Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ecole de La Martinière des filles, puis lycée La Martinière-Diderot dit La Centrale

Dossier IA69006703 inclus dans Lycée La Martinière-Diderot réalisé en 2009

La Martinière des filles

Présentation

Dans son testament, Claude Martin, décédé à 65 ans sans enfants, fonde en Inde comme à Lyon des établissements pour l´instruction des enfants des deux sexes. Quand bien même la Ville de Lyon accepte les termes du legs dans leur totalité, elle prend du temps pour ouvrir la section féminine de la Martinière. Les jeunes filles se voient attribuer en 1872 un local 20, rue Royale, dont les conditions s´avèrent très rapidement insuffisantes et insalubres.

Les salles de cours, aménagées aux 4e, 5e et 6e étages de l´immeuble, sont exiguës, mal éclairées et dépourvues de cour et de préau ; les 110 élèves doivent traverser les étages occupés par un industriel apprêteur, utilisant à longueur de journée un brasier dégageant des gaz toxiques´ (Rapport de Marie Challaye, sous-directrice de la Martinière des Filles, le 7 mars 1885, à la Ville de Lyon. AC Lyon 454 WP 005). Les élèves sont très vites incommodées, 84 souffrent ou ont souffert de cet état des lieux, qui rend plus difficile l´enseignement et la réussite.

C'est pourquoi la Ville et le Conseil d´administration de la Fondation Martin recherchent une solution pour accueillir dignement les élèves féminines de la Martinière. Le quartier de la paroisse Saint-Vincent, à proximité de l´ancien couvent des Carmes, fait l´objet d´un important remaniement urbain : les îlots sont redessinés, des voies nouvelles sont percées, conduisant à la destruction de bâtiments, dont l´ancien couvent des Carmes. C´est à cet emplacement que la Ville acquiert l´îlot qui accueillera le nouveau bâtiment de la Martinière des Filles, grâce à un legs de la veuve de Cuzieu (1795-1884), l'une des bienfaitrices de l'institution. Ce legs, d'un montant de 2.650.000 francs, permit à la Commission de voter le budget pour l'édification de la Martinière des Filles. Le bâtiment construit en 1897 rue des Augustins lui est également dédié.

Le bâtiment Art nouveau

Le projet est confié aux architectes lyonnais François Clermont (1857-1931) et Etienne Riboud (1860-1909). Au sein de la Compagnie immobilière du 1er arrondissement, dont il est le créateur, François Clermont s'est déjà vu confier par la Ville de Lyon la réalisation du nouveau quartier de la Martinière, conçu en 1902, commencé en 1907. Le permis de construire le nouvel établissement est accordé le 12 octobre 1904 (AC Lyon 314 WP, No 344 WP 017 PCA19040648), les travaux sont réalisés entre 1906- et 1907, sur une parcelle de 700 m2, à l´angle des rues de la Martinière et Louis-Vitet.

Se jouant de l´espace exigu, les architectes créent un édifice élégant, dont les ailes ouvertes en trapèze forment comme deux bras accueillants ouverts sur une petite cour donnant sur la rue. Ils utilisent avec bonheur pierre de taille et poutrelles métalliques, et usent, à l´extérieur comme à l´intérieur, du vocabulaire architectural et ornemental de l´Art nouveau alors en vogue. Les deux ailes rectangulaires, largement ouvertes sur la place Tobie-Robatel, sont organisées de part et d'autre d'un escalier central distribuant 5 étages. Un petit escalier secondaire a été construit à l'extrémité de l'aile débouchant sur la rue Louis-Vitet, côté Salle Rameau (construite en 1909 par les mêmes architectes). La cour principale accuse un plan en forme de V ; une partie de sa surface est occupée par deux talus en béton ajourés éclairant le sous-sol. Au centre, la façade de l'escalier, dont le perron est protégé par une large marquise en verre formant éventail, est éclairée, au rez-de-chaussée, par une double porte et des jours latéraux ; un fronton semi-circulaire est orné de bouquets de fleurs ; au-dessus s'élèvent trois niveaux ouverts sur de larges baies. Cette façade se termine à l'étage d´attique, par une galerie ouverte comprenant trois baies rythmées par des colonnes à chapiteaux enroulés ornés de trois boules de cuivre vert. Au-dessus, le cadran de l´horloge trône dans l´édicule faîtier. La toiture du pavillon de l'horloge est à trois niveaux, largement débordante, en bois et cuivre et couverte de tuiles creuses.

Les deux façades sur cour sont identiques : elles sont à 4 travées s'élevant sur 4 niveaux et un supplémentaire au-dessus de la corniche. Celle-ci est soulignée par une frise de carreaux émaillés vert et bleu, dessinant un double carré timbré d'une fleur de lotus, alternant par trois avec le chiffre de La Martinière : LM. Les ornementations de la corniche s'inspirent de l'architecture antique, particulièrement par l'emploi de modillons groupés par 6. Au-dessus de la corniche, les eaux sont évacuées par 6 conduites ornées d'une large corbeille végétale. Les 1er et 2e étages sont soulignés par une frise de lotus. Le chiffre LM est répété entre les arcs du rez-de-chaussée.

Le fer a largement été utilisé dans la construction : linteaux, montants et traverses métalliques s'observent sur les fenêtres des façades sur la cour. Cette dernière est fermée par une porte cochère sans couvrement, soulignée par un couple de colonnes à chapiteau ionique timbré de la lettre M et sur la rue d'une abeille. Ces colonnes sont réunies en hauteur par un linteau aérien en fer forgé, tout en courbes et contre courbes. Les luminaires, à l'origine fonctionnant au gaz, sont identiques à ceux utilisés pour éclairer le Pont de l'Université (AC Lyon 454 WP 005, courrier de la Martinière au Maire de Lyon, 1er décembre 1906), alors récemment terminé.

