Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de Faverges, puis Usines Duport et Blanc, puis Société Lyonnaise Gourd-Croizat-Dubost et Cie ou encore Soierie Stünzi, actuellement logements

Dossier IA74001055 inclus dans Paysage du bassin-versant du Fier réalisé en 2011

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées remise, tour d'observation
Dénominations château
Aire d'étude et canton Pays de Savoie - Faverges
Hydrographies Ruisseau de la Fontaine le), Lac d'Annecy
Adresse Commune : Faverges
Lieu-dit : le Chateau
Adresse : 293 chemin de La Vie Plaine
Cadastre : 0D17 1, 5732, 5425, 1712, 3059, 3060

Selon la légende, le château de Faverges était sans doute une construction en bois. Les premiers propriétaires de ce lieu fortifié sont connus à partir du début du XIIe siècle avec, d´après les érudits locaux, une mention de "Berlion du château fort qu´on appelle Faverges". Plus tard, en 1173, un autre Berlion et Ponce de Faverges sont témoins d´un acte signé entre le roi d´Angleterre et le comte de Savoie. Guilfred de Faverges est témoin d'une donation à la chartreuse de Vallon en 1209, et dans une donation à la chartreuse du Reposoir l´année suivante. En 1212, avec son frère Berlion, il renonce, en faveur de l´évêque de Maurienne, à tous les revenus de sa famille dans ce diocèse. Un siècle plus tard, le château de Faverges est passé entre les mains des Comtes de Genève. En 1316, le Comte de Genève Guillaume III et son frère Rodolphe vendent le château de Faverges au Comte de Savoie Amédée V Le Grand. En 1318, Amédée V octroie les franchises de Faverges. Promulgué le 29 septembre 1318, ce texte institue trois foires annuelles. La cité est aussi connue pour ses forges qui permettent à Faverges d´être à la tête d´un mandement regroupant les paroisses de Marlens, Cons, Saint-Ferréol, Giez et Doussard. En 1501, le duc de Savoie Philibert Le Beau vend le château de Faverges au prince François de Luxembourg-Martigues, mais cette vente est annulée par la chambre des comptes. En 1506, le duc Charles III parvient à vendre le château aux Luxembourg-Martigues. La paroisse passe dans l´apanage du Genevois en faveur de Philippe de Savoie en 1514, qui parvient à récupérer le château. Le duc Emmanuel-Philibert cède à son tour la propriété à Louis Millet qui devient baron de Faverges en 1572. Charles Emmanuel Millet, marquis de Faverges, fait reconstruire le château.

Pendant la Révolution française, le bien n´est pas nationalisé car la famille Millet ne quitte pas le site. Au début du XIXe siècle, Agathe Millet de Faverges, épouse du comte di Fontanetta, vend le château à l´industriel lyonnais Jean Pierre Duport, créateur de la manufacture de coton d´Annecy. Son fils, Jean-Dominique, créateur de la manufacture de Pont-Canavese, récupère ses actifs, dont la manufacture de coton de Faverges. Installée dans le château, cette dernière prospère grâce au baron Nicolas Blanc, époux de Marguerite Duport. Ce dernier transforme l´atelier de coton en usine de soieries. La fille du baron Blanc, Marguerite Blanc, garde en gérance l´usine avant que le site ne soit cédé par sa fille à la société Gourd, Croiset et Dubost, qui continue l´industrie de la soie. En 1902, la soierie du château de Faverges est vendue à la société Stünzi. En 1980, la commune de Faverges devient la propriétaire du site et le réhabilite en logements sociaux.

Période(s) Principale : 1er quart 12e siècle
Principale : 1er quart 13e siècle
Principale : 1er quart 14e siècle
Principale : 1er quart 16e siècle
Principale : 3e quart 16e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1173, daté par source
1209
1212
1318
1506
1572
1813
1902
1980
1994

La ville de Faverges est située au point le plus élevé du col de séparation des bassins du Lac d´Annecy et de la Rivière de l´Isère et au pied même de la chaîne qui borde ce col au midi. Elle est longée au sud-ouest par le torrent de Saint Ruph ou de la Glière, qui sort de cette chaîne presque à l´entrée de Faverges. La ville est dominée par l'ancien château de Faverges. (Etude en cours. Depuis fin 2009, le Conseil général de la Haute-Savoie mène à travers son service d´archéologie, deux campagnes d´inventaire. L´une concernant le patrimoine hydraulique l´autre concernant les châteaux. Aussi cette fiche sera alimentée en partie des contenus réalisés dans le cadre de l´inventaire des châteaux de Haute-Savoie.)

Murs pierre
bois
enduit
Plans plan régulier
Étages 4 étages carrés
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à plusieurs pans
Énergies énergie hydraulique
États conservations remanié

Au regard du PLU, le Château de Faverges se trouve dans une zone Naar qui est au coeur d'une zone dite naturelle alors que l'usine de la rue du Coq se trouve en zone Ua1, une zone à urbaniser et à forte pression urbaine.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à étudier
Protections inscrit MH, 1991

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Savoie : 10 L 91 Faverges : hospices ; affaires forestières ; voirie ; comptabilité ; industrie ; procès ; cultes. An IX-1815.

  • AD Haute-Savoie : 10 L 45 bis, Industrie : établissement Duport à Annecy et Faverges ; renseignements sur les usines à traiter le fer existant dans l´arrondissement de Faverges ; usine Doucet à Faverges. 1806-1815.

  • AD Haute-Savoie : 5 M 190 Etablissements industriels, dangereux et insalubres, Faverges. 1921-1940.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine à Faverges, plan général des usines. 1865.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Autorisation d´établissement d´un barrage en travers du torrent du Saint-Ruph par M. Goud et Cie, usinier à Faverges. 1897.

  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Prise d´eau dans le ruisseau de la Fontaine de Faverges au moyen d´une pompe pour alimenter le réservoir à établir au château pour servir à l´alimentation et au refroidissement de la machine à vapeur de la manufacture de soie.1865

  • AD Haute-Savoie : 6 S 77. Règlement d´eau des usines et prise d´eau sur le ruisseau de la Fontaine à Faverges, l´usine de la rue du Coq de MM. Gourd, Croizat, Dubost et Cie. 1865.

Bibliographie
  • ABRY Christian, DEVOS Roger, RAULIN Henri, CUISENIER Jean, Les sources régionales de la Savoie : une approche ethnologique : alimentation, habitat, élevage. Paris : Edition Fayard, 1979, 661 p.

  • BROJEAN Joseph, La Savoie agricole, industrielle et manufacturière. Chambéry: Imprimerie A. Pouchet et Cie, 1863, 172 p.

  • GRILLETI Jean-Louis, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman. Chambery : J.F Puthod Libraire, 1807, 340 p.

  • PAJANI Bernard, Faverges et ses environs : un moment de son histoire, 1906, un aspect de sa vie par les cartes postales. Faverges : Pajani, 1982, 166 p.

  • QUELLET Marie-Jeanne, Les formes du terrain et l´hydrographie dans le couloir de Faverges. Lyon : Mémoire de maîtrise, Université Lyon 3, 1975, 126 f.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Mahfoudi Samir