Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Centrale hydroélectrique de la Bridoire dite usine de la Vavre actuellement EDF

Dossier IA73002552 inclus dans Paysage du bassin-versant du Guiers réalisé en 2009

Fiche

  • Vue générale est
    Vue générale est
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • bassin
    • logement de contremaître
    • jardin
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, bassin, logement de contremaître, jardin
Dénominations centrale hydroélectrique
Aire d'étude et canton Pays de Savoie - Pont-de-Beauvoisin (Le)
Hydrographies Ruisseau le Tier; Ruisseau le Rondelet
Adresse Commune : La Bridoire
Lieu-dit : La Vavre
Adresse : la Vavre
Cadastre : 2007 A 95, 978,1083, 1084

L'aménagement hydroélectrique de la Bridoire a été construit entre 1909 et 1911 par la Société Hydro-Electrique de la Bridoire (SHEB). La centrale est alimentée par les eaux du ruisseau le Tier, émissaire du lac d'Aiguebelette, à l'aide d'une prise d'eau au niveau de l'ancienne scierie Duport, aujourd'hui disparue, sur la commune de Saint-Alban-de-Montbel. Le lac d'Aiguebelette (lac privé) est utilisé comme un réservoir régulateur pour la chute, d'un dénivelé de 125 mètres. La société Dalberto participa aux travaux de percement pour la conduite forcée. Une prise d'eau secondaire a été construite en 1918 pour capter les eaux du ruisseau le Rondelet sur la commune de Dullin. Les travaux ont été réalisés par la société Giacometti de Saint-Pierre-d´Allevard. Les eaux turbinées sont stockées dans un bassin de compensation, de démodulation, sur la commune de Vérel-de-Montbel, pour éviter les variations du niveau du Tier qui se déverse dans le Guiers. Le bassin, d´une capacité de 100 000 m3, est réaménagé en 1974 avec la construction de deux iles. L'utilisation de l´eau du lac d´Aiguebelette a modifié le paysage et la nature même de ce lac, passant d'un plan d´eau naturel à une retenue artificielle. Le niveau du lac est contrôlé, sa côte d´utilisation se situe entre 372,61 NGFA et 374,76 NGFA. Le changement de nature provoque des conflits sur l´usage du lac. En 1912, cinq communes commandent une étude au laboratoire de pisciculture de l'Université de Grenoble, sous la direction de Monsieur Léger sur l'utilisation des eaux par la centrale hydroélectrique. Le régime et la biologie du lac sont modifiés par ce nouvel usage. La SHEB rédige un contre document pour relativiser les effets mentionnés par l'étude de Monsieur Léger. A son origine, la centrale est équipée de quatre turbines Girard, de MM. Piccard, Pictet et Cie, d´une puissance de 2000 chevaux vapeur entrainant chacune une dynamo. L'équipement de la centrale est complété avec une partie du matériel électrique de l'usine de Tines, commune de La Bridoire. La centrale produit, à ses débuts, du courant alternatif pour le réseau local des communes et des usiniers de La Bridoire et de Lepin-le-Lac et du courant continu pour alimenter le tramway de la ville de Lyon à l'aide d'un système de transport Thury à haute-tension de la Société Grenobloise de Force et Lumière sur la ligne Moûtiers-Lyon regroupant cinq centrales (Fonds de France, Moutiers, Bozel, Vignotan et La Bridoire). Des travaux d'améliorations sont effectués en 1916 avec notamment le remplacement des dynamos par des alternateurs de la société Schneider. En 1919, la Société Grenobloise de Force et Lumière (SGFL) devient adjudicataire de la part du lac d'Aiguebelette de Monsieur Paul Royer-Collard. L'autre moitié appartient à la famille De Chambost. La SGFL est substituée à la Société Hydro-Electrique de la Bridoire le 11 août 1931. La centrale est exploitée par la même société jusqu'en 1946 date à laquelle, en vertu de la loi de nationalisation de l'électricité (loi n° 46-628 du 8 avril 1946) et du décret d'application (n°46-1136 du 21 mai 1946), elle est transférée à EdF. Au cours de l'année 1953, les groupes Girard sont remplacés par des groupes Francis toujours en place et deux transformateurs de 5000 KW sont installés. La centrale et les prises d´eau sont automatisées en 1968. Des travaux d´entretiens sont accomplis sur les prises d´eau et la conduite forcée pendant l´année 2009. Actuellement, les eaux du Tier et du Rondelet alimentent un seul groupe d´une puissance installée de 8 750 KW. La production annuelle est de 7 MW. La centrale fait partie du Groupe d'Exploitation Hydraulique (GEH) Arve-Fier d'EdF.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1909, daté par source
Auteur(s) Auteur : Dalberto, entrepreneur de maçonnerie, attribution par source
Auteur : Giacometti, entrepreneur de maçonnerie, attribution par source