La façade de l'aile orientale, donnant sur la rue Louis-Vitet, est large d'une travée. Au centre, une mosaïque figure une ruche sur une vigne, dans le soleil levant, accompagnés de la devise du Major Martin. Deux plaques au chiffre LM et un carré à fleur de lotus soulignent l'ensemble, répétés à l'étage d'attique par des plaques émaillées à ornements végétaux. Le rez-de-chaussée est éclairé par une imposte fermée par une grille en fer forgé au chiffre LM, dans le pur style 1900.

La façade de l'aile ouest, donnant sur la rue de la Martinière, est large de trois travées soulignées par trois arcades identiques à celles de la cour. La mosaïque (les panneaux sont du mosaïste Bertin, d'après les cartons de Bardey) au-dessus reprend les armes de la Ville de Lyon, un lion dressé couronné et la devise dans un ; en dessous, un cartouche rappelle le rôle de Madame de Cuzieu.

L´escalier 1900

L'architecture de l'escalier comme son ornementation est typique des années 1900 : au sol, une mosaïque de pierre souligne les lignes fluides. Des bandes colorées de gris, deux tons de jaune, deux tons de rouge relient entre elles des roses épanouies, isolées ou en bouquet ; l'espace central est uniformément gris. La rampe de l'escalier est en fer forgé, les mains courantes - rampe (dessinée par le serrurier Martin) et contre le mur - sont en bois ; le départ de la rampe est souligné par une pomme en cuivre. L'escalier est régulièrement interrompu par des demi-paliers dans les angles et dessert chaque niveau par un palier continu. L'éclairage naturel est assuré par les baies en façade et par des fenêtres ménagées sur la cour intérieure ; la baie du rez-de-chaussée est aveugle. Récemment a été ajouté un garde-fou, pour répondre aux normes de sécurité actuelles.

Vers la nationalisation

La nouvelle école est inaugurée en grande pompe par le président de la République Armand Fallières (1841-1931) le 19 mai 1907.

A l´instar de la Martinière des garçons, la Martinière des filles est rapidement saturée ; en 1930, la directrice installe 258 élèves au 33, rue de la Martinière et 296 au 7, rue des Augustins. Elle demande au Conseil d´administration comme à la Ville de Lyon d´examiner l´agrandissement de l´école actuelle par l´aménagement de l´immeuble municipal contigu qui pourrait dégager 5 ateliers et 1 classe (AC Lyon 95 WP 031 1). La décision d´agrandir est prise par la Ville de Lyon dès les années 30 ; les plans des architectes Streichenberger et Sautour sont acceptésapprouvés le 1er mai 1931, soit 5 ans avant la loi de nationalisation du 25 juillet 1936 (. AC Lyon 963 WP 090). Mais les travaux ne sont pas mis en oeuvre.

La nationalisation de l´Ecole pratique de jeunes filles de la Martinière (loi du 25 juillet 1936) dégage la Ville de Lyon du poids financier de l´opération. C'est donc l´État qui va engager les travaux d'agrandissement en commençant par la démolition des immeubles de la rue Terme. Un délai de 6 ans est fixé pour l'exécution de ces travaux, faute de quoi le terrain ferait retour à la Ville de Lyon (extrait du registre des délibérations du CM de Lyon, 18 octobre 1937, AC Lyon 95 WP 031 1. La portion des immeubles nécessaire à l´agrandissement de l´école représente une superficie de 510 m2).

Les immeubles des 14 et 16, rue Terme sont expropriés puis démolis lors de la percée du prolongement de la rue de la Martinière. Les terrains hors alignement situés dans l´angle nord ouest de cette voie et de la rue Terme sont toujours affectés à l´agrandissement de l´ENP des Jeunes Filles de la Martinière (AC Lyon 966 WP 028). L´architecte parisien Michel Cuminal propose un projet en 1939 (A.D. Rhône, Fonds Dupin, 1 T 2276). Pendant la seconde guerre mondiale, les réfectoires sont transformés en abri ; l´établissement, comme la plupart des immeubles du quartier, subit de nombreux dommages lors de l´explosion des ponts de la Saône en 1944. Michel Cuminal, rétabli dans ses fonctions d´architecte en chef de l´école nationale professionnelle, met en oeuvre les travaux de restauration (AC Lyon 523 W 39 : M. Cuminal a repris ses fonctions d´architecte de l´établissement depuis le 27/12/1946).

Mais la construction envisagée depuis 1931 n´est toujours pas sortie de terre. Le 20 avril 1950, le service immobilier des services techniques de la Ville de Lyon signe un rapport indiquant que la superficie à construire à l´angle des rues Terme et de la Martinière est de 370 m2. Le terrain est toujours maintenu à son affectation première : l´agrandissement de l´école de la Martinière des Filles (AC Lyon 966 WP 028).

Les travaux commencent en 1950, sur les projets de Michel Cuminal, qui a intégré l'aile Ouest du bâtiment de Clermont et Riboud dans l'extension. Cette dernière est bâtie sur la totalité de la parcelle, sur 6 niveaux. Une rotonde centrale génère un puits de lumière régulier jusqu'à une verrière en béton ajourée, close par d'épais carreaux de verre. La desserte des niveaux est assurée par un ascenseur et un escalier au sud. L'actuelle issue de secours, rue Terme, avait été profilée pour devenir l'entrée principale du lycée. A l'angle de la rue de la Martinière et de la rue Terme, marquant la jonction entre l'ancien bâtiment et l'extension de Cuminal, est placé un haut-relief du sculpteur Georges Salendre (1890-1985), 'les Couturières'.

A l´instar de l´ensemble des Ecoles nationales professionnelles, les Martinière des filles et des garçons deviennent, en 1960, Lycée Technique d´État. Deux ans plus tard, de nouveaux bâtiments d´externat et d´internat sont construits à la Duchère ; cet établissement devient entièrement autonome en 1979 en se séparant de la maison-mère.

