Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Collège dit Collège Chappuisien

Dossier IA74002207 réalisé en 2014

Fiche

Genre de clercs réguliers de saint Paul
Dénominations collège
Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Annecy
Adresse Commune : Annecy
Adresse : rue du Collège
Cadastre :

C’est en 1549 qu'Eustache Chappuis fonde un collège à Annecy, le Collège chappuisien. Le second s’élèvera à Louvain sous le nom de collège de Savoie, en 1551 (ou 1548, les sources divergent) ; c’est aujourd’hui le Musée communal Van-der-Kelen-Mertens.

À Annecy, l’emplacement choisi, au cœur de la cité, se trouvait le long du canal du Vassé environné de fondations conventuelles. (THEATRUM SABAUDIAE). M. Rebut (Revue Savoisienne, 1963) rapporte l’acte de vendition du 10 décembre 1549, établi par le seigneur de Crans, procureur de Jacques de Savoie, duc de Nemours, à « notre très cher et bien aimé Eustache Chappuys, commanditaire perpétuel de l’Abbaye Saint-Ange en Cicille, maître des requètes de l’Empereur, d’une maison, grange, jardin, verger, chevannier, serne, place et certaines assises, en notre Ville d’Annecy, pour le prix et somme de 1025 écus soleil ». Six ans plus tard, une seconde vente est faite (15 juillet 1555), afin de permettre l’agrandissement de l’institution, dont l’emprise s’étend du canal du Vassé à la grande rue allant du Pont Morens à l’église Notre-Dame. La mappe sarde de 1728-1738 indique l’emplacement du collège, contigu au couvent des Dominicains, ajoutant à la densité urbaine du site déjà constatée au 17e siècle.

Les élèves admis au collège pouvaient prétendre, pour les plus méritants, aux bourses de Louvain. Instruits à Annecy de la grammaire, de la philosophie et des lettres, ils complétaient leur formation à Louvain par l’étude du droit, de la théologie et de la médecine. Les boursiers d’Annecy étaient voués à la carrière cléricale. Le but avoué du donateur était de former les élèves en théologie, capables de résister aux argumentations des pasteurs protestants. En 1614, les barnabites sont introduits par saint François de Sales et dirigent le collège pendant plus d'un demi-siècle. En 1729, le Conseil de ville, puissant et influent, reçoit mandat de veiller à la bonne marche du collège ; parallèlement, Victor-Amédée II crée des bourses pour le tout nouveau collège royal de Turin, en lieu et place du collège de Louvain. La guerre et l’occupation espagnole favorisent l’installation de casernements dans les locaux du collège, occasionnant des dégradations et des travaux coûteux que les barnabites ne peuvent assumer ; la ville assistée de l’État sarde prend en charge les travaux. Le casernement s’installe dans l’ancien couvent des dominicains : la caserne Decoux y gardera ses quartiers jusqu’à la destruction des bâtiments, en 1933-1934. Les bâtiments du collège, vidés de leurs élèves dès 1888 à l’inauguration du lycée Berthollet (IA74002201), sont détruits à la même période.

Période(s) Principale : 1er quart 16e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 3e quart 17e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 2e quart 20e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Dates 1549, daté par travaux historiques
1675, daté par travaux historiques
1933, daté par travaux historiques

Une photographie prise depuis le Crêt du maure vers 1885 par Ernest Bovier (AD Haute-Savoie, 52 Fi 3) laisse deviner la masse d’un des bâtiments du collège émergeant du tissu urbain dense. Le bâtiment est construit le long de l’impasse menant au cloître des dominicains (devenu par la suite caserne Decoux). Il se prolonge par deux autres ailes perpendiculaires ménageant au nord et au sud deux grandes aires de récréation et d’espaces de jardin. Au 17e siècle, les bâtiments comprenaient une maison pour l’habitation des barnabites, les locaux des classes, une grande salle qui leur servait d’église, une cour pour les écoles, un jardin et petit verger. Les bâtiments reçurent de nombreuses modifications pour faire face à l’accroissement du nombre des élèves. Les Barnabites obtinrent l’autorisation de construire de nouveaux bâtiments, à leurs frais : les travaux durèrent de 1672 à 1675. Au 18e siècle, le collège comprenait 2 étages, donnant sur une cour assez grande : la rue qui le longeait a été baptisée rue du Collège.

Le fond de paysage représenté sur le portrait d’Eustache Chappuis, peint vraisemblablement au début du 19e siècle et conservé au lycée Berthollet (IM74000583) laisse deviner l’ordonnancement de la façade principale du bâtiment : sur un soubassement s’élèvent deux étages carrés surmontés d’un comble à surcroît éclairé par des fenêtres à croisées. On accède à l’entrée par un escalier droit extérieur hors-œuvre, maçonné, à palier, sécurisé par une main courante et garde fou en fer forgé et menant à un balcon. L’entrée principale s’ouvre sur ce balcon : elle est flanquée de deux pilastres supportant un entablement surmonté d’un fronton triangulaire. En-dessous, en rez-de-chaussée, se devine un accès sous le balcon. À l’étage supérieur, dans le même axe, une porte fenêtre ouvre sur un balcon en fer forgé. À gauche, est aménagée une autre entrée accessible par une volée de trois marches contiguës à l’escalier principal. Les niveaux sont marqués par un bandeau en forte saillie.

