Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Couvent de capucins, puis couvent de clarisses

Dossier IA42003297 inclus dans Ville de Montbrison réalisé en 2005

Fiche

Genre de capucins
Appellations Monastère Sainte-Claire
Dénominations couvent
Aire d'étude et canton Montbrison
Adresse Commune : Montbrison
Adresse : 29 avenue de la Libération
Cadastre : 1986 BN 162, 197 ; 1809 D 288, 289, 290, 291, 292

Le couvent des capucins est construit probablement à la fin du XVIIe siècle (vers 1680 selon Auguste Broutin). Fermé à la Révolution (il ne reste alors que six moines), le couvent est transformé en auberge. En 1821, les clarisses de Montbrison, qui occupaient depuis 1804 le site du prieuré de Sainte-Eugénie à Moingt, s'y installent. La chapelle est remaniée ou reconstruite dans les années suivantes. L'aspect actuel des bâtiments en situe la construction au 18e siècle (quelques linteaux en arc segmentaires) et surtout dans la 1ère moitié du 19e siècle. L'oratoire voûté d'arêtes (non visité) serait la partie la plus ancienne.

En 1936, l'arrivée de soeurs venues d'un couvent de Nantes pour renforcer les effectifs de Montbrison entraîne des travaux de réfection, comme par exemple au réfectoire, déplacé dans une ancienne grange transformée (cette campagne de travaux se signale par la création d'ouvertures en plein-cintre à encadrements de ciment, sur les élévations orientales de la chapelle et du réfectoire). Vers les années 1950, les clarisses font l'acquisition d'un clos situé à l'est de leur emprise d'origine. Au début du XXIe siècle, une boutique de vente d'artisanat monastique est aménagée dans un nouveau bâtiment a été ajouté le long de l'avenue de la Libération.

Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle , (?) , (détruit)
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Secondaire : 1er quart 21e siècle

La propriété des clarisses est comprise entre l'avenue de la Libération à l'ouest, la rue Sainte-Claire au nord, la rue des Lilas à l'est et des maisons et immeubles au sud. L'ensemble est fermé par un mur de clôture.

Le portail donnant sur l'avenue de la Libération donne accès à une première cour dans laquelle se trouve le puits (à margelle monolithe en granite, formant un cylindre enfermé dans les arêtes d'un parallélépipède), bordée par des bâtiments de dépendance ou d'habitation (dont le parloir) et par la façade de la chapelle. Un second portail donne accès à une cour carrée réservée aux religieuses (non visitée). Celle-ci est bordée par la chapelle au nord, par un corps de bâtiment contenant le réfectoire et des cellules à l'est, et par un long corps de bâtiment au sud, essentiellement à usage d'habitation. En retour dans l'angle sud-est du clos se trouvent des dépendances liées à la vie domestique, dont un lavoir en ciment de forme semi-circulaire.

Ces bâtiments ont un sous-sol et deux étages carrés (un étage carré et un étage de comble pour la partie ouest du bâtiment sud) sont en moellon de granite (enduit sur les façades entourant la cour d'entrée, décroûtés et jointés ailleurs) avec des encadrements en granite à linteaux droits ; la grande façade sud présente aussi des ouvertures de style varié : une porte à linteau en arc segmentaire (les cartes postales montrent des fenêtres en arc segmentaire dans la cour des religieuses), fenêtres à linteau en arc en plein-cintre au premier étage, oculus ovale et jours dans la partie est, témoins des nombreuses phases de construction et modification de l'édifice. Le portail d'entrée et le portail de la chapelle sont en arc en anse de panier.

La chapelle est un bâtiment à une nef, à chevet plat et façade occidentale sans ornement ; elle possède une crypte. Le clocher, de plan carré et couvert d'une flèche en zinc, est implanté à l'angle que forme la chapelle avec la cour des religieuses. En retour de sa façade sud a été construit un bâtiment d'habitation à deux étages (mêmes matériaux que les précédents). Parallèlement à l'église est édifiée une maison de quatre travées, à un étage, adossée à la clôture au sud, destinée à l'aumônier de la communauté. à l'est de ces bâtiments s'étendent des jardins de légumes ou de fleurs, comprenant des édicules destinés au petit bétail (poules, lapins) et plusieurs réservoirs d'eau maçonnés (ou boutasses) ; le cimetière des religieuses jouxtait le chevet de la chapelle. Au sud-est du clos, une maison à un étage a servi d'atelier de menuiserie et est actuellement utilisé comme remise de jardin. Enfin, au nord-est, se trouve une ancienne petite ferme à juxtaposition avec aître en façade (escalier en pierre, balcon en bois), comprenant une habitation à un étage, une étable avec fenière et une remise, un puits dans la cour.

Les maisons et la ferme sont en pisé enduit (au ciment), avec des encadrements non visibles ou en granite et en bois (ferme). Les toits sont en tuile creuse, à longs pans avec des croupes sur le bâtiment sud et l'extension au nord de la chapelle.