Précision dénomination lycée d'enseignement technique
Appellations dit La Martinière des filles ou La Centrale
Destinations école , lycée
Parties constituantes non étudiées cour , atelier
Dénominations école professionnelle , lycée
Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Lyon 2e canton
Adresse 33 rue de la Martinière
Terreaux
Lyon 1er
Cadastre : 2007 AP 164

L'école de la Martinière des filles comprend deux bâtiments construits à deux époques distinctes. Le premier, sur les plans des architectes Clermont et Riboud, fut érigé à l'emplacement d'immeubles appartenant à la Compagnie Immobilière du 1er Arrondissement, sur la rue de la Martinière nouvellement tracée mais non encore ouverte sur la rue Terme. Les travaux de construction s'étirèrent de 1897 à 1907. L'immeuble remédiait aux conditions difficiles dans lesquelles les élèves féminines de l'institution étudiaient dans les locaux vétustes de la rue Royale. Toutefois, le manque de place se faisant rapidement sentir, l'agrandissement est envisagé dès les années 1920, un projet très poussé est proposé dans les années 30, mais la construction fut ajournée. A l'issue de la seconde guerre mondiale, le projet d'agrandissement fut mené à son terme, sur les plans et propositions de l'architecte Cuminal, en 1950.

Périodes Principal / 4e quart 19e siècle
Principal / 1er quart 20e siècle
Principal / milieu 20e siècle
Dates 1897 / daté par source , date portée
1907
1950
Auteurs Auteur / Clermont François / architecte / attribué par source
Auteur / Riboud Eugène / architecte / attribué par source
Auteur / Cuminal Michel / architecte / attribué par source
Auteur / Berlie / fondeur / attribué par source
Auteur / Martin / ferronnier / attribué par source
Auteur / Penelle / sculpteur / attribué par source
Auteur / Bertin / mosaïste / attribué par source
Auteur / Bardey Louis / dessinateur / attribué par source
Personnalite / Martin, Claude, dit: le Major / personnage célèbre

A l'origine, deux ailes rectangulaires largement ouvertes sur la place Tobie Robatel, organisées de part et d'autre d'un escalier central distribuant 5 étages. L'extension des années 50 est bâtie sur la totalité de la parcelle, sur 6 niveaux. Une rotonde centrale génère un puits de lumière régulier jusqu'à une verrière en béton ajourée, close par d'épais carreaux de verre. La desserte des niveaux est assurée par un ascenseur et un escalier au sud. La cour principale accuse un plan en forme de V ; une partie de sa surface est occupée par deux talus en béton ajourés éclairant le sous-sol. Les deux façades sur cour sont indentiques. Elles sont à 4 travées s'élevant sur 4 niveaux et un supplémentaire au-dessus de la corniche. Leur ornementation fait largement appel au répertoire de l'architecture antique, notamment dans l'emploi de modillons. Ornements végétaux et chiffres LM, grilles en fer forgé de style 1900 contribuent à l'animation de la façade. Le fer est utilisé dans la construction et se remarque sur l'ensemble de la façade. Le large portail clôturant la cour, les mosaïques des façades sur rue placent l´immeuble dans le style 1900 tout en rappelant avec ostentation les origines de la fondation (Major Claude Martin, veuve Denis de Cuzieu). Fronton : LYCEE DE LA MARTINIERE ; portail : LA MARTINIERE DES JEUNES FILLES ; façade rue Louis Vitet : LABORE CONSTANTIA / MAJOR GENERAL MARTIN 1735 1800 ; façade rue de la Martinière : AVANT LION LE MELHOR / MADAME VVE DE CUZIEU 1795 1884

Murs acier
béton armé
pierre de taille
Toit tuile creuse , verre en couverture , béton en couverture
Plans plan régulier
Étages sous-sol , 3 étages carrés , étage en surcroît
Élévations extérieures élévation à travées , élévation ordonnancée
Couvertures terrasse
shed
toit en pavillon
Escaliers escalier dans-oeuvre / escalier tournant à retours avec jour / en maçonnerie
ascenseur /
Autres organes de circulations ascenseur
États conservations bon état
Techniques mosaïque
céramique
sculpture
ferronnerie
Représentations ornement végétal / rose / monogramme / ornement animal / abeille / armoiries /
Précision représentations

Le sol de l'escalier 1900 est orné d'une mosaïque à décor de roses en bouquet. Sur les façades extérieures, répétition du monogramme LM. Façade rue de la Martinière, mosaïque : armes de la Ville de Lyon, un lion dressé couronné et la devise dans un phylactère. Façade rue Louis Vitet, mosaïque : ruche sur une vigne, dans le soleil levant, devise de Claude Martin.

Intérêts de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables escalier , shed
Statuts juridiques propriété de la région
Observations

Bâtiment 1900 : façades, escalier et son décor, couverture (sheds) ; bâtiment années 50, particulièrement la rotonde.

Annexes

Clermont François 1857-1931 Lyon

Elève à la Martinière, puis Ecole Beaux-Arts de Lyon, complète sa formation à Paris, avec l´architecte Julien Gadet (1834-1908).

Créateur de la Cie immobilière du 1er ardt, il se voit confier la réalisation du nouveau quartier de la Martinière, conçu en 1902, commencé en 1907 : érige des immeubles Art nouveau avec son collègue Etienne Riboud (1860-1909).

Il édifie avec ce dernier la Martinière des filles (1906-1907). Sur une parcelle de 700 m², mélange de pierre de taille et de poutrelles métalliques, petite cour close par un élégant portail sculpté, luminaires influencés par l´Art nouveau. Les panneaux polychromes en surface ajoutent encore à l´élégance de l´immeuble.

Ils construisent ensuite la salle Rameau (1909).

François Clermont édifie également de nombreuses écoles.

