrit sa venue. Dans ce document repris par Joseph Barou (http://forezhistoire.free.fr/images/cardinalmaurin.pdf) il est précisé : Les bancs de l'église sont à peu près tous occupés par des femmes et des fillettes, le personnel de la maison des sourdes-muettes, à lui seul garnit plusieurs bancs´ et en note de page il est précisé que la maison est tenue par des soeurs franciscaines. Cette maison de religieuses s´occupait à l´origine d´enfants sourds et muets, d´enseignement privé et primaire de filles (de cas sociaux en majorité), et s´un pensionnat. Elles étaient propriétaires également d´une vigne. Plusieurs cartes postales nous renseignent sur la présence de dortoirs, réfectoire, chapelle et d´un grand jardin clos de murs qui se trouvaient sur la parcelle actuelle 1986 AI 125a. Quelques renseignements oraux nous signalent qu´une petite maison (détruite aujourd´hui) était positionnée vers le portail d´entrée et qu´un vieux curé y habitait. Dans les années 1962, il n´y a plus d´école (renseignement oral), seulement un internat pour quelques cas sociaux. En 1971 / 1972, l´association départementale des amis et parents de personnes déficientes intellectuelles (ADAPEI) s´installe ; s´en suivent des transformations intérieures, puis d´autres en 1992 / 1993

Période(s)Principale : 1ère moitié 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1863, daté par source, daté par source, daté par source
1971
1992

Le bâtiment étudié, de plan rectangulaire et disposant de 800 m² habitables, comporte sept travées et cinq niveaux : un étage de soubassement avec un ensemble de caves voûtées, accessibles par le mur pignon gauche (nord), et dont l´emprise correspond, en surface, aux trois travées de gauche. Un rez-de-chaussée surélevé qui comportait des salles de classe, une cuisine et un réfectoire. Un premier étage pour des salles de classe, une chapelle (avec un autel et des statues) et des chambres de sœurs. Un second étage où se trouvait le dortoir avec des tentures pour séparations individuelles, des sanitaires (toilettes et lavabos sans eau chaude) ; enfin un comble à surcroît. Les deux façades principales sont semblables, à la différence près que la principale (à l´ouest), comporte un petit avant corps en saillie, pour recevoir l´entrée du bâtiment, au-dessus de laquelle se trouve une niche à statuette. Le bâtiment est en moellon de granite à assises régulières, l´encadrement des baies comme les chaînages d´angle sont en pierre de taille, et la toiture à longs pans est couverte de tuiles creuses.

Mursgranite
moellon
Toittuile creuse
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, comble à surcroît
Couvrementsvoûte en berceau
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe
Escaliersescalier dans-oeuvre
États conservationsrestauré
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Moingt. Série 2W3 - 1850 / 1960. Ecoles - Ecoles privées. 1 - Registre des délibérations que doivent faire à la mairie les instituteurs et institutrices qui veulent ouvrir une école libre, conformément à l´article 27 de la loi du 15 mars 1850. * 12 septembre 1863 : Marie Baroux née à Chaumont, Puy-de-Dôme le 12 novembre 1838, pourvue d´un brevet de capacité a l´honneur de vous déclarer son intention d´ouvrir une école libre de filles sourdes-muettes à Moingt dans la maison de M. Balland. * 10 novembre 1863 : Marie Crivel déclare son intention d´ouvrir une école libre et un pensionnat de filles dans la maison Balland.

  • AC Montbrison. Registres des délibérations du conseil municipal : séries 1D8 Moingt : 10 juil. 1900 - 28 fév. 1915. Etablissement de sourdes-muettest. * 24 novembre 1901 : La congrégation du Tiers Ordre de Saint François d´Assise ; dont le siège est à Moingt, effectue une demande en autorisation : considérant que la congrégation du Tiers Ordre..., dite Religieuse des sourdes-muettes demeurant à Moingt remplit une oeuvre essentiellement philanthropique et humanitaire en recueillant des petites filles sourdes et muettes, en les instruisant... le conseil municipal donne un avis favorable à la demande en autorisation de cette congrégation. * 1er août 1904 : par arrêté du 10 juillet 1904, et la loi du 07 juillet 1904, l´établissement des soeurs du Tiers Ordre de Saint-François de Salle doit être fermé. Le CM considère que l´établissement n´étant pas enseignant mais hospitalier puisqu´il ne reçoit « que des sourdes-muettes idiotes ou infirmes de tout âge ». Deux pensionnaires de plus de 60 ans, 2 de 50 à 40 ans, 8 de 20 à 50 et 4 de 15 à 20 ans. Parfois il recueille des enfants d´âge scolaire. Le CM demande le report de l´arrêté.

  • AD Loire. Série O-1060. Ecole de sourds-muets. 24 décembre 1863 : M. l´Abbé Dessaigne, curé de Chaumont (Puy-de-Dôme), fondateur d´une école de sourds-muets souhaitait en ouvrir une autre dans la Loire. Marie Barioux a donc déclaré l´ouverture d´une école libre de sourdes-muettes à Moingt, mais ayant besoin de donné le logement et la nourriture aux enfants, il été déclaré l´ouverture d´un pensionnat libre, et comme Marie Barioux ne réunissait pas toutes les conditions voulues, la déclaration a été faite au nom de la soussignée Marie Grivel

Documents figurés
  • Etablissement Hospitalier des Sourdes-Muettes - MOINGT près MONTBRISON (Loire). Lassablière H. (photographe), Carte postale noir et blanc, vers 1911. Coll. Part. L. Tissier.

  • Moingt par Montbrison (Loire) - JUVENAT sainte-Bernadette / 'La Vierge du Salve' autour de laquelle, chaque soir, la communauté se réunit pour chanter le Salve. H. Lablassière (photographe) - St-Etienne (carte postale) : N&B. 2e quart 20e siècle (tamponnée en 1938) (Coll. Part. Tissier).

  • Moingt par Montbrison (Loire) - JUVENAT - Réfectoire. H. Lablassière (photographe) - St-Etienne (carte postale) : N&B. 2e quart 20e siècle (tamponnée en 1938) (Coll. Part. Tissier).

  • Moingt par Montbrison (Loire) - JUVENAT - Près du dortoir, les Lavabos. H. Lablassière (photographe) - St-Etienne (carte postale) : N&B. 2e quart 20e siècle (tamponnée en 1938) (Coll. Part. Tissier).

  • Moingt par Montbrison (Loire) - JUVENAT - Chapelle. H. Lablassière (photographe) - St-Etienne (carte postale) : N&B. 2e quart 20e siècle (tamponnée en 1938) (Coll. Part. Tissier).

  • Moingt par Montbrison (Loire) - JUVENAT - Coin de la classe au Juvénat. H. Lablassière (photographe) - St-Etienne (carte postale) : N&B. 2e quart 20e siècle (tamponnée en 1938) (Coll. Part. Tissier).

  • Moingt par Montbrison (Loire) - JUVENAT - Jardin potager - Cadre d'horizon. H. Lablassière (photographe) - St-Etienne (carte postale) : N&B. 2e quart 20e siècle (tamponnée en 1938) (Coll. Part. Tissier).

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry