Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bac, puis bac à traille de Grigny (disparu) ; pile (vestiges)

Dossier IA69006594 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2010
Précision dénomination bac à traille
Appellations bac de Grigny
Dénominations bac
Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Givors
Hydrographies Rhône
Adresse Commune : Grigny
Lieu-dit : 69 Grigny, 69 Ternay
Adresse : rue Dutartre Adrien
Précisions oeuvre située en partie sur la commune Ternay

La traversée du Rhône à Grigny pourrait être très ancienne. Des dragages effectués dans le fleuve vers 1970 ont repêché du matériel datant de l'âge du Bronze final, offrant, selon Cogoluènhe "une présomption de traversée" à Grigny, localisée un peu en amont de la gare actuelle. L'existence d'un bac dit de Grenieu ou Grignieu, est attestée au 15e siècle : en 1446, Jehan Dupoy, "pontonagier du sieur de Grenieux" déclare "avoir payé pour le bac sept francs pour ladite année" ; en 1491, le même sieur accuse le prieur de Ternay de "troubler ce seigneur en la jouissance du port et passage". A une date indéterminé, le service du bac a dû être arrêté puisque vers 1824 on réclame un bac à Grigny, qu'un projet de pont suspendu a bien failli supplanter. Une longue traille, permettant le déplacement d'un bac voiturier, est mise en place, aux frais d'un certain Pilliet qui avait obtenu en compensation la gratuité du fermage pour 18 ans. L'adjudicataire démarre avec un batelet volant et à la fin de l'année 1831 met en service le bac définitif. Les inondations de mai-juin 1856 rendent la traille inutilisable pendant trois mois consécutifs, puis pendant les neuf mois suivants elle ne peut embarquer les voitures. Le 10 mai 1885, Joseph Trimollet, le passeur de la traille, heurtant un pieu, se noie dans le fleuve. C'est sans doute à cette époque que le bac de Grigny est racheté par l'État afin de rendre le passage gratuit.

Période(s) Principale : Protohistoire , (?)
Principale : Moyen Age , (?)
Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates 1831, daté par travaux historiques

La traille de Grigny franchissait le Rhône, en aval du pont de Vernaison et reliait Ternay. La pile qui en conserve le souvenir en rive droite, côté Grigny, se trouve au bout de la rue Adrien Dutartre, près du stade Lucien Bonnard et du bassin de joutes. Le site actuel du bac se trouve à la confluence du Rhône et de son canal de dérivation, à la pointe sud de l'îlot qui sépare les deux bras. L'ancienne traille, de 325 m de long, se situait donc approximativement au niveau du passage protohistorique signalé par Cogoluènhe. La pile subsistante, de forme quadrangulaire, est construite en maçonnerie de moellons à chaînage en pierre de taille. Partiellement recouverte par la végétation, elle possède encore son treuil métallique et son escalier constitué de pierres en boutisse, que cerne toujours, vers l'extérieur, une rambarde sans doute en fer.

Murs pierre
moellon
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier tournant, en maçonnerie
Typologies passage, bac, bac à traille
États conservations détruit, vestiges

D'après la thèse de Cogoluènhe.

Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Annexes

  • Adjudication des droits à percevoir du 1er janvier 1849 au 31 décembre 1857 au passage d'eau établi à la traverse du Rhône commune de Grigny (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980, livre 3, annexe D-29) :

    Le préfet du Rhône :

    Donne avis que, le vendredi 29 décembre 1848, à une heure du soir, il sera procédé, dans l'une des salles de la préfecture, conformément à la loi du 6 frimaire an VII, à l'arrêté du gouvernement du 8 floréal an XII et aux instructions de M. le conseiller d'Etat, directeur gal des Ponts et Chaussées et des Mines, à l'adjudication au plus offrant et dernier enchérisseur et à l'extinction des feux, des droits à percevoir, du 1er janvier 1849 au 31 décembre 1857, au passage d'eau établi à la traverse du Rhône, commune de Grigny.

    [...]

    Lyon, hôtel de la Préfecture, le 16 décembre 1848.

    Signé : le préfet du Rhône, Ambert

    (Copie d'une affiche blanche de 40 x 60 cm)

Références documentaires

Documents figurés
  • 28 - Grigny - Le Bac à Traille / Pouig édit. Grigny : Pouig, [avant 1910]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AM Lyon. 4 Fi 3348) Notes : timbre et tampon

  • 1748. Ternay (Isère) - La Digue du Passeur / C. D. phot., [avant 1927]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AM Lyon. 4 Fi 10545)

Bibliographie
  • COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980. 3 volumes

    livre 1, p. 44, p. 47, p. 49, p. 61, p. 66, p. 92-93, p. 120 et p. 128 ; livre 3, Annexe D19
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Decrock Bruno