Logo ={0} - Retour à l'accueil

Bibliothèque et médaillier du collège de la Trinité, puis Bibliothèque municipale, puis Tribunal des Prud'hommes et bureaux de la Foire de Lyon, actuellement Centre de documentation et d'information et salles de classe

Dossier IA69004618 réalisé en 2013
Genrede clercs réguliers de la compagnie de Jésus
Appellationsdes Prud'hommes, de la Foire de Lyon
Destinationspartie d'édifice scolaire
Dénominationsbibliothèque, tribunal, bureau
Aire d'étude et cantonLyon Urgences
AdresseCommune : Lyon 2e
Adresse : 29 - 31 rue de la
Bourse
Cadastre : 2013 AC 2

La bibliothèque et le médaillier, 17e-19e siècles

La bibliothèque du collège de la Trinité était l’une des plus riches de la Compagnie.

Le premier collège était déjà pourvu d'une bibliothèque quand les jésuites en prirent possession ; Henri III la visita en octobre 1574 et fit don de quelques ouvrages (PERICAUD, A., 1828, p. 4). Elle était probablement située dans un grand corps de logis des bâtiments annexes du collège, au nord, au-dessus de la "salle des jeux" (PICOT, J., 1995, p. 97), lequel brûla en 1644.

Le bâtiment de la bibliothèque des jésuites fut réalisé en deux temps. En 1641, on construisit la partie qui surmonte la chapelle des Messieurs, lesquels en financèrent le couvert (AD Rhône, 1 D 19). Elle fut atteinte par l'incendie de 1644, et sa réfection ne s'acheva sans doute qu'à la fin des années 1650 (JOCTEUR-MONTROZIER, 2005, p. 97). En 1672, la concession par le Consulat au Père de La Chaise d’une maison située à l'angle de la rue Neuve et de la courtine sur le Rhône lui permit de réaliser son agrandissement en élévation au-dessus de la chapelle des Grands-Artisans, achevé en 1673 ; la jonction entre les deux parties fut assurée par une arche voûtée d'arêtes permettant de franchir la rue Neuve (AC Lyon, BB 228). Camille Neufville de Villeroy ayant légué par testament le 31 décembre 1690 sa bibliothèque, on adjoignit alors à la bibliothèque une galerie perpendiculaire à cette dernière pour abriter sa collection. L’agrandissement fut terminé en 1694 (AC Lyon, 3 GG 152). Enfin, une porte fut ouverte dans le pignon nord pour donner accès à la terrasse couvrant l'aile dite des oratoriens, construite dans les années 1766-67, dont le fronton réalisé par le sculpteur Pinet a été démoli lors de la surélévation réalisée par l'architecte Bruno Dumetier en 1997 (JOCTEUR-MONTROZIER, 2005, p. 107). Lors du siège de Lyon par la Convention, en 1793, la toiture et le plafond de la grande salle ont été endommagés, et les fonds dispersés ou brûlés (DELANDINE, 1812, vol. 1, p.20, NIEPCE, 1881, p. 86).

Les locaux subissent une première série de modifications après la dévolution de la bibliothèque à la Ville, en 1803 : création de plusieurs salles de lecture (dont un cabinet des manuscrit dans l'ancien médaillier), d'une salle pour les estampes, d'un bureau et d'un logement pour le bibliothécaire, des magasins au-dessus de la grande salle de lecture et une réserve au 3e niveau de la bibliothèque, accessible par un escalier de bois avec garde-corps à balustre (ill. IVR82_20146902411NUCA), lequel desservait auparavant les greniers. Les plans de distribution de 1849 attestent ces changements (AC Lyon, 477 WP 001), dont une partie est réalisée dès 1836 (AC Lyon, 477 WP 005). Le rapport présenté en séance du conseil municipal du 14 avril 1842, portant sur le partage des locaux du lycée entre la Ville et l'Université nouvellement créée, évoque en outre l'agrandissement de la bibliothèque par surélévation de l'aile des oratoriens, et la construction d'un nouvel escalier pour y accéder (AC Lyon, 477 WP 001).