Patrice Béghain, Bruno Benoit, Gérard Corneloup, Bruno Thévenon, Dictionnaire historique de Lyon. - Lyon, Editions Stéphane Bachès, 2009. - 1 vol., 24,5 cm, 1504 p., ill. NB et coul.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Rhône. 9 M 164. Création. Legs du major général Martin à la Ville de Lyon pour la création d´une école [comprend : testament ; acceptation ; recouvrement du legs ; réclamations de parents successibles (an X-1829)] ; ordonnance royale portant institution de l´Ecole (1831) ; ordonnance royale approuvant le règlement d´organisation de l´Ecole (1833), An X - 1833.

  • AD Rhône. 9 M 165. Etablissement provisoire de l´école au Palais Saint-Pierre [comprend : inauguration ; personnel ; distribution de prix (1826 - 1829)] ; emprunt de la Ville de Lyon sur les fonds de l´Ecole (1827 - 1830) ; budgets annuels soumis à l´approbation du conseil municipal (1829 ; 1837 - 1848 ; 1850 - 1851 ; 1877 ; 1880 -1888) ; observation de l´académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Lyon sur le mémoire publié par la commission exécutive de l´Ecole, Lyon, imprimerie Boitel, 1840, 28 p. ; engagements décennaux (comprend : correspondance entre l´inspecteur d´académie, le ministère de l´instruction publique et des Beaux-Arts et le préfet du Rhône (1880 - 1881)] ; pension complémentaire allouée à un ancien professeur de dessin, M. Barqui Ferdinand (1881) ; correspondance entre le maire de Lyon et le préfet du Rhône relative au mandatement de traitement du directeur de l´Ecole (1890-1893), 1826 - 1893.

  • AD Rhône. 9 M 166. Délibérations de la commission administrative de l´Ecole et du conseil municipal au sujet de l´administration de l´Ecole soumise à l´approbation du préfet du Rhône, 1881 - 1895.

  • AD Rhône. 9 M 167. Cours. Correspondance [comprend : demandes de renseignements au sujet de cours dispensés à l´Ecole ; demande d´admission ; réclamations (1838-1884)] ; Antonin Martin, Précis sur l´Ecole de la Martinière, Lyon, imprimerie Louis Perrin, 1862, 95 p. ; Quelques opinions réfutées par Louis Dupasquier, créateur du cours de dessin professé par lui à l´Ecole la Martinière de 1835 à 1854, Lyon, imprimerie Aimé Vingtinier, 1863, 38 p. ; cours de sciences pour les demoiselles [comprend : correspondance entre le président de la commission administrative de l´Ecole, l´inspecteur d´académie et le préfet du Rhône (1873-1878)] ; concession d´une collection de modèles de dessins par le ministère de l´Instruction publique et des Beaux-Arts (1884), 1838 - 1844.

  • AD Rhône. 1 M 177. 1897-1899. Inauguration des nouveaux locaux de l´école de La Martinière (président Félix Faure).

  • AD Rhône. 4 M 234. Police politique. Affaire Pradel, professeur à La Martinière, 1889 - 1913.

  • AD Rhône. 4 M 579-581. Enseignement professionnel. Associations.

  • AD Rhône. 1 T. Répertoire numérique détaillé. L´enseignement dans le Rhône. Fonds du collège-lycée Claude-Bernard de Villefranche-sur-Saône (1892 - 1940) ; fonds des établissement d´enseignement technique de la Martinière à Lyon (1834-1940) ; fonds de Joseph Dupin, inspecteur général de l´enseignement technique (1924 - 1942) [Archives départementales du Rhône (1999)].

  • AD Rhône. 1 T 2182-2183. Conseil d´administration.

  • AD Rhône. 1 T 2184-2193. Finances.

  • AD Rhône. 1 T 2194. Mobilier et matériel. Bibliothèque. Demande de crédits annuels pour l´achat de livres et l´abonnement aux revues spécialisées (comprend : rapport sur le fonds de la bibliothèque et de ses manques), 1919.

  • AD Rhône. 1 T 2195. Mobilier et matériel. Appareils de physique, commandes (comprend : correspondances, devis, notes, factures), 1922-1924 ; 1926-1927.

  • AD Rhône. 1 T 2196. Mobilier et matériel. Objets confectionnés dans les ateliers (comprend : état mentionnant les prix de vente), 1939 - 1940.

  • AD Rhône. 1 T 2197. Mobilier et matériel. Personnel.

  • AD Rhône. 1 T 2198. Vie scolaire. Situation de l´établissement.

  • AD Rhône. 1 T 2199. Vie scolaire. Gestion des élèves.

  • AD Rhône. 1 T 2200. Vie scolaire. Evaluation des élèves.

  • AD Rhône. 1 T 2201. Vie scolaire. Organisation de l´enseignement.

  • AD Rhône. 1 T 2202. Gestion de l´établissement en temps de guerre. Fonctionnement général de l´établissement en temps de guerre [comprend : circulaires ; correspondances ; liste des élèves habitant les secteurs ferroviaires menacés (voir aussi 523 W 22-31)], 1938 - 1944.

  • AD Rhône. 1 T 2203. Gestion de l´établissement en temps de guerre Défense passive de l´établissement (comprend : circulaires ; notes ; correspondance ; instructions de l´académie ; consignés générales en cas d´alerte ; plan des abris refuges), 1939 - 1944.

  • AD Rhône. 1 T 2204. Gestion de l´établissement en temps de guerre. Plan de mobilisation [comprend : correspondance ; notes ; tableaux ; instructions ; rapports ; plan d´Amplepuis : le plan de mobilisation comprend le repliement de l´école en cas de danger à l´école communale de garçons d´Amplepuis et au château de Magny ; il prévoit l´aménagement de cette école et l´organisation de l´enseignement après le repliement)], 1938 - 1940.

  • AD Rhône. 523 W 39. Gestion de l´établissement en temps de guerre. Constructions, agrandissements et réparations (comprend : correspondance avec le ministère et avec les architectes ; devis ; état sommaire du bâtiment après explosion des ponts de Lyon ; liste des travaux à faire ; extrait du bulletin municipal officiel ; plans ; arrêté ministériel de nomination de l´architecte Pierre Bourdeix en remplacement de Michel Cuminal (1945)]. 1938 ; 1944 - 1945.

