Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Lumière sur

Immeuble, immeuble de bureaux, dit Immeuble Barioz

Propriété de Jean Barioz, fabricant de soieries, l´immeuble situé au 7 quai du Général-Sarrail a été construit par les architectes lyonnais L. et C. Donneaud de 1929 à 1932 pour abriter l´entreprise de soierie et l´habitation de la famille de même nom. Mitoyen avec deux autres immeubles, il rompt l´homogénéïté de l´alignement sur le quai par ses volumes et la composition de ses façades. La parcelle qu´il occupe est rectangulaire, la façade étant orientée vers le fleuve, permettant d´aménager en fond de parcelle une cour peu profonde qui se développe en largeur. Immeuble de neuf étages, les quatre premiers étages sont voués à des besoins commerciaux, les deux derniers à l´habitation. Construit sur une ossature de piliers et de linteaux en ciment armé, l'immeuble est équipé du chauffage central au mazout. Les architectes adoptent un parti de composition original et audacieux en façade. Les rythmes verticaux offrent l´association, rare à Lyon, du béton (les quatre piliers) et de la brique rouge, pour les soubassements des fenêtres. Les travées de brique rouge sont en retrait par rapport au nu du mur, ce qui crée un jeu de pleins et de vides. Les baies sont munies de volets roulants. Au dernier étage, des balcons en ciment ajouré à pans coupés stoppent le développement vertical des travées. Plus haut, une demi-coupole est encastrée dans le pignon de l´édifice. Mais l´intérêt de la composition réside surtout dans le couronnement de l´édifice : il prend l´aspect d´un pignon à redents au sommet duquel sont nichées deux têtes colossales qui représenteraient Minerve et Mercure. La façade se distingue donc par un parti décoratif qui peut être admiré de loin. L´espace intérieur était divisé selon leurs fonctions, qu´il s´agisse des magasins ou des logements. L´entrée centrale est un passage cocher permettant de faire entrer les voitures qui accédaient ainsi au garage qui se trouvait en rez-de-chaussée, d´où l´on pouvait prendre l´ascenseur. La loge de concierge se trouvait juste derrière. Un espace pour la manutention était aménagé également en rez-de-chaussée, desservi par deux monte-charge. Après les modifications entreprises par Jean Barioz, l´espace de manutention est remplacé par un magasin, qui rend stérile l´usage de monte-charge, alors supprimé. Un mur est ménagé dans le garage, séparant l´allée des voitures, et l´allée des locataires qui donne accès à un escalier tournant à retours avec jour à deux volées tournantes dont les marches sont gironnées. L´ascenseur est installé dans le noyau de l´escalier. Le rez-de-chaussée est surmonté de quatre étages occupés par des magasins qui sont distribués par un escalier à retours avec jour à deux volées. Au septième étage est aménagé un grand appartement. Les pièces de réception, salon et salle à manger, donnent sur le quai. Un studio est aménagé en face de la loggia. Au fond se trouvent les espaces privés : trois chambres, sans salle de bains ni toilettes, et une cuisine. Les pièces sont distribuées par un hall au centre. Au dernier étage se trouvent des appartements. (A. Beccaria)

En savoir plus…