L'ouverture au public de la grande bibliothèque rend par ailleurs nécessaire la création d'une nouvelle bibliothèque pour les élèves du lycée. Sur le plan de 1849, celle-ci est située au 1er étage de l'aile nord du pensionnat, flanquée d'une salle d'étude et d'une salle dévolue aux livres classiques ; vers 1882, elle est transférée dans une ancienne salle de classe, au rez-de-chaussée de l'aile ouest de la cour d'honneur (AC Lyon, 477 WP 014).

En mars 1842, un incendie touche la galerie de Villeroy (PERICAUD, 1858, p.7), laquelle est en partie refaite, peut-être par Flachéron, qui a signé le procès-verbal du sinistre (AC Lyon, 477 WP 006), désormais éclairée par une verrière zénithale sur charpente en fer et fonte et peinte à la colle en faux marbre blanc (ill. IVR82_20146902413NUCA) ; en 1854, Dardel réaménage l'appartement du bibliothécaire, érigé en partie sur la terrasse des oratoriens, et fait refaire le plafond en plâtre du grand dépôt de livres (AC Lyon, 477 WP 006 et 007).

Entre 1882 et 1884, des travaux de restauration de la façade modifient les ouvertures : les meneaux des fenêtres des 2e et 3e étages sont supprimés, d'autres ouvertures sont réalisées en façade sur rue et sur cour (difficiles à localiser en l'absence de plans liés au devis), et l' " escalier au sud de la cour des Petits " (il s'agit de l'escalier à volée tournante du pavillon sud-est, angle quai de Retz-rue Gentil, qui desservait la boulangerie du Pensionnat) est restauré dans la hauteur du rez-de-chaussée (AC Lyon, 477 WP 14, liasse 1 ; pendant un temps, la porte de la chapelle des Grands artisans avait servi d'entrée aux petites classes). En 1887, une porte est ouverte dans le mur séparant la cour de la rue Gentil (actuel n°27 ; JOCTEUR-MONTROSIER, 2005, p. 108) pour ménager un accès depuis l'extérieur à ce pavillon, permettant un accès direct à la bibliothèque depuis l'extérieur, par le 2e étage de l'étroit corps de bâtiment fait la jonction entre le pavillon à la bibliothèque (voir ill. IVR82_20136901963NUCA).

Le médaillier

La constitution d'un cabinet de curiosités au sein de la bibliothèque est à mettre au compte du Père de la Chaise, lequel en avait reçu la charge pour l'année 1667-1668 : Ménestrier mentionne en 1669 une collection « de medailles, monnoyes, jettons et raretez naturelles et artificielles » (MENESTRIER,1669, t. I, p. 52 ; voir GUILLEMAIN, J., 2009, p. 47). Le médaillier fait donc initialement partie de ce cabinet de curiosités, dont le modèle est celui du jésuite Athanase Kircher au Collegio romano, et n'était probablement qu'un meuble (Ibid., p. 50). En 1701, le médaillier est disjoint de la bibliothèque et installé dans une pièce qui lui est dédiée dans la souche du clocher sud, jamais construit, qui devait faire pendant à celui existant au nord. L'endroit peu lumineux, est ainsi décrit en 1747 : « Ayant demandé à voir le cabinet des médailles, le père bibliothécaire nous mena dans une petite chambre obscure et très mal située, et si haute que je ne puis deviner qui a pu engager à mettre là un cabinet aussi curieux » (Anonyme, Voyage de Gênes en 1747 et 1748. BnF, ms. n. a. fr. 4077, fol 81 v., cité par GUILLEMAIN, J., 2009, p. 52). On y accède aujourd’hui par une ouverture pratiquée dans le mur est, la porte principale ayant été murée (décrite par MONTFALCON,1874, fol. 62 et NIEPCE, 1881, p. 85-86, qui rapporte la présence d'une inscription au-dessus de la porte, aujourd’hui disparue : ANTIQUITS CVIUM SUMPTIBUS REDIVIVO). C'est sans doute dans les mêmes années 1701-1702 que les naturalia et mirabilia du cabinet de curiosité rejoignent les armoires de l'observatoire nouvellement construit, où elles sont inventoriées en 1764 (AD Rhône, 2 D 64 ; voir GUILLEMAIN, 2009, p. 47, note 39 et VAN DAMME, 2001, p. 4). Au 19e siècle, on y installe le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque municipale ; des rayonnages sont installés sur tout le pourtour, masquant en partie le décor peint. Ces boiseries ont été déposées en septembre 2018 en vue d'une restauration de ce décor.

Installation du Tribunal des Prud'hommes et de la Foire de Lyon

Après le déménagement de cette dernière au Palais Saint-Jean, en 1912 (une campagne de prises de vue photographiques a été réalisée l'année d'avant, en 1911, BM Lyon, Rés. 29129), le bâtiment subit des modifications plus radicales qui en suppriment les volumes initiaux par cloisonnements et mise en place de faux plafonds. Par délibération du 8 juin 1925, les locaux restés vacants sont en effet affectés au tribunal des Prud’Hommes et au bureau de la Foire de Lyon, qui occupaient jusqu’alors une partie du Palais du Commerce (AC Lyon, 940 WP 20 et 962 WP 012-2). Les travaux sont entrepris sous la direction Charles Meysson, architecte de la Ville, et réalisés par l’entreprise Bouchet et Peix pour la maçonnerie, Léon Guinet pour la pierre de taille, J.B Gerin pour les éléments en fer forgé (porte et rampe d’escalier, cette dernière semblable à celle du Central Téléphonique Burdeau), et par « Les Charpentiers de Lyon » pour la toiture ; le tout sera achevé en juillet 1927 (Ibid.). La charpente est entièrement modifiée et consolidée par des éléments métalliques ; deux planchers, dits à corps creux, en béton de mâchefer et de ciment, sont réalisés dans le volume de l’ancienne salle de lecture, et l'espace cloisonné pour y ménager des bureaux pour le tribunal au 2e étage, pour la Foire de Lyon au 3e et 4e étages (voir plans de Meysson, AC Lyon, 725 WP 027-4). Les murs de la façade sur quai sont consolidés par reprise en sous-œuvre. La façade sud, côté passage Ménestrier, est surélevée d'un étage dans lequel sont percées des croisées. Une nouvelle porte d'entrée est créée sur le passage Ménestrier, surmontée d'une marquise en ciment, et six croisées ouvertes dans l'élévation primitive. Un nouvel escalier (actuel escalier E) en ciment armé dessert ces locaux ; la cage occupe en partie la cour dite des manipulations, et un ascenseur est installé à sa droite, dans le vestibule (voir ill. IVR82_20156901374NUCA : le nouvel escalier est dessiné sur le plan parcellaire de 1956). Enfin, une baie est percée au 2e étage dans le mur de refend, côté nord, afin de faire communiquer ce niveau avec celui du bâtiment des oratoriens et de gagner les espaces nécessaires pour l'ensemble des locaux du tribunal. La chaufferie est installée dans l'ancien local du four de boulangerie, à l'angle du quai et de la rue Gentil (AC Lyon, 963 WP 100).

Modifications de l'après-guerre

En 1959, la Foire de Lyon s'installe quai Achille Lignon ; les locaux sont alors réaménagés par les architectes André et Paul Rostagnat. Un premier projet, demandé dès 1956 par Louis Pradel en vue de créer un "bloc scientifique" (AC Lyon, 969 WP 050) et soumis au Conseil municipal en 1959, prévoit de conserver le bâtiment central (ancienne bibliothèque) et de démolir les ailes nord (aile des oratoriens, dont l’avant-corps central est préservé à titre de « témoin archéologique ») et sud, remplacées par de nouvelles constructions en mur rideau (AC Lyon, 417 WP 020 ; voir ill. IVR82_20156901834NUC). Le projet n’ayant pas été retenu, les travaux engagés se limitent à la transformation des locaux en salles de classes, entraînant la modification de la charpente et du comble afin de créer un niveau supplémentaire, ramenant la pente du toit à 15% (Ibid., voir ill. IVR82_20156901831 à 1833NUC ).

Un second projet, approuvé par le Conseil municipal le 8 octobre 1962 (AC Lyon, 423 WP 131), prévoit la démolition complète de l'aile est du lycée après le départ du tribunal des Prud’hommes (effectif en 1963), et la construction d'un nouveau bâtiment abritant le bloc scientifique (voir ill. IVR82_20156901354NUC). Ce projet ambitieux, lié à celui de reconstruction totale du lycée, considéré comme insalubre et ne répondant plus aux besoins de l'enseignement, est abandonné après intervention du Ministère des affaires culturelles, l'église et le lycée étant protégés au titre des Monuments historiques (Ibid., délibération du 17 juillet 1967 : refus notifié dès novembre 1961 par l'architecte des Bâtiments de France (AC Lyon, 725 WP 027-4, liasse 4, fol. 2).

Actuellement, l’ancienne salle d'audience du tribunal des Prud'hommes est occupée par le CDI du lycée.

Période(s)Principale : 17e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Secondaire : 4e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates1641, daté par source
1672, daté par source
1927, daté par source
1962, daté par source
Auteur(s)Auteur : Dardel René
René Dardel

Architecte en chef de la Ville de Lyon


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, architecte communal attribution par source
Auteur : Meysson Charles
Charles Meysson (1869 - 1944

Né à Montbrison, études à l'Ecole des Mines de Saint-Etienne puis Ecole des beaux-Arts de Paris, section architecture. Remporte le concours de 1900 pour la création des grilles du Parc de la Tête d'Or à Lyon, à la suite duquel il est nommé architecte de la ville de Lyon.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, maître d'oeuvre attribution par source
Auteur : Rostagnat A. et P. architecte
Personnalité : Aix de La Chaise d', dit le Père de La Chaise François
François Aix de La Chaise d', dit le Père de La Chaise (1624 - 1709

Petit neveu du père Cotton ; fait édifier de 1679 à 1687 les ailes nord et ouest sur la cour d'honneur de l'ancien collège de Roanne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
personnage célèbre, commanditaire attribution par travaux historiques

De plan rectangulaire, l'ancienne bibliothèque s'élève au-dessus de la chapelle des Grands-Artisans et de la chapelle des Messieurs. Une arche sur voûtes d'arêtes permet la jonction entre les deux édifices au-dessus du passage Ménestrier.

En élévation, elle occupe dix travées et les trois derniers niveaux de la façade postérieure du collège. La séparation avec le premier niveau d'élévation, où se trouvent les chapelles des Messieurs et des grands Artisans, est nettement marquée par une corniche en pierre de taille grise. La hauteur des baies est décroissante en fonction des niveaux. Les baies du 1er étage sont cintrées à chambranle plat, avec un garde corps en fer forgé, celles du 2e étage sont cintrées à chambranles plats, enfin celles du 3e étage (étage en surcroît) sont rectangulaires. Un bandeau en pierre grise sépare ce dernier niveau d'une surface de mur aveugle formant une sorte de frise ; ce bandeau correspond vraisemblablement à la hauteur créée par la surélévation de 1925, lors de l'installation dans les murs de la bibliothèque du tribunal des Prud'hommes et des locaux de la Foire de Lyon. A chaque extrémité de l'élévation principale, chaîne harpée en pierre de taille (de Villebois ?).

La travée surplombant le passage Ménestrier est mise en valeur par des trumeaux plus larges, au 1er niveau par une baie à chambranle mouluré, surmontée d'un entablement et d'une clef en pointe de diamant. Elle est liée à l'arc en plein cintre qui participe lui aussi à la mise en valeur du passage Ménestrier et de l'élévation sur le Rhône. Celui-ci est à refends cantonné de pilastres superposés. Les premiers sont des pilastres d'angles à refends. Les seconds sont des pilastres à cannelures. Ils soutiennent deux demi-frontons convergents entre lesquels prend place la baie du 1er niveau de la bibliothèque.