  • AD Rhône. 1 J. Gestion de l´établissement en temps de guerre. Correspondance du Major Martin.

  • AC Lyon. 3 SAT 00055. Ecole de la Martinière des jeunes filles à Lyon / F. Clermont, E. Riboud. Paris : Ducher [1910] (extr. de : Monographies des bâtiments modernes, sous la dir. d´A. Raguenet, No 223 ; 3 S Atlas 55).

  • AC Lyon. 308 WP 006. Ecole de commerce extérieure et de représentation. Incorporation à l´Ecole de la Martinière, transformation en école nationale professionnelle (comprend : correspondance ; délibération du CM), 1928-1929.

  • AD Rhône 523 W 39. Ecole technique de jeunes filles, section commerciale. Plan (3ème étage). 1:100.

  • AC Lyon. 923 WP 064. Quartiers Saint-Vincent et de la Martinière (comprend : proposition de M. Clermont architecte) ; traité entre la ville et la Cie immobilière du 1er arrondissement [comprend : rapport ; plans ; correspondance ; délibération (1896-1908)] ; élargissement de diverses voies ou places de ces quartiers : enquête sur les alignements [comprend : expropriation ; plans ; rapport ; arrêté (1897-1898)] ; ouverture et élargissement de la rue des Auges [comprend : enquête d´UP) ; enquête sur le plan parcellaire (comprend : exposé des motifs ; plans ; correspondance ; rapports ; délibération ; arrêté ; état des propriétaires à exproprier ; affiche (1899-1902)].

  • AC Lyon. 923 WP 066. Quartiers Saint-Vincent et de la Martinière, 1er arrondissement. Ouvertures pratiquées dans un mur mitoyen place de la Martinière [comprend : rapports ; correspondance ; plans ; délibération (1877-1898)] ; modification des alignements sud et ouest de la dite place : enquête d´utilité publique (N. B. : comprend : délibération ; correspondance ; expropriation ; plans ; arrêtés ; rapport (1879), acquisition et démolition d´un immeuble rue Hippolyte Flandrin) ; vente des matériaux de démolition (comprend : correspondance ; acte de vente ; plans ; rapports ; cahier des charges ; arrêté (1881-1884) ; élargissement de la rue des Augustins (comprend : arrêté ; correspondance ; acte de vente (1887) ; création d´un groupe scolaire ; agrandissement du marché de la Martinière ; élargissement et percement de rues nouvelles : enquête sur les alignements (comprend : exposé des motifs ; plans ; détail estimatif des travaux ; état des dépenses ; correspondance (1886-1887) ; construction d´un groupe scolaire ; prolongement et élargissement de la rue Sergent Blandan, Martinière, Tavernier, place Saint-Vincent, rue Hippolyte-Flandrin, prolongement de la place de la Miséricorde jusqu´à la place Sathonay ; élargissement des rues Terme, Bouteille [comprend : rapport ; affiche (1888)] ; mise en état de viabilité des voies ouvertes (comprend : construction d´égouts ; de chaussées ; de trottoirs en asphalte ; transformation de l´éclairage) ; travaux de fontainerie (comprend : plans ; cahier des charges ; bordereau des prix ; détail estimatif des travaux ; procès-verbal d´adjudication ; correspondance ; délibération (1902) ; ouverture de la rue des Anges ; expropriation ; éviction des locataires ; résiliation de baux); affaire judiciaire (comprend : correspondance ; état des offres ; rapports ; délibération ; procès-verbal de notification (1901)].

  • AC Lyon. 95 WP 031 2. Nationalisation (N. B. comprend : correspondance ; extrait du registre des délibérations du CM ; projet ; budget ; extrait du PV de séance du CM ; rapport ; plan), 1935 - 1952.

  • AC Lyon. 963 WP 090. Edifices communaux. La Martinière des Jeunes Filles (rue Terme ; comprend : projets de construction et d´agrandissement ; rapports ; correspondance ; plans ; pièces comptables), 1931 - 1942.

  • AC Lyon. 966 WP 028. Edifices communaux. Groupes scolaires et écoles (dont la Martinière). Projets de création, de construction et d´agrandissement (comprend : rapports ; correspondance ; plans ; pièces comptables ; brochures : Les grands travaux de la région lyonnaise), 1930-1950.

  • AC Lyon 1419 WP 054. Quartiers Saint-Vincent et de la Martinière. Amélioration des dits quartiers. Extension du projet; alignement et nivellement; vente d´un immeuble des Hospices (plans), 1896 - 1901.

  • AC Lyon 1419 WP 055. Quartiers Saint-Vincent et de la Martinière. Amélioration des dits quartiers. Extension du projet, alignement et nivellement (plans), 1877-1901.

  • AC Lyon 1419 WP 056. Quartiers Saint-Vincent et de la Martinière, 1er arrondissement. Amélioration des dits quartiers. Extension du projet. Ouverture d´une rue entre la place de la Martinière et le quai Saint-Vincent; enquête d´utilité publique, 1899 - 1904.

  • AC Lyon 3 PH 238. [Place T. Ph. Robatel à Lyon : immeuble de l´ancien cloître du couvent des Carmes] (16, rue Terme). 1 photographie : négatif sur verre ; 13 x 18 cm [vue prise en cours de démolition en 1934 ; à gauche : école de la Martinière des jeunes filles / F. Clermont, E. Riboud, architectes (1905-1910)].

  • AC Lyon 3 PH 239. [Place T. Ph. Robatel à Lyon : immeuble de l´ancien cloître du couvent des Carmes] (16, rue Terme). 1 photographie : négatif sur verre ; 13 x 18 cm [vue prise en cours de démolition en 1934 ; à gauche : école de la Martinière des jeunes filles / F. Clermont, E. Riboud, architectes (1905-1910)].