Le site se compose de deux éléments : Un site de fabrication comprenant une grande halle avec un toit à longs pans en tuile mécanique surmonté d'un lanterneau. La façade amont (est) est ouverte de deux portes avec un parement en pierre peinte. La façade nord est ouverte de six baies en arc de cercle. La façade opposée est ouverte de deux baies avec arc de cercle et d'une ouverture avec volet électrique. Sur la face sud, la halle est agrandie avec une aile de deux niveaux ouverte avec six fenêtres en arc de cercle. A l'ouest, la halle est adjointe d'un poste électrique avec toit terrasse. Une maison de contremaître, au sud du site, de plan rectangulaire symétrique comporte deux niveaux avec un toit à longs pans en tuile mécanique. Ce bâtiment dispose de jardins au sud et à l'est de la propriété.

Murs béton
Toit tuile mécanique
Plans plan symétrique en L
Étages 1 vaisseau
Couvertures terrasse
toit à longs pans
lanterneau
Énergies énergie hydraulique
Typologies centrale hydroélectrique
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • ADDEA Savoie : Centrale hydroélectrique de la Bridoire, demande autorisation, 1909, mise à jour 2002

    Demande autorisation, 1909, mise à jour 2002
  • FR.AD073 sous-série 81S22, Service hydraulique. La Bridoire, Usine hydro-électrique de La Bridoire, Arrêté Prefectoral, réglement d'eau, 8 juillet 1908

  • FR.AD073 sous-série 81S23, Service hydraulique. La Bridoire, Usine hydro-électrique de La Bridoire, Arrêté Prefectoral, réglement d'eau, 8 juillet 1908

  • FR.AD073 sous-série 81S39, Service hydraulique. Dullin, Dérivation du Rondelet , 1918-1919

Documents figurés
  • Cadastre actuel, consulté en 2007 (Accès internet : <URL : https://www.cadastre.gouv.fr/scpc/rechercherPlan.do#)

Bibliographie
  • CHAMBRE SYNDICALE DES FORCES HYDRAULIQUES, Album de la Chambre Syndicale des Forces Hydrauliques , Paris, Belin Frères Imprimeurs-Editeurs, Tome 1, 1911

    p. 24 à 29
  • J. Maret, M. Tissut, L'aventure des tuiliers en avant-pays-savoyard FAPLA, 2008

    p. 60
  • P. Paillard (sous la direction), Histoire des communes savoyardes : Chambéry et ses environs - Le Petit Bugey, Horvath, 1982

    p.286
Périodiques
  • A la découverte du passé de La Bridoire et de ses environs, Le Tiers et l'électricité, in Souvenir de La Bridoire, dans Souvenir de La Bridoire, n°6, non daté

    p. 15 à 36
  • A la découverte du passé de La Bridoire et de ses environs, Le fer à La Bridoire, dans Souvenir de La Bridoire, n°3, non daté

    p. 16 à 18
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Milleret Yannick