Une porte à deux vantaux et imposte à décor floral stylisé en fer forgé ouvrant sur l'élévation sud du passage Ménestrier, surmontée d'une marquise en ciment moulé (créée entre 1925 et 1927 ; AC Lyon, 965 WP 012) donne accès à un vestibule avec carrelage en damier, en pierre jaune et grise. Situé à l'arrière du bâtiment, un escalier (escalier E) également créé entre 1925 et 1927 dessert les différents niveaux de l'ancien tribunal des Prud'hommes, à savoir les 2e, 3e et 4e étages du lycée. C'est un escalier suspendu, tournant à retours avec jour, en béton, avec garde-corps métallique à motifs géométriques. Derrière le vestibule, un passage (partie ouest de l'ancienne salle d'assemblée de la congrégation des Messieurs) permet de rejoindre la cour des cuisines.

La salle de lecture, de plan rectangulaire avec plafond en voussure, s'élevait sur deux niveaux, le troisième étant à voûte d'arête (visible sur les photos de 1911, BM Lyon, Rés. 29129) et couvert d'un toit à deux pans et croupes. Sa structure a été fondamentalement modifiée entre 1925 et 1927 : cloisonnée et entresolée, elle ne s'élève plus que sur un niveau (2e étage) ; l'actuel CDI y est installé, la salle de lecture occupant l'ancienne salle d'audience du tribunal des Prud'hommes. Elle est éclairée par trois fenêtres en arc surbaissé situées à l'est. Dans le prolongement de la salle de lecture se trouvent des salles d'étude et de classes, lesquelles occupent également les autres niveaux de l'ancienne bibliothèque.

Perpendiculairement, une troisième salle, dite galerie de Villeroy, permettait de rejoindre le cabinet des médailles (voir MARQUIS, 1970, p.79). On y accédait par une galerie hors-oeuvre, située au-dessus d'une petite cour et qui traversait un contrefort du chevet de l'église (voir dessin IVR82_20156901340NUDA). Au début du 20e siècle, la galerie de Villeroy était couverte d'un toit à deux pans avec verrière zénithale. Elle a depuis été surélevée et couverte en terrasse ; aujourd'hui, une salle de classe y est installée. Elle s'ouvre au fond par une porte vitrée à deux vantaux, sans doute mise en place dans le 3e quart du 19e siècle, après l'incendie de 1842, sur une petite pièce sans fonction définie dans laquelle une trappe ouverte dans le mur ouest permet d'accéder au médaillier, dont la porte d'origine a été murée.

Le médaillier est une pièce sombre presque carrée, éclairée par une baie ouvrant au sud sur le passage Ménestrier. Les plafonds et les murs sont ornés de peintures dont l'iconographie est liée aux collections de médailles et d'antiques qui y étaient conservées (étudiées, voir dossier IM69001716).

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile mécanique, bitume (?)
Plansplan rectangulaire régulier
Étages2 étages carrés, étage en surcroît
Couvrementsvoûte d'arêtes
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à deux pans croupe
terrasse
États conservationsremanié

En raison de la qualité de son décor mural, menacé (étudié), une extension de protection du médaillier serait souhaitable.

Statut de la propriétépropriété publique, Propriété de la Métropole de Lyon
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1944/09/22
Précisions sur la protection

Le lycée, à l'exception de la chapelle classée : inscription par arrêté du 22 septembre 1944

Référence: PA00117788

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Rhône. 1 D 1. Inventaire général et chronologique des titres et papiers du collège de la Trinité

    chapitre 5 AD Rhône : 1 D 1
  • Arch. dep. Rhône. 1 D 19 : Bibliothèque, financement, 1650-1706