  • AC Lyon 4 Fi 01696. Lyon. Martinière des Filles. Construction Moderne / Clermont, Riboud, architectes (1906). [Lyon] : éd. S. Farges, [vers 1894 - 1920]. No de catalogue de l´éditeur : 186.

  • AC Lyon 4 Fi 01704. Lyon. Place de La Martinière. Le marché ; la Martinière des Garçons et la Martinière des Filles. [Lyon] : éd. D.T., [vers 1894 - 1920].

  • AC Lyon 4 Fi 01707. Lyon. La Salle Rameau et l´Ecole de La Martinière des Filles. [Lyon] : éd. E.L.D., [vers 1894 - 1920]. No catalogue de l´éditeur : 1094.

  • AC Lyon 4 Fi 01709. La Martinière des Filles. [Lyon] : éd. Grand Bazar, [vers 1894-1920]. No de catalogue de l´éditeur : 344. (inaugurée en mai 1907, par M. Fallières, Président de la République).

  • AC Lyon 4 Fi 01710. La Martinière de Filles. [Lyon] : éd. L.L., [vers 1894 - 1920].

  • AC Lyon 4 Fi 01712. Martinière des Demoiselles. [Lyon] : éd. D.T., [vers 1894 - 1920].

  • AC Lyon 4 Fi 03674. Ecole Professionnelle et Ménagère, La Martinière. La Salle à Manger. Lyon : [s. n.], [vers 1894 - 1920]. 1910.

  • AC Lyon 4 Fi 03675. Ecole Professionnelle et Ménagère, La Martinière. Repassage. Lyon : [s. n.], [vers 1894 - 1920]. 1910.

  • AC Lyon 4 Fi 03656. Ecole Professionnelle et Ménagère, La Martinière. Atelier de broderie. Lyon : [s. n.], [vers 1894 - 1920]. 1910.

  • AC Lyon 4 Fi 03689. Ecole Professionnelle et Ménagère, La Martinière. Atelier de confection. Lyon : [s. n.], [vers 1894 - 1920]. 1910.

  • AC Lyon 4 Fi 03690. Ecole Professionnelle et Ménagère, La Martinière. Une leçon de couture. Lyon : [s. n.], [vers 1894 - 1920]. 1910.

  • AC Lyon 4 Fi 05353. Souvenir de la visite du Président de la République à Lyon. La Martinière. Ecole de Filles. [Lyon] : éd. L.L., [1907].

  • AC Lyon 8 PH 00279. [Façade de l´école de la Martinière et place de la Miséricorde avant le percement sur la rue Terme vers 1930] / [E. Poix]. 1 photographie : tirage papier N. B. ; 13 x 18 cm. [comprend : reproduction: côte : 8 PH 03564. Cliché sur verre N. B. ; 13 x 18 cm (1930)].

  • AC Lyon 8 PH 03563. [Portail de l´école de la Martinière et place de la Miséricorde avant la percée sur la rue Terme] / [E. Poix. 1 photographie : tirage papier N.B. ; 13 x 18 cm. [comprend : reproduction : cote : 8 PH 228. Négatif sur film souple N. B. ; 13 x 18 cm (1930)].

  • AC Lyon 8 PH 03564. [Façade de l´école de la Martinière et place de la Miséricorde avant le percement sur la rue Terme] / [E. Poix]. 1 photographie : tirage papier N. B. ; 13 x 18 cm. [comprend : reproduction : cote : 8 PH 0279. Cliché sur verre N. B. ; 13 x 18 cm (1930)].

  • A Fondation Martin. Projet d´agrandissement de la Martinière des Filles (documents numérotés 1 à VII (1929) ; comprend : présentation (relevé intégral), dont 6 plans de l´architecte Clermont, Lyon, mars 1929), 1929.

  • A Fondation Martin. Ecoles techniques de la Martinière à Lyon. Immeuble place de la Martinière [comprend des plans : état actuel et état projeté (1924)].

Documents figurés
  • Plan masse chronologique et localisation de l'ensemble des bâtiments. 2011.

  • Monographie des bâtiments modernes, A.Raguenet directeur, Paris, Ducher Fils Editeurs 74 rue de Seine Paris. Publication mensuelle. 283e numéro. Ecole de la Martinière des Jeunes Filles, Mrs F. Clermont & E. Riboud, architectes. S.d. (1910).

  • Voirie urbaine. Permis de construire administratif. Construction d´une maison rue de la Martinière et rue Louis-Vitet pour la Martinière des Filles par Messieurs Clermont et Riboud, architectes (comprend : rapport ; arrêté ; plan ; correspondance, plan sur calque inclus dans le permis de construire), 1904. PCT 1904/0824. (AC Lyon 344 WP 017 PCA 19040648).

  • Plans. 1) Rez-de-chaussée avec implantation dans le quartier / Clermont, Riboud architectes (1904, 12 octobre). Plan ; 2) 1er étage / Clermont, Riboud architectes, (1904, 12 octobre). Plan ; 3) Coupe et élévation / Clermont, Riboud, architectes, 12 octobre 1904. (AC Lyon 314 WP 017 PCA19040648, annexe).

  • Proposition de M. Clermont architecte, au nom de la Cie immobilière du 1er arrondissement. Implantation de la Martinière des Filles. Plan d´ensemble. (AC Lyon 923 WP 064).

  • Ville de Lyon, 1er arrondissement. Prolongement de la rue de la Martinière jusqu´à la rue Terme, (1929-1933) ; plan général (dressé pour l´enquête prescrite par le titre II de la loi du 3 mai 1841, modifiée par celles des 6 novembre 1918 et 17 juillet 1921 ; 2 exemplaires). (AC Lyon 961 WP 134).

  • Voirie urbaine. Prolongement de la rue de la Martinière, agrandissement de l´école de jeunes filles de la Martinière (comprend : expropriation d´immeubles ; rapports ; correspondance ; plans), 1929-1933. (AC Lyon 961 WP 135).