Cette peinture apporte un témoignage intéressant, voire unique, sur l’aspect extérieur du collège, que l’on peut compléter avec la représentation cavalière d’Annecy publiée dans le Theatrum Sabaudiae et les deux photographies publiées dans le livre du centenaire : Le centenaire du Lycée Berthollet, Annecy. 1888-1988, p. 3 et p. 40. Le Theatrum... montre un bâtiment constitué d'un long corps construit le long du canal du Vassé et épousant son tracé anguleux. Il est prolongé côté cour par deux bâtiments, formant un plan général en U. La cour est clôturée par un haut mur l'isolant de la place Saint-Maurice. La cour était arborée dans une de ses parties. Le corps de bâtiment principal comprend trois niveaux (un rez-de-chaussée et 2 étages), construit en U sur une cour centrale. L'angle est marqué par un clocheton élevé carré, éclairé par deux baies superposées et couvert d'un toit à l'impériale surmonté d'une girouette. Les toits à longs pans sont régulièrement hérissés de hautes cheminées. Le corps de bâtiment construit le long du monastère des dominicains est éclairé de lucarnes en toiture. L'institution comprenait deux entrées distinctes : celle du "petit collège" dans la rue du Collège proche de la place Saint-Maurice ; celle du "grand collège" le long du canal du Vassé.

Murs pierre
Toit tuile
Plans plan rectangulaire régulier, plan régulier en U
Étages 2 étages carrés, étage en surcroît
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans noue
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier en équerre
États conservations détruit

Références documentaires

Documents figurés
  • Annesciacum. [Theatrum Sabaudiae] / [G.T. Borgonio]. Amsterdam : Jean Blaeu, 1674. 1 est. : gravure ; 55 x 65 cm. Légende : n°14 - Le collège d'Eustache Chappuis où sont les escolles. (AD Haute-Savoie).

  • Annecy – Copie de la mappe / 1 plan. Parcelles 2093, 2094, 2053. 1728-1738. (AD Haute-Savoie, 1 Cd 88-copie ; FRAD074_1Cd_0088).

  • Annecy – Plan du cadastre napoléonien et français / 1 plan. Feuille 28, parcelles 1590 à 1971. 1904-1815. (AD Haute-Savoie, 3P3-2286 ; FRAD074_3P3_2286_0001).

    AD Haute-Savoie : 3P3-2286
  • Plan d’Annecy / 1865. 1 plan papier. N°8 : collège chappuisien ; n°9 haras et caserne Saint-Dominique. (AD Haute-Savoie, 2 Fi 1758).

    AD Haute-Savoie : 2 Fi 1758
  • Vue générale d’Annecy prise du Crêt du Maure / Ernest Bovier : 1886-1887. 1 photogr. Sépia. (AD Haute-Savoie, 52 Fi 3).

    AD Haute-Savoie : 52 Fi 3
  • Comité du Centenaire. Le centenaire du Lycée Berthollet, Annecy. 1888-1988. Annecy-Seynod : Valpress, 1988. Broché, 148 p. ISBN 2-9502842-1-3.

    p.3
  • Comité du Centenaire. Le centenaire du Lycée Berthollet, Annecy. 1888-1988. Annecy-Seynod : Valpress, 1988. Broché, 148 p. ISBN 2-9502842-1-3.

    p. 40
  • [Démolition de l'ancien haras et du vieux collège, caserne Decoux] / 1 photogr. n. et b. : ca. 1933. (AD Haute-Savoie. 2 Fi 1799).

    AD Haute-Savoie : 2 Fi 1799
Bibliographie
  • ALAZARD, J. Le collège d’Annecy à l’époque des Barnabites (XVIIe et XVIIIe siècles). 1912.

  • DUPARC, Dr. Du collège chappuisien au lycée Berthollet. Industriel Savoisien. s.l., s.e., s.d. [1939], 44,5 cm, 1 p.

  • REBUT Marcel. Le collège Chappuisien. Revue Savoisienne, 1963, 103e année.

    p. 82-108
  • REBUT Marcel. Le collège Chappuisien au XVIIIe siècle. Revue Savoisienne, 1965.

    p. 164-187
  • TOMAMICHEL, Serge. Le collège chappuisien d’Annecy : du projet à sa réalisation (1549-1614). 1992, 1318 pages.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Inventaires de lycées de la région Rhône-Alpes : Gabriel-Faure à Tournon-sur-Rhône, La Martinière à Lyon, Champollion à Grenoble, Plaine de l'Ain à Ambérieu-en-Bugey (2009-2011) ; Jean-Puy à Roanne, Claude-Fauriel à Saint-Étienne (avec Frederike Mulot), Claude-Berthollet à Annecy, Claude-Vaugelas à Chambéry, Olivier-de-Serres à Aubenas, Émile-Loubet à Valence, Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin (avec Frederike Mulot), Pierre-du-Terrail à Pontcharra (avec Frederike Mulot).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.