    AD Rhône : 1 D 19
  • AC Lyon. BB 228. Accord du Consulat avec le Père de la Chaize pour la construction d'un passage voûté à travers le collège lequel formera le prolongement de la rue Neuve et aboutira à la rue de la Fusterie, le long de la courtine du Rhône, 1672. Cité par MAYNARD, Louis. Dictionnaire de lyonnaiseries, vol. 3, p. 129

    fol. 123 AC Lyon : BB 228
  • AC Lyon. 3 GG 152, Établissement d'instruction publique. Collège de la Trinité, 1603-1773. Note : pièce 14, bulle du pape Clément XIV portant sur la suppression et l'extinction de la société de Jésus, 1733 ; pièce 42: extrait tirés des registres, des actes consulaires du collège de la Trinité, 1603

    AC Lyon : 3 GG 152
  • AC Lyon. 477 WP 006. Grand Collège - Lycée de Lyon : chauffage, réparations à faire sur la terrasse, dans la bibliothèque, dans les logements loués, dans les cabinets d'aisance, réparation d'un escalier, de la toiture, des canalisations, travaux de plancher, de peinture, de carrelage, dégâts causés par un incendie, mobilier, réparation de la charpente et de la toiture de l'une des chapelles de l'église du lycée : mémoires, devis, correspondance, rapports, arrêtés, cahiers des charges, affiches, traités, inventaire, 1836-1854

    AC Lyon : 477 WP 006
  • AC Lyon. 477 WP 007. Lycée Ampère. Travaux. Restauration générale des bâtiments. Chapelle. Réparations et travaux d'art, 1854-1863

    AC Lyon : 477 WP 007
  • AC Lyon. 477 WP 014. Lycée Ampère : Travaux et réparations, nouvelle affectation des locaux précédemment occupés par la Justice de Paix, installation de salles de classes, agrandissement du logement du concierge, aménagement de la bibliothèque, 1882-1889

    AC Lyon : 477 WP 014
  • AC Lyon. 963 WP 100. Lycée Ampère : travaux de réparation et d’aménagement, 1902-1943

    AC Lyon : 963 WP 100
  • AC Lyon. 940 WP 007, Description provisoire, Mémoire des travaux de l'ancienne grande Bibliothèque pour l'installation du Conseil des prud'hommes et service de la Foire, 1924-1926

    AC Lyon : 940 WP 7
  • AC Lyon. 940 WP 20. Transformation de l'ancienne grande bibliothèque et du Lycée Ampère pour l'installation du conseil des Prud'hommes et des Services de la Foire de Lyon, 1921-1963

    AC Lyon : 940 WP 20
  • AC Lyon. 725 WP 027-4. Biens communaux, Lycée Ampère : textes officiels, devis, plans conventions, rapports, procès-verbaux de la Commission de Sécurité, correspondance, 1923-1973

    AC Lyon : 725 WP 027-4
  • AC Lyon. 962 WP 012-2. Édifices communaux, Lycée Ampère, Conseil de Prud'hommes et services de la Foire, travaux d'entretien, de réparation et d'aménagement, rapports correspondance, pièces comptables, marchés publics, plans, arrêtés, 1925-1939

    AC Lyon : 962 WP 012-2
  • AC Lyon. 969 WP 050. Établissement d'enseignement, Lycée Ampère : agrandissement et aménagement, 1950-1960

    AC Lyon : 969 WP 050
  • AC Lyon. 417 WP 020. Établissement d'enseignement, aménagement de nouvelles classes dans les locaux de la Foire, 1956-1962

    AC Lyon : 417 WP 020
  • AC Lyon. 423 WP 131. Établissement d'enseignement, lycée Ampère : reconstruction du groupe scientifique, 1957-1967

    AC Lyon : 423 WP 131
Documents figurés
  • [Plans de distributions] / 3 Dess. plume et coul. 1849 (AC Lyon, 477 WP 001-7)