  • La Martinière des Jeunes Filles. Agrandissement. 1) Façade rue Terme / Streichenberger, Sautour, architectes. Plan. 1:500. Lyon (1931, 1er mai) ; 2) Façade sur cour / Streichenberger, Sautour, architectes. Plan. 1:500. Lyon (1931, 1er mai) ; 3) Façade sur cour / Streichenberger, Sautour, architectes. Plan. Coupe. 1:500. Lyon (1931, 1er mai) ; 4) Façade sur cour / Streichenberger, Sautour, architectes. Coupe longitudinale. 1:500. Lyon (1931, 1er mai) ; 5) Plan de la façade, coupe du comble / Streichenberger, Sautour, architectes. 1:500. Lyon (1931, 1er mai) ; 6) Plan du 4e étage / Streichenberger, Sautour, architectes. 1:500. Lyon (1931, 1er mai) ; 7) Plan de la terrasse / Streichenberger, Sautour, architectes. 1:500. Lyon (1931, 1er mai) ; 8) Façade principale / Streichenberger, Sautour, architectes. 1:500. Lyon (1931, 1er mai) ; 9) Plans des 1er, 2e et 3e étages / Streichenberger, Sautour, architectes. 1:500. Lyon (1931, 1er mai) ; 10) Plan du sous-sol / Streichenberger, Sautour, architectes. 1:500. Lyon (1931, 1er mai) ; 11) Plan du rez-de chaussée / Streichenberger, Sautour, architectes. 1:500. Lyon (1931, 1er mai). (2). (AC Lyon 963 WP 090).

  • Plan parcellaire à soumettre à MM. Les Jurés, expropriation des immeubles Rolland et de Riaz 14 et 16, rue Terme. 1:500, 1933. (AC Lyon 961 WP 134).

  • Extension de la Martinière des Filles. Plan. 1:500. 1950 (figure l´emplacement du terrain). (AC Lyon 966 WP 028).

  • Martinière des Filles. Plan du 1er étage. 1:100. (mention : dressé par les architectes soussignés, Lyon le 2 mai 1904 ; ajoutée au stylo : 27/1/04 B15 ; copie sur papier d´un plan ancien). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins.