La partie est du clos forme les jardins (pelouse, arbres, bassins, statues, croix monumentale, sanctuaire à la Vierge).

Murs pisé
grès
granite
Toit tuile creuse
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés
Couvertures toit à longs pans croupe
Jardins groupe d'arbres, pelouse
Techniques sculpture
Précision représentations

Annexes

  • Les clarisses à Montbrison

    En 1496, Pierre d'Urfé obtient l'autorisation du pape Alexandre VI pour installer à Montbrison une communauté de clarisses. Le monastère, construit à l'emplacement actuel du jardin public situé en face de la sous-préfecture, est inauguré en 1500. Il subit plusieurs incendies (en 1520, 1624, 1699), il est pillé (en 1562), mais les sœurs l'occupent jusqu'à la Révolution. En 1792, les clarisses doivent abandonner les lieux. La ville souhaite transformer le monastère en collège puis abandonne cette idée pour choisir le couvent des ursulines. Le bâtiment accueil alors la gendarmerie. Il est détruit totalement en 1821.

    Après le départ du monastère, les clarisses se réfugient d'abord chez des habitants de Montbrison, puis elles occupent à partir de 1804 l'ancien couvent de bénédictines à Moingt (voir le dossier sur l'église Sainte-Eugénie). En 1821, elles s'installent dans le monastère des capucins qu'elles occupent jusqu'à aujourd'hui.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AH Montbrison (dépôt aux AC Montbrison). Boîte 89, chemise « chapitre de Notre-Dame ». Documents sans date, épinglés ensemble (18e siècle). Mémoire au conseil à propos des communautés religieuses : des capucins, des pères de l’Oratoire, des religieuses de Sainte-Claire et de Sainte-Ursule.

    AC Montbrison : Boîte 89 chemise Notre-Dame.
Documents figurés
  • MONTBRISON. - Couvent Ste-Claire. 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. 1er quart 20e siècle.

  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire - Montbrison (Loire) / "Cour intérieure et le Puits". 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire - 42 - Montbrison / LE CLOCHER. 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire - 42 - Montbrison [Religieuse dans la cour]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire -42 -Montbrison / SALLE DU CHAPITRE. 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire - 42 - Montbrison / LE REFECTOIRE. 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire - 42 - Montbrison / ATELIER DE MODELAGE. 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire - 42 - Montbrison / LE REFECTOIRE [statues]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire - 42 - Montbrison / CRUCIFIX (bois du XVIIIe siècle). 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire - 42 - Montbrison / SAINTE CLAIRE Bois XVIIe. 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire - 42600 Montbrison / VIERGE (Bois du XVIIIe siècle). 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
  • [Au verso] Monastère Sainte-Claire - 42 - Montbrison / SAINT FRANÇOIS D'ASSISE / (bois du XVIIIe siècle). 1 impr. photoméc. (carte postale) : noir et blanc. (Coll. Part. L. Tissier).

    Collection particulière : Louis Tissier
Bibliographie
  • BROUTIN, Auguste. Histoire des couvents de Montbrison avant 1793. Saint-Etienne : impr. de Montagny, 1874-1876. 2 vol. (XIII-376-396 p.) : pl., sceaux.

  • FOURNIER-NEEL, Marguerite. Montbrison coeur du Forez. Son passé, ses monuments, ses rues. Montbrison : impr. I.P.M., rééd. 2001.

    P. 139.
  • LATTA, Claude. Histoire de Montbrison. Lyon : Horvath, 2e éd., 1994.

    P. 231.
  • LE CORNEC, Kathleen. Les Clarisses de montbrison, Bulletin de la Diana, volume LXXI, n°2, 2012.

    P. 139-161.
  • Les Clarisses à Montbrison 1500 - 2000, 500 ans de présence, Montbrison : Amis du monastère de Sainte-Claire, 2000.

  • RENON, François (Dom). Chronique de Notre-Dame d'Espérance de Montbrison, ou étude historique et archéologique sur cette église, depuis son origine (1212) jusqu'à nos jours. Roanne : imprimerie de A. Farine, rue Royale, 1847

  • VACHET, Adolphe (abbé). Les paroisses du diocèse de Lyon : archives et antiquités. Abbaye de Lérins ; Imprimerie M. Bernard,1899. 752 p. ; 27,5 cm.

    P. 233.

Liens web

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Bellet Jérôme
Jérôme Bellet

2015 : stagiaire Master 2 Lyon III CEROR (4 mois), mise en forme de dossiers sur la ville de Montbrison [responsable : Caroline Guibaud]

2016 : vacataire INHA cellule vitrail (3 mois), mise en ligne sur patrimoine.rhonealpes.fr des dossiers de l'opération Vitrail ancien [suivi : Caroline Guibaud]


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Hartmann-Nussbaum Simone - Jourdan Geneviève