    AC Lyon : 477 WP 001-7
  • Vues de l'ancienne Bibliothèque municipale au lycée Ampère / Alleman, M., photographe. Lyon, 1911. Album photographique comprenant 9 tirages noir et blanc. 17x12,5 ; comprend : 1. la salle de lecture, 2. Id, 3. Salle de travail, réserve, 4. Magasin, quai de Retz, 5. Magasin aile Villeroy, 6. cabinet des manuscrits, 7. Plafond du cabinet des manuscrits, 8. Escalier d'accès au magasin des In-folio, 9. Magasin des in-folio (BM Lyon, Rés 29219)

    BM Lyon : Rés. 29219
  • Vues de l'ancienne Bibliothèque municipale au lycée Ampère / Alleman, M., photographe (?). Lyon, 1911. Album photographique. tirages papier, noir et blanc. 17x12,5 (BM LYON, Rés. 149330)

    BM Lyon : Rés. 149300
  • [La bibliothèque de la ville de Lyon, rue Gentil (Lycée) : la salle de lecture, vers 1905-1910]. Photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm.Épreuve et contretype : 1 Ph 476 ; 5 Ph 23929 (repr.de 1 Ph 476) (AC Lyon 3 Ph 481)

    AC Lyon : 3 Ph 481
  • Lycée Ampère. Salle des Ménestriers. 2e, 3e, 4e étages; [projet d'aménagement des locaux de l'ancienne bibliothèque] / Charles Meysson, architecte, 14 mai 1924. 4 plans. Ech. 1 : 100. Dess. encre noire et crayon coul. (AC Lyon, 962 WP 012-2)

    AC Lyon : 962 WP 012-2
  • Plans des locaux de l'ancienne Grande Bibliothèque à transformer au 2e étage pour le Conseil des Prud'hommes, au3e et 4e étage pour la Foire de Lyon / Charles Meysson, architecte, 18 novembre 1925. Plans annexés à l'acte d'affectation, dess. plume et encre noire et rouge, crayon. Ech 1 : 100 (AC Lyon. 725 WP 027-4)

    AC Lyon : 725 WP 027-4
  • Lycée Ampère : installation du chauffage central / Ville de Lyon, service du chauffage. 6 plans : 1er, 2e, 3e, 4e-5e étages, par Services techniques de la Ville et 2 plans et 5 coupes : AB, CDE, FGH, IJ, KL, par A. Caumeil, géomètre-expert. Ech. 1 : 100, sept. 1953 pour les coupes et plans de Caumeil, 23.11.1954 pour les plans (AC Lyon. 1521 WP 015) ; jeu de plans identiques en 1521 WP 014 ; autre plan du rez-de-chaussée en 938 WP 056

    AC Lyon : 1521 WP 015
  • Lycée Ampère. Transformation des locaux quai Jean Moulin : façades, plans d'états des lieux et projet, 3e et 4e étages / A. et P. Rostagnat, architectes. 6 Dess. Ech. 1:100, 1956 (AC Lyon, 417 WP 020)

    AC Lyon : 417 WP 020
  • Réaménagement des anciens bureaux de la Foire en 6 salles de classe et de l'ancienne salle de boxe en 2 salles de classe / A. et P. Rostagnat, architectes. 2 Dess. encre noire et crayon coul., 27 mars, 6 mai et 14 mai 1958 (AC Lyon, 1521 WP 014)

  • Plan général de la Ville de Lyon. Ech. 1 : 500 (AC Lyon, 4 S 152)

    1956 AC Lyon : 4 S 152
  • Ville de Lyon. Lycée Ampère. Plan masse, Façade générale sur le quai / A et P. Rostagnat, architectes. 2 dess. Ech. 1:100. 20 juin 1962 (AC Lyon, 423 WP 131)

    AC Lyon : 423 WP 131
Bibliographie
  • BEGHAIN, Patrice, BENOIT, Bruno, CORNELOUP, Gérard, THEVENON, Bruno. Dictionnaire historique de Lyon. Lyon : éd. Stéphane Bachès, 2009. 1503 p.

    p. 148-150
  • COLLOMBET, François-Zénon. La bibliothèque du Collège, in Lyon ancien et moderne. Lyon : L. Boitel, 1843, p.306-321