  • Martinière des Filles. Plan du 2ème étage (mention ajoutée au stylo : 27/1/04 B16). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Martinière des Filles. Coupe longitudinale, coupe transversale. 1:100. (mention : dressé par les architectes soussignés, Lyon le 2 mai 1904 ; il est à observer que le dernier étage couvert en sheds n´est à l´échelle que 3 m de hauteur sous entraits, au lieu de 4 m qu´il doit avoir en réalité ; construction des planchers en béton armé ; coupe du plancher : parquet, asphalte, béton armé, mâchefer, béton armé, poutres ; ajouté en copie : 27.1.04 B17). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.P. de Jeunes filles de la Martinière. Extension rue Terme. Détails de la cuisine pédagogique. 1:100. (mention ajoutée au stylo : 27/1/04 B11). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.P. de Jeunes filles de la Martinière. Extension rue Terme. Aménagement de la buanderie pédagogique. 1:100. (mention ajoutée au stylo : 27/1/04 B12). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.P. de Jeunes filles à Lyon. Extension rue Terme. Aménagement de la buanderie pédagogique, aménagement de la cuisine pédagogique. 1:500. (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Martinière des Filles. 1) Plan du rez-de-chaussée. 1:100. (mention : dressé par les architectes soussignés, Lyon le 2 mai 1924 ; avec plan masse en vignette) ; 2) Plan du 1er étage. (mention : dressé par les architectes soussignés, Lyon le 2 mai 1924) ; 3) Plan du 2e étage (mention : dressé par les architectes soussignés, Lyon le 2 mai 1924). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Ministère de l´éducation nationale, direction de l´enseignement technique. Ecole nationale La Martinière de Jeunes Filles Lyon. Projet d´agrandissement des bâtiments actuels sur le terrain libre à l´angle de la rue Terme et de la rue de la Martinière / Michel Cuminal, architecte en chef Paris-Lyon. 1:250. (1950, 20 janvier) (refait le 4-6-1952 ; refait le 20-10-1952 ; refait le 15-4-1953 ; refait le 10-9-1953 ; rect. le 26-10-1953 ; rect. le 16-3-1954 ; comprend : plan masse, plan du sous-sol, indiquant l´augmentation des surfaces ; aux 2040 m2 existants s´ajoutent 2399 m2 du nouveau bâtiment, soit une surface construite totale de 4439 m2 ; rez-de-chaussée (où il est indiqué sur l´aile de l´ancien bâtiment préau à transformer en buanderie repassage 20 élèves) ; nota : l´effectif maximum est de 450 élèves ; il est précisé que les locaux scolaires ne seront pas utilisés simultanément ; plan du 1er étage ; plan du 2ème étage ; plan du 3ème étage ; plan du 4ème étage ; plan du 5ème étage ; coupe Sud-Nord sur extension AB ; coupe Ouest-Est sur extension CD ; élévation ; mention ajoutée au stylo : 27.1.04 B14 ; plié en accordéon). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Lycée la Martinière Terreaux 18, place Gabriel-Rambaud, 69001 Lyon. Plan No 04. 1:100. 1994, juin (maître d´ouvrage délégué : S.E.R.L. : 4 Bd Eugène Deruelle, 69003 Lyon ; aménagements intérieurs et pédagogiques. D.C.E. Détails salle 405 ; concepteur : Desmons M., architecte DPLG : 29 av. des Sources, 69009 Lyon ; bureau d´études techniques G.C. Ingénierie : 29 av. des Sources, 69009 Lyon). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Lycée La Martinière Terreaux. Lyon 1er. Niveau 4, salle 405 / section TS1AI. Implantation, élévations, coupes. 1:50. 03/93, mars 1993 ? (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Lycée La Martinière Terreaux. Lyon 1er. 3ème étage. [dressé sur les plans de 1956 ; modifications : indice A, 19/7/1994 ; salle 302 : correction pl. TV ; salle 303 : correction pl. (coté S. 302)]. (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Lycée La Martinière Terreaux Lyon 1er. 4ème étage (dressé sur les plans de 1956). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Lycée La Martinière Terreaux Lyon 1er. 5ème étage (dressé sur les plans de 1956). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Ecole nationale professionnelle de jeunes filles de la Martinière, Lyon. Extension rue Terme / Michel Cuminal, architecte en chef du gouvernement S. A. D. G., Direction générale de l´architecture, Direction générale de l´enseignement technique (6 rue de la Martinière, Lyon). 1:100. (1956, 25 juin). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Ecole nationale professionnelle de jeunes filles de la Martinière, Lyon [Plans et élévation]. Extension rue Terme / Michel Cuminal, architecte en chef du gouvernement S. A. D. G., direction générale de l´architecture, direction de l´enseignement technique (6 rue de la Martinière, Lyon). 1:100, 1:250. (1957, 15 janvier). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.M.T. 04-01. Plan du sous-sol (modifications 4 octobre 1956 ; 17 décembre 1956 poste de transf. ; 28 décembre 1956 côtés complémentaires ; 17 octobre 1957 gaine chaufferie, rectification fondations, côtés ; le 8/3/1958 ; le 13/3/1958 ; le 27/6/1958 ; le 4/4/1961). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.M.T. 05-01. Plan du rez-de-chaussée (modifications le 12/09/56 sanitaires ; le 4/10/56 trottoir, gaine chaufferie ; le 19 décembre 56 gaines vent. Transfr ; le 17 octobre 57 gaine sécurité chauffage murs et terrasse ; WC côtés ; 30/10/57 WC lavabos ; 19/9/58 WC lavabos ; 29/4/59 buanderie ; le 4/4/61). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.M.T. 06-01. Plan du 1er étage (modifications 18/12/56 gaine vent. Transfr ; 19/10/57 WC, lavabo, dégagt côtés ; 30/10/57 WC, lavabos). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.M.T. 07-01. Plan du 2ème étage (modifications 25/8/1956 largeur porte WC ; 18/12/56 gaine vent. Du transfr ; 19/10/57 WC, lavabo, dégagement côtés). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.M.T. 08-01. Plan du 3ème étage (modifications 25/8/56 largeur porte WC ; 18/12/56 gaine vent. du transformateur ; 17/10/57 WC lavabo dégagement côtés). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.M.T. 09-01. Plan du 4ème étage (modifications 25 août 1956 : largeur porte WC ; 18/12/56 gaine vent. du transformateur ; 17/10/57 WC, lavabo, dégagement côtés ; le 1er 7 1958). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.M.T. 10-01. Plan du 5ème étage (modifications 25 août : largeur porte WC ; 5 oct. 56, communication entre escaliers ; 18/12/56, gaine ventilation du transformateur ; 19/10/57, WC, lavabo, dégagement côtés, le 1er juillet 1958). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.M.T. 18-08. Aménagement des amphithéâtres et de la salle de cours de physique / Michel Cuminal, architecte en chef du gouvernement S. A. D. G., direction générale de l´architecture, direction générale de l´enseignement technique (6 rue La Martinière, Lyon). 1:500. (1957, 18 décembre). (modifications ; mention ajoutée au stylo : 27/1/4 B13). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Ecole nationale professionnelle de jeunes filles de la Martinière, Lyon. Extension rue Terme / Michel Cuminal, architecte en chef du gouvernement S.A.D.G., direction générale de l´architecture, direction générale de l´enseignement technique (6, rue de la Martinière, Lyon). 1:500 (Paris, Lyon : 1956, 25 juin). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • É.N.M.T. 10-01. Plan de la terrasse (modifications 18/12/56. Gaine vent du transfr ; 19/10/57 couverture, WC, dégagt, le 3/3/1958). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Région Rhône Alpes. Restructuration du Lycée La Martinière Centrale. 1) Plan niveau R+5 No 7 / Desmons, architecte ; 2) Plan niveau R+4 No 6 / Desmons, architecte ; 3) Plan niveau R+3 No 5 / Desmons, architecte ; 4) Plan niveau R+2 No 4 / Desmons, architecte ; 5) Plan niveau R+1 No 3 / Desmons, architecte ; 6) Plan niveau RDC No 2 / Desmons, architecte (photocopies A3). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • La Martinière centrale. Int. 85-06. Disposition des salles par escalier et par niveau. Calque. (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • La Martinière des Filles. Projet d´agrandissement. Présentation : relevé intégral / Clermont, architecte. Plans. 1:100. Lyon : 1929, mars [comprend : 1) sous-sol ; 2) rez-de-chaussée ; 3) plans des étages ; 4) 4e étage ; 5) élévations ; 6) plan général d´implantation dans le quartier Terreaux (2 exemplaires, dont 1 annoté)]. Lyon : 1929, mars (documents numérotés 1 à VII). (A Lycée La Martinière. Intendance Augustins).

  • Ecole nationale professionnelle de garçons, La Martinière, Lyon, Chauffage central. Schéma de principe / Etablissements Gentilini & Berthon réunis SA, (N. B. : 34 - 38, rue Saint-Michel, Lyon). Plans. 1:50. (comprend : 1) sous-sol ; 2) rez-de-chaussée ; 3) 1er étage ; 4) 2ème étage ; 5) 3ème étage ; 6) 4ème étage ; 7) appartements et bureaux). (A Fondation Martin).

  • Société des anciens élèves de la Martinière. Etat des lieux du siège / M. Martel, architecte. 1:500. Lyon : 1953, novembre. (A Fondation Martin).

Bibliographie
  • AVANZINI, Guy (dir). Education et pédagogie à Lyon de l'Antiquité à nos jours. Lyon : 1993

    p.209-210
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Dandel Elisabeth