  • COLONIA, Dominique de. Histoire littéraire de la ville de Lyon, avec une bibliothèque des auteurs lyonnois, sacrés et profanes, distribués par siècle. Lyon : chez François Rigollet, 1728-1730. 2 vol., 860 p.-ill. ; 22 cm. Fac-similé, Genève : Slatkinereprints, 1970

    t. 2, p. 767-776
  • DELANDINE, Antoine-François. Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, ou Notices sur leur ancienneté, leurs auteurs... etc. précédées 1. D'une histoire des anciennes bibliothèques de Lyon, et en particulier de celle de la ville. Paris : Renouard , 1812, 3 vol.

    vol. 1, p. 20
  • FOUILLOUX, Etienne, HOURS, Bernard (dir.). Les jésuites à Lyon, XVIe-XXe siècle. Lyon : ENS Editions, 2005

  • GUILLEMAIN, Jean. Le médaillier du collège de la Trinité sous le règne de Louis le Grand, in SABATIER, Gérard, dir. Claude-François Ménestrier : les jésuites et le monde des images. Saint-Martin-d'Hères (Isère) : PUG, 2009. 1 vol. 335 - [32] p. : ill. ; 24 cm

    p. 39-63
  • JOCTEUR-MONTROZIER, Yves. Des jésuites et de la bibliothèque municipale à Lyon, in FOUILLOUX, Etienne, HOURS, Bernard (dir.). Les jésuites à Lyon, XVIe-XXe siècle. Lyon : ENS Editions, 2005, p. 95-109

    p. 95-109
  • LATOUR B. Le pouvoir des bibliothèques, La mémoire des livres en Occident. Paris : A. Michel, 1996

    p. 23-46
  • MARQUIS, J.-M. Le collège de la Trinité à Lyon : architecture et décoration. Mémoire dactylographié, DES, Université Lyon-II, 1970, 2 vol.

    p. 78
  • MENESTRIER, Cl.-F. Éloge historique de la Ville de Lyon et sa grandeur consulaire sous les romains & sous nos rois. Lyon : Benoît Coral, 1669

    t. 1, p. 52
  • MONTFALCON, Jean-Baptiste. Etudes sur la bibliothèque de la ville de Lyon, depuis son origine jusqu'à nos jours. Lyon : 1874

    fol. 62 BM Lyon : ms. 1701
  • NIEPCE, Léopold. Archéologie lyonnaise, t. 2 : Les chambres de merveilles ou cabinet d'antiquités de Lyon. [Lyon : Pitrat, 1883]

  • NIEPCE Léopold. Les Bibliothèques anciennes et modernes à Lyon. Lyon : 1881

    p. 85-86, 88, 95
  • PERICAUD Antoine. Notes et documents pour servir à l'histoire de Lyon, depuis la mort de Louis XIII jusqu'au mariage de Louis XIV. Roanne : Impr. de Ferlay (: impr. Sauzon), 1858-1867

    p. 7 BM Lyon : A 14744
  • PLANET, F. Le cabinet des antiquités et des médailles du collège de la Trinité de Lyon, in Diffusion des savoirs et affrontements des idées, 1600-1770. Festival d'histoire de Montbrison, 30.9 / 4.10.1992. Montbrison : 1993

    p. 49-56
  • PICOT, Joseph. Les jésuites à Lyon de 1604 à 1763 : le collège de la très saincte Trinité. Lyon : 1995

    p. 97
  • Rapport sur la propriété des bâtiments du Collège et l'établissement de l'escalier de la Bibliothèque au Conseil Municipal de la Ville de Lyon par une commission spéciale, séance du 6 novembre 1845. Lyon : impr. Nigon, 1845

  • VAN DAMME, Stéphane. Sociabilité et culture urbaines, Histoire de l’éducation. [En ligne], 90 | 2001, mis en ligne le 15 novembre 2009. URL : http://histoire-education.revues.org/831

    p.79-100
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Guégan Catherine